EWS-E | Pietra Ligure :
la revanche des légendes

Sport
19 septembre 2020 — Christophe Bortels

Avant l’entrée en scène des pilotes en “musculaire” demain à Pietra Ligure pour une nouvelle manche des Enduro World Series, ce sont les e-bikes qui étaient à l’honneur ce samedi avec la deuxième (et déjà dernière) étape des EWS-E 2020. L’épreuve, disputée dans la chaleur et la poussière, a sacré deux légendes du VTT qui ont remis les pendules à l’heure après avoir chacune terminé 2e de la première manche à Zermatt !

Nouvelle venue dans le calendrier international, la série lancée par les Enduro World Series et réservée aux e-bikes ne comptera finalement que deux manches cette année suite à l’annulation d’Olargues, annoncée il y a une dizaine de jours. Les pilotes avaient heureusement de quoi se mettre sous la dent ce samedi à Pietra Ligure (Italie) avec trois boucles à effectuer, pour un total de 9 spéciales, 60km et 2500m de D+. Gloups !

Comme c’est la règle en EWS-E, le timing était volontairement serré en liaison – avec des pénalités de temps à la clé en cas de retard au départ d’une spéciale – afin de mettre en évidence les capacités de gestion de la batterie, qui pouvait uniquement être changée lors du passage aux paddocks entre chacune des boucles. Ajoutez à ça deux Power Stages – des spéciales courtes et techniques tracées en montée – et tous les ingrédients étaient réunis pour vivre une course intéressante !

Hommes

On attendait avec impatience le mano a mano entre Yannick Pontal, vainqueur surprise de la première manche à Zermatt, et son co-équipier chez Lapierre Nicolas Vouilloz, légende vivante de la descente et récemment sacré champion de France e-bike d’enduro. Eh bien, la bataille tant attendue n’aura finalement duré que 3 spéciales…

Après n’avoir pourtant concédé que quelques secondes à Vouilloz sur les trois premières spéciales du jour, Yannick Pontal va perdre le contact avec la tête de la course suite à une chute dans la SP4 (16e) qui va ruiner ses espoirs de victoire, et même de podium puisque Youke termine finalement 4e de l’épreuve.

Nico Vouilloz, lui, va gérer de bout en bout, signant au passage pas moins de 5 scratches sur les 9 spéciales. Après une 2e place à Zermatt, le voilà qui décroche déjà sa première victoire en EWS-E !

La lutte a pourtant été plutôt serrée puisque Emanuel Pombo, 2e, termine à seulement 22 secondes de Vouilloz après plus de 26 minutes de course. La régularité paye : pas de victoire en spéciale, certes, mais le Portugais n’a jamais terminé au-delà de la 6e place…

C’est un autre Portugais du team Miranda, Jose Borges, qui complète le podium. Une place qu’il occupait déjà à Zermatt.

Déjà auteur d’une belle 10e place à Zermatt avec au passage un scratch dans la Power Stage, Jérôme Gilloux a fait encore plus fort cette fois en signant une superbe 5e place à Pietra Ligure. Ici aussi, c’est dans les Power Stages qu’il s’est distingué : 2e sur la première et le scratch sur la 2e !

5e à Zermatt, Edgar Carballo Gonzalez recule d’une place à Pietra. L’Espagnol termine donc 6e.

C’est Alex Cure qui a privé Jérôme Gilloux d’un carton plein sur les Power Stages du jour. Le Français était même virtuellement sur le podium (3e) après les 4 premières spéciales, mais des résultats en demi-teinte dans les deux ultimes spéciales vont le faire reculer à la 7e place finale.

5e (et pas dernier) Français dans le top 10, Irénée Menjou a une fois de plus impressionné dans cette course. Après sa belle 6e place à Zermatt, il termine cette fois 8e.

A la 9e place, on retrouve Loris Revelli, récemment sacré champion d’Italie d’enduro en musculaire.

Levy Batista, ici en action dans la 2e Power Stage, complète le top 10 et confirme la domination des Français dans la discipline de l’e-enduro !

Malgré un petit couac dans cette fameuse et redoutable 2e Power Stage, Valentin Escriou termine à une belle 11e position et emmène l’autre ribambelle de Français situés entre la 10 et la 20e place, parmi lesquels on retrouve également Nico Quéré (14e), Melvin Pons (15e), Kenny Muller (16e), Diego Giordanengo (17e), Nicolas Lau (18e) et Olivier Giordanengo (18e). Oui, ça fait donc pas moins de 13 Français dans le top 20…

Il n’a pas pu rouler lors des reconnaissances d’hier, et pour cause : Marco Fontana était aux championnats d’Italie de XC en e-bike… qu’il a remportés ! Il a connu moins de réussite aujourd’hui avec une 25e place.

Dames

Chez les dames, en l’absence de Mélanie Pugin – ultra-dominatrice à Zermatt mais qui a cette fois préféré se concentrer sur l’épreuve EWS de ce dimanche -, c’est Tracey Moseley qui en profité pour rafler la victoire. L’ancienne championne du monde de descente n’a pas fait dans la demi-mesure, raflant 8 des 9 chronos et reléguant ses quelques concurrentes (elles n’étaient que 4 au départ) à plus de 30 secondes sur quasi toutes les spéciales…

La française Nadine Sapin n’a pas démérité pour autant et prend une belle 2e place, à un peu moins de 4 minutes de la gagne. Elle signe au passage le scratch dans la 2e Power Stage et empêche Moseley de faire carton plein au niveau des spéciales.

Pour compléter le podium féminin, on retrouve une Estonienne : Maaris Meier.

Résultats complets sur le site des Enduro World Series