Championnats de France XC 2020 : Lena Gerault et Jordan Sarrou intouchables

Sport
22 août 2020 — Léo Kervran

Ce sont les pilotes en forme du moment et bien qu’il était difficile de désigner des favoris pour ces championnats de France de XC tant cette saison est particulière, leurs noms revenaient souvent lors des discussions d’avant-course. Lena Gerault et Jordan Sarrou n’ont pas failli et sont tous deux imposés sur le difficile circuit des Menuires au terme d’un long raid solitaire. En revanche, la bataille pour les places d’honneurs fut bien plus acharnées et elle a réservée quelques surprises ! Découvrez notre résumé complet :

Photo Keno Derleyn

Femmes

C’était la question que tout le monde se posait : ultra-dominante il y a deux semaines sur l’enchaînement coupe de France de l’Alpe d’Huez – championnat de France marathon, Lena Gerault avait-elle encore suffisamment d’énergie pour briller sur ce circuit savoyard ?

Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour avoir la réponse : malgré un gros départ de Camille Devi (Sunn-Beaumes de Venise) et quelques tentatives de Pauline Ferrand-Prévot puis Loana Lecomte dans le premier tour pour prendre la course à leur compte, Lena Gerault s’isole seule en tête dès le milieu de deuxième tour, sur les 6 à parcourir.

Sur ce tracé difficile, peu technique mais très physique et sans véritable temps de récupération et en altitude (1850 m au point bas du parcours), les écarts se creusent vite et dès le début du troisième tour, le podium paraît déjà dessiné : Lena Gerault caracole en tête avec déjà 20 secondes d’avance sur Loana Lecomte, qui a elle même plus de 30 secondes de marge sur Pauline Ferrand-Prévot.

Derrière en revanche, rien n’est joué ! Bien que 2e au scratch, Loana Lecomte est encore en catégorie Espoir/U23 et il reste donc une place à prendre sur le podium Elite. A mi-course, Hélène Clauzel n’a toujours pas lâché la 4e place qu’elle occupe depuis le départ mais elle est encore Espoir elle aussi, il faut donc regarder un cran derrière.

En début de course, c’est Julie Bresset qui semble tenir la corde pour cette 3e place Elite mais dans le quatrième tour, Perrine Clauzel la rattrape puis la dépasse et creuse l’écart sans difficultés. On se dit alors que c’est fini pour Bresset car le circuit des Menuires ne pardonne pas les défaillances mais c’est sans compter les ressources de l’ex-championne olympique.

Pendant un tour, elle laisse passer l’orage puis dans la dernière boucle, alors que les sœurs Clauzel commencent à souffrir de la distance, elle réussit une superbe remontée pour doubler à la fois Hélène et Perrine et accrocher la 4e place scratch, synonyme de médaille de bronze Elite.

Derrière elle, Hélène et Perrine Clauzel franchissent la ligne main dans la main après avoir fait cause commune en fin de course. Hélène en profite pour prendre la deuxième place en Espoir derrière Loana Lecomte, un statut qui n’a jamais vraiment été menacé : la troisième Espoir, Manon Wimmer (également championne de France de XCE) n’arrivera que 3’35 plus tard.

Ce fut en revanche une journée plus difficile pour Lucie Urruty et pour Margot Moschetti, qui avait montré de belles choses il y a quelques semaines. Les deux pilotes n’ont jamais été en mesure de se mêler à la lutte pour les avants-postes et terminent respectivement 7e et 8e.

Au delà de la domination de Lena Gerault en ce deuxième début de saison et du beau retour de Julie Bresset, les écarts importants sont en effet un des faits marquants de cette course. La troisième est à plus de 4’30 de la première, la cinquième à plus de 7′ et seule 13 concurrentes sur les 47 engagées ont terminé dans le tour de Lena Gerault !

Pour cette dernière, ce titre est comme une renaissance après quelques saisons difficiles. Grand espoir du cyclisme féminin français en catégorie U23, elle n’avait pas réussi à concrétiser immédiatement les attentes placées en elle lors de son passage à l’échelon supérieure.

Photo Keno Derleyn

A l’arrivée, elle reconnaissait que “ce titre redonne de la motivation et la saison n’est pas finie, il va falloir penser aux championnats d’Europe et du Monde maintenant” mais restait néanmoins modeste : “Il y a un gros niveau en France en ce moment, je finis avec beaucoup d’avance mais c’est lié au parcours. Ici, quand on lâche il faut savoir prendre son rythme pour ne pas exploser et forcément, les écarts se creusent. C’est aussi un circuit qui me convient bien, technique mais pas trop et avec de belles montées”.

Pauline Ferrand-Prévot, championne de France sans interruption depuis 2014, doit donc céder son maillot pour 2021. Cette course pourrait-elle marquer le début d’une nouvelle ère pour le XC féminin français, avec plusieurs pilotes de niveau similaire et des courses plus indécises comme c’est le cas chez les hommes depuis plusieurs années ? Premier indice dans un peu plus d’un mois sur les championnats du Monde de Leogang, du 05 au 11 octobre.

Hommes

Photo Keno Derleyn

La course des Elites Hommes, qui s’élançait à peine une demi-heure après l’arrivée des femmes, a offert un scénario globalement similaire avec un homme qui s’isole en tête avant la mi-course et une belle bataille dans les derniers tours pour le podium.

Photo Keno Derleyn

La course part très vite sous l’impulsion d’un Victor Koretzky bien décidé à défendre son titre et dès les premières minutes, un groupe de 6 coureurs se détache : Victor Koretzky donc, accompagné par les deux pilotes du team Absolute Absalon Jordan Sarrou et Titouan Carod, ainsi que Stéphane Tempier, Maxime Marotte et Thibault Daniel (Giant France XC Team).

Dans le milieu du deuxième tour (sur 7 à couvrir), ce petit groupe implose et on retrouve désormais Sarrou et Koretzky en tête, suivis par Tempier et Carod. Maxime Marotte est un peu plus loin et on comprend rapidement à son attitude que ce n’est pas la forme des grands jours pour l’Alsacien et qu’il ne pourra probablement pas se mêler à la lutte pour le podium.

Qu’à cela ne tienne, les choses s’animent devant ! Dans le troisième tour, Jordan Sarrou lâche Victor Koretzky et occupe désormais seul la première place. Les choses semblent se gâter pour Koretzky puisqu’un tour plus loin, voilà que le duo Tempier-Carod le rattrape. Maxime Marotte tient encore bon à la cinquième place mais un autre duo, composé des deux pilotes Massi Hugo Drechou et Thomas Griot, commence à se rapprocher dangereusement…

Photo Keno Derleyn

Le cinquième tour se déroule sans fait majeur à signaler mais dans le sixième et avant-dernier tour, les choses s’emballent à nouveau. Si Jordan Sarrou est toujours seul en tête et s’envole vers un premier titre national en catégorie Elite, Titouan Carod a pris quelques mètres d’avance sur Stéphane Tempier pour la deuxième place.

Derrière, ce n’est plus Victor Koretzky qu’on retrouve ni même Maxime Marotte mais Hugo Drechou et Thomas Griot ! Les deux coéquipiers s’entendent à merveille et poursuivent leur remontée vers le podium. Stéphane Tempier semble avoir suffisamment de marge mais sur un tel circuit, rien n’est jamais acquis.

Photo Keno Derleyn

Victor Koretzky arrive ensuite mais il n’a plus le coup de pédale du début de course et cela profite à Maxime Marotte, qui le rejoint juste avant l’entame du dernier tour. Pendant ce temps, Thomas Griot a lâché son coéquipier et est parti seul à l’assaut de la troisième place de Stéphane Tempier. Un tour suffira-t-il ?

Après avoir dominé toute la course, Jordan Sarrou se présente en premier sur la ligne et remporte son premier titre de champion de France Elite qui s’ajoute à ceux déjà obtenus en Cadets, Juniors et Espoirs. La série est complète !

Photo Keno Derleyn

Un peu moins d’une minute plus tard, il est rejoint par son coéquipier Titouan Carod qui a bien géré sa course pour s’offrir la deuxième place. Derrière, c’est finalement Thomas Griot qui monte sur la dernière marche du podium après une dernière boucle où il a signé le meilleur temps de tous les pilotes encore en course.

Stéphane Tempier échoue donc à la 4e place, juste devant Hugo Drechou. Suivent Joshua Dubau, discret mais bien présent dans le top 10 pendant toute la course, puis Maxime Marotte et Victor Koretzky. Les écarts sont un peu moins importants que chez les femmes mais cela ne signifie pas que la course était plus lente ou moins dure : seuls 23 pilotes sur les 87 au départ ont pu terminer la course dans le même tour que le vainqueur.

Enfin, quelques mots sur les Espoirs Hommes, dont la course avait lieu le matin avant celle des Elites Femmes et Espoirs Femmes. Encore un cavalier seul et encore un pilote Absolute-Absalon qui s’impose puisque c’est Mathis Azzaro qui remporte le titre, comme une revanche après sa blessure de 2018 et sa longue convalescence.

Derrière, le petit groupe de chasse qui s’était formé s’est disloqué aux alentours de la mi-course au profit de Loan Chevenal (Team VCA Anjos) et de Basile Allard (Velcan MTB Pro Team) qui ont respectivement pris les 2e et 3e place.

Classements complets : Femmes scratchFemmes par catégoriesHommes scratchU23 Hommes scratch

Nos autres articles sur ces championnats de France :

Championnats de France DH 2020 : Coulanges et Nicole sacrés

Championnats de France 2020 : nos trouvailles des paddocks