Coupe du Monde DH 2021 #2 - Les Gets | Finales : survivre au chaos

Sport
3 juillet 2021 — Léo Kervran

Surprises, retours au premier plan, exploits, confirmations, météo qui brouille les cartes… Ce samedi aux Gets, on a eu droit à tout, et les finales de la descente ont été riches en émotion ! Envie de vous replonger dans cette journée ? Voici notre grand portfolio :

 

 

 

Quelle journée ! Une coupe du Monde ouverte aux spectateurs, cela faisait deux ans que tout le monde attendait cela, aussi bien les pilotes que le public. Et avec la forme actuelle des Français en descente, quoi de mieux que la coupe du Monde des Gets pour tous se retrouver ?

 

La journée n’avait toutefois pas commencé sur une très bonne note puisqu’on apprenait dès les entraînements du matin, juste après les finales Juniors (voir plus bas), que Nina Hoffmann avait chuté et s’était cassé la clavicule. Après Marine Cabirou jeudi, voilà une autre pilote de premier plan sur la touche chez les femmes.

Femmes : un retour attendu

Avant le début de la course, tous les regards sont tournés vers le ciel. La météo annonce de la pluie dans l’après-midi, mais quand précisément ? Quelques heures, voire quelques minutes de différence peuvent entièrement changer la physionomie de ces finales. Finalement, on pense être assez vite fixés avec une pluie fine mais régulière qui se met à tomber dans la raquette d’arrivée à 12 h, 30 minutes avant le premier départ.

Bon, les conditions seront bien différentes de celles des entraînements et on risque d’avoir des surprises, mais au moins ce sera la même chose pour tout le monde, se dit-on alors. C’était sans compter sur les facéties du temps : la pluie s’arrête à 12h30 tout juste, au moment où Agnès Delest s’élance depuis la porte de départ et lance cette finale femmes.

La pilote du team Scott Manigod réalise un run propre, sans grosse prise de risque mais sans faute et réalise le premier chrono de référence de la finale : 4:32.787. Derrière, Lauryne Chappaz chute dans le dernier passage raide en sous-bois puis la Norvégienne Frida Ronning et Noga Korem, venue faire une pige en DH entre deux EWS, butent sur le temps de la Française.

Il faut attendre l’arrivée de Mariana Salazar pour voir du changement en haut du hot seat, mais la pilote Dorval AM est bientôt délogée par Mille Johnset. La Norvégienne du team Continental Atherton, avec sa drôle de technique sur le road gap (elle ne prend pas l’échappatoire mais ne le saute pas non plus et le passe comme une marche), réalise un premier bon temps et prend la tête avec plus de 16 secondes d’avance sur Salazar.

 

 

Mathilde Bernard passe et prend la deuxième place, puis c’est au tour de Tahnée Seagrave. La Britannique, qui a passé toute son enfance jusqu’à ses 18 ans à quelques kilomètres des Gets, est la première à sauter le gros road gap du début de parcours et se construit très vite un matelas confortable : 7 secondes d’avance au 2e intermédiaire. Elle continue ensuite de creuser l’écart et, même si elle perd une petite seconde sur la toute fin de la piste, son temps reste très bon : 4:10.556, 9 secondes de moins que Johnset. Cela tiendra-t-il jusqu’au bout ?

A ce moment, la pluie fine qui nous avait laissés tranquilles depuis le début de la course refait son apparition. Pour l’instant c’est trop léger pour avoir une véritable influence, mais si cela venait à se maintenir…

En tout cas, tout le monde se casse les dents sur le chrono de Seagrave : Monika Hrastnik d’abord, puis Eleonora Farina et même Camille Balanche. La championne du Monde, vainqueur à Leogang il y a 3 semaines, commet une grosse erreur en début de parcours (“j’ai pris un arbre de plein fouet”, nous confiera-t-elle à l’arrivée) et affiche d’emblée 9 secondes de retard. Au fil de la piste, elle reprendra plus de 4 secondes à Seagrave mais le mal est fait et elle doit se contenter de la deuxième place provisoire.

 

En haut, il ne reste plus que Vali Höll et Myriam Nicole. L’Autrichienne, toujours pas aussi facile et aérienne qu’avant sa grosse chute des Mondiaux 2020, ne paraît pas en mesure de lutter avec le temps de Seagrave mais pourrait assurer un podium. On y croit, jusqu’au dernier virage avant l’arrivée, un grand relevé ouvert pris à pleine vitesse. Höll glisse de l’avant et se retrouve par terre quelques mètres avant la ligne ! Elle se relève au plus vite et coupe même la ligne en courant, mais elle doit dire adieu à ses espoirs de podium.

 

 

Dernière au départ, Myriam Nicole est dans les temps de Seagrave en début de piste puis chute et affiche un retard de 2,8 s à mi-parcours. On sait que le bas de Tahnée Seagrave n’était pas excellent, peut-elle repasser devant ? A la sortie du dernier bois, elle a déjà repris 2 s et la foule, qui s’est bien étoffée depuis le début de la finale mais qui est restée plutôt discrète, se réveille ! Malheureusement, ça ne suffira pas et Nicole échoue à la deuxième place pour 2 petits dixièmes de seconde.

 

Tahnée Seagrave remporte donc cette coupe du Monde des Gets, sa première victoire depuis sa grosse blessure en février 2020. On la retrouve dans la raquette d’arrivée : “Je ne savais pas si le temps allait tenir, je pensais pas que j’avais fait assez mais finalement avec la pluie et tout, j’étais bien safe, j’étais dans mes limites et ça a bien marché aujourd’hui. Sur le bas, j’avais pas encore le fitness après mes blessures, je n’ai pas pris assez de temps sur le vélo je pense. C’est pour ça que j’avais un peu peur qu’elles me reprennent du temps ici, mais finalement ça a tenu.”

De son côté, Myriam Nicole reste satisfaite de sa journée : “Je n’ai fait qu’une descente ce matin à cause d’un crash sur la piste, les conditions ont changé et il a plu donc c’était un peu compliqué. Dans la cabane de départ il s’est mis à bien pleuvoir [note : le temps au sommet était donc différent de celui dans la raquette d’arrivée] et ce n’était pas facile de s’adapter, c’était ça la difficulté. Est-ce que je roule un peu en dedans ou est-ce que j’en mets comme je sais en mettre, mais là où je chute c’était bien plus glissant que ce que je pensais et j’ai perdu l’avant. Je n’ai pas de regrets, c’étaient des conditions difficiles pour tout le monde et 2e à 0.2 avec une chute, on va tourner ça en mode «c’est quand même cool, c’est de bon augure pour la suite ! » C’est juste pénible de tourner autour et que ça ne passe pas ! Mais je vais être patiente et je vais continuer là-dessus.”

Camille Balanche prend la troisième place, un résultat qui lui convient : “Je fais un podium et un très beau run donc je suis super contente, c’est juste que je me prends un arbre et ça m’a bien secouée. Il a commencé à pleuvoir fort quand on est parties, du coup j’ai mis un masque pour ça mais je n’arrivais pas bien à voir et j’ai changé mon pneu avant pour un que je n’avais pas testé ce matin, du coup j’ai été un peu surprise sur une racine, ça glissait plus qu’avec un pneu sec. Je saurai pour la prochaine fois, j’apprends de mes erreurs.”

Enfin, Mille Johnset monte sur la quatrième marche et signe son premier podium, juste devant Monika Hrastnik.

Vali Höll est finalement 7e. Encore un week-end compliqué pour la pilote RockShox-Trek, on espère qu’elle saura retrouver son meilleur niveau sur les prochaines courses.

Résumé :

  1. Tahnée Seagrave (GBR, Canyon Collective FMD), 4:10.566
  2. Myriam Nicole (FRA, Commencal // Muc-Off), + 0.252
  3. Camille Balance (SUI, Dorval AM Commencal), + 4.914
  4. Mille Johnset (NOR, Continental Atherton), + 5.536
  5. Monika Hrastnik (SLO, Dorval AM Commencal), + 6.531

Download (PDF, Inconnu)

Classement général

Download (PDF, Inconnu)

Au classement général, Camille Balanche conserve logiquement la tête (une victoire et une troisième place) mais c’est maintenant Tahnée Seagrave qui occupe la deuxième position, devant Vali Höll et Myriam Nicole. Les trois pilotes se tiennent en seulement 16 points, autant dire que les positions devraient très certainement évoluer lors de la prochaine manche, à Maribor le 15 août.

Hommes : un exploit spectaculaire

 

 

Chez les hommes, c’est le Portugais Goncalo Bandeira qui ouvre le bal. Son temps, 3:46.501, est immédiatement battu par Thibaut Laly et les changements en tête du classement provisoire se succèdent. Michael Jones (Nukeproof) signe le meilleur temps, puis c’est au tour de Joe Breeden (United Ride), puis de Dean Lucas (Scott DH Factory). Entre-temps, Sam Blenkinsop secoue le public avec un passage spectaculaire, en pédalant dans les airs sur chaque saut comme il sait si bien le faire.

Très en vue il y a deux ans, Hugo Frixtalon chute assez fort dans les bois, suffisamment pour faire voler sa visière.

Vient ensuite l’Allemand Max Hartenstern, coéquipier de Danny Hart chez Cube. Son run est régulier, sans faute sur ce terrain piégeux, et il s’empare de la première place pour un peu plus d’une seconde devant Dean Lucas. Dans la foulée, la pluie fine qui s’était calmée au moment de l’arrivée des filles refait son apparition et la piste devient vite brillante, signe qu’elle est de plus en plus glissante. Va-t-on revivre un scénario à la Lourdes 2017, où Alex Fayolle s’était imposé devant les favoris grâce à un départ avant la pluie ?

 

 

Quelques minutes plus tard, la météo se calme à nouveau mais la piste est plus glissante, les chutes se succèdent, et Alex Marin, Jacob Dickson, Valentin Chatanay, Mateo Iniguez puis Troy Brosnan vont successivement au tapis. La statistique est impressionnante : à la fin de la finale, près de 25 % des pilotes au départ auront chuté au moins une fois dans leur run (14 pilotes sur 60).

Seul pilote à rester sur son vélo au milieu de cette série, Baptiste Pierron réalise un très gros run qui réveille les spectateurs, désormais très nombreux et bien en place malgré la météo. Finalement, Pierron échoue à 0,1 seconde d’Hartenstern, mais ça y est, la finale est lancée pour de bon !

 

 

Laurie Greenland et Matt Walker butent à leur tour sur le chrono de l’Allemand et c’est maintenant Thibaut Daprela qui se présente dans la cabane de départ. Voir le pilote Commencal // Muc-Off sur le vélo aux Gets est déjà un exploit après sa grave chute aux Arcs il y a tout juste une semaine (langue lacérée, nez cassé et casque explosé) et, après des qualifications moyennes, on imagine qu’il va rouler plutôt tranquillement pour éviter de tomber à nouveau sur la tête.

 

 

Que nenni ! Le jeune prodige met d’entrée beaucoup de vitesse et le chronomètre affiche une seconde d’avance dès le premier intermédiaire. Vu de l’extérieur, le run est impressionnant, Daprela met beaucoup d’engagement et semble prendre tous les risques pour grappiller le moindre centième. C’est impressionnant, mais surtout ça fonctionne puisqu’il creuse l’écart et compte jusqu’à 3,3 secondes d’avance avant la dernière section.

Cette dernière section s’est bien ramollie depuis le passage de Max Hartenstern et Daprela doit concéder quelques dixièmes mais cela ne l’empêche pas de couper la ligne avec le meilleur temps, 2.4 s plus rapide que l’Allemand ! Le Français a tout donné et reste même un moment dans la raquette d’arrivée pour reprendre son souffle, avant de monter sur le hot seat.

Les passages qui suivent permettent de mesurer encore mieux la portée de ce que vient de faire Daprela : dans des conditions similaires, Ed Masters chute, Aaron Gwin termine à plus de 12 secondes, Rémi Thirion à presque 14 secondes…

La petite pluie refait son apparition et cela n’arrange pas les affaires de ceux qui sont encore en haut. Greg Minnaar paraît un temps en mesure de lutter mais doit finalement laisser filer sur le bas et termine à plus de 3,5 s. Dans la foulée, son coéquipier Luca Shaw chute.

Brook Macdonald nous sort un run très créatif, avec des trajectoires encore jamais vues dans cette finale, mais ça ne fonctionne pas et, sur la ligne, il accuse un retard de 13,5 secondes. Il rate d’ailleurs son freinage dans la raquette et finit en s’écrasant dans les barrières, heureusement sans bobo.

Il est alors 15 h, il ne reste plus que le top 10 à passer et c’est le moment que choisit la pluie pour s’installer vraiment aux Gets. Cette fois, il pleut bien et la piste qui était déjà bien mouillée devient complètement détrempée en quelques secondes. Bon courage aux pilotes restants !

Bernard Kerr réalise un beau run avec des passages très spectaculaires mais la pluie semble maintenant trop importante et la piste trop mouillée pour permettre aux pilotes de venir mettre en danger Thibaut Daprela. David Trummer finit à 21 s, Dakotah Norton à 15 s, Finn Iles à presque 11 s…

 

 

Benoît Coulanges affiche une belle vitesse et un engagement certain en début de piste, un peu dans le style de Daprela, mais la sanction est la même : + 9,2 secondes de retard à l’arrivée.

 

Danny Hart chute d’entrée, puis vient le tour de Reece Wilson, qu’on sait très à l’aise dans ces conditions. En début de piste, le champion du Monde compte moins de 2 secondes de retard et on se dit qu’il peut, peut-être, réaliser l’exploit. Cependant, quelques erreurs lui font perdre du temps et surtout, il termine par une énorme chute sur un saut au-dessus d’une petite rivière avant la partie finale dans les champs. Déséquilibré dans la prise d’élan, il se prend un coup de raquette sur l’appel et part sur l’avant dans les airs, pour atterrir violemment à plat ventre sur le bord de piste. Dans la raquette d’arrivée, on retient son souffle, mais il finit par se relever et terminer son run, rassurant tout le monde.

Son coéquipier Loris Vergier, impressionnant lors des qualifications, s’élance ensuite. En début de piste, ses temps intermédiaires peuvent laisser espérer un podium, mais il commet lui aussi quelques erreurs et finit en 25e position, à 8,4 secondes.

Avant-dernier pilote à partir, Angel Suarez ne parvient pas à confirmer sa performance des qualifications. En retard de plus de 8 secondes dès le premier intermédiaire, il finit par chuter et casser son shifter.

Enfin, on arrive à Loïc Bruni. Le Français manque de se sortir dès les premières secondes, à la limite de la réception sur la première step-down, et le reste de son run ne sera guère meilleur. Il coupe finalement la ligne avec 18,7 secondes de retard, en 50e position, mais vu la pluie qui tombe maintenant depuis une demi-heure, difficile de le blâmer.

 

 

Thibaut Daprela remporte donc sa première coupe du Monde, un véritable exploit compte tenu des conditions de son run et de sa chute aux Arcs ! La foule envahit immédiatement la raquette d’arrivée pour célébrer la victoire d’un Français aux Gets et très vite, tout n’est plus que bruit, fumée et mouvements flous.

Dans la cohue, on arrive à l’isoler quelques instants pour lui demander son ressenti sur cette victoire : “C’est incroyable, je ne pensais pas pouvoir rouler ce week-end et puis là… J’ai réussi à rouler vite aujourd’hui et je suis vraiment content. Hier j’ai fait ce que je pouvais à la qualif et aujourd’hui je me sentais vraiment bien, j’ai donné tout ce que je pouvais et ça a marché.”

Max Hartenstern prend donc la deuxième place. Une surprise pour certains, mais en début d’année, Danny Hart disait de son coéquipier qu’il en avait le potentiel. A confirmer sur les prochaines manches !

Troisième comme sa coéquipière Camille Balanche, Baptiste Pierron réalise sa meilleure performance en coupe du Monde et porte haut le nom Pierron en l’absence d’Amaury, qui devrait rester éloigné un moment du vélo après sa chute aux Arcs.

 

 

Connor Fearon et Mark Wallace complètent le podium. On les oublierait presque tant ils sont passés tôt dans l’après-midi, mais les deux pilotes ont assuré l’essentiel avec des runs discrets mais propres, et cela a payé.

Dans le top 10, on retrouve ensuite Dean Lucas (6e), Greg Minaar (7e), George Brannigan (8e), Kade Edwards (9e) et enfin Joe Breeden.

Résumé :

  1. Thibaut Daprela (FRA, Commencal // Muc-Off), 3:33.424
  2. Max Hartenstern (GER, Cube Factory Racing), + 2.416
  3. Baptiste Pierron (FRA, Dorval AM Commencal), + 2.520
  4. Connor Fearon (AUS, Kona Factory Team), + 2.590
  5. Mark Wallace (CAN, Canyon Collective Factory Team), + 2.781

Download (PDF, Inconnu)

Classement général

Download (PDF, Inconnu)

Avec cette victoire et sa deuxième place à Leogang, Thibaut Daprela prend le maillot de leader du général à Troy Brosnan, qui ne perd qu’une place malgré son résultat du jour (41e et une chute). Derrière, les écarts sont faibles mais Baptiste Pierron tient pour l’instant la troisième position, devant Max Hartenstern et Greg Minaar.

Juniors

Chez les Juniors Hommes, c’est le Canadien Jackson Goldstone (Miranda Factory Team) qui s’impose devant le Britannique Jordan Williams (Madison Saracen). Les deux pilotes échangent donc leurs positions par rapport au run de placement d’hier, et on notera que les pilotes ont roulé beaucoup plus vite : avec un temps de 3:26:950, Jackson Goldstone a gagné près de 12 s sur le temps établi hier par Jordan Williams et près de 14 s sur son chrono personnel.

Si son nom vous dit quelque chose, c’est normal, il est sur un vélo depuis son plus jeune âge et certaines de ses vidéos ont beaucoup tourné. Un petit blond bouclé en draisienne qui saute des murets et joue dans les bois sur le chemin de l’école ? C’est Jackson Goldstone il y a quelques années !

Download (PDF, Inconnu)

Le podium est complété par le Néo-Zélandais Lachlan Stevens-McNab (YD Racing), l’Australien Oliver Davis (The Union) et l’Irlandais Oisin O’Callaghan (YT Mob). Premier Français, Alix Francoz (Dorval AM) est 12e.

Du côté des filles, on s’est également montré bien plus rapide que sur le run de placement, mais ici pas de changement en haut des feuilles de temps : c’est encore la Britannique Phoebe Gale (Canyon Collective FMD) qui était la plus rapide aujourd’hui. Avec un temps de 4:21:953, elle a gagné près de 30 s sur son temps de la veille !

Download (PDF, Inconnu)

Comme hier, elle devance la Bulgare Izabela Yankova. En revanche, c’est l’Allemande Anastasia Thiele, 5e du run de placement, qui prend la 3e place au détriment des deux Françaises Vicky Clavel (4e) et Leona Pierrini (5e). Vu les temps intermédiaires de ces deux dernières, on peut toutefois supposer qu’elles ont chuté dans le bois à mi-parcours.

Nos autres articles sur cette coupe du Monde des Gets :

Coupe du Monde XC 2021 #4 – Les Gets | XCC : les Français répondent présent !

Coupe du Monde DH 2021 #2 – Les Gets | Bruni et Nicole remportent les qualifications

Coupe du Monde XC 2021 #4 – Les Gets | Mini-interviews des Français

Marine Cabirou forfait pour Les Gets

Coupe du monde XC #4 & DH #2 2021 – Les Gets | Balade dans les paddocks

Coupe du monde DH #2 2021 – Les Gets | Reconnaissances de la nouvelle piste