Prise en main | Canyon WMN :Grand Canyon et Spectral au féminin

Tech
3 mars 2018 — Elodie Lantelme

Grand Canyon WMN AL SLX, le hardtail malin

Le premier semi-rigide haut de gamme en alu spécifique femme de la gamme de Coblence se distingue de son homologue masculin sur deux points principaux : le reach (402 pour la version homme contre 397 pour le modèle WMN en tailles S) – plus cohérent sur le papier avec les mesures collectées par Canyon quant à la taille plus petite des bras des filles et contrebalancé par un angle de fourche retravaillé pour offrir « un supplément de stabilité sur les sentiers »  – et la hauteur du cadre (754 contre 740 pour le WMN, en tailles S toujours), avec un dessin de cadre plus sloping visant à « inspirer plus confiance » et « offrir plus de maniabilité » , dixit la marque.

Autre apport féminin, des bases légèrement raccourcies (un demi-centimètre en moins sur les 422 mm de la version femme en tailles S) et assez courtes pour augurer d’un vélo joueur sur les sentiers.

Le tube de selle aurait aussi été légèrement redressé afin d’amener son pilote davantage au-dessus du boîtier de pédalier (baissé, au passage, pour abaisser également le centre de de gravité du vélo et le rendre plus stable) et de faciliter ainsi la réactivité au pédalage.

Côté équipement, pour la version 9.0 Trail que nous avions sous les yeux, Canyon a misé sur une RockShox Reba RL de 110 mm (80 en taille 2XS) et des roues de 27,5 (29 en taille M) de section de 2,6, doublées de moyeux au standard Boost sur des jantes DT Swiss M1700 de 30 mm. Objectif : confort optimisé, en l’absence de suspension arrière.

Le confort, la firme de Coblence semble l’avoir travaillé avec le choix d’une transmission Eagle GX (la version plus accessible du Sram 1×12 vitesses) doublée d’un plateau 30 dents qui laisse à penser qu’on aura de quoi mouliner dans les montées. Autres éléments de confort, la tige de selle télescopique Lev Integra (150 mm de débattement – 125 en XS), encore trop rare sur les hardtails, une selle SDG Allure à l’ergonomie spécifique femme et un guidon alu plus étroit (720 mm en M, 700 en-deçà) que sur la version unisexe (740).

Même chose pour l’ergonomie, puisque le Grand Canyon adopte le système d’axe de roue intégré également aperçu sur le Spectral unisexe et une petite molette permettant d’ajuster la garde des freins manuellement – une demande spécifique de Katryn, qui aime emmener le moins d’outils possible sur ses sorties, mais apprécie d’avoir toujours une gourde sous la main.

Le Grand Canyon WMN AL SLX est proposé en 3 versions, pour des tarifs allant de 1399 à 1999€. Et c’est sur le modèle le plus haut de gamme, le WMN AL SLX 9.0 Trail donc, que nous avons pu rouler dans l’hiver de l’arrière-pays niçois.

Prise en main du Grand Canyon AL SLX WMN

« Un vélo facile à vivre, destiné à amener les femmes au vélo mais qu’on peut emmener toujours un peu plus loin jusqu’à une pratique plus exigeante », c’est comme ça que sa conceptrice, l’ex-marathonienne Katryn Neumann nous a présenté le Grand Canyon AL SLX WMN. Ça tombe bien, c’est exactement ce qu’il nous fallait.

Parce que voilà près de trois mois que nous n’avions pas enfourché de vélo. Le tarif quand on habite à la montagne; les skis remplacent les pédales. Du coup, une petite appréhension présidait à cette présentation presse.

Elle s’est dissipée à peine montée sur le Canyon : le cintre d’une largeur confortable pour notre mètre 70, bien accordé sur cette taille M, le poste de pilotage épuré avec le choix du monoplateau et d’une commande de tige de selle sobre et efficace. La simplicité, ça a du bon. On apprécie même la légèreté d’un train avant agrémenté de la Reba, ça s’annonce maniable et rigolo. Restait la question de savoir jusqu’où ce hardtail allait pouvoir m’emmener.

Le tracé de feue l’épreuve des 6 Heures de Blausasc s’est avéré parfait pour un aperçu de réponse.

Première impression, sans genouillères, les genoux tapent quelquefois dans les haubans, qui sont assez larges pour laisser passer les pneus en 2.6. Mais renseignement pris, je suis la seule à connaître ce léger désagrément. Lequel passera d’ailleurs au fil de l’après-midi (l’habitude est une seconde nature) pour laisser place à une impression de pédalage réellement facile, en dépit des pneus de section large.

Dans les petites montées raides qui jonchent le tracé, on apprécie les plages disponibles du GX, mais aussi le dessin cintré du cadre. Si on cale dans une montée, aucun problème pour descendre du vélo et réessayer. Ça permettra sans doute aux débutantes – et aux initiées – de se lancer avec moins d’appréhension.

Bien sûr, même avec la fourche Reba bloquée d’un simple clic aisément accessible, le poids (11,7 kg annoncés en taille S) et les 2.6 ne font pas de cet AL SLX une bête de course au pédalage pour qui traque le gramme et vise les podiums.

Mais on apprécie pleinement leurs avantages : la stabilité, le confort et l’impression de confiance en descente. Ils nous ont permis de pousser ce semi-rigide loin sur les sentiers sudistes parfois cassants, surtout emmené par l’ex-descendeuse en coupe du monde Emily Horridge !

Pour qui ne vise pas l’ultraperformance, le combo hardtail, pneus de section large et tige de selle télescopique se révèle vraiment intéressant (un constat également fait avec un modèle électrique, essai du Moustache Off 6 en tête). On s’amuse, on ose, et on ressort de cet après-midi de roulage essorée mais ravie d’avoir découvert ce vélo déluré et pertinent.

Verdict

Tout ceci reste à confirmer, car une prise en main aussi courte ne saurait valoir un essai, mais les sourires échangés à l’issue de cette sortie laissent à penser qu’avec ce Grand Canyon WMN AL SLX 9.0 Trail, la marque de Coblence a réussi son pari d’un vélo féminin « facile à vivre », agile mais pas nerveux, sécurisant mais pas pataud, très bien équipé pour un tarif accessible à (un tout petit peu) moins de 2000 euros.

Plus d’infos sur le site de la marque : www.canyon.com