Test | GPS Hammerhead Karoo 2 : un petit Poucet plein de potentiel

Tech
15 janvier 2023 — Adrien Protano

Dans le monde du GPS, différents protagonistes moins populaires font face au gargantuesque Garmin, et Hammerhead est l’un d’eux. Son dernier modèle en date, le Karoo 2, présente de réels points forts, mais sont-ils suffisants pour faire frissonner le leader Garmin ? Réponse : 

C’est par la porte du financement participatif qu’Hammerhead est arrivée sur le marché en 2017, avec son GPS doté d’une forme originale de marteau (d’où le nom…) et simplement agrémenté de LED. La marque est ensuite revenue à un design plus conventionnel avec le Karoo 1, avant d’être intégrée au sein du groupe Sram en janvier 2022.

Après l’intégration sous l’application “AXS” des différents capteurs, tels que l’AirWiz (petit capteur vérifiant en permanence la pression dans les suspensions) ou encore le Quarq TyreWiz (surveillant quant à lui la pression des pneumatiques), la course à l’électronique semble donc continuer pour Sram.

Cette fois-ci, la marque américaine se penche sur un GPS en collaboration avec Hammerhead : le Karoo 2. Voilà encore un nouvel indice qui peut nous laisser penser à l’arrivée d’un moteur Sram, aperçu sur la manche d’ouverture des EWS-E à Tweed Valley.

Châssis : saut dans la modernité

Découverte lors de l’Eurobike 2022, cette deuxième version du Karoo emmène avec elle une grosse évolution esthétique. On retrouve un design beaucoup plus moderne et moins encombrant, mesuré à 100,6 x 60,8 x 19,3 mm et pesé par nos soins à 124,8 g. À titre de comparaison, le Edge 1040 de chez Garmin mesure 117,6 x 59,3 x 20,0 mm pour 126 g.

Saut dans la modernité également pour l’écran de 81 mm de diagonale (3,2 pouces) et d’une résolution de 480 x 800 pixels (contre 88,9mm de diagonale et 282×470 pixels pour le Garmin 1040). Cet écran présente l’avantage d’être tactile mais peut tout autant être contrôlé par 4 boutons, situés respectivement sur les deux flancs de l’appareil, ce qui peut s’avérer fort pratique lors de conditions plus capricieuses (boue, pluie, neige…).

Hammerhead ne tarit pas d’éloges quant à cet écran, puisque la marque explique que ce Karoo 2 « possède le plus large spectre de couleurs et une densité de pixels deux fois supérieure (292PPI) à celle de son plus proche rival, le tout sur un écran tactile réactif de type smartphone ». Si la bataille marketing bat évidemment son plein sur le segment, il faut avouer que les couleurs de l’écran nous ont agréablement surpris et que la sensation au toucher du tactile est agréable et fluide.  

La surprise est également de mise lorsqu’on retourne le Karoo 2, puisque Hammerhead a ici fait le choix de se tourner vers un nouveau système de fixation propre. Habitués à l’écosystème Garmin et sa fixation en relief, c’est ici tout le contraire : la face arrière du Karoo 2 est creusée et c’est le support qui vient directement se bloquer au sein de cette encoche.

La marque du groupe Sram a cependant prévu de manière honorable un adaptateur vers les fixations Garmin, qui est livré de série avec le GPS. Pourquoi réinventer la roue, n’est-ce pas ? Aux côtés de cet adaptateur, le Karoo 2 est également livré avec un support de cintre (rond de 31,8mm) déporté, une dragonne, un câble de recharge et même une petite clé Allen pour installer le support.

Fonction GPS : simplicité déconcertante

Une fois allumé, l’Hammerhead Karoo 2 propose un joli écran d’accueil permettant de naviguer entre les différents profils. Ce fonctionnement sous forme de profils distincts est bien pratique puisqu’il permet d’avoir des affichages et des réglages respectifs en fonction de la pratique ou du vélo du jour (VTT, gravel, indoor, route, etc).

De manière globale, le Karoo 2 présente des menus plutôt ergonomiques. Le GPS ne regorge pas d’une multitude de sous-menus dans lesquels on se perdrait aisément. Hammerhead semble avoir voulu jouer la carte de la simplicité, tout tombe facilement sous la main et semble rangé à sa place. Malheureusement, un point noir subsiste : seul l’anglais est pris en charge par l’ordinateur de bord à l’heure actuelle. Même s’il est possible de s’en sortir sans connaissance approfondie de la langue de Shakespeare, cela demeure un inconfort dans l’utilisation pour une partie des utilisateurs.

Sur le papier, les 2 grands systèmes de localisation (GPS et GLONASS) sont pris en charge, mais GALILEO manque à l’appel. On retrouve toutefois la compatibilité avec le système chinois COMPASS et le système japonais QZSS, se développant de manière rapide ces derniers temps. S’ils n’ont pas encore l’envergure pour remplacer les systèmes utilisés à l’heure actuelle, leur intégration au sein du Karoo 2 par Hammerhead semble être une sage décision.

Au niveau de la connectivité, le Karoo 2 est évidemment compatible ANT et ANT+, mais propose également le Bluetooth 4 ainsi que le WIFI. Il est équipé d’un port à l’arrière du GPS destiné à accueillir une carte SIM afin de bénéficier du réseau cellulaire.
La connexion Bluetooth permet l’affichage des notifications du téléphone directement sur le GPS lors de la sortie. Il est évidemment possible de coupler sa transmission Sram AXS mais aussi son radar Garmin Varia et/ou son home trainer.

Attention, si les transmissions électriques Shimano étaient anciennement compatibles avec les appareils Hammerhead, l’entrée de la marque au sein du groupe Sram y a mis un terme. Il n’est donc plus possible de coupler sa transmission Di2 à son GPS Karoo 2.

Le WIFI, quant à lui, offre la possibilité de synchroniser le GPS avec le « Hammerhead Dashboard ». Cette interface en ligne, particulièrement jolie et épurée de la marque, permet la création et la gestion de ses sorties, ainsi que la synchronisation avec des services tiers tels que Strava, Komoot,… C’est également via cette interface que s’effectue l’importation des séances d’entraînement.

Sur le papier, créer son itinéraire sur le « Hammerhead Dashboard » peut sembler être un jeu d’enfant. En pratique toutefois, l’outil de création est un peu réticent à emprunter les chemins “VTT” et préfère contourner via de larges sentiers avoisinants. Rien de tragique en conclusion puisqu’il est possible avec un peu de patience de forcer la main à ce créateur d’itinéraire ou de passer par d’autres outils de créations et de simplement importer le fichier GPX sur ce « Dashboard ».

Il convient de remarquer qu’aucune application téléphone n’a été mentionnée. Si cela peut être frustrant après l’activité, lorsqu’on désire analyser notre sortie, cela l’est davantage au moment d’importer un parcours où le passage par l’interface web d’Hammerhead est imposé. Et qui dit interface web dit connexion au GPS par un réseau wifi… Impossible donc d’ajouter un parcours en dernière minute via le Bluetooth, voilà qui est dommage !

Fonction compteur / entrainement

Permettre la personnalisation selon les goûts de l’utilisateur, voilà la mission qu’Hammerhead a confiée à ce Karoo 2. Les écrans de données “In-ride” (comprenez  lors d’une activité) sont modifiables à souhait, et ce distinctement en fonction du profil choisi.

Hammerhead sort son épingle du jeu en proposant une multitude de données sous forme graphique, plus confortables que l’affichage généralement numérique proposé par ses principaux concurrents. Vous pouvez ainsi visualiser votre transmission, votre fréquence cardiaque ou encore le dénivelé en approche durant les prochains kilomètres. Si la fonctionnalité est agréable à l’utilisation, il ne s’agit pas là pour autant d’une révolution. 

En ce qui concerne les programmes d’entraînement, le Karoo 2 ainsi que l’interface web d’Hammerhead ne prennent pas en charge la création de ceux-ci, mais uniquement leur importation. Hammerhead a ici fait le choix de travailler en collaboration avec TrainingPeaks qui bénéfice d’une synchronisation automatique. Notons toutefois qu’il également possible d’importer simplement ses fichiers d’entraînement sur la plateforme d’Hammerhead.

Une fois importé sur le GPS, le suivi d’un programme d’entrainement est aussi simple que possible. Dans ce domaine, la fonction d’affichage graphique prend plus de sens, les informations étant davantage mises en évidence et faciles à suivre.

Stockage, autonomie et tarif :

Le Karoo 2 est doté d’un espace de stockage de 32 go, sans possibilité d’extension. Pour les plus gourmands, il faudra donc à terme effectuer un tri parmi l’ensemble des sorties effectuées et/ou des itinéraires importés, au risque de saturer le GPS.

La marque américaine annonce une autonomie de 12 heures dans des conditions normales, avec une recharge complète en moins de 3 heures, et une recharge des 30 premiers pourcentages de la batterie en moins de 30 minutes. La recharge s’effectue via un port USB-C.

Le Karoo 2 est commercialisé au tarif de 399€. Si le GPS d’Hammerhead est à juste titre en deçà des tarifs de Garmin, il rejoint la moyenne des prix pratiqués par le reste la concurrence.

Hammerhead Karoo 2 : le test terrain

Pas de changement de support grâce à l’adaptateur fourni par Hammerhead, le Karoo 2 s’installe en lieu et place de l’habituel Garmin en toute simplicité. Avec un gabarit similaire à un Wahoo Elemnt Roam, le GPS d’Hammerhead n’est ni trop grand, ni trop petit, une fois placé sur le poste de pilotage. Il ne reste plus qu’à rouler !

Au terme des multiples sorties et de ces longues semaines de test, le Karoo 2 ne présente aucune griffe, ni sur le châssis ni sur l’écran. Voilà de quoi laisser penser à une certaine robustesse, voeu de durabilité. Le petit pourtour renfoncé situé entre l’écran et le corps du GPS est par contre un refuge pour les petites crasses et résidus de boue du dimanche matin, prudence pour les plus maniaques…

S’il fallait situer ce Karoo 2 par rapport à la concurrence, le choix serait évident : pile entre un Garmin très (trop ?) complet et un plus simple mais tout aussi efficace Wahoo. Ce GPS Hammerhead ne dispose pas de la tonne de fonctionnalités que l’on peut retrouver sur un appareil Garmin des gammes 530/830/1040, mais il dispose pourtant de l’ensemble des fonctions nécessaires pour la majorité d’entre nous. On retrouve ainsi une simplicité d’utilisation similaire à celle d’un Wahoo, et pourtant sans passer par une application smartphone comme le fait la marque américaine.

Comme on vous l’expliquait précédemment, l’ergonomie générale est plutôt confortable et la prise en main s’est faite aisément, même pour les moins “geeks” d’entre nous. Les menus sont réduits au strict nécessaire et les fonctionnalités se trouvent là où on les attend.

Au-delà de la mise en route et du chargement initial des menus lors de l’ouverture qui ont tendance à être plus longs que ce qu’offrent généralement ses principaux rivaux, le Karoo 2 ne présente aucune latence durant l’utilisation. La réactivité qu’il offre est proche de celle d’un smartphone et cela permet une fluidité appréciable dans l’usage. L’écran tactile a également un rôle certain dans ce confort d’utilisation, et son dédoublement avec les boutons se fait globalement de manière instinctive. Notons également que l’écran est doté d’un traitement anti-reflet, ce qui permet d’apercevoir clairement l’écran même lorsque le soleil donne dessus.

La connexion de différents capteurs (fréquence cardiaque, capteur de puissance …) est aussi simple que possible. En ce qui concerne les capteurs de puissance, le Karoo 2 permet de définir les valeurs de ses zones de puissance mais également le nombre de zones désirées, ce qui n’est pas souvent le cas. Pour le détail, connecté à un radar Varia de chez Garmin, le Karoo 2 prend en charge son affichage sous forme d’une bande jaune affichant les véhicules arrivant dans notre dos, comme on peut le retrouver sur un appareil Garmin.

Côté navigation GPS, Hammerhead a également opté pour la simplicité. Le fond de carte “Open Street Maps” est épuré et permet une lecture plutôt facile. Toutefois, il ne s’agit pas non plus là de la carte la plus fournie du marché et certains petits singletracks peuvent parfois s’avérer manquants. Le Karoo 2 est doté d’un système de pause automatique plutôt fiable, qui ne s’enclenche pas au moindre passage d’obstacle à basse vitesse.

Sur les écrans de données, une petite fenêtre d’indication informe en permanence du prochain changement de direction. Lorsque celui-ci arrive à proximité, des informations supplémentaires s’affichent tandis qu’un signal sonore avertit l’utilisateur. Le système est plutôt bien fait et agréable une fois sur les sentiers.

En cas d’erreur sur les sentiers ou de déviation obligatoire, le Karoo 2 propose directement un itinéraire afin de rejoindre le parcours initialement suivi. Pour signaler qu’on se trouve sur un itinéraire dévié, celui-ci se colore en rouge, tout comme les indications de direction sur les pages de données.

Une fonctionnalité qui nous a plu est cet affichage graphique du profil d’ascension dénommé “Climber”

Une fonctionnalité qui nous a plu est cet affichage graphique du profil d’ascension qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur le pourcentage à venir et le dénivelé restant. Dénommée “Climber” et comparable au “Climb Pro” de Garmin ou au “Summit” de chez Wahoo, cette fonctionnalité a l’avantage par rapport aux deux concurrents précités d’être disponible même en dehors d’un parcours préenregistré.

L’enregistrement de données par le Karoo 2 est également très fiable. Cependant, aucune application téléphone n’est disponible pour consulter toutes les informations enregistrées par le GPS après la sortie. Le passage par l’interface web d’Hammerhead est donc tout bonnement imposée. Celle-ci n’est pourtant pas la plus détaillée et les plus curieux des chiffres devront donc se tourner vers une plateforme tierce pour analyser en détails leur activité.

Finalement, si l’autonomie est suffisante pour des aventures à la journée, elle est pourtant loin d’inquiéter les derniers modèles en date de chez Garmin. Evidemment, il est toujours difficile d’estimer et de donner des chiffres exacts puisque de nombreux facteurs rentrent en ligne de compte : luminosité, nombre de capteurs connectés… Quoi qu’il en soit, l’estimation des 12h d’autonomie fournie par Hammehead rencontre nos diverses expériences sur les sentiers. Il convient toutefois de noter qu’une recharge en cours d’utilisation est envisageable, et donc qu’une batterie externe pourrait être branchée au GPS en cas d’ultime nécessité sur les sentiers.

Il faut également souligner le suivi assuré par Hammerhead, qui effectue (très) régulièrement des mises à jour afin de corriger d’éventuels soucis, d’apporter de nouvelles fonctionnalités ou encore de rendre son GPS plus réactif. Une différence notable dans l’utilisation a pu être observée entre le Karoo 2 à sa sortie et sa version actuelle désormais corrigée par ces multiples mises à jour. En quelques mois, l’appareil d’Hammerhead s’est taillé une véritable place au titre de concurrent face à Garmin.

Verdict

Si le Karoo 1ère génération semblait hors course face à ses concurrents en raison de son châssis trop encombrant, le Karoo 2 signe une véritable revanche pour Hammerhead. Moderne et robuste, le Karoo 2 est doté d’un écran raffiné et agréable à utiliser. L’appareil est fluide et offre des menus ergonomiques, mais malheureusement disponible à ce jour uniquement en anglais. Sortie de piste toutefois concernant l’absence d’application mobile et l’imposition de connexion wifi qui en découle afin de synchroniser le GPS. Si le petit Poucet Hammerhead a planté de jolies bases pour combattre le géant Garmin à l’avenir, il semblerait que sa perte de couronne ne soit pas encore à l’ordre du jour. 

Hammerhead Karoo 2

  • Écran coloré et lumineux
  • Ergonomie et simplicité des menus
  • Fluidité de l'appareil
  • Absence de toute fonction native liée à la création d'entraînement (renvoyé à l'usage d'applications tierces)
  • GPS et plateforme web uniquement disponible en anglais
  • Absence d'application téléphone
  • Connexion WIFI obligatoire (et non Bluetooth)
Note générale
Évaluation du testeur
Prix d'excellence
Coup de coeur
Rapport qualité / prix
Usage recommandé
  • XC
  • TR
  • EN
  • DH
Prix : 399,99€
Poids : 124,8 g