Rockrider Racing Team 2023 :
Phase 2.0 enclenchée

Sport
16 décembre 2022 — Adrien Protano

2023 est synonyme d’évolution pour le jeune Rockrider Racing Team. Au programme : internationalisation et féminisation, avec l’arrivée de 4 « petits nouveaux ». Venus de France, d’Italie et même d’outre-Atlantique, ils viennent renforcer l’équipe avec un objectif en tête : les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec les différents pilotes pour prendre la température au sein du team de la marque française. Rencontre : 

C’est au sein du B’twin Village, dans la banlieue de Lille, que le Rockrider Racing Team nous a conviés pour la présentation de son effectif 2023. Après une première saison qu’on peut qualifier de réussie pour la jeune équipe, le Rockrider Racing Team ne compte pas lâcher du lest et affiche de grands objectifs pour cette nouvelle année.

Decathlon étant partenaire des Jeux Olympiques 2024 à Paris, le Rockrider Racing Team a renforcé son effectif et l’a internationalisé pour espérer avoir un maximum de représentants sur la ligne de départ. En plus des pilotes et du staff, Rockrider annonce travailler d’arrache-pied sur le développement de nouveaux produits pour offrir des armes solides aux pilotes du team.

Après l‘annonce de la fin de sa carrière professionnelle durant les championnats du monde 2022 aux Gets, Stéphane Tempier a saisi l’opportunité de rester au sein du Rockrider Racing Team, mais sous une autre casquette, celle de manager-adjoint du team au côté de Sam Rocès. Ce dernier occupait déjà le poste de manager durant cette saison 2022 et brûle d’impatience d’entamer ce nouveau chapitre du team.  

Mais quoi qu’il en soit, 2023 a dû patienter quelques instants car les premier mots de Sam Rocès lors de cette présentation furent surtout destinés à l’effectif 2022 : le manager a tenu à remercier l’ensemble des athlètes qui lui ont fait confiance lorsque ce dernier est arrivé auprès d’eux avec une page blanche prête à y écrire l’histoire du Rockrider Racing Team. « C’est grâce à Romain Seigle, Lucas et Joshua Dubau, Emeline Detilleux et Stéphane Tempier que le Rockrider Racing Team peut avoir les objectifs qu’il affiche aujourd’hui. Ils ont donné du crédit à notre projet. » Et il ajoute : « Cette première saison de l’équipe a permis de réellement créer une âme « Rockrider » et d’écrire le premier chapitre d’une histoire bien plus longue. » 

« Dès le départ, attirer de grands noms en vue des Jeux Olympiques était au programme du Rockrider Racing Team »

Le manager du team ne s’en était pas caché lors du lancement officiel de l’équipe en février de l’année dernière (2022), affirmant que « notre projet nécessite un recrutement qui nous amènera aux JO ». Dès le départ, attirer de grands noms en vue d’avoir plusieurs athlètes aux Jeux, et pourquoi pas rêver d’un podium, était donc au programme du Rockrider Racing Team.

2023 marque une forme de maturité du projet, sous forme d’internationalisation et de féminisation. Partons à la rencontre des différents pilotes :

Mathis Azzaro

La première recrue n’est ni plus ni moins que Mathis Azzaro, qui s’est brillamment illustré durant ces 4 dernières saisons au sein de l’équipe BMC MTB Racing avec notamment une médaille d’argent en catégorie espoirs durant les derniers championnats du monde en date aux Gets. 

L’ex-pilote BMC résume sa saison 2022 à « beaucoup d’apprentissage, notamment sur ma manière de fonctionner mais aussi sur tout ce que je n’ai pas besoin ou qui peut être nocif pour moi. Au final, la saison se finit avec de bons résultats et je suis plutôt satisfait. »

Son arrivée au sein du Rockrider Racing Team peut être mis en lien avec son amour du VTT et le vecteur d’amusement que cela représente pour lui : « Le but élémentaire du vélo selon moi, c’est l’amusement. Quand je prends du plaisir sur le vélo, les résultats suivent. Mon ancienne structure ne me convenait plus et j’avais besoin de changer d’atmosphère pour retrouver ce plaisir sur le vélo. »

« Je suis capable de faire des coups d’éclats et de briller le jour J, ça me réussit plutôt bien depuis que je suis jeune. J’ai prouvé par le passé que lorsque je devais être là, j’étais là. Pour 2023, j’aimerai arriver à être régulier. Être aidé dans cette mission par Steph est vraiment une chance et j’ai hâte de commencer à travailler avec lui sur la canalisation de mon énergie pour la mettre au service de mes résultats », nous confie Mathis.

Si la motivation de Sam, la présence et l’expertise de Steph ou encore la cohésion que l’équipe avait à offrir ont joué un rôle certain dans son choix, le pilote de 22 ans nous affirme que la possibilité de jouer un rôle dans le développement du matériel et l’écoute dont Rockrider fait preuve étaient le point d’orgue. « Pouvoir donner son feedback sur une machine que je roule tous les jours, je trouve cela vraiment nécessaire. Rockrider est à l’écoute de nos avis, qu’ils soient positifs ou négatifs. Cela permet de continuer à évoluer. »

Emeline Detilleux

Si la saison dernière, Emeline Detilleux était la seule femme au sein de ce Rockrider Racing Team, les choses ont bien changé pour 2023 puisque ce n’est pas une, ni deux… mais bien trois collègues féminines qu’elle accueille parmi les siens. Qui plus est, si elle était habituée durant la saison dernière à être la seule étrangère au milieu de cette équipe composée entièrement de pilotes français, le team est aujourd’hui à l’heure de l’internationalisation ! Pour la pilote belge, ce n’est que du positif puisqu’elle voit ces changements dans l’équipe comme une manière de se tirer mutuellement vers le haut.

C’est d’un bon oeil que la championne de Belgique voit sa saison 2022 : « Je suis très contente de ma progression sur ma première année en élites. J’ai signé de meilleur résultat de course en course et la progression était clairement visible. » Pour 2023, Emeline reste concentrée sur son évolution avec en ligne de mire les championnats européens et mondiaux, mais sans toutefois négliger son maillot tricolore qu’elle compte bien défendre.

« Mon meilleur résultat en coupe du monde l’année dernière est 23ème. Pour la saison prochaine, je vise donc le top 20. Évidemment ça reste un objectif qui n’est pas si simple mais le but est de m’installer dans le top 25 et d’aller chercher de manière régulière le top 20 », continue Emeline. 

Dans l’équipe, elle est aussi à l’heure actuelle une de celles qui ont le plus de chance d’être au départ des Jeux 2024. La pilote belge ne voit pas cela comme une pression mais plutôt comme une motivation, de quoi donner un réel coup de boost dans les moments plus difficiles de la préparation. Dans cet optique des JO, Emeline a également intégré la team « Athlètes Decathlon », à l’image de son collègue Joshua Dubau. Celle-ci a été mise en place par Decathlon pour promouvoir les différents sports paralympiques et olympiques avec un ou plusieurs ambassadeurs par sport. « C’est super enrichissant de découvrir des athlètes d’autres disciplines, le partage que la team Athlètes Decathlon permet est vraiment chouette », explique Emeline.

Pour le reste, la championne de Belgique avoue être comblée par le rôle que Rockrider lui offre dans le développement du matériel. « Clairement, c’est trop cool ! » s’exclame t-elle. « Je trouve très gratifiant de participer au développement d’une machine performante pour le team et les courses, mais qui à terme permettra au grand public de rouler avec le même vélo. » 

Olivia Onesti

La championne en titre de Belgique est rejointe par la pilote française Olivia Onesti. La jeune femme de 19 ans arrive avec de sérieux arguments au sein de sa nouvelle équipe : 17ème au général de la coupe du monde XCO en catégorie espoirs, une médaille d’argent aux championnats du monde 2021 en catégorie junior et une 3ème place au championnat de France de cyclo-cross la même année…

Si Olivia a souvent été aperçue aux côtés d’une certaine Line Burquier, la pilote Rockrider est transparente avec elle-même et ses objectifs pour 2023 : « Line Burquier a toujours été ma concurrente principale depuis les minimes. Ces derniers temps, elle s’est spécialisé dans le VTT et ça lui a permis de faire la petite différence par rapport à moi qui cumule avec le cyclo-cross et la route (elle a bouclé son premier Giro en 2022 et vise une participation au Tour féminin en 2023, NDLR). Personnellement, je progresse plus par échelons et en jouant sur plusieurs tableaux, mais cela n’empêche que cette année je veux viser la victoire en coupe du monde. »

La pilote française explique qu’elle connaissait déjà bien Julie Bresset ainsi que Joshua Dubau de par son précédent passage dans l’équipe Massi, mais que la rencontre avec le reste de l’équipe s’est parfaitement déroulée. La plus jeune athlète du Rockrider Racing Team se sent déjà bien intégrée au sein de sa nouvelle deuxième famille.

Sam Rocès a été convaincu par le projet multi-disciplines de la jeune pilote, qui dédouble son calendrier VTT d’un programme sur la route ainsi que d’épreuves cyclo-cross durant la saison hivernale. Pour Olivia, le Rockrider Racing Team a été un soulagement : « Il y a souvent des blocages dans les teams par rapport aux autres disciplines. Rockrider me fait confiance et respecte mon choix. Au-delà d’avoir pesé dans la balance au moment du choix de l’équipe, ça permet surtout d’être dans une bonne position mentalement durant la saison et de pouvoir évacuer ce stress supplémentaire. »

Pour cette saison 2023, Olivia explique qu’elle va « poursuivre les épreuves sur route (avec la formation Saint Michel Auber 93) et cyclo-cross en plus du VTT. Je ne veux pas faire de choix tout de suite et je sens que c’est bénéfique pour moi. De plus en plus de grands champions font les 3 et je pense que leurs performances sont liés à cette pratique multi-disciplines. »

« Je ne fais pas des saisons complètes dans chaque discipline et j’ai toujours eu l’habitude de fonctionner comme ça, finalement je préfère des coupes dans chaque domaine qu’une victoire au classement général », continue l’ex pilote Massi.

Greta Seiwald

On vous en parlait lors de l’introduction de cet article, le Rockrider Racing Team s’internationalise pour 2023, et notamment par l’arrivée de la pilote italienne Greta Seiwald. En provenance du team Santa Cruz FSA après 5 saisons en ses rangs, la pilote du nord-est de l’Italie a saisi l’opportunité d’intégrer un team international et meurt d’impatience de débuter cette nouvelle aventure : « Mon but principal est d’être satisfaite de mes performances et de mes résultats, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Sur papier c’est vrai que j’ai fait une bonne saison 2022 mais je reste sur un goût de trop peu. J’avais besoin de changer d’air et, même si je viens à peine de rejoindre l’effectif, je me sens déjà comme en famille et j’ai l’impression que je vais m’épanouir au sein du Rockrider Racing Team », confie la pilote italienne.

Après sa 20ème place au classement général de la coupe du monde XCO de cette saison 2022, Greta Seiwald espère bien se rapprocher des meilleurs sur les prochaines manches de coupe du monde. Son nouveau manager atteste qu’elle a déjà tout ce qu’il faut d’une athlète accomplie : « Elle a de bons résultats à son actif et une certaine expérience. Mon rôle va surtout être de l’accompagner et la guider dans sa performance pour passer le cap qui la mènera vers le podium. »

Savilia Blunk

La Californie s’invite également dans le Rockrider Racing Team avec l’arrivée de Savilia Blunk. Multiple championne nationale (6 titres tout de même dont une victoire en catégorie élites en 2022 à Winter Park Resort en guise de point culminant de sa jeune carrière), l’américaine s’est également illustrée sur la scène mondiale avec notamment une jolie 6ème place sur l’épreuve XCO de Snowshoe pour sa première année dans la catégorie élites cette saison.

Savilia est formelle : « Rouler dans une équipe basée sur la scène européenne du VTT était une chance inouïe que je n’ai voulu laisser passer pour rien au monde. La compétition y est d’un autre niveau et j’ai beaucoup à apprendre. » Si Rockrider est encore quasiment inconnu aux USA, Savilia explique que « l’ambition qu’ils ont pour les manches de coupe du monde et les Jeux Olympiques m’a convaincue de rejoindre l’aventure ».

Sam Rocès ne tarit pas sa nouvelle recrue d’éloge : « cCest une petite perle que nous accueillons cette année dans nos rangs, elle nous fait confiance et a le bon état d’esprit pour performer. Elle a déjà montré qu’elle savait cibler ses objectifs et elle a signé des perfs remarquables tout en n’ayant participé qu’à quelques manches. En 2023 on va travailler avec elle pour l’aider à être régulière au plus haut niveau sur sa première saison complète. »

La championne nationale en titre des USA fait remarquer qu’elle s’est concentrée sur le championnat national américain et sur les championnats du monde l’année dernière, mais que l’objectif pour 2023 est d’avoir un programme bien plus dense et complet. Savilia met toutefois un point d’honneur à garder un certain équilibre : « L’année prochaine je vais devoir me partager entre l’Europe pour le team et les USA pour ma famille et mon copain. Je suis persuadée que ça va bien se passer, d’autant plus que c’est la première année que j’ai vraiment un team autour de moi, et des équipiers de niveau mondial. »

Joshua Dubau

Enfin, Joshua Dubau maintient son engagement pour 2023. Le pilote de 26 ans est très fier de ce qu’a pu proposer le Rockrider Racing Team durant sa première année d’existence et est confiant pour la suite : « On n’a pas à rougir de la première saison de l’équipe, on a posé les bases et gagné en crédibilité. Désormais on passe à la phase 2. Pour 2023, le team fait preuve d’une belle évolution, que ce soit d’un point du vue matériel ou du côté des athlètes. »

« Je suis très content que Stéphane (Tempier) passe dans le staff. C‘était une décision de sa part de changer de casquette et je suis heureux qu’il puisse rester à nos côtés. Je pense qu’il a beaucoup à nous apporter, notamment sur le segment du développement des produits mais également dans les conseils qu’il peut donner aux pilotes de par son expérience à haut niveau », développe Joshua quant au passage de Stéphane Tempier dans le staff.

Pour ce qui est du matos, Joshua est heureux de la place que Rockrider offre aux athlètes dans le développement des produits : « La marque accorde beaucoup d’importance à nos retours. On a régulièrement des discussion avec les équipes techniques et c’est très chouette de se sentir écoutés. Rockrider se donne vraiment les moyens pour être performant. »

Comme on vous l’expliquait en introduction, si le Rockrider Racing Team affiche les Jeux 2024 comme un objectif principal, le pilote français ménage bien la pression de son côté : « C’est un événement phare évidemment mais ce n’est pas là-dessus que je mets mon focus en tant que pilote actuellement. Il y a un gros niveau en France et je suis conscient que la sélection sera difficile. Je préfère donc me concentrer sur mon évolution personnelle et sur les manches de World Cup pour le moment. J’y vais étape par étape, et on verra où me mène ce chemin vers les JO. »

” Mon réel objectif pour 2023 c’est le top 5 ! “

Après une saison conclue par une 17ème place au général de la coupe du monde XCO et un titre de champion de France en cyclo-cross, Joshua compte faire fi de la régularité de temps en temps pour tenter de franchir un nouveau cap : « J’ai terminé deux fois dans le top 10 l’année dernière et j’en suis très content, mais mon réel objectif pour 2023 c’est le top 5 ! »

Pour 2023, son planning sera toujours partagé entre VTT et cyclo-cross et l’athlète décrit cela plutôt comme une nécessité : « C’est même quelque chose de nécessaire pour moi : je me suis toujours confronté l’hiver, j’ai besoin de courir et de me tester durant la saison hivernale et le cyclo-cross est idéal pour ça. Je pense être capable de faire les deux et donc pour le moment je ne mets pas une discipline en priorité par rapport à l’autre. L’équipe me permet de faire les deux et c’est vraiment quelque chose que j’apprécie ». Il termine en expliquant que « mes années en jeune m’ont appris à bien gérer la saison et les objectifs que je me fixe et aujourd’hui je pense être capable d’être performant toute l’année, même si ça n’a pas toujours été le cas… (rire) »

Le champion en titre nous donne rendez-vous au championnat de France de cyclo-cross le 14 janvier à Bagnoles de l’Orne où il compte bien défendre son titre. « C’est vraiment particulier de pouvoir rouler avec ce maillot tricolore et je ne compte pas changer ma garde-robe pour 2023 », avoue t-il.

Le team a laissé entendre qu’un dernier pilote pourrait être présenté dans les prochaines semaines, mais son identité est pour l’heure encore gardée secrète. De qui peut-il bien s’agir ? Quoi qu’il en soit, nous ne manquerons pas de vous tenir au courant !

Crédits photo action : Keno Derleyn