Test longue durée | Roues Enve M630 : luxe et volupté

Tech
15 novembre 2018 — Olivier Béart

Depuis sa création, Enve s’est positionnée dans le tout haut de gamme avec ses jantes carbone made in USA dont le look, la finition et la conception leur permettent de se démarquer du reste du marché. Pionnière au début, l’entreprise a dû ensuite faire face à l’apparition d’un nombre incalculable de concurrents sur le marché en plein boom des roues en fibres noires. Pour faire face, elle a remanié complètement sa gamme pour cette saison. Dans ce test, nous nous sommes intéressés aux Enve M630, modèle polyvalent de la gamme, qui navigue entre XC hard et enduro light avec ses jantes de 30mm de large. Verdict :

Si Enve ne s’intéresse qu’au carbone, tant pour ses roues que pour les autres composants au catalogue (potences, cintres, etc), elle couvre l’ensemble des pratiques, du XC à la descente. Lors de la présentation de la nouvelle collection de roues, nous avons eu l’occasion de vous détailler les caractéristiques de chaque modèle et les technologies mises en œuvre : www.vojomag.com/enve-2018-une-gamme-repensee-et-un-strip-pour-dire-stop-aux-crevaisons.

Nous n’allons donc pas y revenir ici, ce qui va nous permettre de nous concentrer sur les spécificités de la série M6, déclinées en trois versions pour un usage “trail”, soit toutes les pratiques entre le XC et l’enduro.

La série M6 joue donc la carte du compromis, sans aller dans la légèreté extrême comme la M525 de XC, ou la résistance aux pires traitements comme les séries M7 et M9 dédiées au gros enduro et à la DH, sans oublier une version spécifique e-bike de la M7. Ces deux dernières disposent d’un dessin de jante particulier, fait pour accueillir un ruban anti-crevaison (tous les détails se trouvent dans notre article de présentation de la gamme), qu’on ne retrouve pas sur la série M6 qui nous occupe ici, principalement pour une question de poids.

Les M6 sont disponibles en deux tailles de roues et trois largeurs : 30, 35 et 40mm. D’où leurs noms d’Enve M630, M635 et M640, qui couvrent respectivement des sections de pneus de 2.3/2.5″, 2,5/3.0″ et 2.7/3.2″ selon les recommandations de la marque. La M630 qui nous occupe ici a un profil symétrique assez triangulaire et, malgré l’absence de la “bande” anti-crevaisons des M7 et M9, son profil est tout de même pensé pour réduire les risques en la matière, grâce à des crochets (qui n’en sont plus vraiment, puisque les parois sont droites) plus larges qu’auparavant.

En passant de 3,5mm à 4,5mm d’épaisseur et en arrondissant les extrémités, le profil des Enve M630 entend limiter fortement le risque de crevaison par pincement, qui devient la cause n°1 des soucis avec les pneumatiques tubeless actuels qui se roulent à basse pression. Nous verrons plus loin lors du test terrain ce qu’il en est. Les dimensions de la jante sont de 30mm de largeur interne, 38,5mm en externe et 26,5mm de hauteur. Enve annonce avoir revu la forme de ses jantes, ainsi que les fibres utilisées pour les rendre moins raides et plus tolérantes ; un reproche qui leur était souvent adressé par le passé.

Ce qu’on peut dire d’emblée, c’est que la finition des jantes est magnifique. La disposition des fibres est visuellement parfaite, il n’y a aucune bavure et les stickers, dont on peut choisir la couleur lors de la commande, sont fins et de qualité. Dire que le “made in USA” est une plus-value est peut-être exagéré car il existe des jantes asiatiques de très haut niveau, mais force est de constater qu’Enve joue bien dans le haut du panier, voire dans les premières places en la matière.

A noter aussi que, même si ce n’est pas pratique s’il faut effectuer un petit dévoilage, les écrous de rayons sont cachés dans la jante. Une signature de longue date chez Enve, qui justifie son choix pour des raisons esthétiques, mais aussi de meilleure répartition des contraintes sur les parois de la jante, ce qui permet de l’alléger.

Le montage fait appel à 28 rayons plats Sapim CX Ray à l’avant comme à l’arrière, soit le tout haut de gamme de la marque belge. A l’inverse d’autres marques comme NoTubes par exemple, Enve travaille avec des tensions élevées. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cela n’influence pas directement la perception de rigidité de la roue et la sensation de confort, mais bien l’impression de précision et la durabilité.

Pour les moyeux, trois options sont au programme : DT Swiss 350, DT Swiss 240s et Chris King en tout haut de gamme, comme sur notre paire de test. Leur finition est magnifique, tout particulièrement au niveau du corps de roue-libre en acier qui est une véritable œuvre d’art à lui tout seul. Sans parler de la mélodie inimitable du corps de roue à 72 points d’engagement. Un seul regret : que le noir mat, teinte apparue récemment au catalogue et retenue par Enve pour ses montages, soit si sobre et banalise presque la qualité Chris King, qui ressort mieux avec une finition brillante.

Poids et prix

La marque annonce les Enve M630 à 1680g, et c’est presque tout à fait cela, puisque nous avons pesé nos modèles de test à 1690g avec valves et flap tubeless. Il y a donc toutes les raisons de faire confiance au poids des jantes annoncé à 419g en 29″. Ce n’est pas hyper léger, mais on se situe dans les mêmes zones que d’autres roues carbone orientées trail, comme les NoTubes Bravo par exemple.

A noter que les roues sont livrées dans une belle boîte qu’on pourra conserver pour un stockage ultérieur, mais sans housses de protection ce qui, vu le prix et le positionnement très haut de gamme, est un peu dommage. On a par contre un petit sac avec les accessoires, dont une paire de valves en alu et le fond de jante adapté, à placer soi-même, mais l’opération est aisée et le tape de qualité.

On a gardé le meilleur pour la fin : le budget ! On vous l’a dit d’entrée, la marque joue la carte de l’exclusivité, voire même du luxe, et se place dans le très haut de gamme avec un ticket d’entrée fixé à 2749€ en moyeux DT350. Pour passer sur les DT240, il faudra débourser 2999€ et sur des Chris King comme sur notre paire de test, comptez 3199€ ! Glups. A ce tarif, elles n’ont pas vraiment de concurrence (les NoTubes sont à moins de 2000€ et des Santa Cruz Reserve avec moyeux Chris King autour de 2500€). Voyons maintenant sur le terrain si cela se justifie…

Enve M630 : le test terrain

Avant de partir rouler, il faut monter des pneus et, avec tous les modèles que nous avons testés (Specialized, Maxxis et Schwalbe, tous entre 2.35 et 2.5″ de section), l’opération s’est faite sans encombres. Il faut leur reconnaître également que, d’emblée, elles marquent de leur empreinte le look global du vélo sur lequel elles sont montées et aucun de vos potes ne peut ignorer que vous roulez en Enve, même en choisissant des stickers sobres comme les nôtres (il en existe d’autres en option, ainsi qu’une possibilité de custom, si on veut être plus voyant et/ou les accorder à son vélo).

Sur le terrain, on doit reconnaître qu’elles transforment littéralement le vélo sur lesquelles elles sont montées (elles ont été testées sur des vélos tels que l’Orbea Occam, le Trek Fuel EX, l’Orbea Rallon et le Transition Sentinel). En remplacement de roues moyen de gamme (type DT 1900 ou 1700), c’est le jour et la nuit, et même par rapport à de très bonnes roues alu comme les DT XM1501, le gain de dynamisme et en répondant du vélo est notable. On a l’impression d’avoir de très bonnes roues de XC dans les relances et sur le roulant, puis des roues solides et rigides quand on attaque en descente. Premier bon point, donc.

Malgré les dires d’Enve qui annonce avoir “assoupli” ses nouvelles jantes, nos testeurs sont unanimes : les M630 restent très, très rigides !

Par contre, malgré les dires d’Enve qui annonce avoir “assoupli” ses nouvelles jantes, nos testeurs sont unanimes : les M630 restent très, très rigides ! On sent tout de même qu’on n’est plus dans certains excès du passé, et qu’on n’a plus une jante “sautillante” dans certains circonstances (enchaînements de petits chocs à haute vitesse) ou qui peine à trouver le grip dans les appuis car elle ne se déforme absolument pas. Mais on est en plein dans le cliché de la jante carbone très rigide, alors qu’il n’y a pas de fatalité et que d’autres marques ont montré qu’il était possible de faire des roues carbone plus souples et conciliantes (NoTubes, Santa Cruz,…)

Leur largeur de 30mm et les gros pneus qu’on monte dessus aident aussi à atténuer le phénomène et à le garder dans des limites raisonnables. Mais autant acheter en connaissance de cause et les petits gabarits et les pilotes qui aiment des roues qui se donnent un peu plus auront intérêt à passer leur chemin. Les bikers lourds, ayant un pilotage musclé et qui attendent que leurs roues ne bougent pas d’un millimètre car ils ont le physique pour tenir des produits exigeants, seront par contre ravis.

Nous avons testé les roues Enve M630 pendant plus de 6 mois sur des terrains très variés, allant de la Belgique jusqu’à des reliefs plus montagneux et empierrés (Alpes, Chemins du Soleil, Trans-Baronnies, etc). Jamais leur solidité n’a pu être prise en défaut. Aucun voile n’est apparu et la finition des jante est restée quasiment intacte. Il faut chercher très attentivement pour trouver de petites griffes, et encore, elles ne se voient plus dès qu’on prend un peu de recul. Pourtant, nous les avons régulièrement utilisées hors programme, pour de l’enduro engagé et des vélos pour lesquels Enve recommanderait plutôt la série M7, sans que cela ait fait trembler le moins du monde nos “petites” m630.

Autre point : il semble que le dessin de la jante permette aussi bel et bien de limiter les crevaisons. Nous avons utilisé des valeurs sûres au niveau des pneumatiques, et pas des modèles réputés fragiles, mais en faisant le bilan, il semble bien que notre nombre de crevaisons ait été réduit sensiblement par l’usage des Enve M630.

Verdict

Les Enve M630 oscillent entre œuvre d’art et haute couture. Pour autant, il serait dommage de les laisser dans une vitrine de peur de les abimer, car elles semblent aptes à résister aux pires traitement grâce à une solidité à toute épreuve. Elles jouent bien leur rôle en dopant la dynamique du vélo sur lequel elles prennent place, mais il faudra composer avec leur rigidité qui reste très importante et qui pourra en rebuter certains (pilotes légers, adeptes de longues virées ou dont le pilotage s’accorde mieux à des roues plus souples). Reste leur prix, complètement irrationnel, qui les réservera à des bikers très fortunés ou qui font des choix de vie radicaux qui leur permettent de consacrer un très gros budget à leur passion.

Plus d’infos : https://enve.com/fr/products/m630 – Distribution : https://www.mohawkscycles.fr
Notre article sur la gamme : www.vojomag.com/enve-2018-une-gamme-repensee-et-un-strip-pour-dire-stop-aux-crevaisons