Test | Rossignol Heretic XT : le nouvel élève

Tech
30 juin 2022 — Léo Kervran
Quand un nouvel élève arrive dans la classe, c'est toujours un peu excitant. Il y a quelques mois, Rossignol annonçait pour la première fois une gamme de vélos destinés directement aux pratiquants, après quelques années à travailler uniquement avec les structures de location. La place du vélo dans le groupe grandit maintenant à vue d’œil et ça tombe bien, nous avons pu faire connaissance avec leur modèle fer de lance, l'Heretic. Résultat de trois mois de test au guidon de cet enduro qui se veut accessible et polyvalent :

L’histoire entre Rossignol et le vélo commence en 2016, lorsque le groupe décide de diversifier ses activités et de sortir un peu du monde des sports d’hiver. Avec l’acquisition de Time dès le mois de février puis de Felt l’année suivante, Rossignol développe une stratégie particulière, tournée vers la location.

Une idée bien trouvée, car le groupe dispose d’un gigantesque réseau de magasins et de loueurs grâce à son activité hivernale. En s’appuyant sur ces derniers, Rossignol va pouvoir amasser rapidement de l’expérience et surtout obtenir facilement beaucoup de visibilité : c’est simple, les vélos rouge et noir sont partout en station.

Toutefois, la marque ne dispose pas encore de véritable “division vélo” et compte alors essentiellement sur les ingénieurs de Felt, racheté en 2017, pour la conception de ses machines sur la base des demandes des magasins. Si cette genèse vous intéresse, on vous invite à aller (re)lire notre visite du début de l’année dans les bureaux du groupe (Visite | Rossignol : à l’aube d’une nouvelle ère). Toutefois, aujourd’hui, c’est à un vélo en particulier qu’on s’intéresse.

Avance rapide jusqu’en 2022 : pour la première fois de son histoire, Rossignol Bikes décide de s’ouvrir directement aux pratiquants avec une gamme en vente directe. Cette première génération est encore issue de la collaboration avec Felt mais à l’avenir, tous les vélos seront conçus en France à Moirans, par la toute nouvelle division vélo.

Voilà pour le cadre. La famille compte aujourd’hui 5 modèles : les Mandate Uno (draisienne) et Mandate Junior pour les enfants, le Mandate sur le segment trail, l’e-bike Mandate Shift et enfin l’Heretic pour l’enduro. C’est ce dernier qui nous a accompagnés pendant plusieurs mois et dont nous allons parler ici.

Châssis

Chose assez peu commune pour un enduro de nos jours, l’Heretic n’est disponible qu’avec un cadre en aluminium. Albert Baques, de Rossignol Bikes, nous expliquait lors de notre visite que “faire du carbone, ça aurait été possible, on a accès aux usines mais on a choisit de ne pas le faire et ce n’est pas quelque chose qu’on vise à l’avenir. L’aluminium correspond mieux à ce qu’on vise au niveau de l’accessibilité et du comportement de nos vélos, faciles et ludiques.”

Des arguments qui, comme on le verra plus loin dans les sections tarifs et comportement, sont loin d’être lancés en l’air. Autre particularité du vélo, sa taille de roues : il est disponible en 27,5″… ou en 29″, selon la taille. 27,5″ pour le XS et le S et 29″ du M jusqu’au XL, avec une géométrie adaptée en conséquence.

Côté pratique, on relève un levier d’axe de roue arrière amovible qui peut également faire office de clé pour le levier de roue avant et des inserts sous le tube supérieur (pour y fixer un support d’outils), un accessoire presque incontournable de nos jours.

Sans surprise, les gaines et Durits passent en interne mais ne sont pas guidées. A ce sujet, nous avons d’ailleurs eu quelques soucis avec la gaine de tige de selle télescopique, un peu capricieuse. Elle ne coulisse pas naturellement au niveau du petit passage en extérieur près du boîtier de pédalier et lorsqu’on change la hauteur de selle, il faut bien l’aider à circuler sous peine de bloquer le mécanisme de la tige.

Enfin, la finition est simple et sobre, avec une teinte gris clair métallisé relevée de marquages noirs. Elle est toutefois solide puisque malgré l’absence de protection sur le tube diagonal, nous n’avons relevé aucune marque sur le cadre après plusieurs mois de tests dans toutes les conditions. Seules les soudures mériteraient un peu plus de travail pour être plus discrètes et mieux intégrées aux formes des tubes.

Suspension

Pour la suspension, Rossignol a opté pour une conception éprouvée avec une architecture de type 4 bar linkage couplée à un amortisseur placé le long du tube de selle. Elle développe ici 160 mm de débattement.

A l’avant, le vélo est prévu pour être monté avec une fourche de 160 mm également. Sur notre montage haut de gamme, c’est RockShox qui s’occupe de tout et on a droit à ce qui se fait de mieux chez le fabricant américain pour l’enduro : fourche Zeb Ultimate et amortisseur Super Deluxe Ultimate.

Géométrie

La géométrie de l’Heretic est dans la tendance actuelle, sans excès et sans chercher à repousser les limites. On sent bien à la lecture du tableau que Rossignol a voulu faire une monture équilibrée et moderne mais capable de se montrer accessible.

On a ainsi un angle de direction de 64,5°, un angle de tube de selle de 77° et un reach de 450 mm en taille M ou 477 mm en taille L. On remarque aussi des bases qui penchent presque du côté “long” du spectre, surtout en 29″ (445 mm, contre 435 mm en 27,5″) et un boîtier de pédalier relativement haut, à seulement – 20 mm depuis le niveau des axes de roues. Ces deux cotes pourraient apporter une certaine stabilité au vélo, au détriment d’un peu de maniabilité dans les virages les plus serrés.

Equipements

Comme son nom l’indique, le Heretic XT profite d’un groupe complet en Shimano Deore XT. Cela concerne la transmission, équipée d’un plateau en 32 dents et d’une cassette en 10-51, mais aussi les freins, qui profitent de disques en 203 mm devant comme derrière.

On en retrouve même jusqu’au train roulant, puisque les jantes E*Thirteen LG1+ Trail sont reliées à des moyeux Deore XT.

Côté pneus, on a droit au classique couple Maxxis Assegai 2.5 à l’avant et DHR II 2.4 à l’arrière. Seul bémol, le premier est en carcasse Exo, trop souple et fragile à notre goût pour de l’enduro. Le second est en Exo+, déjà plus robuste même si l’idéal serait certainement du DoubleDown. Sur notre monture de test, on les a rapidement remplacé par une paire de Goodyear Newton MTF / MTR en carcasse enduro, dont nous publierons l’essai prochainement.

Le poste de pilotage est signé E*Thirteen avec un cintre en 760 mm en taille XS et S ou 800 mm en M à XL, ainsi qu’une potence en 40 mm de S à M et 50 mm en L/XL. Enfin, la selle est une WTB Silverado, montée sur une tige de selle KS Lev Integra à la course variable selon la taille du vélo (65 mm XS / 100 mm S / 150 mm M & L / 175 mm XL).

Dans ce montage, Rossignol annonce un poids de 16,08 kg pour le vélo en taille M et chambre à air mais nous avons eu la bonne surprise de découvrir que notre modèle se situait un peu en dessous : 16,01 kg pour notre taille L montée en tubeless.

Et le prix dans tout ça ? L’Heretic XT est affiché à 4 699 €, un tarif qui fait de lui une très bonne affaire compte tenu de l’équipement : RockShox Ultimate, Shimano Deore XT…

Versions et tarifs

Le Rossignol Heretic se décline en 3 versions au total. Notre modèle XT représente le haut de gamme mais la marque propose aussi deux montages plus accessibles :

  • un montage en Shimano SLX et suspensions RockShox Super Deluxe Select+ / Zeb Select+ à 3 599 €
  • un montage Shimano Deore 12 avec suspensions RockShox Deluxe Select+ / Zeb à 2 799 €

Le Rossignol Heretic XT sur le terrain

Autant le dire tout de suite, nos premières sorties avec le Rossignol Heretic n’ont pas été les plus faciles. Comme le suggérait le tableau de géométrie, le vélo est bien équilibré et on trouve vite sa position à son guidon, mais la suspension arrière nous a donné plus de fil à retordre. Avec un sag de 30 %, on a l’impression que la roue arrière manque cruellement de grip en virage comme en freinage et la carcasse du pneu trop souple qui oblige à surgonfler ne fait rien pour aider.

Après un peu de tâtonnement, d’essais plus ou moins fructueux et un changement de pneus, on finit toutefois par trouver un réglage satisfaisant. Avec 35 % de sag, on a plus de sensibilité, une meilleure lecture de terrain et un comportement bien plus en ligne avec les prétentions du vélo, bien plus agréable à rouler aussi.

En revanche, il ne faut pas hésiter à jouer un peu du réglage de compression basses vitesses et surtout à ajouter quelques tokens dans l’amortisseur. Le premier permet de contrôler le comportement et de “récupérer” le soutien qu’on a perdu en diminuant la pression d’air, tandis que les seconds sont nécessaires pour éviter de talonner trop souvent, encore une fois à cause de cette pression d’air plus faible.

Une fois ceci réglé, on retourne sur les chemins. Avec un poids qui dépasse les 17 kg tout équipé (pédales, gros pneus, porte-bidon et bidon…), la montée n’est logiquement pas là où l’Heretic brille le plus mais comme la position est bonne, ça passe sans problème en prenant son temps.

En descente, on a affaire à un enduro “facile”, un vélo au caractère neutre qui passe partout et ne demande pas un énorme bagage technique pour être piloté. Au guidon de l’Heretic, on se fait facilement plaisir et peu importe la situation ou le sentier sur lequel on l’emmène, il suit sans faiblir.

Durant nos plusieurs mois de test, le vélo a vu de la piste permanente de bikepark, des petits chemins de montagne, les plus célèbres trails d’enduro de Finale Ligure… Des terrains très différents sur lesquels il s’en est toujours sorti honorablement, faisant preuve d’une belle polyvalence.

Alors, bien sûr, il n’est pas encore au niveau des meilleures machines du moment. Les pilotes les plus pointus pourront notamment se plaindre d’un certain manque de rigidité de la partie arrière, qui apporte du confort à rythme tranquille mais gêne pour exploiter correctement les appuis en virage. Celles et ceux qui aiment la pente raide trouveront peut-être le tube de selle un peu long. Les aficionados d’enchaînements de virages reprocheront éventuellement un manque de dynamisme dans les changements de direction, revers de la médaille d’une stabilité qui mettra en confiance les autres pratiquants.

Toutefois, pour un premier “vrai” VTT destiné au public, on peut estimer que Rossignol a réussi son coup. N’oublions pas qu’on parle d’une marque qui n’a aucune véritable expérience dans le milieu. Mieux encore, la toute jeune division vélo est déjà consciente de ces défauts et réfléchit aux pistes d’évolution.

Ainsi, le Rossignol Factory Team roule actuellement sur les Enduro World Series avec un triangle arrière modifié : bases plus courtes de 10 mm et plus rigides, basculeur différent et roues en carbone, pour rigidifier encore le vélo…

Côté fiabilité, on notera que les roues E*Thirteen / Shimano nous ont posé quelques soucis en début de test, avec des têtes de rayons qui avaient une fâcheuse tendance à se desserrer, en particulier sur la roue arrière. Une fois pris le temps de remettre tout cela en ordre correctement, elles n’ont plus bougé. On signalera aussi qu’un roulement s’est décollé de son logement sur la liaison hauban-basculeur, entraînant du jeu alors que la vis était toujours bien serrée. C’est un problème que Rossignol à reconnu sur notre modèle de test et le prend en garantie sans difficulté. Pour le reste, rien à signaler !

Verdict

“Avec ces premiers modèles, la marque est à la recherche de crédibilité”, écrivions-nous à l’occasion de notre visite dans les bureaux de Rossignol, en mars dernier. Objectif atteint avec cet Heretic ! Rossignol propose ici un très bon enduro grand public, polyvalent et facile à prendre en main. En prime, il peut se targuer d’offrir un équipement de premier ordre pour un tarif tout à fait correct. On conseillera tout de même aux plus exigeants d’attendre les prochaines évolutions mais pour des “premiers pas” dans le monde du VTT, c’est une base plus qu’intéressante sur laquelle construire l’avenir… côté marque comme côté pilote ! Rendez-vous dans quelques années pour voir les progrès ?

Vous en voulez encore plus ? Retrouvez cet essai en vidéo :

Rossigno Heretic XT

  • Position confortable et équilibrée
  • Comportement sain et accessible, prise en main facile
  • Rapport équipement - prix très intéressant
  • Manque de rigidité sur l'arrière
  • Passage de la gaine de tige de selle télescopique capricieux
  • RAS
Note générale
Évaluation du testeur
Prix d'excellence
Coup de coeur
Rapport qualité / prix
Usage recommandé
  • XC
  • TR
  • EN
  • DH
Prix : 4 699 €
Poids : 16,01 kg (taille L, sans pédales)

Plus d’informations : rossignol.com

Notre visite chez Rossignol : Visite | Rossignol : à l’aube d’une nouvelle ère