DH World Cup #1 | Croatie : le portofolio de la finale !

Sport
23 avril 2018 — Bérengère Boes

“Un champion sait gagner partout”, tel était le commentaire de Myriam Nicole avant que les festivités ne commencent à Lošinj, en Croatie. Vainqueur sortante de la Coupe du Monde 2017, la Montpelliéraine avait vu juste. En tant que belle championne, elle remporte brillamment cette première manche de la saison tout comme son homologue Aaron Gwin. Entre joies, plongeons dans la mer et grosses déceptions pour d’autres, voici le résumé en photos de l’ouverture de la Coupe du Monde !

Nous avons assisté à une finale carrément atypique dans cette petite ville croate ! La ligne d’arrivée était à quelques mètres du petit port du centre-ville, à deux pas des cafés et restaurants. Pour notre part, nous n’avons pas eu du mal à troquer l’habituelle ambiance alpine pour cette ambiance méditerranéenne. Bien au contraire !

 

 

Dames

Les françaises avaient déjà brillé lors des qualifications en squattant trois places dans le top 5. Myriam Nicole, Marine Cabirou et Cécile Ravanel ont tout simplement réitéré en finale !

Elle a tout simplement été époustouflante. Il semblerait que Myriam Nicole a encore passé un nouveau cap cet hiver, physiquement et mentalement parlant. Lors des premiers jours, elle nous avait confié que sur cette piste elle ne trouve “aucun endroit où je sens que je peux exprimer mon potentiel”, pour reprendre ses mots exacts. En assistant à son run ce dimanche, nous n’avons qu’une hâte : arriver sur ses pistes préférées pour voir ce que ça peut donner !

 

 

L’étudiante en kiné n’a jamais été aussi solide et puissante sur son vélo et cela s’est confirmé dans les chronos : elle remporte cette Coupe du Monde avec 3’559 secondes d’avance sur Madame Rachel Atherton. Un succès ? Oui !

“Je n’en reviens pas, je suis trop heureuse ! Je ne pensais pas pouvoir faire aussi bien sur cette piste et je suis aux anges car je garde la plaque numéro 1 ! J’ai franchement tout donné jusqu’à la fin et ça a marché ! Je savais que les autres filles avaient aussi travaillé dur durant l’inter-saison et c’était évidemment difficile de savoir où j’en étais ! Durant l’hiver, on a fait de nombreux tests avec le team, avec nos partenaires et c’est juste parfait quand cela paye de cette manière !”

L’excitation était tellement grande qu’elle n’a pas hésité à sauter dans la mer depuis le podium pour fêter ça avec les autres filles ! Après tout, il faut bien en profiter et ce n’est pas dans les Alpes ou dans les Vosges qu’elles auront l’occasion de refaire ça !

Son sourire la quitte rarement alors là, juste après son run, il était encore plus radieux que d’habitude ! A tel point qu’elle a contaminé (dans le bon sens) son frère Rudy, privé de vélo après s’être cassé le scaphoïde deux jours auparavant, mais toujours présent pour soutenir sa petite soeur ! Marine Cabirou prend la quatrième place de cette manche, signe le deuxième podium de sa carrière chez les Elites et s’offre de belles promesses pour la suite de la saison :

“J’ai fait quelques erreurs mais un podium pour commencer la saison, c’est génial ! J’ai essayé de faire ça la saison passée, je n’y suis arrivé qu’une seule fois alors attaquer cette année comme ça, c’est vraiment cool !”

A peine remise de ses deux victoires sur les deux premières manches d’Enduro World Series de la saison, Cécile Ravanel s’est mise en mode DH pour réussir ce que nous osons appeler un exploit ! Pour simple rappel, dans sa carrière Cécile a été deux fois championne de France de cross-country en plus de multiples top 10 en Coupe du Monde XCO, a signé trois podiums en cross-country eliminator (XCE) et a déjà remporté deux fois le général des EWS ! Et maintenant ? Elle rajoute simplement un podium en Coupe du Monde de descente ! Polyvalente ? Hyper talentueuse ? Ultra déterminée ? Un mix de tout ça certainement ! Ce n’est pas pour autant qu’elle en perd son sens de l’humour lorsqu’on lui demande si elle a réalisé un autre rêve de carrière :

“Je crois que je suis un peu vieille pour ça, non ? (rires) C’est cool même si tu me connais, je suis toujours insatisfaite de mes runs ! J’ai une bonne technique, j’ai travaillé cet hiver sur ça mais pour ce sport, je manque encore de puissance quand il s’agit de relancer ! Je vais essayer de travailler ça ! “

Hommes

Si vous avez regardé le live sur Red Bull TV ou l’Equipe 21, vous avez certainement été perturbés (comme nous sur place) par l’ordre de passage des pilotes. Nous n’allons pas commenter cette nouvelle règle de l’UCI ici (sous peine de doubler la longueur du texte et de perdre votre intérêt !), mais précisons tout de même que cette règle fait que Brook Macdonald, vainqueur de la manche de qualification, n’est pas parti en dernier sur cette finale.

Dès que celui qu’on surnomme “Bulldog”, pour son style plus qu’engagé, est apparu à l’écran géant, l’ambiance dans l’aire d’arrivée a littéralement changé et est soudainement montée d’un cran ! Le kiwi partait pour un autre magnifique run (il était en avance au premier chrono intermédiaire) et tout se déroulait comme prévu jusqu’à ce que sa roue avant glisse devant une marche et l’envoie lourdement valser sur le sol. En l’observant se relever, on pensait que Brook s’en sortait sans blessure grave mais un passage à l’hôpital en fin de journée révèlera une clavicule cassée.

Une blessure bien “légère” quand on regarde à nouveau les images de sa chute. Il ne sait pas encore s’il pourra être de retour pour la prochaine manche à Fort William en juin prochain… en attendant d’en savoir plus, on lui souhaite donc un prompt rétablissement et on le remercie pour nous avoir impressionné tout le weekend !

Pour ce qui est de la suite de l’histoire, on a l’impression qu’on a déjà assisté de nombreuses fois à ce scénario. L’américain Aaron Gwin, solide comme un roc sur son YT, a déjoué tous les pièges et a remporté une autre victoire en Coupe du Monde ! Il reprend donc son maillot de leader de Coupe du Monde et quelque chose nous dit qu’il ne va pas vouloir le lâcher de sitôt !

Avec seulement +0,798 centièmes de retard sur son compatriote, Lucas Shaw n’était vraiment pas loin de remporter la première Coupe du Monde de sa carrière ! En tout cas nous on y a cru ! Avec une saison dernière en dents de scie, cela fait plaisir de voir le pilote du Santa Cruz Syndicate sur la deuxième marche du podium !

Alors qu’il avait signé le deuxième temps de la manche de qualification, Dean Lucas a tout simplement réussi à confirmer son état de forme et s’offre une belle troisième place qui fait tout le bonheur de son team Intense Factory Racing !

 

 

Son style nous a toujours fait rêver… et lorsque la vitesse est au rendez-vous, c’est encore meilleur ! Sam Blenkinsop s’offre un beau podium pour démarrer la saison et son aisance sur son 29 pouces nous donne déjà envie de le voir rouler à Fort William !

Cinquième, Dakotah Norton complète le podium. La dernière recrue du team Unior/Devinci Factory Racing signe le premier podium de sa carrière et fait partie du trio d’américains présent sur le podium. Une première dans l’histoire de la Coupe du Monde ? Il semblerait que oui !

 

Pour les accros des analyses, notez que quatre 29 pouces squattent ce podium (Shaw, Lucas, Blenkinsop, Norton) et que dans le top 10, seuls les athlètes au “petit gabarit” roulent en 650b (Greenland, Brosnan et Hart). Intéressant, non ?

Huitième et premier français, Loris Vergier avait un sourire en demi-teinte à l’arrivée : “Je ne peux pas dire que je suis content mais je vais dire que j’ai sauvé les meubles ! En fait, j’avais en tête de ne pas tomber et lorsque j’ai commencé à faire une erreur, j’en ai fait une autre puis une autre encore. Je sais que j’ai eu de la « chance » car d’autres ont eu des pépins ou ont fait de plus grosses erreurs. Comme je n’ai pas marqué de point hier en qualifications, je devais en marquer aujourd’hui et je suis content d’avoir réussi.” 

Pas trop enjoué par cette piste peu à son avantage, Florent Payet a tout de même réussi son weekend en terminant 11ème : “J’ai fait une bonne course, comme quoi des miracles peuvent arriver (rires). Franchement, je suis content car je n’ai pas chuté, ni crevé ou cassé quoi que ce soit de tout le weekend. Avec cette place, je suis protégé pour Fort William donc j’ai envie de dire que c’est tout bien et que la saison est lancée !”

Absent du circuit de la Coupe du Monde depuis sa chute l’an passé à Leogang, Rémi Thirion a retrouvé ses bonnes habitudes et nous fait extrêmement plaisir en signant une 17ème place sur cette manche d’ouverture ! Pour le coup, on en a profité pour parler un peu plus de son état et il se livre en toute sincérité :

Cela fait plaisir de re-rouler après dix mois d’absence ! Je suis content de revenir, mais j’y vais étape par étape car j’ai encore besoin de reprendre confiance en moi. Je me suis bien entrainé cet hiver et j’ai retrouvé mes marques au niveau du pilotage et de la technique. Maintenant, c’est mentalement que je dois travailler car je dois retrouver la confiance qui me permet de lâcher un peu plus durant mes runs de course, surtout en Coupe du Monde où c’est extrêmement serré. Mais c’est sur la bonne voie ! Ce weekend, je marque des points en qualification et en finale, du coup, c’est plutôt de bon augure pour la suite. Il n’y a pas de raison que cela ne revienne pas, je me sens en forme et j’ai un bon feeling sur mon vélo.

 

 

Durant cet hiver, son équipe Commencal/Vallnord a intégré un certain Amaury Pierron, second en 2017 sur la finale de la Coupe du Monde de Val di Sole. Avec beaucoup d’intelligence et de maturité, Rémi a de suite compris que cela ne pouvait être qu’un plus pour lui et pour l’engouement de l’équipe :

“Sa venue, ça m’a bien aidé pour me comparer cet hiver, pour avoir une base et me booster. Il y a aussi le junior Thibaut Daprela qui roule fort et c’est plutôt motivant. Cela permet de ne pas s’endormir car arrivé à un certain niveau, c’est sûr qu’on a tendance à stagner un peu et il faut toujours trouver des choses pour pouvoir se renouveler et progresser. De la fraîcheur comme ça dans le team c’est cool, et ça ne peut que nous faire avancer dans le bons sens.”  

D’ailleurs, Amaury Pierron a encore montré qu’il a tout ce qu’il faut pour signer d’autres podiums en Coupe du Monde. A mi-course alors que ses deux temps intermédiaires affichaient la couleur verte signe d’avance sur le leader provisoire, l’Auvergnat a été victime d’une crevaison. Il n’a cependant rien lâché jusqu’à la fin et décroche une très honorable 21ème place : “J’étais très triste à l’arrivée, dégouté, énervé. Je suis revenu au stand tout seul bouder et là, j’ai fait un peu de scooter, j’ai fait des dérapages et ça allait déjà mieux (léger sourire). J’ai réfléchi et je me suis dit que j’étais bien, que j’étais dans les cinq premiers avant de crever donc c’est très positif sur une piste comme ça. Je ne m’y attendais pas forcément et j’ai hâte de voir ce que ça donnera sur la suite de la saison !”

Juniors Hommes

 

On ne va pas cacher qu’on a tous été épatés par la maturité et le professionnalisme qui habitent déjà Thibaut Daprela ! Le jeune protégé de Nicolas Vouilloz a complètement maitrisé sa première Coupe du Monde et il marque les esprits.

“Je suis super content, je me suis entraîné fort tout l’hiver dans l’objectif de gagner ! C’était mon rêve depuis toujours donc je ne pouvais pas espérer mieux. J’ai fait la course comme il fallait et j’ai gagné, c’est juste cool !”

Juniors Dames

On l’attendait tous et elle l’a fait ! Vali Höll a remporté sa première Coupe du Monde et se serait classée sixième avec les Elites Dames ! Pour une première expérience, ça en dit long sur le potentiel de l’autrichienne.

Belle performance pour Nastasia Gimenez qui prend la deuxième place de cette manche !

En coulisse

Parce que parfois, il se passe aussi de choses intéressantes en dehors de la course et qu’il serait dommage de ne pas les partager, nous ouvrons donc dès à présent une rubrique “en coulisse” !

Voici Nathan, le fils de Florent Payet et d’Elodie ! Il semblerait que le bonhomme a déjà beaucoup hérité de son papa. En tout cas, il est rare de le voir sans son vélo et il est adorable de constater à quel point l’environnement des paddocks lui est déjà plus que familier !

Si vous habitez dans le département des Alpes-Maritimes en France, vous reconnaitrez certainement certains visages de cette photo. Voici JP Bruni, le père de Loïc venu avec sa bande d’amis à moto depuis la France. Ils se sont organisés un trip en s’arrêtant notamment à Venise ou au Lac de Garde en Italie, histoire de profiter du voyage jusqu’en Croatie ! Et ils ont bien raison !

 

 

Pour une première édition, cette manche croate aura le mérite d’être sortie du lot ! Cela faisait des années que les pilotes réclamaient un nouveau lieu et ils l’ont eu ! Cela a donné l’occasion d’assister à des actions inédites:  un scooter utilisé en navette ou tout le top 5 des podiums Elites se jeter à la mer !

La prochaine manche aura lieu à Fort William (Ecosse) les 2 et 3 juin et on a déjà hâte d’y être !

Si vous souhaitez analyser les résultats de cette finale, les classement se trouvent ici !