Test | Canyon Exceed CF SLX 9.9 :
champion poids plume

Tech
28 septembre 2016 — Olivier Béart

Champion du Monde de marathon avec Alban Lakata avant même sa sortie officielle, le Canyon Exceed CF SLX est le fleuron de la gamme semi-rigide de la marque allemande. Plus léger (870g le cadre), il adopte une géométrie revue et il se veut plus confortable que son prédécesseur, le déjà très apprécié Grand Canyon CF SLX. L’Exceed tient-il ses promesses ? C’est ce que nous allons voir avec ce test.

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-1Le prix est et reste une des raisons majeures qui poussent les bikers à s’intéresser aux vélos Canyon, vendus en direct sur le Web, sans passer par un classique réseau de revendeurs. Mais cela fait maintenant plusieurs années que Canyon tient aussi le haut du pavé en matière de R&D pour proposer des produits techniquement à la pointe. C’est une fois de plus de cas avec l’Exceed CF SLX qui se positionne parmi les cadres les plus légers de la production actuelle. Mais pas seulement.

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-4Au niveau du poids, celui-ci est annoncé à 870g pour un cadre nu en taille M. Une belle performance car, même aujourd’hui, rares sont les cadres qui passent sous la barre des 900g. Pour arriver à ce résultat, le Canyon Exceed CF SLX a été travaillé sur plusieurs points par rapport à son prédécesseur, dont la version “entrée de gamme” avait d’ailleurs remporté notre comparatif de 5 hardtails carbone à moins de 2000€ publié il y a quelque temps.

Un des axes de travail pour diminuer le poids du cadre a été de réduire la surface de certains tubes du cadre, ainsi que des points de jonction, les noeuds. Cela se voit tout spécialement au niveau de l’interconnexion entre le tube supérieur, le pied de selle et les haubans. Au total, rien que ce travail sur les formes a permis à Canyon de gagner plus de 100g sur l’Exceed.

Cela dit, il faut prêter attention à ne pas déforcer certaines zones stratégiques en matière de rigidité. C’est le cas du boîtier de pédalier en premier lieu, ainsi que du tube diagonal et des bases. Là aussi, les derniers logiciels de calcul et les dernières fibres disponibles ont été mis à contribution pour aller à l’essentiel, mais la partie basse du cadre reste très volumineuse et contraste avec le haut. C’est une tendance actuelle que Canyon n’est pas la seule marque à suivre, mais on a ici un exemple très clair.

Autre caractéristique marquante du cadre du Canyon Exceed CF SLX, ce sont ses lignes très tendues. Et pour cause : les tubes sont les plus droits possible. L’explication est simple : la distance la plus courte entre deux points est une ligne droite. Pour gagner du poids, mieux vaut donc essayer d’aller le plus directement possible d’un noeud à l’autre. On retrouve aussi ce type de conception sur un autre champion du poids, sorti plus récemment : le Scott Scale.

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-6Le vélo ayant été développé en collaboration avec l’équipe marathon et “Albanator” Lakata, c’est assez logiquement que l’accent a aussi été mis sur le confort. Canyon annonce une déformation totale de l’ordre de 11mm entre l’axe de roue arrière et la selle.

6mm proviennent du cadre lui-même, grâce à des haubans d’une grande finesse qui contournent le tube de selle, et 5mm proviennent de la tige de selle VCLS carbone. Très originale, cette dernière mérite qu’on s’y attarde. Si elle est présente sur certains vélos de la marque depuis plusieurs saisons, elle est ici en monte standard sur tous les Canyon Exceed CF SLX et elle a fait partie intégrante de la conception du châssis.

La tige de selle Canyon VCLS (vertical comfort, lateral stiffness) est composée de deux “lames” en carbone qui peuvent se déformer sur toute leur longueur en sortie de cadre. Autre originalité, pas très pratique : si l’avancement de la selle se règle classiquement au niveau des rails, pour l’inclinaison il faut faire bouger les lames l’une par rapport à l’autre… en desserrant une vis située dans le bas de la tige. Il faut donc retirer l’ensemble du cadre pour arriver à ses fins. Et cela augmente le temps nécessaire ainsi que la complexité de l’opération. Pour le reste, cette tige de selle joue vraiment bien son rôle comme nous le verrons plus loin, et elle n’entraîne pas de bruits parasites (craquements) comme on aurait pu le craindre.

On note aussi, comme toujours chez Canyon, une grande attention aux détails. On retrouve le désormais classique jeu de direction Impact Protection Unit qui, avec ses butées, empêche que les leviers de freins ou les commandes de vitesses viennent taper dans le tube supérieur en cas de chute. Il y a aussi une protection intégrée sous le tube diagonal pour éviter les impacts avec les cailloux projetés par la roue avant, sans oublier le passage interne des câbles et Durit qui se fait via des trappes très larges qui rendent l’opération aisée (on a testé). Enfin, détail structurel : le positionnement de l’étrier de frein arrière entre base et hauban lui permet de jouer le rôle de renfort sans ajouter de la matière sur le cadre. Malin. Tant qu’on est dans cette zone, précisons que l’Exceed est toujours en 142×12.

Géométrie

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-3Première observation au niveau de la géométrie : Canyon a la bonne idée de proposer l’Exceed en 5 tailles du XS (en roues de 27,5”) au XL (en 29” comme les S, M et L). La longueur des bases évolue en conséquence afin de garder l’équilibre entre l’avant et l’arrière du vélo. Dans tous les cas, les valeurs sont très courtes et on passe de 422mm sur le XS (en 27,5” pour rappel) à 427mm en S, M puis 432mm en L et 437mm en XL.

1-canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-1Par rapport à son prédécesseur, le Canyon Exceed CF SLX s’inscrit dans la tendance des cadres à l’avant plus long. Le reach augmente de 10mm en taille M (425mm) et le tube supérieur mesure désormais 600mm en taille M. Pas un record, mais on est sur des valeurs de cadre long pour sa taille. Corollaire, il est équipé de potences courtes : 70mm en XS, 80mm en S et M puis 90mm en L et XL. Les ingénieurs de la marque seraient bien allés encore plus loin dans cette voie, mais les pilotes du team marathon, parfois un peu plus conservateurs que leurs homologues du XC, n’étaient pas chauds. Quant à l’angle de direction, il est plus couché d’un demi degré par rapport au Grand Canyon CF (69,5°) alors que le tube de selle est à 74°.

Equipement

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-5Comme toujours chez Canyon, c’est le festival et le rapport prix/équipements est assez impressionnant. La gamme commence à 3299€ avec un modèle très proche de celui que vous avez sous les yeux mais équipé d’une fourche RockShox SID World Cup. En cette fin de saison, les modèles 2016 sont proposés avec des remises qui abaissent le ticket d’entrée à 2699€ pour le premier modèle !

Un modèle un poil plus lourd mais moins cher fera aussi son apparition en 2017 pour élargir la gamme, l’Exceed CF SL.

Si le Canyon Exceed 9.9 LTD est affiché à 9000€ tout en haut de la gamme (avec pièces Tune et roues carbone à bâtons Bike Ahead), le coeur de la famille se situe entre 3500 et 5000€, toujours avec des équipements très haut de gamme (Sram 1×11 ou Shimano 2×11, en attendant l’arrivée des modèles 2017 qui ne devraient pas connaître de grands changements si ce n’est quelques mises à jour de composants, comme l’arrivé de montages en Sram Eagle). Un modèle un poil plus lourd mais moins cher fera aussi son apparition en 2017, l’Exceed CF SL, que nous vous avons présenté dans cet article.

Le modèle qui nous occupe ici est le Canyon Exceed CF SLX 9.9, situé en milieu de gamme et affiché à 3899€ (ou 3299€ avec les promos de fin de saison) pour un poids de 9,65kg (en chambres à air. Nous sommes descendus à 9,6kg en tubeless, mais pas plus bas car nous avons choisi des pneus renforcés). Un des premiers points qui attire l’oeil, c’est sa fourche RockShox RS-1, qu’il est très rare de retrouver à ce niveau de tarif même si on la trouve parfois sur des vélos à moins de 3000€. Mais il s’agit d’exceptions car ce modèle inversé en carbone est très onéreux, même si son look et sa qualité d’amortissement représentent une belle plus-value (pour plus d’infos, voir notre comparatif de 5 fourches XC haut de gamme).

L’Exceed CF SLX 9.9 est aussi très bien doté au niveau du train-roulant, issu de chez DT Swiss avec une série spéciale XR 1491, qui n’est autre qu’une évolution des DT XR 1501 et une “preview” des nouvelles roues DT Swiss apparues en cours d’année. Par rapport aux XR 1501 de 2016, elles disposent de jantes asymétriques plus larges (22,5mm) qui équipent désormais la version 2017. Au niveau des pneus, les Continental XKing sont de vieilles connaissances, toujours aussi bons au niveau de la polyvalence et du rendement, mais aussi toujours aussi fragiles dans cette version Race Sport qui mériterait carrément de disparaître du catalogue selon nous, au profit des Protection. C’est d’ailleurs cette version que nous avons choisie lors du passage en tubeless réalisé pour le test !

Du côté de la transmission, ce modèle est équipé en Shimano XT 2×11 (voir ici notre test longue durée) avec cassette 11/40 et des plateaux 28/38 à l’avant qui montrent qu’il s’adresse à des gars ayant un certain physique et/ou qui aiment pouvoir avionner sur les portions roulantes. Petite plus-value qui permet également de gagner pas mal de poids par rapport à un groupe XT “stock”, Canyon équipe son Exceed 9.9 d’un pédalier Race Face Next SL. Celui-ci fonctionne parfaitement avec l’excellent dérailleur XT Side-Swing. Le boîtier de pédalier s’est par contre mis à gratter en fin de test. Les freins sont aussi des Shimano XT dont nous avons apprécié la puissance et qui n’ont pas montré de performances irrégulières comme les premiers exemplaires reçus pour notre test longue durée du groupe.

On termine le tour du propriétaire par les accessoires Canyon. Outre la tige de selle dont nous vous avons déjà parlé, on trouve aussi un poste de pilotage maison qui, comme le vélo lui-même, n’a rien à envier aux produits de marques à la réputation et au prestige bien établis. Nous avons particulièrement apprécié la forme du cintre, ainsi que le dispositif qui évite de trop serrer le capot de la potence et d’endommager le cintre. Notez aussi la présence de grips Ergon (société dirigée par… le frère du patron de Canyon) qui sont particulièrement agréables et ergonomiques, mais qui le seraient encore plus avec des colliers de serrage moins proéminents qui peuvent parfois gêner pour positionner les mains en descente.

canyon_exceed_cf_sl_copyright_obeart_vojomag-2Un dernier mot pour signaler que, vente par correspondance oblige, le vélo arrivera chez vous en caisse. Mais une belle caisse au sortir de laquelle il n’y a plus qu’à mettre la roue avant, le cintre et la tige de selle. Bref, rien d’insurmontable, même pour un mécanicien (très) débutant. Cela dit, aussi bien pensée soit la caisse Canyon, ce n’est pas la première fois que nous recevons un de leurs vélos avec des gaines légèrement croquées car trop mises en tension pour réussir à caser le cintre le long de la fourche pour le transport. Le désagrément était juste esthétique cette fois, mais il s’agit d’un point à surveiller.

Canyon Exceed CF SLX 9.9 : le test terrain

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-8Dès qu’on grimpe aux commandes du Canyon Exceed CF SLX, on est directement plongé dans le bain. Avec la douille de direction courte, l’avant est bas et on sent qu’il est fait pour attaquer. Il a tout de même le bon goût de ne pas verser dans la caricature avec une position excessivement nez dans le guidon qui aurait nui ses aptitudes sur de longues distances. Mais il s’adresse néanmoins à un public averti. Les accélérations sont du même tonneau et le ramage vaut largement le plumage ! Quel bolide ! Le Canyon Exceed CF SLX donne toujours envie d’en remettre une couche, d’accélérer, de relancer. Et ça dépote.

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-6Le cadre se déforme légèrement pour renvoyer l’énergie immédiatement. C’est sans conteste un des cadres les plus vivants qu’il nous ait été donné de tester ces derniers temps. Parmi nos testeurs, tant les plus puissants que les plus légers y ont trouvé leur compte. Pas besoin d’être Hulk, donc, pour profiter de ses charmes (ce qui rappelle un peu le Bulls Black Adder). C’est aussi un excellent grimpeur qui adore les ascensions longues, façon col de montagne. Un de nos testeurs a d’ailleurs remporté la catégorie Master 1 de la MB Race 100km à son guidon ! Dans les grimpettes techniques, il s’en sort bien, mais il faut un peu de doigté pour placer la roue avant comme pour trouver le grip au niveau de la roue arrière.

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-4Pour un semi-rigide orienté racing, il se montre effectivement assez tolérant. En côte et sur les portions roulantes abordées à haute vitesse, on reste assis plus longtemps qu’avec d’autres modèles concurrents (on pense notamment au BH Ultimate, beaucoup plus typé XC) et on sent que le vélo économise le bonhomme. Néanmoins, de là à le qualifier de confortable, il y a un pas que nous hésitons à franchir. On est très loin du BMC Team Elite, mais il est vrai qu’il “triche” avec son système d’élastomère. Cela dit, on a l’impression ici que, malgré les chiffres avancés par Canyon, la majeure partie du confort provient de la tige de selle. Cette dernière joue magnifiquement son rôle et elle offre une déformation bien réelle, sans se montrer trop souple ou gêner au pédalage.

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-10Par contre, en descente, on n’a pas vraiment l’impression qu’il atténue les impacts. Beaucoup de cadres carbone sont dans ce cas et ils restent turbulents à des degrés divers… sauf, une fois encore, le BMC TE01. Mais ce n’est pas un vrai hardtail. Les tests réalisés dernièrement nous montrent en tout cas que les vélos carbone, même avec les meilleurs développements du Monde, ne parviennent pas encore à donner d’aussi bons résultats que des matériaux comme l’acier et le titane à ce niveau. Bref, oui, le Canyon Exceed est confortable, mais pas partout ni tout le temps.

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-1Une autre caractéristique du Canyon Exceed, c’est sa grande maniabilité et le plaisir qu’on a à le piloter. Voilà un hardtail vraiment fun, et ça fait du bien ! Il n’y a pas qu’en montée que la sensation de légèreté est présente. En descente aussi, cela aide à faire virevolter le vélo d’un virage à l’autre et à le faire sauter au-dessus des difficultés. Cela dit, même si c’est amusant, c’est épuisant aussi. Un peu comme un jeune enfant qui ne semble jamais fatigué alors que ses parents aimeraient souffler un peu. La direction répond au quart de tour et, quand les heures de selle s’enchaînent et que les mouvements se font moins précis, on peut parfois se faire surprendre. Cela dit, le vélo ne se montre jamais traître non plus et il sait se montrer rassurant dans les longues descentes rapides.

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-3Avant de conclure, impossible de ne pas parler de l’équipement de ce vélo. Si son cadre est très réussi, il est aussi particulièrement bien servi par le choix de pièces qui a été fait pour l’équiper. Surtout pour moins de 4000€ ! Mis à part la question mono/double qui relève plus de la question de goût (Canyon propose les deux), nous avons déjà dit qu’il faudra changer les pneus d’origine en urgence pour pouvoir attaquer sans crever ; on peste aussi un peu sur la fourche RockShox RS-1 quand il faut remonter la roue et on changera les plateaux pour du 36/26 si on habite dans une région au relief prononcé mais pour le reste, on frise le sans faute. Avec une mention très spéciale pour les roues DT XR 1491 au répondant exceptionnel et à la souplesse bien dosée pour donner un caractère tolérant particulièrement bienvenu au niveau du train roulant. Clairement, on voit mal ce que des roues carbone pourraient apporter de plus et on se demande même si elles sont pertinentes sur un cadre comme le Canyon Exceed.

Verdict

canyon_exceed_cf_sl_test_copyright_obeart_vojomag-7Le Canyon Exceed est une belle évolution du déjà très réussi Grand Canyon CF. Encore plus léger, subtilement modernisé au niveau de la géométrie, il est aussi un peu plus confortable. Mais il ne faudra pas se laisser trop influencer par les chiffres à ce niveau : oui, il sait ménager le pilote bien entraîné pour lui permettre de mettre les Watts plus longtemps sur des courses longues distance. Mais si vous avez un profil plus randonneur, vous sentirez surtout son côté exigeant qui reste malgré tout bien présent dans le cassant. Pour peu qu’on sache où on met les pieds, le Canyon Exceed a de très grandes qualités, à commencer par son rendement phénoménal qui vous aidera à vous prendre pour Lakata même les jours de petite forme. Enfin, son prix percutant et son équipement “race ready” très haut de gamme terminent de convaincre qu’il s’agit sans aucun doute d’un des semi-rigides les plus attrayants du moment.

Web

Plus d’infos : www.canyon.com/fr/mtb/exceed