EWS 2021 | Val di Fassa, épisode 2 :
la revanche de Moir et Pugin !

Sport
26 juin 2021 — Christophe Bortels

Trois jours seulement après la manche d’ouverture des Enduro World Series 2021, c’était à nouveau jour de course ce samedi ! Toujours à Val di Fassa, en Italie, mais sur un terrain un peu différent puisqu’il a plu ces derniers jours. Qui a réussi à tirer son épingle du jeu dans ces conditions délicates ? Réponses :

Pas vraiment le temps de se reposer à Val di Fassa, dans les Dolomites : une première course mercredi, la Pro Stage hier après-midi pour lancer la 2e manche des EWS, et trois spéciales au programme ce samedi ! Seulement 3 ? Oui, il devait pourtant y en avoir 4 aujourd’hui (les mêmes que mercredi) en plus de la Pro Stage de ce vendredi. Mais les organisateurs ont décidé de faire sauter Titans, théâtre de la Pro Stage hier et qui devait également conclure la course aujourd’hui. Cet honneur reviendra finalement à Tutti Frutti (6,5km et quasi 1000m de D-), comme mercredi, un sacré morceau où toute erreur ou casse mécanique peut se payer très cher… Autre changement, la très longue montée en milieu de SP3 (plus d’une minute) qui n’était pas au goût de tous est désormais neutralisée : le chrono s’arrêtera avant la côte et sera relancé après.

Allez, plongeons-nous directement dans les résultats, catégorie par catégorie :

Hommes

Après une lutte très serrée mercredi entre Richie Rude et Jack Moir, on espérait revivre une course à suspense aujourd’hui… et on aura été servi ! Rude avait frappé fort hier sur la Pro Stage en reléguant d’emblée tout le monde à plus de 5 secondes. Après un nouveau scratch ce matin sur la SP2, avec cette fois une bonne seconde d’avance, l’Américain se retrouvait à la mi-course avec un avantage d’un peu moins de 7 secondes.

Mais la course bascule au terme de la SP3. Car Jack Moir lâche les chevaux et remporte la spéciale en étant… 7 secondes plus rapide que Jesse Melamed et Richie Rude ! L’Australien fait coup double en prenant la tête de l’épreuve, mais son avance n’est que d’une demie seconde. Tout va donc se jouer dans l’ultime spéciale, la Queen Stage (SP4), remportée mercredi par Jack Moir avec 3 secondes d’avance sur Rude…

Les compteurs sont remis à zéro, balle au centre. Alors, Jack Moir ou Richie Rude ? Eh bien, Jack Moir ne va pas laisser passer sa chance de remporter une première victoire en Enduro World Series. Il va littéralement atomiser la concurrence dans cette Queen Stage : 7 secondes plus rapide que Jose Borges (2e), mais surtout… 14 secondes de mieux que Richie Rude (3e) ! Mercredi, la victoire s’était jouée à moins d’une seconde, mais aujourd’hui, Jack Moir était de loin le plus fort.

Déjà en vue mercredi avec une 10e place mais surtout le scratch dans la SP3, Charles Murray a fait encore mieux aujourd’hui, bien mieux… Il monte en effet sur la 3e marche du podium grâce à une excellente Queen Stage (4e juste derrière Rude), alors qu’il était 5e avant cette SP4.

Jesse Melamed, dans le coup quasiment toute la journée, se voit donc privé de podium de justesse et termine 4e après une Queen Stage très moyenne (15e à 27 secondes).

Plutôt régulier avec notamment deux 4e places, c’est Robin Wallner qui complète le top 5 malgré une petite contre-performance en SP2 (26e).

Kevin Miquel avait perdu gros dans la Queen Stage il y a quelques jours (44e de la course après une chaîne cassée), cette fois il évite les pépins techniques et décroche une belle 6e place finale !

8e, Damien Oton est le deuxième Français que l’on retrouve dans le top 10, entre Jose Borges (7e) et Zakarias Johansen (9e).

Ed Masters complète le top 10, un top 10 que rate Antoine Vidal, 11e, pour moins d’une demie seconde…

Quelques autres Français intègrent également le top 20 : Dimitri Tordo (12e, en photo ci-dessus), Adrien Dailly (14e), Irénée Menjou (15e), Hugo Pigeon (17e) et Alex Rudeau (19e).

La meilleure performance belge du jour est signée par Bart De Vocht, 58e.

Encore un jour sans pour Sam Hill, jamais dans le coup et qui, après sa 22 place hier dans la Pro Stage, n’a pas pu faire mieux qu’un 45e temps en spéciale aujourd’hui. Il termine 43e.

(Résultats complets en bas de page)

Dames

En embuscade au classement (10e) après avoir limité les dégâts dans une Pro Stage (SP1) perturbée par la pluie hier après-midi, Mélanie Pugin va prendre les commandes de l’épreuve dès la première spéciale de la journée, la SP2 : le scratch devant Morgane Charre et Isabeau Courdurier, et une avance au classement provisoire de 3 secondes.

Mélanie Pugin va augmenter son avance au terme de la SP3 en profitant des contre-performances combinées d’Isabeau Courdurier (9e à +24s) et Estelle Charles (12e à +35s) et aborde l’ultime spéciale du jour avec un capital confortable de 22 secondes… Elle fait plus que gérer dans cette Queen Stage, qu’elle remporte largement, et termine la course avec 35 secondes d’avance. C’est donc une 2e victoire en Enduro World Series pour la Française après son succès à Pietra Ligure l’année dernière !

Derrière, Morgane Charre a effectué une remontée fulgurante, grâce notamment à une SP3 de feu. Seulement 19e à 38 secondes de la tête dans la pro Stage, elle pointait encore à la 12 place après la SP2, avant d’être propulsée à la 2e place du classement au terme de la SP3 où elle signe le scratch. Une position qu’elle conservera jusqu’à la fin de la course !

C’est Harriett Harnden qui complète le podium, et cette 3e place s’est jouée à bien peu de choses : 5e avant d’aborder la Queen Stage, la Britannique a sorti une bonne dernière spéciale pour coiffer Estelle Charles et Isabeau Courdurier sur le fil et s’offrir son premier podium en Elite, elle qui fait ses débuts dans la catégorie cette saison.

Même si elle n’a plus rien à prouver, c’est à une inhabituelle 4e place que l’on retrouve Isabeau Courdurier. Victorieuse mercredi, en retrait hier sur une Pro Stage délicate, elle n’a pas fait mieux que 3e en spéciale aujourd’hui et termine à pratiquement 50 secondes de Mélanie Pugin.

Le top 5 est complété par Ella Connoly.

Déception en revanche pour Estelle Charles, qui occupait pourtant la 3e place du classement provisoire après 3 des 4 spéciales. Elle rate le podium suite à une Queen Stage en demi-teinte (9e à +36 secondes) et termine finalement 7e.

(Résultats complets en bas de page)

U21

Du côté des U21, on prend les mêmes et on recommence, en tout cas pour les deux premières places. Comme lors de la 1ère manche, c’est en effet à nouveau le Britannique Jamie Edmondson qui s’impose ce samedi pour à peine 69 centièmes de seconde, devant l’Australien Luke Meier-Smith. Du changement sur la 3e marche du podium par contre, où un jeune Français en remplace un autre ! Francescu Camoin avait pris la 3e place mercredi mais termine seulement 9e aujourd’hui, cette fois c’est Alexis Icardo qui parvient à monter sur le podium. Il a terminé en beauté et signant le meilleur temps sur la dernière spéciale, la Queen Stage.

Victorieuse mercredi, Polly Henderson doit cette fois se contenter de la 3e place chez les Dames U21 après s’être fait surprendre par l’Italienne Sophie Riva, auteure de 2 des 4 scratches, qui remporte la course avec 25 secondes d’avance. Deuxième, la Néo-Zélandaise Jessica Blewitt complète le podium.

Masters 35+

Carton plein pour Karim Amour chez les Masters, et avec la manière ! Déjà le plus rapide sur la Pro Stage hier, le Français a continué sur sa lancée ce samedi et a systématiquement relégué ses adversaires à une quinzaine de secondes ou plus. Sur la Queen Stage, c’est même avec 45 secondes d’avance qu’il signe le scratch… Il remporte donc la course assez facilement et largement puisque Michael Broderick, 2e, et Nigel Page, 3e, terminent dans le même dixième de seconde (0,05 s d’écart !) mais à quasi 2 minutes du vainqueur.

4 scratches en 4 spéciales, c’est également le bilan sans concession de Leonie Picton sur cette course chez les Dames Master 35+. L’Australienne s’impose devant la Tchèque Fejola Stepanka Nestlerova et la Suissesse Daniela Michel, exactement comme lors de la 1ère manche il y a quelques jours.

Résultats complets :

Download (PDF, Inconnu)

Rendez-vous dans deux semaines à la Thuile, toujours en Italie, pour une nouvelle double manche des Enduro World Series !