Interview & Bikecheck | Kate Courtney, la surprise arc-en-ciel

Sport
18 février 2019 — Olivier Béart
Lorsque la très expérimentée Annika Langvad a pris les commandes du championnat du Monde 2018 à Lenzerheide, tout le monde pensait que la messe était dite. Mais c'était sans compter sur le retour de sa désormais ex-coéquipière, la jeune Kate Courtney, qui l'a déposée pour aller cueillir son premier titre mondial. Une surprise ? Oui, dans la mesure où il s'agit de sa première grande victoire internationale en Elite. Mais non pour ceux qui suivent la souriante américaine depuis ses débuts et qui connaissent son talent. Parmi eux, Thomas Frischknecht, le manager de son nouveau team Scott/Sram. Nous avons eu l'occasion de les rencontrer lors de la présentation du nouveau groupe Sram AXS, pour essayer d'en savoir un peu plus sur la championne, son nouveau mentor, et le vélo qu'elle roulera en 2019. Interview et bikecheck :

Bikecheck | Le nouveau Scott Spark RC custom de Kate Courtney

En changeant de team pour passer chez Scott-Sram, la championne du monde Kate Courtney a bien évidemment aussi changé de monture. Elle roule désormais sur un Scott Spark RC, très proche de celui de l’autre champion du monde, homme cette fois, la légende Nino Schurter. Nous avons eu l’occasion de l’examiner lorsque nous avons croisé Kate en Arizona.

Habituée aux peintures custom chez Specialized, elle y a aussi eu droit dès son arrivée chez Scott. Elle a choisi les couleurs, avec une dominante de rose très “girly” parfaitement assumée.

Quant aux parties sombres, elles ne sont pas réellement noires, mais ornées de paillettes !

Tout fraichement présenté, le nouveau groupe Sram Eagle AXS est bien sûr de la partie sur le Scott Spark RC de Kate Courtney (voir notre présentation complète ici). Mais on note quelques subtilités. Outre la cassette 10/50 avec le nouveau traitement arc-en-ciel, on constate qu’elle roule avec un dérailleur Sram XO1 Eagle AXS et pas le XX1. En fait il s’agit simplement d’une question d’arrivages et le XX1 Eagle AXS arrivera très bientôt sur son vélo. De toute façon, à part au niveau de la visserie, les différences sont minimes. Enfin, pour la petite touche de couleur et parce qu’elle veut être très libre dans le positionnement de son changement de vitesses pour l’instant, vu qu’elle est en phase de découverte de son nouveau matériel, elle n’utilise pas de Matchmaker (pour l’accrocher directement sur le levier de frein) mais un collier séparé.

Comme tous les pros, à l’entraînement et parfois aussi en course, Kate Courtney roule avec un capteur de puissance. Ici, c’est un Quarq intégré au pédalier Sram XX1 Dub. Le plateau est un 32 dents et les manivelles sont en 170 vu la petite taille de Kate (elle roule sur un cadre en taille S).

Le poste de pilotage est le très luxueux Syncros Fraser SL, sur lequel cintre et potence en carbone ne font qu’un. Le cintre est recoupé à 700mm et la potence est une 60mm de long.

Le support GPS est aussi proposé par Syncros pour se marier parfaitement avec la forme particulière du combo cintre/potence. Kate roule pour l’instant avec une tige de selle télescopique Sram Reverb AXS dont la commande sans fil occupe la partie basse du cintre.

Le Twinlock Scott, qui permet de régler les deux suspensions sur trois modes (ouvert, intermédiaire et fermé) est donc un modèle haut, pas très gracieux, mais l’ergonomie de l’ensemble fonctionne bien malgré tout. Le collier de serrage du Tinlock est commun avec les grips Syncros, qui devraient être remplacés pour les courses par des modèles en silicone.

Côté suspensions justement, la fourche est une RockShox SID World Cup en 100mm de débattement, avec un ensemble té-pivot en carbone.

A l’arrière, jusqu’à la saison dernière et malgré quelques tests effectués par Nino Schurter, le team Scott-Sram roulait encore discrètement avec l’amortisseur Fox Nude 3 positions développé spécialement pour le Spark et présent sur les vélos de série. Mais maintenant, RockShox dispose également d’une version dédiée au Spark avec ses 3 positions. La panoplie est donc complète !

Les freins sont des Sram Level ULT avec disques en 160mm de diamètre.

Au-dessus de la tige de selle RockShox Reverb AXS (en 100mm de débattement), on trouve une selle Syncros Belcarra, qui est un modèle repris dans la gamme triathlon de Syncros et dont le dessin court et large, avec une ouverture centrale, n’est pas sans rappeler la Specialized Power que Kate Courtney a utilisée par le passé.

Habituée aux Crank Brothers Egg Beater jusque-là, Kate Courtney est cette fois passée chez Ritchey comme le reste du team Scott-Sram. Elle utilise néanmoins les anciennes WCS TI et pas les derniers modèles dotés de plus de surface d’appui, car elle retrouve ici des sensations plus proches de celles des Crank Brothers. Ce modèle est aussi un peu plus léger.

Le team Scott-Sram est sponsorisé par DT Swiss. Kate Courtney teste actuellement plusieurs options, et c’est ici les DT Swiss XMC 1200 avec leurs jantes très larges de 30mm qu’elle teste. Le team dispose aussi de jantes en 25mm de large, que Nino Schurter utilise sur son Spark, réservant habituellement les 30mm à son Scale semi-rigide. La championne du monde se familiarise aussi avec les pneus Maxxis et elle testait les Rekon Race lors de notre rencontre en Arizona. Elle semble les apprécier beaucoup et il y a de grandes chance que ce soit sa monte de base pour la saison 2019, quand Nino préfère les Aspen.

A l’intérieur, le team teste aussi des inserts pour limiter les risques de crevaisons et assurer une meilleure tenue du pneu à basses pressions, mais aucun système n’a encore véritablement convaincu les mécanos et les pilotes. Le poids et les difficultés de montage sur les pneus cross très souples restent les principaux freins en usage XC.

Le poids du vélo complet ne nous a pas été communiqué et nous n’avons pas fait le voyage jusqu’aux USA avec une balance, mais on doit être très proche des 9kg !