Test Ride #11 | Pédalier Specialites TA Arrow, tenue Ekoi MTB & tige télescopique KS LEV Integra

Tech
13 décembre 2018 — Olivier Béart
Vojo vous propose désormais régulièrement des trios de tests courts et concis, plus rapides et faciles à lire que nos articles habituels. Mais entendons-nous bien : si le but est ici d’aller à l’essentiel, il ne s’agit pas de tests au rabais ! Ces essais sont menés avec la même rigueur et le même sérieux que pour chaque autre pièce ou vélo qui passe entre nos mains et les produits ont été longuement mis à l’épreuve par l’équipe Vojo. 

KS LEV Integra : evolutions discrètes

KS a été un des pionniers de la tige de selle télescopique. Et, à ce titre, la marque en a aussi essuyé les plâtres. Depuis quelques années, KS n’a plus vraiment présenté de révolution, et elle a même mis au frigo son projet de modèle à commande électronique sans fil, préférant plutôt élargir se gamme au niveau des références (notamment en proposant plus de modèles dans des petits diamètres, avec plus de débattement, etc), améliorer ce qui pouvait l’être et finir de fiabiliser à 100% tous ses modèles. Une démarche intéressante que nous avons voulu vérifier sur le terrain.

Le principe de fonctionnement du mécanisme à l’intérieur de la KS Lev Integra est bien connu et très classique, puisqu’il s’agit d’une cartouche air/huile fermée, avec un ajustement possible de la pression d’air entre 100 et 250psi pour ajuster la vitesse du retour. Cette technologie est présente depuis des années dans la gamme, et elle n’a pas vraiment évolué.

Par contre, ce qui a évolué sans que cela se voie réellement, c’est l’ensemble des pièces d’usure ou qui ont montré quelques faiblesses par le passé. KS n’a pas énormément communiqué sur le sujet, mais une multitude de petites optimisations ont permis à la KS Lev Integra 2018 d’être – en principe – plus fiable et plus durable que les premiers millésimes.

Avec ce test, c’est ce que nous avons voulu confirmer… ou infirmer. Nous avons donc roulé avec un exemplaire de test en 125mm livré par la marque et qui a été utilisé pendant un an sur deux vélos différents, ainsi que sur plusieurs modèles qui équipaient des vélos de test qui sont passés entre nos mains au fil de la saison. C’est l’occasion de rappeler aussi que KS dispose d’une foule de références qui lui permettent d’être compatible avec quasiment tous les cadres du marché (diamètres 27,2 à 34,9mm, débattement de 80 à 175mm, etc). Les prix vont de 379 à 409€, soit dans la moyenne des tiges de selle haut de gamme du marché. Niveau poids, avec 585g sur notre balance, elle est aussi dans la moyenne. Une version carbone existe et permet de gagner entre 50 et 100g selon les versions.

Le montage est facile, tant pour la selle que la commande, avec un système d’accroche du câble très simple sous la tige. Le mécanisme comporte un petit crochet dans lequel vient se glisser un petit cylindre qui se fixe sur l’extrémité du câble. Cela ressemble comme deux gouttes d’eau à la Fox Transfer, avec un petit avantage puisqu’on dispose ici d’un cache plastique qui permet d’éviter l’oxydation ou la présence de saletés.

Au niveau du levier, nous avons utilisé le fameux Southpaw, que nous avions déjà eu l’occasion de tester par le passé mais qui a aussi évolué légèrement au niveau du collier de serrage, désormais en une pièce avec une petite charnière et plus en deux parties qui pincent le cintre. Le maintien est effectivement meilleur et les risques de tourner sur le cintre désormais inexistants.

Le levier en lui-même est toujours très agréable à manipuler avec une belle surface de contact sous le doigt. On constate tout de même qu’il est moins long que plusieurs modèles concurrents (Race Face, WolfTooth, RockShox, etc.) ce qui est un atout au niveau de l’encombrement sur le cintre, mais moins au niveau de la force à exercer pour l’actionner. Rien de vraiment problématique pour autant, et on apprécie aussi le fait qu’il ne prenne pas de jeu au fil du temps.

Au niveau de la tige de selle elle-même, on apprécie toujours sa souplesse de fonctionnement, l’onctuosité avec laquelle elle monte et elle descend puis, surtout, la constance et le réel niveau de fiabilité auxquels elle semble enfin arrivée aujourd’hui. En effet, tant sur notre modèle de test que sur les autres versions montées sur des vélos de test (dont un exemplaire conservé et utilisé intensivement pendant 3 mois), nous n’avons noté aucune prise de jeu au-delà du léger jeu fonctionnel présent dès le départ, aucune fuite et aucune modification du comportement sur la durée.

Seul petit bémol, auquel il faut faire attention au moment de l’achat si vous avez une hauteur de selle réduite ou un cadre haut : l’écrou et la partie bushing qui fait la jonction entre le plongeur et la tige elle-même est plus haut et volumineux que sur d’autres modèles. A ce niveau, quelques millimètres peuvent faire la différence.

Verdict :

S’il fallait résumer la tige de selle KS Lev Integra en une grande qualité, on pourrait tout simplement dire qu’elle se fait oublier. On la monte sur son vélo, et on finit presque par ne plus y penser tant son utilisation est naturelle et constante dans le temps. Après avoir débroussaillé le secteur et essuyé les plâtres comme tout pionnier, KS se repositionne aujourd’hui clairement parmi les références du marché et parmi nos tiges de selle télescopiques préférées aux côtés de la Fox Transfer et de la BikeYoke Revive.

Plus d’infos : www.kssuspension.com/product/lev-integra