World Cup #1 | Elite Hommes : derrière Schurter, l'Espagne, la France et l'exploit (portfolio)

Sport
22 mai 2017 — Olivier Béart

Si la première Coupe du Monde de la saison 2017 à Nove Mesto a couronné le grandissime favori Nino Schurter, derrière le champion du Monde, il s’en est passé des choses. L’Espagnol Valero qui joue les trouble-fête, un escadron français qui se livre une bagarre d’anthologie et puis, un certain Mathieu van der Poel qui surprend tout le monde en réussissant ce qui est sans doute une des plus belles remontées de l’histoire du VTT. Retour en images la course avec notre grand portfolio.

Il règne toujours une incroyable ambiance à Nove Mesto, avec énormément de public massé tant sur les bords du circuit que dans l’immense stade de biathlon. Il y a moins de monde cette année que pour les championnats du Monde de 2016, mais cela reste un des meilleurs publics de l’année.

Dès les premiers mètres : coup de théâtre, Mathias Stirnemann casse sa chaîne et vole par-dessus le guidon. Dans la foulée, il emmène une grosse partie du peloton avec lui, à commencer par le pauvre Lars Forster qui se relèvera avec un vélo bien amoché et un poignet douloureux. Quelques tours plus tard, le coureur BMC jettera le gant.

Cette chute ne va pas pénaliser trop de favoris mais elle va d’emblée étirer l’arrière du peloton. Au sommet de la longue et large côte du start-loop, Thomas Litscher et David Valero emmènent la meute, avec un Nino  Schurter très attentif dans leur roue. Les Français sont plutôt bien placés et, tout au fond de l’image, on aperçoit aussi le champion de Belgique Ruben Scheire.

En revanche, l’enfant du pays Jaroslav Kulhavy est dans le dur. Blessé aux côtes lors des entraînements, il n’est pas en pleine possession de ses moyens. Et cela se voit car il navigue au-delà de la 50e place et il se montre particulièrement prudent dans les portions techniques.

Thomas Litscher tente de dynamiter la course dès la première portion de singletrack…

Mais Nino Schurter lui emboîte le pas !

Maxime Marotte, Jordan Sarrou et Stéphane Tempier sont bien là aussi. Par contre, Julien Absalon ne semble pas en mesure de suivre le rythme dans les premiers kilomètres et on redoute que ses allergies lui jouent encore des tours car ici, la saison du pollen est encore loin d’être finie et, faute d’un bagage perdu, il n’a pas pu prendre son traitement les jours qui précèdent l’épreuve.

Victor Koretzky ne semble pas non plus au mieux. Complètement collé, le deuxième chef de file du team BH a finalement choisi d’abandonner peu après la mi-course, après avoir demandé l’avis de son staff. “C’est un guerrier, si on ne lui dit rien, il continue. Mais si c’est pour faire 70e sans comprendre pourquoi, c’est qu’il y a un souci et mieux vaut trouver l’origine du problème pour le solutionner d’ici Albstadt que de s’épuiser pour rien”, nous explique son team. Espérons qu’il s’agisse juste d’une petite anomalie passagère !

Largement après tout le monde, sur une piste quasiment déserte mais sous les acclamations d’un public qui n’en a que pour lui quand il passe, Mathias Stirnemann entame une grosse remontée qui va le ramener jusqu’à la 65e position.

Nous sommes maintenant en plein coeur du premier tour complet. Nino Schurter tente de se détacher et ses coups de pédale font mal. Une première sélection s’opère. Drastique.

Dans sa roue, il ne reste plus qu’un seul homme, l’Espagnol David Valero. Si on l’a déjà vu dans le top 5 l’an dernier à Lenzerheide, c’est par contre la première fois qu’il parvient à jouer les premiers rôles. “J’étais ému de le voir là, nous dira son team manager à l’arrivée. Cela fait tant d’années qu’il travaille dur et cet hiver plus que jamais il avait préparé cette ouverture de la Coupe du Monde. Quand tout se met en place et que l’entraînement paie, on vit un moment de grâce”.

On se réjouit aussi de voir Jordan Sarrou aussi près de la tête. Derrière le duo infernal, c’est lui qui mène la chasse lors des premiers tours, ici avec Marco Fontana dans sa roue.

Derrière lui, Stéphane Tempier reste au contact et le moteur de Julien Absalon est enfin arrivé à température. Il recolle aux basques du pilote Bianchi… emmenant dans son sillage son jeune coéquipier Titouan Carod qui réussit parfaitement son entrée dans la catégorie Elite ! Dans sa roue, le champion des Pays-Bas Hans Becking réussit sa meilleure coupe du Monde à ce jour. Par contre, plus de traces de Maxime Marotte.

La raison est simple : le pilote Cannondale s’en est “mis une bonne”, pour reprendre son expression. “Il va falloir que je réapprenne les bases, tenir sur un vélo tout simplement ! Tout à coup, sur une portion même pas technique, je me suis retrouvé par terre. Je pense que c’est la pédale qui a tapé”.

Heureusement, Marotte a de très bonnes jambes et il va vite retrouver sa place. “Je n’ai pas perdu beaucoup de temps mais la selle était un peu tournée et l’énergie dépensée pour revenir dans le groupe de tête m’aurait bien servi plutôt pour essayer de rentrer sur Schurter et Valero”, dit-il avec philosophie mais en en râlant tout de même un peu sur lui-même.

Devant, le duel fait rage entre Schurter et Valero. Le Suisse fait mal à chaque côte mais l’Esganol tient le coup !

Il se permet même de prendre les devants sur le champion du Monde dans les descentes…

… et pourtant, on connaît les qualités de Nino Schurter dans cet exercice et le tracé de Nove Mesto lui sourit particulièrement puisque qu’il y compte déjà 4 victoires et seul Kulhavy a été capable de le battre à deux reprises ici.

Mais, à deux tours de la fin, Nino Schurter choisit la plus longue côte du parcours pour placer l’attaque décisive. Dans le nuage de poussière soulevé par la moto ouvreuse, le coup de pédale est tranchant, impitoyable.

Valero n’est pas loin, il ne lui manque pas grand chose, mais cette fois la messe est dite.

A un peu plus d’une minute trente, les meilleurs Français se livrent une superbe bagarre ! Stéphane Tempier se sent très fort et il emmène le groupe en tentant de creuser le trou. Mais ni Maxime Marotte, ni Jordan Sarrou ne se laissent distancer. Et Julien Absalon, bien qu’un peu en retrait, n’a pas dit son dernier mot !

Plus très loin derrière ce groupe de gros clients, Mathieu van der Poel remonte à la vitesse de l’éclair. On prend alors conscience qu’il est en train de réaliser un véritable exploit dont seul les plus grands sont capables et qui nous tellement impressionnés que nous avons eu envie de vous raconter cet épisode dans un récit séparé.

Dans la finale, Nino Schurter ne craque pas. Il stabilise son avance sur Valero à 30 secondes.

L’Espagnol du team MMR assure sa 2e place. Son meilleur résultat à ce jour en Coupe du Monde ! L’avenir nous dira s’il s’agit d’un coup d’éclat isolé ou si nous avons affaire à un des nouveaux ténors de la catégorie.

A ses trousses, nos quatre Français se tirent toujours la bourre ! Julien Absalon est bon dernier du groupe, à quelques mètres…

Mais la légende a encore des ressources et il sent qu’il est capable de sortir un dernier tour canon dont il a le secret. Il est d’ailleurs le plus rapide dans l’ultime boucle, ce qui lui permet de déposer ses compatriotes !

Stéphane Tempier essaie lui aussi encore une fois de s’échapper mais pour lui les choses vont moins bien se passer. “J’en ai peut-être fait trop, reconnaîtra-t-il une fois la ligne franchie. Mais j’avais de bonnes jambes et je pensais que j’allais réussir à les lâcher car j’avais vu quelques signes de faiblesse chez chacun. Au final, c’est moi qui termine dernier du groupe… mais bon, je ne vais pas faire la fine bouche : 6e pour démarrer la saison ça fait un moment que cela ne m’était plus arrivé”, conclut-il dans un éclat de rire.

Titouan Carod réalise aussi une magnifique course, très régulière, jamais loin des quatre ténors bleu-blanc-rouge. C’est ce qu’on appelle une très belle entrée en matière tant pour sa nouvelle équipe que pour son arrivée chez les Elites.

Sur la ligne

Pendant que Nino Schurter exulte et félicite Valero…

Julien Absalon jette ses dernières forces pour contenir un retour in extremis de Maxime Marotte. Il termine 3e grâce à ses qualités de finisseur et après une course discrète, où il avait pourtant semblé en retrait de ses rivaux. Comme quoi, les apparences… Jordan Sarrou n’est pas loin : il entame la saison 2017 par un podium, déjà le deuxième de sa jeune carrière !

Le stade tout entier se lève encore une fois et le speaker s’égosille en voyant arriver Mathieu van der Poel en boulet de canon, qui coiffe sur le fil Marco Fontana et Anton Cooper pour accrocher une incroyable 8e place. Et pourtant, ce n’est pas encore assez pour lui ! “Oui, je suis fier de cette course, mais j’ai aussi des regrets à cause de cette chute au départ et d’une deuxième dans le tour suivant. Sans cela…”

Enfin, très applaudi, Jaroslav Kulhavy passe finalement la ligne en 55e position. A l’interview, il ne se montrait guère optimiste sur ses chances de récupérer d’ici Albstadt, d’autant qu’il est retombé sur sa même côte blessée lors de la course…

Les Français

Au-delà du joli tir groupé de 5 “frenchies” dans le top 7 et de la défaillance de Victor Koretzky dont nous avons déjà parlé, d’autres coureurs se sont illustrés à différents niveaux du classement.

Le premier d’entre-eux, c’est Hugo Drechou. Très en verve il y a deux ans, il a connu une saison 2016 difficile mais il semble enfin revenir dans le coup ! Sous ses nouvelles couleurs du team Massi, il termine à une prometteuse 23e place !

Thomas Griot, qui fait son entrée chez les Elites, accroche la 54e place après une belle remontée. Il remporte aussi le prix de la plus belle barbe !

Lui aussi parti très loin, Florian Trigo est aussi bien remonté jusqu’aux portes du top 50. Il a malheureusement payé ses efforts sur la fin mais il termine tout de même 60e.

Antoine Le Coq (100e) et Antoine Bouqueret (105e), ont par contre connu une journée plus difficile.

Les Belges

Bien parti, le champion de Belgique Ruben Scheire est ensuite resté en permanence aux portes du top 30, avant d’y rentrer dans le dernier tour. Il est 29e et premier Belge.

Mais le premier noir-jaune-rouge aurait dû être Jens Schuermans, le plus Français des coureurs flamands. Il était en train de réaliser un gros numéro en naviguant aux portes du top 20… mais une pédale cassée l’a fortement retardé et la nouvelle recrue du team Scott-Creuse Oxygène ne termine finalement que 53e.

Bart de Vocht, pas encore au sommet de sa forme mais tout de même satisfait de sa prestation et toujours heureux de rouler sur ce tracé technique qu’il affectionne, termine 37e.

Kevin Panhyuzen est 46e après un départ trop rapide. “J’ai voulu me placer dans le start loop, mais je l’ai payé ensuite. Ce n’était pas la bonne stratégie ici…”

Sébastien Carabin est 65e après une meilleure deuxième partie de course qui lui a permis de remonter un peu dans le classement.

Enfin, le jeune Robin Vanden Abeele est 106e de sa première coupe du Monde Elite.

Le podium

Mesdames et messieurs : Nino Schurter, David Valero, Julien Absalon, Maxime Marotte et Jordan Sarrou ! En mode selfie s’il vous plaît !

Le vélo le plus rapide du jour, un Scott Spark avec une déco spéciale pour fêter les victoires de Nino Schurter.

Bye bye Nove Mesto, à l’année prochaine, pour la 2e manche de la Coupe du Monde 2018 !

Pour poursuivre votre lecture :
– Le récit de l’exploit de Mathieu van der Poel
– Notre grand portfolio de la course Dames et Dames U23
– Notre article consacré aux Hommes U23
– Les résultats complets de la course Elite Hommes