Règlements UCI 2020 : quelques changements et de nouvelles épreuves

Sport
10 février 2020 — Léo Kervran

A l’UCI, chaque année apporte son lot de nouveautés et 2020 ne fait pas exception à la règle. Avant la reprise du circuit de coupe du monde fin mars, tour d’horizon des évolutions importantes des règlements et des nouvelles épreuves :

Cross-Country

L’une des principales révisions concerne les manches de XC et le Short-Track (XCC) plus précisément. Désormais, les coureurs qualifiés pour le XCC auront l’obligation de prendre le départ de la course pour être autorisés à courir le dimanche sur le XCO, sauf dispense du responsable médical de l’UCI. Le but étant d’éviter les stratégies “d’économie” appliquées par certains pilotes l’année passée qui préféraient sacrifier quelques points et une bonne place sur la grille au profit d’une meilleure forme pour le XCO.

Toujours en XC, les seuils de qualification pour participer à une coupe du Monde ont été revus à la hausse. Il faudra désormais 60 points UCI (contre 20 auparavant) en Elites Femmes ou Elites Hommes et 80 points (au lieu de 40) en Espoirs/U23 Hommes pour avoir le droit de courir en coupe du Monde. Cela devrait réduire le nombre de pilotes au départ de ces courses, comme cela fut le cas en descente il y a quelques années. Pour rappel, on comptait 152 pilotes inscrits pour la manche d’Albstadt cette année en catégorie Elites Hommes.

Enfin, sur le classement des équipes (constitué par addition des points des différents coureurs), les points des épreuves ont été revus pour donner plus de poids au XCO. L’épreuve rapportera 80 points au vainqueur et 40 en cas de victoire sur le XCC, contre 40 pour chaque épreuve en 2019.

Descente

En descente, c’est l’échelle de points pour le classement individuel féminin de la coupe du Monde qui a été revue. Les pilotes au-delà de la 10e place marqueront moins de points et celles au-delà de la 15e (qui ne se sont donc pas qualifiées pour la finale, il n’y a que 15 places chez les Elites Femmes) n’en marqueront plus du tout alors que l’ancien barème attribuait des points jusqu’à la 20e place.

On relèvera aussi que 25 Juniors Hommes pourront se qualifier pour la manche finale contre 20 auparavant. La règle ne change pas chez les Juniors Femmes, toutes celles qui terminent le run de placement sont qualifiées pour la finale.

Enduro

En enduro, plusieurs modifications importantes de règlement sont aussi à signaler. L’UCI a ainsi décidé de retirer les amortisseurs de la liste des pièces interdites à changer en course. Seuls le cadre, les roues et la fourche feront donc partie des pièces qui ne peuvent être changées que sur validation d’un officiel et contre une pénalité de 5 minutes.

Côté équipements du pilote, l’UCI a décidé d’autoriser le port du casque intégral à mentonnière détachable lorsque l’organisateur indique qu’un casque intégral est obligatoire sur le règlement. C’est d’une certaine manière cohérent avec l’évolution des produits puisque de plus en plus de ces casques disposent d’une certification descente ASTM F1952 – 15 (Giro Switchblade, Met Parachute MCR, Bell Super DH…).

Divers

Enfin, côté organisations, l’organisme a annoncé la création de deux nouveaux championnats du monde. L’épreuve de pumptrack sera organisée en partenariat avec Redbull (qui organisait un championnat du Monde officieux depuis plusieurs années) et sa première édition a eu lieu fin 2019, les 18 et 19 octobre à Berne en Suisse. Chez les femmes, l’Américaine Payton Ridenour a remporté le titre tandis que chez les hommes, c’est son compatriote Tommy Zula qui s’est imposé.

Pour participer à ces championnats du monde à partir de 2020, il faudra s’être qualifié en prenant part à une des quelques 25 épreuves de qualification qui auront lieu à travers le monde. Cette année, la France et la Belgique accueilleront chacune une manche avec Lyon le 28 mars et Genk le 30 mai.

Plus surprenant, l’UCI a également signé un partenariat avec la plateforme Zwift pour de prochains championnats du monde de “Cyclisme Esport”. La première édition aura lieu en 2020 mais les modalités (lieu, date, évènements qualificatifs) n’ont pas encore été dévoilées. Rappelons que l’application, extrêmement populaire dans le monde anglo-saxon et de plus en plus présente dans nos contrées, permet via un home-trainer connecté de piloter un avatar qui concourt contre les avatars d’autres athlètes situés dans le monde entier. Bien que le parcours soit virtuel, l’effort est réel puisque les variations de vitesse et de pente sur l’écran sont directement retranscrites dans la résistance offerte par le home-trainer. En 2016, Zwift avait déjà lancé le programme Zwift Academy qui avait permis aux vainqueurs (une femme et un homme chaque année) d’intégrer des équipes cyclistes professionnelles. De notre côté, on avoue quelques difficultés à comprendre le concept de ces “championnats du monde de home-trainer” tant l’effort est différent d’une vraie course en extérieur, mais nous resterons attentifs en attendant plus d’informations.

Plus d’informations : uci.org

Notre news sur le calendrier des coupes du Monde XC et DH 2020 : Coupe du Monde : les calendriers 2019 et 2020 sont (enfin) là !

Le calendrier EWS 2020 : L’Enduro World Series dévoile son calendrier 2020