EWS 2020 | Pietra Ligure :
Dailly et Pugin assomment la concurrence

Sport
20 septembre 2020 — Christophe Bortels

Ce dimanche avait lieu à Pietra Ligure la deuxième et déjà avant-dernière manche des Enduro World Series 2020. Une nouvelle destination dans le calendrier qui a vu triompher les Français dans quatre des cinq catégories, au terme d’une course à rebondissements…

C’est une belle consécration pour Pietra Ligure, qui s’est patiemment développée dans l’ombre de sa prestigieuse voisine, Finale Ligure, située à quelques kilomètres seulement. Une revanche sur la malchance, aussi. En 2019, Pietra accueillait une manche du SuperEnduro, le championnat Italien, mais l’épreuve ne sera hélas pas allée plus loin que la première liaison. Alors que les premiers pilotes étaient au départ de la SP1, la neige et le froid ont forcé les organisateurs à annuler la course, préférant éviter tout risque d’hypothermie alors que de nombreux concurrents avaient pris le départ sans veste et se sont fait surprendre par les conditions totalement différentes en altitude.

Séance de rattrapage en 2020, où la destination figurait à nouveau au championnat italien. Mais cette fois, c’est le Covid-19 qui est passé par là, entrainant d’abord un report de l’épreuve puis une annulation de toute la série. Jusqu’à ce que les Enduro World Series repêchent Pietra Ligure pour l’ajouter en dernière minute au calendrier 2020, une semaine avant Finale Ligure !

Ce week-end, pas d’épreuve tronquée comme on en a connu à Zermatt il y a quelques semaines. Pietra Ligure a pu proposer une course complète faite de 5 spéciales et près de 2000m de dénivelé positif à avaler à la pédale. Et ce malgré les orages qui se sont invités dans la nuit puis en cours de journée et qui, s’ils auront rendus certains passages délicats, auront au moins eu le mérite de rendre les températures nettement plus supportables après les 32° que les pilotes ont dû affronter lors des entraînements…

Hommes

Une fois n’est pas coutume, commençons par les grands perdants du jour. Il y a Jesse Melamed, tout d’abord, pourtant en pleine confiance après sa victoire à Zermatt dans des conditions très difficiles. Mais le Canadien n’a pas pu confirmer, voyant une bonne partie de ses chances de victoire s’envoler dès la SP1 (26e), puis encore davantage dans la SP3 avec le 35e temps. Entre les deux, il y avait pourtant eu un scratch sur la SP2, puis deux top 10 dans les deux dernières spéciales. Mais pas de quoi aller jouer la gagne. Cette fois, Melamed doit se contenter de la 7e place.

2e à Zermatt derrière Melamed, Martin Maes avait pour sa part très bien entamé la course ce dimanche. Auteur du 2e puis du 3e temps , il pointait à la 2e place après les deux premières spéciales. Hélas, il va partir à la faute dans une Queen Stage (SP3) rendue piégeuse par un gros orage, se relever avec des coupures à la main et au genou, et finalement être contraint à l’abandon au terme de cette 3e spéciale…

Adrien Dailly aura quant à lui su éviter tous les pièges. Mieux encore, il va prendre la tête de la course dès la première spéciale pour ensuite ne plus la quitter !

En pleine confiance, propre et utra-efficace, il signe un deuxième scratch dans la SP4 et ne terminera jamais plus loin que la 4e position. Terminant avec 21 secondes d’avance, le Français tient enfin cette nouvelle victoire derrière laquelle il courait depuis 2017 !

Montant progressivement en puissance, Florian Nicolai a grappillé des places au fil de la journée. 5e après les deux premières spéciales, puis 3e, et finalement 2e au terme de l’ultime section chronométrée…

C’est Jack Moir qui se fait chiper sur le fil une 2e place acquise au terme de la Queen Stage et qu’il occupait jusqu’à la SP5. L’Australien monte tout de même sur la 3e marche du podium.

Retour dans le top 10 – et même dans le top 5 – pour Dimitri Tordo, 4e. Sans ses chronos un peu en retrait dans les SP2 et 3, c’était le podium assuré pour le Français…

Ed Masters complète le top 5 à Pietra Ligure.

47e à Zermatt, Kevin Miquel a corrigé le tir de belle manière en terminant 6e ce dimanche.

Derrière Jesse Melamed, 7e, on retrouve Youn Deniaud à la 8e place.

Retenez bien son nom ! Guillaume Larbeyou avait déjà impressionné à Zermatt en prenant la 16e place, il fait plus que confirmer en s’offrant cette fois un top 10 (9e), rien que ça…

Septième et dernier français du Top 10, Louis Jeandel confirme lui aussi sa belle forme du moment après sa 9e place à Zermatt en terminant 10e.

Au rayon des déceptions, outre Jesse Melamed et Martin Maes, on retiendra la 12e place de Damien Oton

… la 13e de Theo Galy, qui était monté sur son premier podium en EWS à Zermatt…

… ou encore l’abandon de Robin Wallner après la SP2 suite à un crash.

Nathan Secondi pourra également nourrir quelques regrets. Il était bien parti pour réaliser une superbe performance après avoir débuté la journée par deux top 10 qui lui permettaient d’occuper la 10e place au classement provisoire. Avant, lui aussi, de se rater dans la Queen Stage… Plus dans le rythme après ça, il termine finalement 86e.

Dames

Elle n’avait plus perdu une course depuis 2018 ! Mais cette fois, Isabeau Courdurier est tombée sur plus forte qu’elle, diminuée il est vrai par une blessure aux ligaments de la cheville. La Française avant pourtant entamé la course de la meilleure manière qui soit en signant le scratch dans les deux premières spéciales de la journée. Elle va malheureusement perdre toute son avance dans la SP3, la Queen Stage dans laquelle elle prend “seulement” la 4e place à 23 secondes, et n’arrivera plus à reprendre la tête… Elle termine finalement 2e, à 14 secondes de la gagne.

Victorieuse lors de la toute première manche des EWS-E à Zermatt puis 2e aux championnats de France d’enduro le week-end dernier, Mélanie Pugin a poursuivi sur sa lancée ce week-end à Pietra Ligure, et de quelle façon ! C’est donc sur la Queen Stage que la pilote BH a forgé sa victoire en repoussant toutes ses concurrentes à plus de 18 secondes… La machine était lancée et, alors qu’elle aurait pu gérer, Pugin s’est également imposée sur les deux dernières spéciales ! C’est la toute première victoire de la Française en EWS.

Pour compléter le podium, on retrouve Morgane Charre. Une 3e place qu’elle doit à sa régularité puisqu’elle n’a jamais terminé au-delà de la 4e place.

Estelle Charles frappe fort à Pietra Ligure et termine au pied du podium.

Dans ce top 5 100% français, on retrouve aussi Morgane Jonnier. Déjà auteur d’une belle course à Zermatt où elle avait terminé 7e, elle fait encore mieux cette fois en prenant la 5e position. Morgane pointait même à la 4e place au terme des 3 premières spéciales grâce notamment à une fantastique 2e place dans la SP2.

C’est donc jusqu’à la 6e place qu’il faut remonter pour trouver une pilote qui n’est pas française, en l’occurrence Andréane Lanthier-Nadeau, de retour aux affaires après un crash et une blessure lors du shakedown à Zermatt.

L’Israëlienne Noga Korem termine à la 7e position.

Très belle performance et top 10 pour Julie Duvert, 8e.

Redoutable chez les Dames Masters + 35, Louise Paulin a cette fois décidé de rouler en catégorie Elite. Elle a bien fait puisqu’elle signe d’emblée une 9e place !

C’est la Néo-zélandaise Rae Morrisson qui complète le top 10.

On attendait Katy Winton plus haut dans le classement. Mais la Britannique n’a semble-t-il jamais été dans le coup et n’est entrée dans le top 10 que sur la 1ère spéciale (10e). Elle termine 15e.

On notera aussi l’absence de Bex Baraona, positive au Covid-19, et surtout d’Ella Connoly, 3e à Zermatt, qui avait été en contact avec Bex récemment et n’a pas pu fournir une preuve de test négatif à temps avant la course.

U21

Du côté des U21, il n’y a pas vraiment eu de suspense pour la première place : Antoine Vidal s’impose sur 4 des 5 spéciales, ne laissant échapper que la Queen Stage, remportée par Brady Stone, 2e. Le jeune Français gagne avec pas moins de 47 secondes d’avance… Le podium U21 est complété par le Britannique Jamie Edmonson.

On retiendra également la grosse perf’ du jeune Belge Gilles Franck, qui doit sans doute être un peu déçu d’échouer au pied du podium, mais qui signe malgré tout une très prometteuse 4e place !

Peu de concurrence chez les Dames U21 pour la Britannique Hariett Harnden, qui s’impose très facilement face à son unique adversaire du jour, l’Italienne Sophie Riva.

Masters 40+

Chez les Masters 40+ enfin, la bataille a été épique entre Karim Amour et Cédric Ravanel !

Alors que Cédric Ravanel avait pris les commandes au terme de la SP2 après avoir concédé la SP1 à son compatriote…

Karim Amour a finalement remporté la course sur le fil, pour moins de 3 secondes, en s’adjugeant la toute dernière spéciale avec 7 secondes d’avance sur Ravanel !

L’Italien Bruno Zanchi complète le podium des Masters 40+.

Rendez-vous dès samedi prochain à Finale Ligure pour la 3e et dernière étape des Enduro World Series 2020 !

Résultats complets sur www.enduroworldseries.com