Visite | Mavic : Construire l'avenir

Tech
18 août 2022 — Léo Kervran
Déjà de retour chez Mavic ? La dernière fois que nous avons rendu visite à la marque, c'était il y a seulement un an et demi. Ceci dit, il peut se passer beaucoup de choses en un an et demi, notamment quand on est à l'aube d'un tout nouveau chapitre de son histoire. Signe d'un nouvel élan, Mavic a inauguré ce printemps son tout nouveau siège à Chavanod et nous sommes allés le découvrir. L'occasion, aussi, de faire un point sur ce qui attend la marque et comment elle envisage l'avenir :


Un nouveau départ. C’est littéralement ce que signifie, pour Mavic, ce bâtiment tout neuf dans lequel la marque s’est installée en début d’année. Après le feuilleton qui avait amené Mavic à être placé en redressement judiciaire puis la reprise par Bourrelier Group (lire Mavic a un repreneur !), on se doutait que la cohabitation avec Salomon dans les locaux de Metz-Tessy, de l’autre côté d’Annecy (6 km à vol d’oiseau du nouveau siège), allait se finir.

En cours depuis 2001, soit presque 20 ans, suite à l’acquisition de Mavic par Salomon en 1994, cette “colocation” aura beaucoup apporté aux deux marques et pas seulement sur le plan pratique. Si de nombreuses ressources étaient partagées (informatique, logistique, gestion, comptabilité…), le développement des produits a aussi bénéficié de cette situation unique. Imaginez à quoi peuvent mener d’innocentes discussions lors de la pause déjeuner entre des ingénieurs des deux marques par exemple…

Tout cela s’est brutalement arrêté en 2020 avec la séparation des deux marques, mais faute de place pour que Mavic puisse se relocaliser, elles continuaient de partager les mêmes bâtiments. Il avait alors fallu dresser des cloisons, définir des sens de circulation, de nouvelles règles pour bloquer tous ces échanges informels, parfaitement naturels pour deux marques sœurs mais impossibles pour deux étrangères.

Une position très inconfortable pour tout le monde comme nous l’avoue sans détour Michel Lethenet, responsable des relations presse chez Mavic, en nous guidant dans les couloirs de ce siège qui sent encore le neuf. Plus tôt le déménagement pouvait se faire, mieux c’était, et la construction du bâtiment, décidée dès le rachat par Bourrelier, a battu des records de rapidité : à peine 8 mois pour faire sortir de terre ces 8 500 m² qui abritent bureaux, SAV et lignes de production.

L’espace est divisé en deux mais contrairement au site de Metz-Tessy, tout est ici rassemblé sous le même toit. D’un côté, 6 000 m² d’atelier où l’on retrouve toutes les sections que nous avions pu voir l’année dernière (lire Visite | Mavic : en quête de renouveau) : fabrication des roues carbone haut de gamme, prototypage, SAV ou encore tests et mesures, tout a suivi le déménagement.

De l’autre, 2 500 m² de bureaux. Encore loin d’être remplis, ils illustrent d’une certaine façon la volonté de Bourrelier de (re)faire grandir la marque sur le long terme.

Photo J.Pruniaux / Argo

Vu la situation de Mavic, la taille peut d’ailleurs surprendre : viser aussi grand (10 millions d’euros ont été investis pour ce bâtiment) alors que la marque essaye seulement de se relever de plusieurs années d’errances et de direction peu claire, cela paraît au minimum ambitieux. Il ne faudrait pas se prendre pour Icare…

Pourtant, Michel Lethenet est confiant et nous rassure : “Les Bourrelier [Jean-Michel et Yoann, les deux frères qui dirigent maintenant Mavic] sont très impliqués dans le projet, ils veulent vraiment faire quelque chose de bien. Ils sont présents toutes les semaines, il y a un comité de direction chaque lundi.”

En témoigne l’activité actuelle de l’entreprise : 45 personnes ont déjà été embauchées depuis la reprise. Il faut dire qu’il y avait beaucoup à faire, comme nous l’explique Michel : “On partageait tellement de choses avec Salomon que c’est comme si on avait dû remonter une nouvelle entreprise. Il a fallu refaire les fondations et recréer des départements comme le service informatique, le service comptable, la logistique, les filiales européennes…”

Cette dynamique (très) encourageante se heurte toutefois aux problèmes qui frappent l’industrie depuis près de 3 ans maintenant : les coûts et les délais d’approvisionnement. Pas évident de se relever quand les conteneurs mettent plus de temps à arriver et coûtent 5 fois plus cher…

Et pas besoin de parler d’Asie pour en arriver là : les roues Mavic sont produites à 97 % en Europe, matière première comprise (sauf peut-être l’extraction du minerai pour les jantes en aluminium, mais Mavic utilise 80 % d’aluminium recyclé). Ci-dessus, la fabrication d’un rayon carbone utilisé sur certains modèles de route. Tout un art !

Entre la petite ligne de Chavanod pour les pré-séries destinées au laboratoire, les modèles très exclusifs et ceux dédiés aux équipes professionnelles, l’usine de Saint-Trivier-sur-Moignans (Ain) et celle en Roumanie, la marque assure l’essentiel de sa production sur notre continent.

On découvre au passage certaines machines qui nous avaient échappé lors de notre précédente visite, comme celle-ci qui permet d’appliquer parfaitement et en quelques secondes le fond de jante sur n’importe quelle roue. Ça fait rêver…

Il en sera bientôt de même pour le textile. Si on n’associe pas toujours les vêtements, casques et chaussures à Mavic, ce segment fait partie de la marque depuis 2008 et représentait en 2018 un cinquième du chiffre d’affaire de l’entreprise. Hors de question de s’en débarrasser donc, bien au contraire : l’objectif est de rapatrier la production en Europe, avec une nouvelle approche… mais nous n’en saurons pas plus à ce sujet. Tout juste apprendra-t-on que dès l’année prochaine, les chaussures seront fabriquées en Italie plutôt qu’en Asie ou au Maghreb.

De quoi permettre à Mavic de retrouver sa place dans le milieu du vélo ? Si la marque a amorcé un joli redressement côté produits avec ses nouvelles gammes de roues, en VTT comme en route, il faudra encore du temps avant de retrouver les grandes heures qui ont fait la réputation de l’entreprise. Lors de notre passage au mois de juillet, l’ambiance au service course était ainsi un peu particulière : pour la deuxième fois seulement, Mavic suivait le Tour de France à la maison au lieu de s’occuper de l’assistance neutre de la course.

ASO avait en effet décidé, début 2021, de confier le service à Shimano plutôt qu’à Mavic. L’assistance neutre, c’était tout un pan de l’histoire de la marque, un service inventé en 1973 par la marque et officiel sur le Tour de France depuis 1977, soit 43 ans…

En attendant, quelques pièces de collection se cachent dans les recoins du service course, comme ce superbe Lotus 110 avec un poste de pilotage prototype ou cette roue de BMX 20″. Saviez-vous que dans le milieu des années 1980, les BMX MBK étaient montés avec des roues Mavic ?

On vous l’a déjà montré mais impossible de résister : on devait reprendre quelques photos de la transformation des moyeux, depuis le lopin d’aluminium jusqu’à l’enveloppe finale.

On les avait quittés partagés entre le soulagement d’avoir un repreneur et l’attente, ou le doute, face à l’avenir, on les a retrouvé confiants et projetés dans cet avenir. Avec ce déménagement, les heures sombres de Mavic semblent bel et bien terminées et s’il reste, pour la marque, à construire son futur, on a hâte de voir ce qu’il nous réserve !

Notre visite de l’année dernière. Anciens locaux, histoire de la marque et fabrication (par nos petites mains !) d’une roue carbone, elle est bien différente de celle-ci et on vous conseille aussi d’aller la lire : Visite | Mavic : en quête de renouveau