EWS 2021 | La Thuile, épisode 2 :
à couteaux tirés

Sport
11 juillet 2021 — Christophe Bortels

Ce dimanche à La Thuile, en Italie, c’était la conclusion du premier bloc de courses de la saison 2021 avec la 4e manche des Enduro World Series… et la 2e de la semaine ! Le suspense qu’on a connu lors des trois épreuves précédentes était-il une fois de plus au rendez-vous ? Réponses :

Deux doubles manches, qui plus est en deux semaines seulement, c’était du jamais vu dans l’histoire des Enduro World Series. Un programme dense imposé par la crise sanitaire et les annulations qui en ont découlé. La saison sera décidément très particulière puisque, dans la foulée de ces 4 courses, elle marquera un arrêt de quasi deux mois, avant de reprendre début septembre avec une nouvelle double manche, cette fois à Loudenvielle, en France.

Du jamais vu aussi au niveau du suspense ! Clairement, nous n’avons pas souvenir d’une telle rivalité depuis les débuts des Enduro World Series en 2013, avec les deux mêmes pilotes se disputant la victoire sur trois courses de suite dès l’entame de la saison. Richie Rude et Jack Moir semblent au sommet de leur art et roulent à 100% sur chaque spéciale. Dans ces conditions, la moindre erreur se paie cash… mais justement, ils en font très peu !

Richie Rude était certes parti à la faute dans l’ultime spéciale de la 2e manche à Val di Fassa, et Jack Moir en avait profité pour remporter la course avec une marge confortable de 14 secondes. Mais avant cette spéciale, son avance n’était que d’une demie seconde. C’était d’ailleurs l’écart final lors de la victoire de Richie Rude quelques jours auparavant sur la 1ère manche. Et jeudi, l’Américain a remporté la première course à la Thuile avec moins de 2 secondes d’avance. Vous avez dit serré ?

Chez les femmes par contre, ça semble un peu plus ouvert que d’habitude, même si pour l’instant seules deux pilotes différentes sont montées sur la plus haute marche du podium. Avant cette course, Mélanie Pugin menait 2 à 1 dans le match qui l’oppose à Isabeau Courdurier cette saison, alors que derrière, Morgane Charre, Harriet Harnden et Andréane Lanthier Nadeau sont toutes trois déjà montées sur le podium cette saison et sentent qu’une victoire est à portée de main…

L’enjeu était donc simple ce dimanche pour cette 4e manche : égalisation à 2 partout pour Jack Moir et Isabeau Courdurier, ou nette prise de pouvoir de Richie Rude et Mélanie Pugin ?

Hommes

Ça représente quoi, un écart de moins d’une seconde au terme d’une spéciale voire même d’une course complète ? Quelques coups de pédales en plus ? L’un ou l’autre coup de frein en trop ? Une petite erreur, un pied posé à terre ? Eh oui, il fut une nouvelle fois question d’écarts minuscules ce dimanche !

Car après avoir terminé 0.98 s devant Jack Moir hier dans la Pro Stage, Richie Rude a vu son avance se réduire dès la première spéciale de la journée : 0.64 s de repris par Moir, il ne reste alors plus que 33 centièmes de seconde entre les deux pilotes. Richie Rude signe ensuite le scratch devant Moir dans la SP3 et augmente un peu son avance. Mais l’écart est toujours marginal : 1.16 seconde alors qu’il reste encore 2 spéciales…

Et puis au terme de la SP4, la course bascule ! Jack Moir gagne la spéciale, mais surtout, Richie Rude n’est que 11e à 11 secondes suite à une chute… Le calcul est vite fait : l’Australien passe logiquement en tête et dispose désormais d’un matelas confortable de 10 secondes avant la dernière spéciale. Moir ne va pas laisser passer sa chance. Nouveau scratch, deux secondes et demie de gagnées sur son rival et la victoire finale avec une marge de 13 secondes ! On aura donc vécu deux doubles manches très similaires à Val di Fassa et La Thuile : Rude qui gagne la course 1 avec une avance très faible puis commet une erreur dans l’une des dernières spéciales de la course 2 et Moir qui l’emporte de plus de 10 secondes… C’est donc 2 partout dans cette saison incroyable.

Derrière le duo infernal, Zakarias Johansen signe une nouvelle grosse performance. Sa 5e place lors de la 1ère manche à Val di Fassa était déjà le meilleur résultat de sa carrière en EWS, cette fois il monte carrément sur la 3e marche du podium !

Jesse Melamed a terminé cette course en boulet de canon. Il pointait en effet à la 7e position après 4 spéciales mais a réussi à grappiller trois places dans la SP5, terminant une nouvelle fois 4e au classement final. Une place qu’occupait jusque-là Youn Deniaud, finalement 6e après sa 12e place dans la dernière spéciale, juste derrière Kevin Miquel qui complète le top 5 de la course.

Même petit recul pour Adrien Dailly, 5e avant la SP5 mais 7e du classement final.

Un pilote privé dans le top 10, ce n’est pas souvent que ça arrive. La performance est signée par le Polonais Slawomir Lukasik, 8e de cette deuxième manche à La Thuile devant Jose Borges (9e) et Dimitri Tordo (10e).

On espère que la longue pause estivale fera du bien à Sam Hill. 17e, c’est mieux que sa 40e place de jeudi, mais c’est toujours bien en dessous de son niveau passé.

Toujours au niveau des contre-performances, on notera entre autres la 18e place de Flo Nicolai, la 21e de Matt Walker, la 81e d’Antoine Vidal ou encore la 126e d’Alex Rudeau suite à une chute dans la SP2.

On rappellera enfin que Martin Maes a préféré ne pas prendre le départ ce week-end suite à sa chute et sa commotion lors de la dernière spéciale de la course 1 jeudi.

Femmes

Andréane Lanthier Nadeau allait-elle pouvoir tenir le coup ce dimanche ? La Canadienne s’était certes imposée de 7 secondes dans la Pro Stage hier après-midi, mais elle avait terminé la spéciale avec une cheville en vrac… Heureusement, ALN se rassure dès la SP2, la première de la journée, avec un 4e temps qui lui permet de conserver la tête de la course pour 2 bonnes secondes.

Au terme de la SP3, la Queen Stage du jour, surprise : Lanthier Nadeau frappe très fort en signant le scratch et augmente son avance à 9 secondes ! La cheville semble tenir… jusqu’au bout ? SP4, une chute, le 5e temps mais toujours en tête (de 7 secondes), et plus qu’une spéciale. ALN va-t-elle remporter la première victoire en EWS de sa carrière ?

Eh bien non ! Une chute et de la casse mécanique dans l’ultime spéciale vont cruellement mettre fin à tous ses espoirs de victoire. Elle perd 5 minutes, termine avant-dernière de cette SP5 et finalement 26e de la course. Une énorme désillusion, à la hauteur de la performance qu’elle était en train de réaliser…

Mais du coup, qui remporte la course ? Un rebondissement peut en cacher un autre, et c’est finalement Harriet Harnden qui émerge dans cette course folle ! La Britannique n’était pourtant que 4e avant la dernière spéciale, mais elle a frappé très fort dans cette SP5 qu’elle remporte avec près de 10 secondes d’avance. Wow… Il s’agit là de sa première victoire en EWS alors qu’elle dispute sa première saison chez les Elites.

Mélanie Pugin était la mieux placée pour profiter des mésaventures d’Andréane Lanthier Nadeau. Mais la Française est tombée sur plus forte qu’elle dans la dernière spéciale et doit donc cette fois se contenter de la 2e place – à 5 secondes – après ses deux victoires consécutives, à Val di Fassa puis La Thuile plus tôt cette semaine.

C’est Isabeau Courdurier qu’on retrouve sur la 3e marche du podium. Cinquième hier dans la Pro Stage, elle s’est montrée très régulière aujourd’hui en ne terminant jamais au-delà du top 4 en spéciale.

Après sa 5e place lors de la course 1 à La Thuile, Noga Korem fait mieux d’une place ce dimanche et termine donc 4e.

Morgane Charre complète le top 5.

Derrière, on retrouve Ella Connoly (6e), Bex Baraona (7e), Miranda Miller (8e), Raphaela Richter (9e) et Estelle Charles (10e), ici en photo, qui clôture le top 10.

U21

Et de deux ! Après les deux victoires de Jamie Edmondson à Val di Fassa, c’est cette fois Luke Meier-Smith qui réalise le doublé cette semaine à La Thuile. L’Australien n’aura finalement laissé filer que la Pro Stage d’hier puisqu’il a signé le scratch sur toutes les spéciales ce dimanche… Edmondson doit donc à nouveau se contenter de la 2e place à 20 secondes tandis que le Français Francescu Camoin signe une belle perf’ en montant sur la 3e marche du podium. On notera aussi le nouveau top 10 d’Alexis Icardo, sixième derrière deux Canadiens.

Joli doublé également pour la Slovaque Simonka Kuchynkova chez les femmes U21 ! Déjà victorieuse lors de la course 1 jeudi, elle a remis ça aujourd’hui et s’impose avec 45 secondes d’avance sur l’Italienne Sophie Riva et plus de 6 minutes sur la Française Justine Henry.

Master 35+

Après sa 2e place dans la Pro Stage hier, Karim Amour a pris la tête de la course dès la première spéciale de la journée et ne l’a plus quittée. La victoire ne fut pas facile pour autant puisque son grand rival du week-end, l’Allemand Adrian Vesenbeckh, a raflé trois des cinq scratches ! Mais le Français a pris les deux autres avec de gros écarts et termine finalement l’épreuve avec 9 secondes d’avance. C’est le Danois Mads Weidemann qui complète le podium. Au contact du trio jusqu’à la dernière spéciale, le Français Ludovic Corre, sur le podium de la course 1 jeudi, a tout perdu dans la SP5 et termine finalement 14e…

Chez les femmes Master 35+ enfin, la Danoise Sandra Bohn Thomsen a bien profité de l’absence de Leonie Picton et frôle le carton plein en ne concédant que la dernière spéciale du jour. Mary Mcconneloug termine 2e et Yulia Repkin Birman 3e.

Résultats complets :

Download (PDF, 696KB)