Nouveauté | RockShox AirWiz & Quarq TyreWiz 2.0 : Sram et l'électronique, l'histoire continue

Tech
30 octobre 2021 — Léo Kervran

Trek vient de dévoiler la deuxième génération de son VTTAE polyvalent Rail, mais au-delà des évolutions sur la géométrie, la suspension ou l’assistance, une petite surprise se cache sur les versions les plus haut de gamme : les capteurs RockShox AirWiz et Quarq TyreWiz 2.0. Encore de l’électronique ? A quoi ça sert ? Voici toutes les informations :

AirWiz

L’AirWiz, c’est un petit capteur co-développé par RockShox et Trek qui suit en permanence la pression dans les suspensions, fourche ou amortisseur. Le principe est très simple : il s’agit d’indiquer à tout moment si la pression dans la suspension est bien dans la fourchette désirée et pas au-dessus ou en dessous. Attention à ne pas le confondre avec le ShockWiz, développé et commercialisé par Quarq depuis 2017, qui constitue lui une véritable aide aux réglages des suspensions. Pour l’instant, l’AirWiz est réservé à Trek et ne peut être trouvé que sur les fourches Zeb Ultimate et les amortisseurs SuperDeluxe Ultimate Thrushaft.

Comment ça fonctionne ? On entre son poids dans l’application Sram AXS, on obtient une pression recommandée et il ne reste plus qu’à gonfler sa fourche ou son amortisseur à ladite pression. Tant que tout va bien, la petite diode clignote en vert, mais si on a perdu de l’air et qu’il faut regonfler, elle passe au rouge avec un clignotement lent. A l’inverse, s’il y a trop de pression, elle clignote en rouge rapidement. Une pile CR2032 alimente le tout en énergie, pour une autonomie annoncée à 300 heures.

Sur le papier, le système a toutefois certaines limites car on ne peut par exemple par définir soi-même la fourchette de pression “verte”. Si Trek a bien fait son travail pour définir les préconisations de réglage, cela ne devrait pas poser de souci mais si votre réglage idéal se situe en dehors de la plage recommandée par la marque, comme cela arrive parfois, l’AirWiz indiquera en permanence qu’on est en dehors de la plage.

Il est également utile de noter que le système AirWiz prend un peu de place dans la fourche et l’amortisseur, l’équivalent d’un token. Les possibilités de réglage sont donc un peu plus limitées que sur une suspension classique.

Au final, l’AirWiz apparaît donc comme une aide de base au réglage, très simple mais qui a cependant l’avantage d’être très visuelle. Nul doute que cela aidera certaines personnes mais on ne peut s’empêcher de penser qu’à l’heure où les industries du monde entier font face à une grave pénurie de composants électroniques, cette invention “gagdet” apparaît un peu à contre-courant…

TyreWiz 2.0

Le TyreWiz 2.0, évolution du capteur de pression pour les pneus TyreWiz, reprend le même principe en ajoutant une petite diode au capteur présent sur la jante. Là encore, c’est réservé pour l’instant à Trek et aux roues Bontrager. Le boîtier est spécifique et épouse parfaitement la forme de la jante, comme pour la version développée pour les roues Zipp 3Zero Moto.

A nouveau, rien d’indispensable, mais dans la mesure où la pression des pneus varie bien plus souvent que celle des suspensions, le capteur TyreWiz a un peu plus de sens que l’AirWiz et surtout, il s’adresse à tous les pratiquants.

Plus d’informations : trekbikes.com