DH World Cup #4 | Val di Sole : réactions après les premiers entraînements

Sport
6 juillet 2018 — Bérengère Boes

Les premiers entraînements de la Coupe du Monde de Descente à Val di Sole se sont déroulés sous une météo plutôt instable. Alors que le soleil était bien présent le matin, deux averses se sont abattues dans l’après-midi : les racines sont ressorties, elles ont commencé à glisser et cela et a pas mal changé la donne. Les pilotes sont donc restés prudents pour cette première journée et ils nous racontent leur ressenti.

Il était parti frustré de Leogang (11e) et quand Loïc Bruni est fâché, il faut s’attendre à un retour fracassant ! Ce weekend notre Champion du Monde roule à nouveau au guidon de son Specialized Demo en 27,5” après avoir essayé le 29 pouces il y a deux semaines aux Crankworx des Gets : “Le vélo n’est pas prêt”, explique-t-il tout simplement.

Concernant la piste, voici ce qu’il explique : “La piste s’est déjà dégradée et ça n’a fait que de pleuvoir donc il y a des lignes qui ne sont pas trop possibles. Au début des entraînements, j’ai pris le temps de regarder les lignes et je suis parti rouler en enchainant un peu plus sur la fin, quand il s’est mis à pleuvoir, j’étais deg. En fait sur cette piste, c’est dur de s’adapter et c’est dur d’aller vite. Sinon dans l’ensemble j’ai pratiquement validé toutes mes lignes, il y a seulement quelques endroits où j’ai foiré et où je vais devoir corriger ça.” 

Nous l’avons suivi lors de la reconnaissance à pied, nous le retrouvons après une première journée d’entraînement. Amaury Pierron nous raconte sa première journée d’entraînement : “C’est une piste très changeante et on s’y attendait. Ce n’est pas facile de trouver les bonnes lignes, je dirais même qu’il faut être visionnaire ! Je ne sais pas si je le suis mais en tout cas j’essaye d’anticiper l’évolution du terrain. Là, je pense que le gros a été fait avec les passages d’aujourd’hui et que ça ne devrait plus trop trop bouger. Si tu as choisi des lignes qui sont déjà tendues, il vaut mieux les oublier et opter pour des trajectoire un peu plus ‘safe’ ! Au Time Training j’ai fait un run en entier et c’était méga dur ! Physiquement parlant,  c’est un truc de fou ! Je l’ai ressenti par rapport aux reconnaissances du matin, je roulais à fond et j’avais l’impression que je n’avançais pas. Il faudrait être hulk ici pour rouler à fond. En fait il n’y a pas de répit et on sent qu’on n’est plus à Leogang et Fort William où ça coule tout le long. Là ça tape de A à Z et si je dois trouver une pause, je dirais qu’elle est entre F et G et qu’elle ne dure  que cinq secondes !” 

Le leader de la Coupe du Monde réalise tout de même le deuxième temps des entraînements. Certes il est à +3.839 secondes du meilleur temps mais un tel résultat est toujours un bon signe avant la course. Il est donc tout à fait normal qu’Aaron Gwin l’observe rouler (voir photo ci-dessus)…

En parlant de Time Training, Benoit Coulanges signe le troisième meilleur temps. Et il était ravi et on le comprend: “Je suis allé à Morzine la semaine dernière durant 3/4 jours pour rouler et je retrouve ici quasiment les mêmes conditions. J’aime vraiment ce type de terrain et c’est aussi ce que j’ai chez moi au Mont Pilat : il y a de la pente, de la tourbe et des racines. Alors c’est vrai que j’ai de suite trouvé un bon rythme et je me sens donc un peu comme à la maison. Après la piste est super physique et c’est d’autant plus dur car c’est en bas qu’il y a les plus grands chocs.”

Alors à la question : “Est-ce que tu garderas donc de l’énergie pour en bas ?”, il répond sans hésiter : “Ah non, je vais tout donner tout au long du tracé ! Après ce serait bien si les conditions pouvaient rester comme ce matin, c’était humide mais le grip était juste parfait. Puis s’il pleut, il faut qu’il pleuve pour tout le monde.”

Il faut aussi noter que le sociétaire du team Dorval AM roule depuis Leogang avec un Commencal : “En fait je n’étais plus très à l’aise sur mon ancien vélo alors j’ai contacté Yannick (responsable marketing Commencal, ndlr) et on a trouvé un deal. J’ai un bon équipement dessus, de bons pneus avec des roues montées maison (Asterion) donc je l’ai assemblé de la meilleure des façons. Je me sentais bien depuis le début de l’année mais je sentais que quelque chose me bloquait. Là tout est différent alors pourvu que ça dure !”

Du côté des Dames, Myriam Nicole ne s’affolait pas : “J’ai un peu testé toutes les conditions mais je n’ai pas pris trop d’averses. Je n’ai pas roulé le dernier run de la journée car il y avait eu une grosse pluie et je n’ai pas voulu prendre trop de risques. C’est une piste bien engagée, qui est fun à rouler mais sur laquelle il faut bien réfléchir car il y a beaucoup de trajectoires. J’ai envie de dire qu’il y aura des choses à valider jusqu’au dernier moment !”

Toujours sans leur leader Greg Minnaar, encore en convalescence, les pilotes Santa Cruz Loris Vergier et Luca Shaw semblaient également à l’aise. Qui des deux saura jouer les troubles-fête ce weekend ?

Bonne journée pour le Canadien Finn Iles qui signe le quatrième temps des Timed Trainings.

En tant que bon Vosgien, Rémi Thirion devrait adorer les racines et la tourbe. Effectivement, il aime cela ! Il ne reste plus qu’à jouer avec les éléments : “Ça se creuse, il y a les racines qui sortent de plus en plus et c’est de plus en plus dur de tenir les dévers. Sur le sec, ça va aller, tu arrives toujours à re-choper du mou. Par contre quand j’ai roulé juste après une averse, c’était comme du verglas sur le bas de la piste. Il va falloir s’adapter !”

Après s’être blessée au poignet sur la manche de Leogang, Marine Cabirou re-roule avec toujours quelques douleurs mais en fin de journée, la pilote Vouvoul Racing Team avait tout de même le sourire : “Je m’attendais à ce que ça glisse plus avec l’orage qu’il y a eu l’autre soir et en y allant ce matin, j’étais rassurée car ça passait bien. Après quand on a roulé après les gars dans l’après-midi, ça avait carrément changé, il n’y avait plus du tout de terre du coup ça glissait à nouveau et ce n’était pas évident.” 

Sinon il faut souligner le kit maillot unique du Junior Kade Edwards qui a fait grande sensation sur la piste et dans les paddocks !

Shot photo assez sympa quand on sait que Thibaut Daprela, à gauche, est deuxième de la Coupe du Monde Junior et que Kye A’Hern, à droite, et le leader provisoire du général. Une belle bagarre attend à nouveau ces deux-là !

Comme à Leogang, nous n’avons pas vu Aaron Gwin effectuer beaucoup de runs. Nous avons demandé à son cameraman s’il souffrait toujours de son poignet. Il n’a pas su nous répondre. Alors info ou intox ? On n’en saura rien jusqu’à la finale. L’américain aime laissait planer le suspense. 

Rappelez-vous, il avait terminé troisième des Championnats du Monde en 2016 sur cette piste. Deux ans après, Florent Payet apprécie toujours autant Val di Sole : “C’est une vraie piste de DH comme on les aime, même si c’est dur d’aller vite. Moi en tout cas, je m’amuse, j’ai un peu plus de mal avec la vitesse mais clairement je suis content d’avoir une piste de ce genre avec de vraies difficultés et moins de vitesse que sur les autres.” 

En parlant de ces Mondiaux en 2016, on ne peut pas ne pas parler de Danny Hart qui l’avait emporté. Désormais sous les couleurs de Madison Saracen, l’anglais a réalisé le meilleur chrono du jour. Absent des podiums de Coupe du Monde depuis le début de l’année, est-ce que Mister Hart changera la donne ce weekend ?

Premiers éléments de réponse demain après les qualifications, et ce sera bien entendu à suivre sur Vojo !