Santa Cruz Bronson & 5010, Juliana Roubion & Furtado: ils sont de retour

Tech
3 juillet 2018 — Paul Humbert
Santa Cruz lève le voile sur deux modèles iconiques de sa gamme fraîchement remodelés : le Bronson et le 5010. Le premier s’adresse aux pratiquants d’enduro quand le second est plus orienté vers l'all-mountain et la polyvalence. L’un comme l’autre sont équipés de roues de 27,5 pouces. Dédiée au femmes, Juliana lance ses déclinaisons des mêmes vélos, baptisés Roubion et Furtado. Avant notre prise en main réalisée en Lozère sur les terres de Romain Paulhan, découvrez les vélos en détails :

Santa Cruz Bronson & Juliana Roubion

Le Bronson est un modèle iconique de la gamme Santa Cruz et il restait un peu seul dans la gamme depuis une année, les autres vélos ayant été remaniés. 

C’est donc un sacré lifting que le vélo se paye et on retrouve immédiatement la silhouette du Nomad et une paire de roues de 27,5 pouces. Avant de découvrir le vélo, rien ne nous laissait pencher dans une direction ou une autre question taille de roues. Le Hightower LT, conçu comme un gros All-Mountain, a su séduire les enduristes de la marque et le Nomad présenté l’année dernière s’occupait des riders ayant des ambitions plus poussées quand il était question de descente. Au milieu, le nouveau Bronson pouvait se faire une place et c’est finalement très proche du Nomad qu’il vient se positionner.

Pour les amateurs des pratiques qu’on peut qualifier « d’enduro », Santa Cruz offre désormais deux options : le Hightower en 29 pouces et le Bronson en 27,5 pouces qui se veut plus « fun » et plus adapté à certains marchés. 

Côté fiche technique, on retrouve un Bronson (et un Roubion) qui développe 150mm de débattement à l’aide d’une nouvelle déclinaison du système de suspension VPP présenté l’été dernier sur le Nomad. Le triangle arrière est toujours relié à l’avant par deux basculeurs, un haut et un bas, et la marque ajuste les points de pivot en fonction du programme du vélo pour qu’une cinématique très similaire puisse correspondre à toute une gamme de vélo. 

Dans le cas de ce Bronson, le basculeur bas est imposant et vient s’ancrer profondément dans le triangle avant. On imagine que les contraintes de rigidité sont prises en compte. Sur ce dernier basculeur, on repère un « flip chip » qui permet de faire évoluer la géométrie sur deux positions. Pour réaliser cela, il est toutefois nécessaire de déloger l’amortisseur, mais rien de tout cela n’est insurmontable, même sur les sentiers. 

Là où Santa Cruz ouvre la porte du « fun » et rend très accessible ses vélos en terme de pratique, c’est en laissant la possibilité d’installer des pneus 27,5 Plus de grosse section. On peut ainsi monter jusqu’à une section de 2.8 pour un maximum de grip. 

C’est comme option que cette solution est proposée puisque Santa Cruz adapte la largeur des jantes livrées avec le vélo. Comptez 30mm pour une monte classique et 35 ou 37mm de largeur interne pour les pneus Plus (livrés en section 2.6). 

Côté géométrie, le Bronson s’allonge de 15mm sur chacune des 5 tailles (XS à XL). Il s’abaisse également et s’ouvre à l’avant. En ajustant la géométrie à l’aide du flip chip, l’angle de direction passe de 65,1 à 65,4 degrés. 

Le reach en taille M est de 438,5mm, les bases affichent 429mm. Il est probable que le Juliana Roubion ne soit pas commercialisé dans les plus grandes tailles. 

Côté construction, la marque intègre de plus en plus ses câbles et gaines, un souci d’intégration et d’esthétique qui pourra faire grincer des dents certains mécanos. 

Le cadre est protégé sous son tube inférieur par deux pièces en caoutchouc. Un petit garde boue vient également protéger l’amortisseur, comme sur le Nomad. 

Un montage d’un amortisseur équipé d’une bonbonne (Piggyback) est possible. L’amortisseur à ressort n’est lui pas supporté car ce qui va différencier le Bronson du Nomad, c’est notamment le triangle arrière et le fait que les bases et les haubans sont reliés par un nouveau tube en carbone, pour accentuer la rigidité du vélo.

Côté montages, une fourche de 160mm de débattement équipe les Bronson et Roubion.

Des disques de 200mm à l’avant et 180mm à l’arrière sont utilisés pour le freinage et deux coloris sont disponibles sur le Bronson (gris ou bleu) quand un coloris est proposé sur le Juliana Roubion.

Depuis l’année dernière, Santa Cruz propose ses roues en carbone sur différents montages. Ces derniers sont au nombre de 4 sur la finition CC (avec un cadre plus léger grâce à une finition carbone plus haut de gamme) et compris entre 7399€ et 9999€. Les montages « C » sont proposés entre 4699€ et 6699€. 

Autre bonne nouvelle, deux montages en aluminium seront proposés aux tarifs de 3899€ et 4899€. Le kit cadre aluminium est commercialisé à 1999€ quand le kit cadre « CC » s’affiche à 3499€. 

Chez Juliana, on retrouve trois montages CC pour le Roubion (7399€, 8599€, 9999€), deux montages « C » (4699€, 6699€), un montage Alu (3899€) et deux kits cadres au même prix que le Bronson.

Avant notre prise en main, découvrez la vidéo de lancement du Bronson de la marque :  

Santa Cruz 5010 & Juliana Furtado

Plus léger, plus polyvalent, le 5010 occupe également une place de choix dans la gamme Santa Cruz. Pour ses employés, il est synonyme de fun sans trop de prise de tête. Sacré programme. 

Le 5010 vient se positionner en grand frère du Tallboy, avec des capacités décuplées et un petit côté « fun » entretenu avec le choix des roues de 27,5 pouces. 

Le vélo développe 130mm activé par, lui aussi, une cinématique VPP. Différente du Nomad, elle reprend une forme plus traditionnelle, comme celle qu’on connait sur les Hightower ou le Tallboy. 

Le cadre est toujours conçu pour accueillir des roues de 27,5 pouces et, là encore, Santa Cruz offre la possibilité de monter de gros pneus, jusqu’à 2.8 en optant pour des jantes de largeur interne plus grandes à la commande (27 ou 37mm).

Sur le 5010, le Furtado comme sur le Bronson et le Roubion, les cadres sont garantis à vie, tout comme les roues Reserve de la marque. 

Là encore,  on retrouve un « flip chip » qui permet de faire évoluer la géométrie. Ce dernier est plutôt conçu pour s’adapter aux tailles de pneus différentes mais Santa Cruz prend en compte les riders qui « joueront » avec cet outil pour adapter le vélo à leurs envies. 

Côté géométrie justement, le reach affiche 436,8mm en taille M et en position basse. Les bases mesurent 425,5mm et l’angle de direction passe de 66,2 à 65,5 degrés quand on joue avec le Flip Chip. La hauteur du boitier de pédalier évolue également sur 4mm. Les grandes tailles ne sont pas oubliées, comme ici avec un modèle en taille XL.

À l’instar du Bronson, le 5010 s’allonge de 15mm sur toutes les tailles. Les proportions des vélos sont bien en phase avec les tendances actuelles et on grimpe au guidon des vélos en se sentant comme à la maison : ni trop court, ni trop long. 

Là encore, on retrouve 5 tailles, deux couleurs chez Santa Cruz et une couleur chez Juliana avec le Furtado. 

Le 5010 se décline en aluminium et en carbone (kits cadres à 1999 et 3099€). Trois montages alu sont disponibles (3199, 3699, 4699€), trois montages « C » sont proposés (4499, 5199, 6399€) et trois montages très haut de gamme CC sont commercialisés (7099, 8299, 9699, 9699€).

Chez Juliana, on retrouve les deux mêmes kit cadres, deux montages Alu (3199, 3699€), les trois mêmes montages C et trois montages CC (7099, 8299, 9699€).

Plus d’infos et montages complets sur le site de la marque : https://www.santacruzbicycles.com/fr-FR