Nouveauté 2021 | Process 153, Process X & Honzo ESD : Kona remodèle sa gamme enduro

Tech
12 août 2020 — Léo Kervran

Après la modernisation l’année dernière du Process 134, petit vélo fun et polyvalent, Kona poursuit le renouvellement de sa gamme et s’attaque maintenant à l’enduro. La marque ne fait pas dans la demi-mesure puisque ce n’est pas un ni deux mais trois vélos qui sont annoncés pour couvrir tous les terrains et tous les budgets. Aux côtés d’un Process 153 rajeuni, le Process X fait son apparition dans la gamme pour les pratiques les plus engagées tandis que que le semi-rigide Honzo se décline dans une version bodybuildée ESD. Voici ce qu’il faut retenir :

Kona Process X

Contrairement au reste de la gamme Process, le Process X n’indique pas son débattement dans son nom. Néanmoins, une simple photo suffit pour comprendre le positionnement du vélo, si le nom n’est pas assez clair : le Process X est taillé pour la vitesse, la pente et les terrains les plus techniques. Malgré son cadre en carbone, Kona place d’ailleurs le vélo à la frontière entre l’enduro et le freeride.

La suspension arrière, d’architecture monopivot avec basculeur (voir notre lexique des cinématiques) comme tous les Kona Process, développe donc 162 mm de débattement. Elle est associée à l’avant à une fourche en 170 mm de débattement.

La géométrie se veut résolument tournée vers la descente avec un angle de direction couché (63,5°) et un reach long (465 mm en taille M). Comme bien souvent aujourd’hui, ces cotes sont associées à un angle de tube selle droit (entre 77,9° et 78,2° selon la taille) pour conserver une position suffisamment centrée au pédalage et ne pas avoir l’impression d’être assis sur la roue arrière, tandis que le tube de selle est court pour autoriser le montage d’une tige de selle télescopique à grand débattement.

A côté de ces valeurs fixées, la marque met l’accent sur la personnalisation du vélo à son style de pilotage, avec la possibilité de monter une roue arrière en 27,5″ (un flipchip est prévu sur la jonction haubans-basculeur pour corriger les angles et la hauteur de boîtier) et de choisir entre deux longueurs de bases (435 ou 450 mm).

Détail intéressant, toutes les données utiles sur les différents standards et interfaces du vélo (format du boîtier de pédalier, du jeu de direction, taille des roulements de suspension, dimensions de l’amortisseur, référence de la patte de dérailleur…) sont indiquées sur le vélo, à l’arrière du tube de selle. Voilà qui devrait simplifier la vie des propriétaires au moment de faire l’entretien de la machine ou de changer une pièce.

Deux modèles sont prévus au catalogue, le Process X (5 999 €) et le Process X DL (7 999 €). Le premier est monté en suspensions Fox (fourche 38 Performance, amortisseur DPX2 Perf Elite), transmission Shimano Deore XT et freins Shimano Deore 4 pistons tandis que le deuxième, plus haut de gamme, est équipé de suspensions RockShox (fourche Zeb Ultimate, amortisseur SuperDeluxe Ultimate), d’une transmission Sram GX/XO1 Eagle et de freins Sram Code RSC. Aucune version avec cadre en aluminium n’est annoncée pour l’instant.

Kona Process 153

Sortie en 2017, la version actuelle du Process 153 arrivait en fin de vie et son renouvellement pour 2021 n’est donc pas une grande surprise. La géométrie est, on s’en doute, le principal objet de cette mise à jour mais les matériaux et la cinématique de suspension ont également droit à des modifications, de façon à garder une certaine cohérence avec le reste de la gamme.

Là où le précédent Process 153 était disponible en carbone comme en aluminium, le nouveau dit adieu à la précieuse fibre : seules 3 versions, deux en 29″ et une en 27,5″, sont au catalogue et elles sont toutes en aluminium. Néanmoins, cela n’a pas empêché Kona de travailler sur la problématique du poids puisque ce nouveau cadre serait 150 g plus léger que l’ancien.

La suspension se veut quant à elle proche de celle du Process 134, avec la même progressivité du SAG jusqu’en fin de course. Lors de notre découverte du Process 134 l’année dernière, nous avions trouvé cette suspension plutôt tolérante et donnant l’impression d’avoir plus de débattement que ce que les chiffres indiquent. Si on retrouve ce même caractère avec 153 mm de débattement, ce nouveau Process 153 promet d’être redoutable en descente.

Pour la géométrie, la marque de Bellingham explique s’être là aussi inspirée du travail réalisé autour du Process 134 présenté l’année dernière pour concevoir ce nouveau cadre. Heureusement, pourrait-on penser, car le Process 134 a une géométrie plus “engagée” que l’ancien Process 153…

Cette anomalie est désormais corrigée et le nouveau Process 153 affiche des cotes plus dignes d’un enduro moderne, avec un angle de direction à 64, 5°, un angle de tube de selle entre 76,6° et 76, 9° (voire 77° en 27,5″) selon la taille, un reach à 455 mm en taille M et des bases à 435 mm (430 mm en 27,5″).

Derrière le tube de selle, on retrouve le même petit tableau que sur le Process X. On note également que tous les câbles et Durits passent en externe (à l’exception de celui pour la tige de selle, en interne dans le tube de selle), c’est moins joli mais la maintenance est bien plus simple.

Côté équipement et montages, Kona mise clairement sur l’accessibilité avec des prix compris entre 3299 € (Process 153 29 et 27,5) et 3999 € (Process 153 DL 29). A ces tarifs, l’équipement n’a rien d’extraordinaire mais il reste fonctionnel, avec des suspensions fournies par RockShox (fourche Lyrik Select ou Yari et amortisseur Super Deluxe Select+ ou Deluxe Select+) et des transmissions Sram (panachage de GX, NX et SX Eagle). Seul le choix des freins interpelle, avec des Sram G2 RS ou des Guide T selon les versions. Si le vélo est aussi efficace sur le terrain que la feuille de géométrie le laisse supposer, ce n’est pas un disque de 200 mm à l’avant qui suffira à rendre ces freins adaptés à de l’enduro…

Kona Honzo ESD

Le Honzo, c’est à l’origine le semi-rigide à tout faire de Kona, un vélo joueur et polyvalent aujourd’hui équipé de roues de 29″ et d’une fourche en 120 ou 140 mm. Dans le catalogue, il prend place en face du Process 134 pour celles et ceux qui préfèrent la simplicité du semi-rigide.

On ne sait pas trop ce qui est passé dans la tête des ingénieurs et chefs produits de la marque à Bellingham, mais ils ont visiblement décidé que le Honzo DL, en 140 mm et avec 66° d’angle de direction, ne leur suffisait pas et qu’il fallait voire plus gros. Le résultat de cette réflexion, vous l’avez sous les yeux, c’est le Honzo ESD.

Le vélo est équipé d’une fourche en 150 mm de débattement et selon Kona, la géométrie s’inspire du Process X. On retrouve en effet les mêmes valeurs d’angle de direction (63,5°), de reach (465 mm en taille M), de longueur de bases (435 mm) ou encore de longueur de tube de selle (380 mm en taille M ce qui permet de monter facilement une tige de selle en 170-180 mm), ainsi qu’un angle de tube de selle très proche (77,5° contre 77,9°).

Contrairement aux autres Honzo qui sont en aluminium, le cadre de l’Honzo ESD est entièrement en acier. On remarque que le cadre dispose de bases ajustables librement, ce qui permet d’envisager facilement un montage en singlespeed.

Un seul montage est au programme, avec une fourche Marzocchi Bomber Z1, une transmission Shimano SLX / Deore XT, des freins Shimano Deore 4 pistons et des roues composées de jantes Race Face AR 30 et de moyeu Shimano SLX. Le tout est affiché à 2 999 €. Le cadre nu est également disponible mais son tarif ne nous a pas été communiqué.

Enfin, pour accompagner ce lancement, Kona est aller filmer son ambassadeur Jack Hood sur les sentiers de Cable Bay, en Nouvelle-Zélande. Une petite vidéo simple mais bien tournée qui donne envie d’aller rouler !

Plus d’informations : konaworld.com