Pro bike check XC 2019 | les plus beaux vélos et nos trouvailles dans les paddocks

Dossier Tech
4 juillet 2019 — Olivier Béart
A l'heure d'entamer la deuxième moitié de la saison 2019, nous vous proposons de faire un petit tour d'horizon des principaux vélos utilisés par les meilleurs compétiteurs XC du moment, ainsi que les pièces prototypes et autres petits détails que nous avons déniché dans les paddocks. Suivez le guide Vojo !

 

Le Cannondale Scalpel de Maxime Marotte

Maxime Marotte ne lâche plus jamais son full suspendu ! La déco 2019 du Cannondale Scalpel se veut sobre et rétro, et c’est sans aucun doute l’un des vélos les plus classes du paddock.

Outre l’inévitable fourche Lefty Ocho, le Scalpel est passé en amortisseur Fox à l’arrière depuis la saison passée et la signature d’un contrat de sponsoring avec Shimano. Au départ, le vélo avait été conçu pour un amortisseur RockShox à blocage hydraulique, qui permettait une connexion plus directe avec la commande au guidon. Ici, le Fox Float à commande à câble impose une boucle moins discrète.

Le débattement du Cannondale Scalpel de Maxime Marotte reste fixé à 100mm et le pilote fait tout pour abaisser au maximum son poste de pilotage signé Enve. Il n’y a donc pas de cache sur le jeu de direction et la potence est montée directement sur le roulement. Les grips sont des Prologo en mousse, ultra légers.

On l’a dit, Maxime Marotte roule avec une transmission Shimano XTR 1×12… et un plateau de 38 dents ! Les freins sont aussi des XTR 2 pistons avec disques de 160mm.

On note aussi la présence d’une intéressante tige de selle “masquée”. Après investigation, il s’agit d’une BikeYoke Divine SL, la version XC dérivée de la célèbre Revive. Cette tige offre plusieurs originalités très intéressantes. Tout d’abord elle est très légère (400g en 31.6*400mm de long) et elle offre un débattement de 80mm qui représente un bon compromis pour le XC. Ensuite, elle peut être recoupée sur près de 12cm au niveau de la partie située dans le cadre, pour gratter des grammes si on n’a pas besoin d’une grande sortie de selle, et ce grâce à son mécanisme très compact qui n’occupe pas toute la longueur de la tige. Enfin, si elle est parfaitement fixe en haut et en bas, elle dispose de ce que la marque appelle le “tech climb”, qui lui permet d’avoir un léger effet ressort sur les positions intermédiaires. On comprend mieux pourquoi nous avons vu cette tige sur de nombreux vélos dans le paddock. Plus d’infos ici.

On ne résiste pas non plus au plaisir de vous montrer quelques images du Cannondale F-Si de son équipier Manuel Fumic qui, pour Albstadt, avait un vélo issu de la série spéciale rétro, rendant hommage aux décos des années 90′ de la marque américaine.

Et voilà l’original qui l’a inspiré !




Avis (0)