World Cup XC #1 - Stellenbosch : le grand portfolio

Sport
12 mars 2018 — Olivier Béart

WC XC #1 – Dames : Langvad et PFP, duo de choc !

Alors que chez les hommes, Nino Schurter a dominé outrageusement la saison 2017, les jeux se sont toujours montrés plus ouverts chez les Dames. Ils le sont d’autant plus à l’entame de l’année 2018 que la vainqueur du globe de cristal, Yana Belomoina, est absente, et que la championne du Monde Jolanda Neff revient tout juste de blessure…

En 2016 et 2017, Annika Langvad a remporté la manche d’ouverture de la saison mondiale. Jamais deux sans trois ? Beaucoup la pointent en tout cas comme favorite sur ces terres qu’elle connaît bien, en tant notamment que multiple vainqueur du Cape Epic. Autre bikeuse vers qui tous les regards sont tournés : Pauline Ferrand-Prevot, qui a montré de très belles choses en fin de saison 2017 et cet hiver sur les cyclocross. A moins que la surprise ne vienne de la jeunesse, avec par exemple la Néerlandaise Anne Tauber ?

11h précises, le départ est donné !

Dès le premier tour, Pauline Ferrand-Prevot mène la danse au guidon de son Canyon prototype. Même la championne du Monde Jolanda Neff, pourtant habituée aux départs canon, tire la langue !

La DanoiseAnnika Langvad place une accélération dans la plus longue et large côte du parcours. Sa puissance parle, le tri se fait. Seule Pauline Ferrand-Prevot parvient à suivre. Quel plaisir de revoir la championne de France revenir jouer aux avant-postes, non plus comme simple suiveuse ou après une grosse remontée comme ce fut le cas en 2017, mais carrément en actrice de la course en tête !

Dans les côtes techniques, PFP fait même carrément la nique à Annika Langvad, étonnamment peu à l’aise dans cet exercice et forcée de mettre pied à terre à plusieurs reprises. A la mi-course, la pilote Canyon prend l’ascendant et s’isole en tête avec quelques secondes d’avance.

Le language du corps ne trompe pas : alors qu’elle paraissait encore parfois un peu hésitante dans les parties techniques la saison dernière, Pauline Ferrand-Prevot se faufile avec aisance dans les portions techniques du très poussiéreux circuit de Stellenbosch. Une vraie transformation, et ce n’est pas là qu’Annika Langvad reviendra !

Derrière, la résistance s’organise et tient le public en haleine ! Un gros groupe se forme, avec notamment Maja Wloszczowska, Jolanda Neff, Catharine Pendrel ou encore Helen Grobert et l’inoxydable Sabine Spitz.

Le tempo est très élevé, mais une bikeuse parvient à se détacher pour jouer la 3e place : la jeune Anne Tauber, qui a déjà pointé le bout de son nez en 2017, mais qui confirme ici son énorme potentiel. Sympathique et disponible, c’est aussi une excellente patineuse et une cycliste acrobatique ! Ne la perdez pas de vue, on en reparlera certainement…

On en profite aussi pour jeter un oeil du côté des Françaises : Sabrina Enaux, pas encore au top de sa forme, pointe à la 25e place, pas loin devant la grande revenante Julie Bresset, 32e, et Camille Devi qui pointe à la 45e place.
Au niveau belge, Githa Michiels a choisi de faire l’impasse pour mieux préparer les premières courses européennes… mais elle ira finalement en Afrique du Sud pour rouler le Cape Epic avec Ariane Lüthi, multiple vainqueur avec Annika Langvad notamment, suite à la défection de sa coéquipière.

Mais revenons en tête de la course ! Surprise : Annika Langvad est revenue aux commandes, avec une petite avance sur PFP. La Française a-t-elle craqué ? Pas vraiment : un souci de dérailleur, suite à un contact avec une pierre, l’oblige à un petit arrêt au stand.

A l’arrivée, elle explique : “Mes vitesses ne passaient plus, je devais faire quelque chose. Mon mécano a fait super vite mais, alors qu’il redressait la patte, Annika est revenue. Et je n’ai ensuite plus eu le jus pour re-creuser l’écart.”

C’est donc seule qu’Annika Langvad se présente sur la ligne d’arrivée, après être parvenue à faire parler sa puissance sur les portions plus physiques du tracé.

Pauline Ferrand-Prevot n’est pas loin : 13 petites secondes plus tard, elle pointe le bout de son nez. Et elle peut être satisfaite, car on sent qu’un palier a encore été franchi depuis 2017. Cette fois, c’est sûr, elle peut à nouveau rêver de victoire !

Pendant que la pilote Specialized tombe dans les bras de son mentor Christof Sauser, Anne Tauber confirme en prenant une magnifique 3e position. Pour les dernières marches du podium, c’est au sprint que cela se joue. Et c’est Helen Grobert, qui avait pourtant semblé à la peine en milieu d’épreuve, qui s’impose en parvenant à piéger les deux coéquipières du team Kross, Maja Wloszczowska et Jolanda Neff ; cette dernière ayant laissé des plumes dans une ultime attaque peu avant l’arrivée.

Mais, alors que ces dames attendent pour le podium, il est déjà temps de se remettre en place pour la course hommes !

Passons à la page suivante pour continuer notre grand portfolio…