Stumpjumper Evo 2021 : une nouvelle famille à part entière

Tech
6 octobre 2020 — Olivier Béart

Né comme un délire d’ingénieurs et de chefs produit qui avaient obtenu le feu vert pour lancer en production une version extrême du Stumpjumper qu’ils avaient adoré rouler lors de leurs essais, le Stumpjumper Evo de la première génération s’est avéré être un véritable succès commercial. De quoi justifier le développement d’un nouveau châssis spécifique pour 2021. Avec quelques astuces intéressantes à la clé ! Avant notre premier essai, voici un aperçu de ce qui change :

Développer un vélo, c’est un peu comme tester de nouvelles recettes en cuisine. On essaie différents assemblages d’ingrédients, parfois improbables, un peu extrêmes. Il arrive que ça foire complètement, mais il arrive aussi qu’en cherchant jusqu’où aller trop loin, on découvre des alchimies aussi inattendues qu’intéressantes. C’est un peu l’histoire du Stumpjumper Evo.

Depuis belle lurette, le Stumpjumper, c’est un peu la machine à tout faire, le vélo ultra polyvalent de chez Specialized. Un jour, les chefs produit ainsi que les ingénieurs maison ont eu l’idée d’en développer une version débridée, un peu folle, avec une géométrie bien engagée. Et ça a marché. Mieux : alors qu’il a été commercialisé un peu comme ça, juste pour voir, il a rencontré un gros succès au niveau des ventes. Désormais, ce n’est donc plus le petit “side project” sympa qu’on fait sur le côté, mais un véritable modèle à part entière dans la gamme. Pour 2021, il fait peau neuve et nous allons voir ce qui change.

Géométrie à la carte

Alors qu’il n’y avait que deux tailles au début quand le Stumpjumper Evo est sorti, il y en a maintenant 6 sur cette nouvelle version. Et elles répondent toujours aux appellations S1, S2,… jusque S6. L’idée est de ne pas choisir uniquement la taille de son vélo en fonction de sa morphologie, mais aussi de ce qu’on aime comme style de pilotage et de ce qu’on veut pouvoir faire avec sa machine.

La taille du pilote reste toujours le point de départ, mais Specialized invite le potentiel client à se poser la question : pourquoi pas envisager une taille en-dessous pour un pilotage plus agile et vif, ou une taille au-dessus pour un vélo plus stable. Idéalement, on évitera d’aller vers plus d’une taille d’écart, mais l’idée est intéressante et souligne l’envie de Specialized d’ouvrir les horizons de ce côté. Les tableaux de géométrie se trouvent un peu plus bas… vous allez comprendre pourquoi.

Tailor made

S’il y avait un mot pour résumer cette nouvelle génération de Specialized Stumpjumper Evo 2021, ce serait sans aucun doute : customisation ! Au-delà des questions de taille que nous venons d’évoquer et qui sont un point de départ, géométrie, suspensions et taille de roues, tout est adaptable, de sorte qu’on a en quelque sorte plusieurs vélos en un, et une machine qui offre vraiment beaucoup de possibilités pour s’adapter au terrain sur lequel on roule et à son pilotage.

Cela se matérialise par l’adoption de systèmes d’excentrique aux deux extrémités du vélo. Au niveau de la douille de direction, différentes coupelles permettre de régler l’angle de fourche sur trois positions : droit, intermédiaire et ouvert.

Ensuite, au niveau du point de pivot Horst Link placé sur les bases, on dispose aussi de deux positions : haut et bas.

Au total, on dispose de pas moins de 6 combinaisons, permettant de faire varier la hauteur du boîtier de 12mm et l’angle de direction de 63 à 65,5°. L’idée n’est ici pas vraiment de rechercher la performance ultime comme sur une F1 des sentiers. Pour la course, il y a le modèle Enduro. Non, ici, l’idée est vraiment d’avoir un vélo qui peut s’adapter au style de chacun. Un vélo réellement personnalisable ; pas au niveau de la couleur comme cela se voit ailleurs, mais bien au niveau du comportement.

Bon, entre le choix de la taille et les différents réglages possibles ensuite au niveau de la géométrie, il faudra certainement prévoir pas mal de sorties de réglage et de parties de clé Allen avant de trouver le setup qui vous conviendra le mieux. On vous laisse d’ailleurs regarder en détails les… 6 (!) tableaux de géométries selon les réglages choisis (cliquez pour agrandir). Après tout, cela peut aussi faire partie du plaisir de chipoter sur son vélo, de tester différentes configurations et de voir comment évoluent les sensations. Les geeks apprécieront, et ceux qui veulent juste un vélo simple sur lequel grimper et partir rouler se tourneront sans doute vers d’autres modèles de la vaste gamme Specialized.

Ah oui ! On allait oublier : s’il est équipé d’origine en roues de 29″, le Specialized Stumpjumper Evo 2021 peut aussi être monté en “mullet” (29″ devant, 27,5″ derrière) si on le souhaite. Pour cela, il suffit d’équiper son vélo d’un “link” spécial vendu 74,95€ en option, et d’une plus petite roue. Quand on vous disait que ce vélo est ultra personnalisable…

Suspension : préserver la polyvalence

Specialized n’a pas changé fondamentalement la suspension FSR 4 Bar Linkage de son Stumpjumper Evo 2021. Tout en s’inspirant de l’Enduro, elle entend aussi s’en différencier en misant un poil plus sur la neutralité au pédalage pour préserver une certaine polyvalence.

A ce sujet, ce trait de comportement s’accorde avec l’angle du tube de selle, plus redressé que par le passé pour favoriser le pédalage, notamment en côte. Bref : du fun et de la bonne absorption en descente, tout en préservant un rendement correct… voilà qui le place bien dans la lignée des Stumpjumper.

Côté amortisseur (et fourche aussi d’ailleurs), Specialized a travaillé avec Fox et équipe son Stumpjumper Evo du nouveau DPX2 en version “RX Tuned”, c’est-à-dire préparé en interne selon les spécifications demandées par la marque. Le débattement est de 150mm à l’arrière et 160mm à l’avant, avec la nouvelle fourche Fox 36 à cartouche Rythm sur le premier modèle du tarif, puis Grip2 ensuite. Il existera aussi une version LTD avec plus de débattement et un amortisseur à ressort ; nous en parlerons lorsque nous détaillerons les différents montages. A noter aussi que le débattement est réduit à 145/150mm sur la plus petite taille (S1).

Du carbone, et encore du carbone

Né en alu avec une finition brute, le nouveau Specialized Stumpjumper Evo 2021 est désormais uniquement proposé avec un châssis 100% carbone Fact 11m, identique sur tous les modèles de la gamme, du Comp au S-Works. Le message est clair : l’Evo monte en gamme.

Seule différence : le modèle S-Works gratte quelques grammes au niveau de la peinture, et ajoute un “rocker link” en carbone pour relier le bras arrière à l’amortisseur alors que celui-ci reste en alu sur les autres modèles.

Specialized annonce un poids de 2750g pour un cadre en taille S4 avec amortisseur, peinture, visserie et axe de roue arrière… soit un très joli score pour le segment, où la barre des 3kg est régulièrement dépassée. Dans l’ensemble, on remarque que les tubes sont plus droits que par le passé et les formes rappellent (en plus fin) celles d’un certain Kenevo, le gros ebike enduro de la marque.

Pas de trace d’un modèle alu à ce stade, mais on espère que Specialized y pensera afin de proposer à l’avenir des modèles plus accessibles niveau tarifs, et bien dans l’esprit du petit vélo fun et pas trop cher qu’on peut emmener un peu n’importe où. Encore que, désormais il y a un certain Status dans la gamme pour ceux (notamment les plus jeunes) qui misent tout sur le côté amusant et accessible d’un vélo. Par contre, côté rigidité, Specialized assure avoir travaillé à donner à son Stumpjumper Evo non pas la plus grande rigidité, mais la bonne rigidité. Oubliez les clichés sur le carbone “raide” : tout est question de mise en œuvre et on peut réellement faire beaucoup de choses très différentes avec ce matériau.

Une Swat Door encore plus logeable

La Swat Door en est déjà à sa 3e génération ! Apparue pour la première fois sur un Stumpjumper, elle reste plus que jamais d’actualité et voit son volume augmenter de 15%. Le dossier de presse mentionne qu’on peut maintenant y placer jusqu’à 5 parts de pizza “en prenant soin de les rouler – attention tout de même aux coulures de sauce tomate” (sic) !

Trêve de plaisanterie, outre le volume, si la nouvelle Swat Door est plus logeable, c’est aussi parce qu’elle peut accueillir un nouveau kit d’accessoires, dont un bidon souple de 650ml qui peut s’insérer jusqu’au boîtier de pédalier grâce à sa forme incurvée ! De quoi, au choix, se passer de porte-bidon si on est prêt à s’arrêter pour boire, ou emporter plus de liquide et pouvoir faire l’appoint de son bidon principal sur les longues sorties. La pochette pour le nécessaire de réparation d’une crevaison est toujours là et le multi-outil se place dans la douille de direction. All inclusive !

Mais aussi…

Specialized a été parmi les premières marques à s’intéresser au silence de fonctionnement de ses vélos, et ça continue ici avec un protège base revu et toujours doté de petites “vagues” qui permettent d’amortir les chocs quand la chaîne vient taper sur le cadre. Outre la protection de la peinture, cela permet aussi d’éviter les bruits parasites. Dans le même esprit, le passage interne des gaines est entièrement guidé. Et on note aussi la présence d’une protection intégrée sous le tube diagonal.

Dernier point à propos des pneus, on retrouve les nouvelles gommes et carcasses de la marque, en profil Eliminator/gomme T7 pour la polyvalence à l’arrière, et profil Butcher/gomme T9 plus tendre à l’avant pour un maximum de grip.

Une vraie gamme avec 5 modèles

Le nouveau Specialized Stumpjumper Evo se décline désormais dans une gamme riche de 5 modèles (dont une version LTD originale) + le cadre nu disponible dans la finition S-Works haut de gamme.

La gamme démarre avec le Stumpjumper Evo Comp, affiché à 4499€. Il est équipé d’un groupe Shimano SLX et de freins Shimano 4 pistons. La fourche Fox 36 est en version Rythm, avec la cartouche Fit Grip plus basique. Les roues ont des jantes Roval en alu de 30mm de largeur interne, montées sur des moyeux Shimano. Deux couleurs sont au programme.

On passe ensuite sur l’Expert. Pour 5499€, on bénéficie de la cartouche Grip2 haut de gamme au niveau de la fourche et  d’un montage en Sram Descendant/GX et XO1 Eagle au niveau de dérailleur et de la commande. On voit que Specialized a fait un effort de ce côté, puisqu’avant on trouvait encore du GX sur l’Expert. Les jantes restent en alu, mais les moyeux sont des DT360 et les freins sont des Sram Code RS.

A ce niveau de gamme, on trouve une petite surprise du chef : le Stumpjumper Evo LTD. Il s’agit d’une version encore plus musclée, avec fourche RockShox ZEB en 160mm de débattement, amortisseur coil et montage “mullet” de série avec roue arrière en 27,5″. L’idée est ici d’avoir un vélo typé fun/bikepark. Tarif : 5699€.

Avec le Stumpjumper Evo Pro, on passe résolument dans le haut de gamme, avec des suspensions Fox Factory (reconnaissables aux plongeurs dorés Kashima), montage Sram XO1 Eagle avec pédalier carbone, tige de selle Fox Transfer Factory et jantes Roval carbone montées sur moyeux DT350. Le prix : 7999€.

Enfin, pour le plaisir du luxe et de la démesure, la version S-Works à 10499€ ajoute une transmission électronique full Sram XX1/XO1 AXS, avec la Reverb AXS également. Les roues sont des Roval Traverse SL, plus légères et haut de gamme que l’assemblage présent sur le modèle Pro. Le S-Works est aussi disponible en cadre seul à 3499€. Tous deux seront uniquement en noir en Europe et le noir/orange ainsi que le coloris spécifique au kit cadre ne seront pas disponibles en Europe.

Nous aurons prochainement l’occasion d’effectuer nos premiers tours de roues au guidon de ce nouveau et très prometteur Specialized Stumpjumper Evo 2021. Rendez-vous très bientôt pour voir ce que ces multiples possibilités d’ajustements donnent sur le terrain ! Et d’ici là, la nouvelle famille Stumpjumper se sera peut-être encore agrandie…

Plus d’infos : www.specialized.com