Bike-check | Le BMC Fourstroke d'Absolute-Absalon

Tech
25 janvier 2021 — Léo Kervran

L’équipe BMC-Absolute Absalon, qui compte cette année dans ses rangs la championne du Monde de XCO Pauline Ferrand-Prévot et le vice-champion d’Europe Titouan Carod (également 3e des championnats du Monde), vient de dévoiler son vélo pour la saison 2021. L’occasion d’un petit bike-check, car ces BMC Fourstroke ont plusieurs caractéristiques intéressantes…

Le Fourstroke, nous l’avions testé en 2019, dans la foulé de sa sortie officielle. On avait découvert un vélo d’une polyvalence rare, capable de séduire aussi bien les meilleurs athlètes mondiaux par sa vivacité, son dynamise et son aisance dans le technique que des pilotes moins entraînés, par son côté ludique, son confort et le grip de sa suspension.

Depuis, la marque a présenté une version LT avec 120 mm de débattement, mais c’est bien sûr le châssis du Fourstroke “classique” que rouleront Pauline Ferrand-Prévot, Titouan Carod, Mathis Azzaro et Filippo Colombo. Le montage n’est cependant pas de série, puisque l’équipe est sponsorisée par BMC mais n’est pas un team usine à proprement parler, contrairement à Cannondale, Specialized ou Trek.

Le coloris est celui du Fourstroke 01 Two, le modèle intermédiaire de la gamme. Un choix qui s’explique vraisemblablement par un souci de cohérence puisque cette couleur est très proche de celle du Twostroke, le nouveau semi-rigide de la marque suisse (voir notre essai) que les pilotes pourront être amenés à utiliser (notamment sur des circuits roulants comme à Albstadt). A noter que Pauline Ferrand-Prévot aura droit à une peinture spéciale pour faire honneur à son maillot arc-en-ciel.

En ce qui concerne les suspensions, l’équipe est sponsorisée par RockShox et les pilotes ont eu le choix de leur fourche, ce qui donne des montages intéressants pour des vélos de XCO : PFP est en SID SL Ultimate 100 mm, Titouan Carod et Mathis Azzaro en Sid Ultimate 110 mm et Filippo Colombo en SID Ultimate 120 mm. La championne du Monde est donc la seule à avoir opté pour le châssis léger avec plongeurs en 32 mm, celui initialement conçu pour la performance pure en XC (pour plus d’informations, lire notre news et notre essai de la SID Ultimate 120 mm). C’est plus simple à l’arrière, puisque tout le monde est en SID Luxe Ultimate.

Côté train roulant, l’équipe utilise des roues Duke Lucky Jack SLS2 6Ters (nous avions testé les jantes il y a quelques mois) chaussées de pneus Vittoria. Ces roues ont la particularité d’avoir des profils très bas et différenciés : 20,5 mm de haut et 28 mm de largeur interne pour l’avant, 19 mm de haut et 25,6 mm de largeur interne pour l’arrière. Objectif, avoir une roue avant qui offre du confort et de l’adhérence et une roue arrière très légère et réactive, sans sacrifier la solidité.

La transmission et le freinage sont fournis par Sram, avec du XX1 Eagle AXS (taille de plateau variable suivant les parcours et les pilotes) et des Level Ultimate.

Du côté des périphériques, on retrouve un poste de pilotage BMC avec des poignées de la marque brésilienne MTB 90, des pédales Time XC12 édition Absalon, une selle Prologo et surtout la fameuse tige de selle BMC RAD, parfaitement intégrée au cadre et qui serait 80 à 100 g plus légère qu’une tige de selle télescopique classique.

Cette tige de selle peut par ailleurs être couplée au système BMC AutoDrop qui permet, d’une simple pression sur le levier au cintre, de faire… descendre la tige de selle, sans avoir à appuyer dessus avec son poids. Ce système, on vous l’expliquait en détail il y a 2 ans (lire BMC AutoDrop, la télescopique qui descend toute seule !) mais on retiendra que le principe est de permettre aux pilotes d’être plus efficaces et de leur éviter de la fatigue supplémentaire. En effet, à chaque fois qu’on descend une tige de selle télescopique classique il faut faire un squat pour remonter, pas la meilleure chose à faire en pleine coupe du Monde…