Nouveauté | Yeti SB100 : le XC version gravity

Tech
11 avril 2018 — Olivier Béart

Après le SB4.5, voici le nouveau Yeti SB100 ! Plus typé XC, il prend le relais du mythique ASR-c en adoptant une nouvelle version de la fameuse suspension Switch Infinity en version 100mm. Mais la géométrie et le débattement avant ne trompent pas : si le petit nouveau vise la performance, il se veut avant tout joueur et à l’aise sur les terrains très techniques. Découverte :

Difficile de rester indifférent quand Yeti lance une nouvelle machine ! Après l’enduro avec les SB6 et SB5.5, le trail avec les SB5 et 4.5, Yeti décline sa suspension Switch Infinity pour le XC en version 100mm avec son nouveau SB100.

Concrètement, le système Switch Infinity a été complètement repensé. Il s’agit toujours d’un système de pivot “flottant” développé avec Fox, qui permet d’avoir d’excellentes performances au pédalage en début de course, puis un feeling très souple sur le reste de la course de l’amortisseur.

Adapté pour ce nouveau vélo en 100mm de débattement, il pivote à 90° par rapport aux autres vélos de la gamme et n’interrompt plus le tube de selle. Ce dernier peut donc accueillir plus facilement une tige de selle télescopique à grand débattement et il y a plus de place pour une gourde de grand volume dans le triangle avant. Cela permet aussi au Yeti SB100 d’afficher des bases courtes avec seulement 437mm. Le Switch Infinity est aussi protégé de la boue par une plaque de protection.

Au niveau de la géométrie, on constate que Yeti a vraiment voulu faire un vélo déluré et taillé pour engager en descente. L’angle de direction de 67,8° en dit d’ailleurs long, tout comme le choix d’avoir d’office une fourche de 120mm à l’avant (la nouvelle F34 StepCast, présentée ici).

La marque mise d’ailleurs sur son athlète Geoff Kabush pour mettre en avant les qualités du vélo. Ancien coureur de XC en coupe du Monde, il se consacre maintenant plus à des épreuves comme la BC Bike Race, dont il est le vainqueur sortant. Et qui est le terrain d’expression privilégié d’un Yeti SB100 dans l’esprit de ses concepteurs ; bien plus qu’un circuit de coupe du Monde.

Le poids du cadre reste contenu, avec 2,5kg en version Turq haut de gamme (2,7kg pour le carbone “simple”), mais on voit aussi que ce n’était pas la préoccupation première de la marque, qui a préféré le doter de protections intégrées… ou même d’une patte pour anti-dérailleur au niveau du boîtier de pédalier !

Cela se voit aussi au niveau des montages, puisque, outre le choix de fourches “maousse”, la tige de selle télescopique est proposée de série, tout comme les jantes larges et des pneus en 2.3.

Clairement, il s’agit d’un vélo de prestige, comme toujours chez Yeti. Le SB100 sera disponible chez nous à partir de mai avec 4 montages à 5899€ (GX Comp avec cardre carbone classique), 6899€ (XO1 en carbone haut de gamme Turq), 7850€ en XO1 Race (équipements plus légers, au niveau des roues notamment) et 8550€ pour le sommet de la gamme en XX1 Eagle.

Plus d’infos : www.yeticycles.com/bikes/sb100

EDIT : Depuis la publication de ce premier article de présentation, nous avons eu l’occasion de tester le vélo. Voici nos impressions : 

https://www.vojomag.com/test-yeti-sb100-un-xc-en-terre-inconnue/