Dossier | Éclairages vélo: 11 lampes pour plus de lumière dans l'obscurité

Dossier Tech
28 décembre 2020 — Jurgen Groenwals

Lupine Piko R 4 SC

Oh, qu’elle est belle cette Lupine ! Et petite ! Même la boîte qui contient la lampe et tous les accessoires est un bijou. Les amateurs de botanique connaissent sans doute le lupin, une fleur ornementale et décorative, et avec la lampe en main, on est presque tenté de faire le lien entre l’allure de la plante et les finitions des produits de la marque.

Lupine fabrique des lampes – uniquement des lampes – pour le cyclisme et les sports de plein air, ce qui en fait de véritables experts dans ce domaine. Lupine est allemand, tous les produits et presque toutes les pièces sont fabriqués en Allemagne, ce qui est selon la marque la seule façon pour eux de garantir leur haut niveau de qualité.

La Lupine Piko R 4 SC est une merveille de haute technologie et de légèreté. Deux LED permettent de sortir pas moins de 1900 lumens d’une lampe plus petite qu’une boîte d’allumettes. Même la batterie fournie est légère et compacte. Le rendement lumineux est étonnant, avec une lumière belle et brillante qui éclaire le sentier exactement là où on en a besoin.

Le boîtier en aluminium est – câble compris – ridiculement léger avec 60 grammes. Avec le support pour cintre, on atteint tout juste les 80 grammes sur notre balance. La batterie externe est également très légère, elle ne pèse que 135 g. Son indice de protection est IP68, ce qui signifie que le fonctionnement de la Lupine Piko R 4 est garanti même en cas d’immersion sous l’eau à plus d’un mètre de profondeur, pendant au moins une heure.

Les câbles et la connexion à la batterie sont très bien protégés et robustes, et la lampe est certifiée IK09 ce qui signifie qu’elle est censée résister à une chute d’environ 2 m de haut. La Lupine Piko R 4 chauffe assez vite mais elle ne devient jamais trop chaude, juste assez pour se réchauffer les mains.

En configuration standard, la Lupine Piko R 4 dispose de trois réglages qu’on commande soit par le bouton poussoir de la lampe elle-même, soit par une très simple télécommande Bluetooth. Comme évoqué précédemment, nous estimons que trois réglages différents sont suffisants pour une utilisation en VTT : un maximum de lumière en descente, un peu moins en montée et un mode “circulation” plus discret pour être vu sans éblouir les autres usagers de la route.

La télécommande fonctionne rapidement et parfaitement, de sorte que son utilisation fréquente ne pose aucun problème. Des options de programmation sont par ailleurs accessibles via le bouton poussoir, ainsi que des fonctions spéciales comme une lumière clignotante ou un mode “urgence”.

Pas envie d’appuyer sur des boutons ? Une application gratuite est disponible pour personnaliser sa Piko R à son goût. Elle fournit des informations sur le signal Bluetooth et la puissance de la batterie et permet non seulement de définir différents profils, mais aussi de régler la puissance lumineuse par niveau. On ne cesse de s’étonner de la façon dont Lupine réussit à cacher non seulement deux LED dans un design aussi compact, mais aussi un microprocesseur. Impressionnant.

Elle aussi plutôt compacte, la batterie a une capacité de 3500 mAh. Caractéristique intéressante, son éclairage (uniquement sur la Piko R 4 SC) est rouge, ce qui permet de l’utiliser comme feu arrière / feu de signalisation lorsqu’on la fixe à l’arrière du casque. On a alors le choix de laisser les 5 petites diodes allumées en permanence pour être bien vu ou de les laisser fonctionner normalement, en indiquant le niveau de batterie restant.

Revers de la médaille, avec autant de puissance et si peu d’encombrement la Lupine Piko R 4 SC fait preuve d’une autonomie plutôt limitée. Elle tient environ une heure et quart à pleine puissance, avant de descendre d’un niveau. Pour rouler plus longtemps, il ne faut donc pas hésiter à utiliser l’application pour programmer une puissance lumineuse adaptée. Ceci dit, la batterie est si petite et si légère qu’une batterie de rechange peut facilement l’accompagner. Sinon, vous pouvez opter pour la Piko R 7, qui devrait permettre d’éclairer 2h30 à pleine puissance.

La Lupine Piko R 4 est à l’origine une lampe de casque. Le support en plastique dans laquelle elle se monte la lampe semble un peu fragile mais il ne nous a encore jamais fait défaut. Une fois dans ce socle, on bénéficie du système “FrontClick” qui permet de glisser rapidement et facilement la lampe dans différents supports. Un bandeau est inclus avec un espace à l’arrière pour placer la batterie, et une gamme complète de supports et de bandes velcro devrait permettre de trouver une solution adaptée à chaque type de casque.

Le support pour cintre est simple mais efficace, la Piko R 4 reste fermement en place. Attention, c’est une option, il n’est pas fourni d’origine avec la lampe.

Sur les sentiers, on croirait que La Lupine Piko R 4 SC est branchée sur une mini-centrale électrique. Le rendement lumineux est incroyable et nous a permis d’éclairer sans difficulté les sections les plus difficiles de notre boucle de test. Lampe sur le casque, on profite du faible poids qui est en plus très bien équilibré. En cas de montage sur le cintre, on est surtout étonné de voir à quel point le petit support remplit bien sa fonction. D’accord, la capacité de la batterie n’est pas la plus grande de ce test, mais en raison de sa taille compacte et de son faible poids, une batterie supplémentaire n’est pas un problème insurmontable. En revanche, le prix de presque 300 euros (pour le modèle de base où la batterie ne s’allume pas en rouge) pourrait bien l’être. Il faut également ajouter 32 euros pour le support du guidon. Aïe…

/
/
/
Note générale
Évaluation du testeur
Prix d'excellence
Coup de coeur
Rapport qualité / prix
Usage recommandé
  • XC
  • TR
  • EN
  • DH

Plus d’informations : www.lupine.de/products/helmetlights/piko-r