Prise en main | Canyon WMN :Grand Canyon et Spectral au féminin

Tech
3 mars 2018 — Elodie Lantelme

Spectral WMN CF 9.0 SL – Pour nous, les femmes

Déjà présenté et pris en main à Madère dans sa version unisexe, le nouveau Spectral, best-seller all-mountain de la marque pour 2018, se conjugue aujourd’hui au féminin. Qu’est-ce que ça change? Pour le savoir, nous avons roulé sa version haut de gamme. Tour d’horizon et premières impressions.

Il y a toujours des hommes derrière un vélo. Des fois, ce sont des femmes. Pour le développement du Spectral WMN, elles sont deux : Katryn Neumann et Inès Thomas. La première vient du marathon ; la seconde performe en Enduro World Series. Le Spectral WMN se retrouve donc, en théorie, à la croisée de ces deux univers.

« Le développement du Spectral WMN a commencé en même temps que la refonte du modèle homme », précise Katryn, histoire qu’on ne pense pas que le premier n’est qu’une vague déclinaison du second. L’objectif était en revanche le même : sortir un VTT all-mountain polyvalent qui permettrait aux femmes de pédaler autant que de descendre. Le fameux couteau suisse tout-en-un vers lequel les marques tendent toujours, avec une approche plus engagée qui mènerait jusqu’aux bike-parks, sur lesquels Inès a aussi développé ce Spectral. «Alors, heureuses ?» Faut voir…

Le Spectral WMN sur fond de silhouette bleue du modèle unisexe.

Comme pour le Grand Canyon, c’est autour de la taille S qu’a été développé le vélo. 4 points clés distinguent le Spectral WMN de son homologue unisexe. Un reach plus court (409 contre 419 pour le mixte, en tailles S) censé basculer les femmes davantage sur l’avant pour plus de contrôle ; un top tube vraiment plus bas (717 au lieu de 743 en tailles S), un boîtier de pédalier plus bas sur les plus petites tailles et un guidon de 740 (760 en mixte). Le tout supposé mieux coller aux spécificités de l’anatomie féminine relevées avec la collecte de données auprès de quelque 70000 femmes qui roulent Canyon dans le monde.

À gauche, le Spectral classique. À droite, la version WMN.

Les longueurs des bases (430 mm) sont identiques entre les deux modèles, mais les empattements diffèrent (1123 contre 1141 mm en tailles S), pour plus de compacité sur le Spectral WMN, avec un angle de fourche quasi identique (64,9 pour le WMN, 65 pour le mixte).

Ceci contrebalance les bases relativement courtes et laisse supposer d’une certaine mise en confiance dans les sections descendantes.

Comme sur la version unisexe, la nouvelle cinématique Four Bar Linkage a été travaillée pour davantage de linéarité et un effet anti-rise qui vise à éviter que la roue arrière ne se décolle au freinage autant que les pertes d’adhérence au pédalage.

Côté innovations technologiques, comme sur le modèle mixte, on retrouve l’axe de roue arrière rétractable, l’IPU (« Impact Protection System », une protection du cadre lorsque le guidon vient en butée), l’intégration des gaines sous un cache plutôt qu’à l’intérieur du cadre (ce qui devrait simplifier les changements de câbles et éviter l’exaspération qu’ils engendrent parfois, sous couvert que l’étanchéité soit irréprochable, ce que nous n’avons pu vérifier) et le serrage de tige de selle intégré.

On a apprécié que, sur le modèle féminin aussi, un dispositif permette d’embarquer deux bouteilles d’eau de 400 ml même sur les cadres 2XS et XS, via un système baptisé « Eject System » et qu’une tool box se loge dans le triangle avant des cadre S et M pour les sorties sans sac à dos (et les tee-shirts sans poche arrière, de plus en plus courants).

Avec 3 versions allant du tout-alu (Spectral WMN AL 6.0 à 2599 €) au full carbon (Spectral WMN CF 9.0 SL à 4999 €) en passant par le combiné triangle avant carbone et arrière aluminium (CF 8.0 à 3699 € et CF 7.0 à 2999 €), l’ensemble des gammes de prix est couvert. À noter, les modèles full carbon taillent du XS au M ; le 2XS est proposé sur les cadres alu seulement.

Équipement

Conformément à son programme de vélo répertorié « catégorie 4 » (ce qui correspond à une pratique plus engagée, plus enduro que la 3, davantage trail/all-mountain), le Spectral WMN se dote d’une fourche en 150 mm de débattement et d’un amortisseur en 140mm.

Notre modèle du jour, le Spectral WMN CF 9.0 SL à 4999 €, fleuron de la gamme, mixait lui la fourche Fox 34 Factory et l’amortisseur arrière Fox Float DPS Factory EVOL compacté en 210×55. Un travail de mise au point spécifique a été mené sur la nouvelle cartouche FIT4 de la fourche Fox 34 Factory, pour mieux s’adapter aux vététistes poids plume, assure la marque.

À ce tarif, on se réjouit de voir la transmission assurée par le meilleur de Sram, le X01 Eagle 12 vitesses, couplé à un plateau de 30 dents qui laisse à penser que nos jambes n’exploseront pas forcément au pédalage dans les montées.

Sram toujours pour les freins, des 4 pistons du Guide RSC en 200 mm à l’avant et 180 à l’arrière. Les roues, elles, ont été confiées à DT Swiss, avec les XMC 1200 Spline chaussées des pneus Maxxis Minion DHR II à l’avant et Ardent. Comme pour le Spectral classique, le 27,5 a été adopté mais la section diffère : 2.6 sur le classique, 2.4 ici. Le but ? Alléger un peu l’ensemble, pour annoncer un poids de 12,2 kg en taille S.

Autres spécificités féminines, la selle ergonomique montée sur une tige de selle RockShox Reverb Stealth B1 (150 mm de débattement – 125 pour les tailles XS et S) et le cintre plus étroit.

Sans donner (trop) dans le superficiel, mais en se souciant de l’esthétique, le coloris du haut de gamme, une incrustation discrètement pailletée de doré sur le noir du cadre, a fait l’unanimité. Tout se discute toujours, bien sûr, mais on a trouvé ça smart et féminin. Loin du rose. Et de bon goût. Après comme tous les goûts sont dans la nature et les sentiers aussi, il était temps de découvrir ce Spectral WMN !

Prise en main

Pour encadrer cette journée, Fabien Barel himself (triple champion du monde de DH, qui gère les team enduro et descente de Canyon, étroitement associé au développement, entre autres, des Torque, Strive et Spectral) nous ouvre ses traces dans l’arrière-pays niçois.

Dans sa toute première version, le Spectral (alors mixte, par défaut, puisqu’il n’existait que celui-là) nous avait plu par sa capacité à pédaler sur les sentiers alpins, mais en descente, l’ensemble se révélait un peu « juste » pour nous mettre pleinement en confiance, et incitait plutôt à rester sur la réserve.  Le passage de la catégorie 3 à la 4 laissait présager du changement à ce niveau.

Une première montée sur une piste carrossable permet d’apprécier les capacités de pédalage du Spectral WMN, fourche et amortisseur bloqués, tout se passe de façon fluide et à aucun moment, on n’a l’impression de lutter pour faire avancer le vélo.

Puis la pente s’inverse. On ouvre tout, et est-ce le passage du Grand Canyon et de ses pneus en 2.6 de la veille aux 2.4 du jour ? Mais on a l’impression d’un avant agile, qui se place aisément et invite à choisir ses trajectoires plus judicieusement et à rouler davantage sur l’avant… peut-être même un peu trop.

Après la pause déjeuner, je troque le S pour un M et décide, avec une collègue, de partager l’après-midi en 2 temps : la première partie à rouler sur le Spectral mixte en taille M et la seconde, sur le WMN en taille M également. Évidemment, le roulage avec chacun sera court, et les impressions, à nuancer.

Une navette jusqu’aux abords du col de Turini sous les flocons nous relâche en haut d’un sentier long comme un jour sans pain, mais bien meilleur. La largeur supérieure du guidon du Spectral mixte donne la sensation d’être légèrement embarquée par le vélo, comme si c’était lui qui nous emmenait, et non l’inverse. Après géométrie, fourche, amortisseur, freins et section de pneus sont tels que le sentiment de confiance prévaut et qu’on le laisse volontiers faire. Comme s’il nous prenait par la main.

À l’inverse, le Spectral WMN en M donne une sensation que c’est davantage vous qui prenez votre destin en main. Bref, la situation a changé de mains. Le reach plus court invite à mieux contrôler l’avant. La taille de cadre mieux adaptée à mon mètre 70 met largement en confiance dans les marches et les goulets gris pentus du Sud.

À aucun moment, je n’ai éprouvé cette impression de « faire le drapeau » derrière, et si la volonté de Canyon est de permettre aux femmes de trouver guidon à leurs mains, ce court roulage laisse à penser qu’ils ont atteint leur but.

Verdict

Avec ce Spectral WMN, Canyon semble réinterpréter les codes de son best-seller mixte pour le conjuguer habilement au féminin et dans une déclinaison modernisée qui accroît son terrain de jeu. Une géométrie et une cinématique efficaces qui mettent en confiance, des innovations technologiques bien senties en prise avec la réalité, un équipement de qualité et jusqu’à la touche esthétique discrète des paillettes… le tout dans la droite ligne des vélos polyvalents qui s’amusent autant à pédaler sur les trails que dans les bike-parks.

Photos: ©Markus Greber et Stefan Simak

Plus d’infos sur le site de la marque : www.canyon.com