Coupe du monde de DH | Lousã, course 1 :
une victoire pour l'Histoire !

Sport
30 octobre 2020 — Christophe Bortels

Après les qualifs, place à la première finale à Lousã, qui accueille cette semaine une double manche de coupe du monde de descente pour clôturer la saison. Qui a pu déjouer les pièges de la longue et très variée piste portugaise ? Réponse :

Une piste ultra-spectaculaire qui fait l’unanimité et des qualifications qui ont creusé les écarts chez les Hommes mais resserré les débats chez les Dames : la première des deux finales de Lousã s’annonçait passionnante ! Très bien placé pour décrocher son premier général de coupe du monde après ses deux victoires à Maribor, Loris Vergier allait-il enfoncer le clou un peu plus ou Matt Walker allait-il lui compliquer la tâche ? Et qui de Myriam Nicole ou Marine Cabirou allait enfiler le gilet blanc de leader du classement alors que seuls 10 points séparaient les deux Françaises avant cette finale ?

Hommes

Après des qualifications particulièrement serrées sur une piste pourtant longue (4 minutes), on s’attendait à un scénario identique en finale. Et alors qu’on entame le top 30, ils sont en effet plusieurs à se tenir en une demie seconde seulement : Greg Williamson, Jamie Edmondson, Loris Revelli et Martin Maes. Derrière par contre, il n’y a personne à moins d’une seconde et demie.

C’est finalement Aaron Gwin qui va améliorer sensiblement le chrono de référence en passant la ligne avec… 1.558s d’avance ! C’est à la fois peu et beaucoup… Il reste alors 18 pilotes au départ, tout est donc encore ouvert. Pourtant, ils vont être plusieurs à buter contre le temps de Gwin, à l’instar de Baptiste Pierron, Bernard Kerr, Benoit Coulanges, David Trummer, Danny Hart, Angel Suarez ou encore Phil Atwill.

Nous voilà dans le top 10 des qualifications, et le chrono d’Aaron Gwin tient toujours alors que Coulanges est provisoirement 2e à une seconde et Williamson 3e à une seconde et demie. Mais pour combien de temps encore ? Ça ne passe pas non plus pour Troy Brosnan (+1.566s) ni Dakotah Norton, pourtant à deux doigts de passer devant son compatriote mais qui échoue pour… 0,011s secondes ! Finn Iles, lui, part à la faute et termine loin dans cette finale.

Ça se resserre à nouveau devant quand Thibaut Dapréla vient provisoirement se placer 3e derrière Gwin et Norton à moins d’une demie seconde. Toujours aussi spectaculaire, son co-équipier Rémi Thirion ne parvient pas à faire aussi bien (+2,054s). Le top 10 se tient alors en seulement 2 secondes…

Ils ne sont plus que 5 à devoir s’élancer, à commencer par Loïc Bruni. Au contact mais derrière aux trois premiers intermédiaires, il active le vert au 4e pour une demie seconde… une avance qu’il parvient à porter à 1.102s au terme de la dernière section !

Et puis vint le GOAT (Greatest of All Time), l’aîné du paddock, celui avec qui il faut compter depuis tant d’années : Greg Minnaar. “Ne jamais oublier Greg Minnaar” est même devenu une sorte d’adage au fil des années. Increvable à l’aube de ses 39 ans, le Sud-africain fait parler la poudre et son expérience des longues pistes physiques et bat le chrono de Bruni de pratiquement 2 secondes. WOW…
Suivant dans la start list, son co-équipier Luca Shaw ne peut pas lutter et a toujours autant de mal à concrétiser en finale.

On a bien cru que ça allait par contre passer pour Matt Walker, en avance aux trois premiers splits mais qui doit lui aussi s’incliner face aux talents de finisseur de Minnaar. Le supense n’ira pas plus loin : Loris Vergier, dernier à s’élancer, est victime d’une crevaison et ne signera pas le triplé après son doublé à Maribor. Alors qu’il comptait une avance confortable au général, il doit laisser la place de leader à Matt Walker pour 14 points seulement.

Déjà recordman du nombre de victoires en coupe du monde de descente avec 21 unités au compteur, Greg Minnaar en ajoute une de plus à son palmarès. Historique !

Ce sont Matt Walker, Loïc Bruni, Aaron Gwin et Dakotah Norton qui complètent le podium.

Download (PDF, 146KB)

Dames

Elles n’étaient qu’une dizaine au départ, et si la championne du monde Camille Balanche, 2e à s’élancer, à signé d’emblée un bon temps, on n’attendait qu’une seule chose : voir les deux seules Françaises du plateau en découdre ! Myriam Nicole était la dernière au départ grâce à son meilleur temps en qualifs alors que Marine Cabirou, 4e hier, partait un peu plus tôt et devait frapper fort pour espérer que ça suffise et, surtout, en profiter pour repasser devant au général…

Entre-temps, il aura fallu attendre Nina Hoffmann pour enfin voir le chrono de Balanche tomber, pour 1.224s. Mais l’Allemande, victorieuse lors de la 2e manche à Maribor, ne restera dans le hot seat que quelques minutes. Car derrière, Marine Cabirou propose un run efficace mais (trop ?) prudent et améliore la marque de près de 5 secondes ! Suffisant pour la gagne ? En tout cas, Tahnée Seagrave ne fait pas mieux dans la foulée, même si ça ne passe pas bien loin (+0,678s), tout comme pour Tracey Hannah (+3.893s).

Nous voilà donc au tant attendu match Myriam Nicole vs Marine Cabirou. Un match qui, malheureusement pour le suspense, sera vite plié par Myriam Nicole… C’est vert dès le premier intermédiaire, et la pilote Commencal ne va ensuite faire qu’augmenter son avance pour conclure un run juste engagé comme il faut avec un avantage de 4.397s sur la ligne ! Alors que Pompon avait dû rendre à Marine Cabirou le gilet de leader après la 2e finale de Maribor, elle parvient cette fois-ci à le conserver et se présentera au départ des qualifs demain avec 50 points d’avance au général.

Derrière les deux Françaises, ce sont Tahnee Seagrave, Tracey Hannah et Nina Hoffmann qui complètent le podium féminin.

Download (PDF, 101KB)

Juniors

C’est le Britannique Ethan Craik qui s’impose dans cette finale devant l’Espagnol Pau Menoyo Busquets et l’Américain Christopher Grice. Mais où est donc Oisin O’Callaghan ?!

Intouchable depuis le début de cette courte saison avec un titre de champion du monde puis deux victoires coup sur coup à Maribor, l’Irlandais avait pourtant devant lui une voie royale vers le titre, qu’il pouvait décrocher dès ce vendredi. Mais ce sera au mieux dimanche, car tout ne s’est pas passé comme prévu aujourd’hui… Oisin O’Callghan a en effet terminé 24e et bon dernier en finale suite à une crevaison, ne récoltant aucun point.

Grâce à sa victoire, Ethan Craik effectue une belle remontée de la 4e à la 2e place du général et pointe désormais à seulement 19 points de O’Callaghan alors que Nuno Reis, 5e de la course, revient lui à 30 unités. Une victoire en rapportant 60, tout reste ouvert entre ces trois-là pour dimanche…

Download (PDF, 107KB)

Chez les Dames Juniors, la championne du monde Lauryne Chappaz avait écrasé la concurrence en qualifs en se montrant 13 secondes plus rapide que tout le monde, mais c’est pourtant bel et bien sa compatriote Leona Pierrini qui décroche la victoire dans cette finale ! Elle s’impose avec près de 4 secondes d’avance et signe son troisième succès en trois manches dans cette coupe du monde 2020.

2e du général avant Lousã, la Belge Siel van der Velden termine à la 5e et dernière place de la course, ce qui signifie que Leona Pierrini compte désormais quasi 100 points d’avance au classement et ne peut plus être rejointe. La voilà donc avec le titre en poche avant même la dernière manche de dimanche !

L’Espagnole Aina Gonzalez Grimau complète le podium.

Download (PDF, 99KB)