Sunn fait partie des marques pionnières que tout pratiquant de notre sport connaît. En revenant à la vie en 2015, Sunn s’est lancé sur le segment de l’enduro pour procéder à son retour sur le devant de la scène. Développé avec le team, le Sunn Kern LT est le fleuron de la marque qui a choisi l’aluminum comme matériau. Avec ses ambitions en compétition de haut niveau et sa volonté de plaire au « grand public » de l’enduro, quelle est vraiment cette machine ? Découvrez notre test du Sunn Kern LT Finest ! 

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-24Dès la réception du vélo, on comprend qu’un vrai parti pris existe pour cette monture en aluminium. Quand de nombreuses marques du secteurs préfèrent le matériau composite ou que d’autres tentent de justifier leur choix, par défaut, de l’aluminium, Sunn assume. La marque revendique ce choix par une série de petits détails, parfois simplement cosmétiques, dans la construction de son vélo. En relançant la dynamique, la marque ne renie pas son passé, et on retrouve des références au logo un petit peu partout sur le cadre.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-26Le Sunn Kern LT est le modèle dédié à l’enduro et il s’équipe de roues de 27,5 pouces de diamètre. Avec ses 160 millimètres de débattement à l’avant comme à l’arrière, il se décline en trois modèles : le Kern LT S1 (2999 euros), le Kern LT Finest (4199 euros) et le Kern LT Replica (6699 euros). C’est sur le modèle intermédiaire, le Kern LT Finest, que nous avons jeté notre dévolu. Pas forcément le plus accessible, il se présente toutefois comme un ensemble fiable et doté d’un équipement adéquat pour une pratique sérieuse de l’enduro.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-7La machine a été développée en collaboration avec les pilotes de la marque, Thomas Lapeyrie, Kilian Bron et Isabeau Courdurier qui utilisent ces vélos en coupe du Monde.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-40En s’attardant sur le cadre, on découvre des passages de câble en interne et une petite fenêtre dans la jonction tube de selle – tube inférieur permettant de mesurer son sag, l’amortisseur étant en partie camouflé par le cadre.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-31Une protection en caoutchouc est installée sur les bases. Le traitement de surface des tubes est légèrement granuleux et la peinture grise est sobre mais solide. On regrette toutefois la difficulté à laver l’ensemble.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-17Les vélos sont produits en Asie mais sont conçus et assemblés en France avant d’être commercialisés par Intersport. Ne vous attendez toutefois pas à retrouver ce vélo dans toutes les grandes surfaces du groupe, vous aurez plus de chance en allant dans un magasin spécialisé (reportez-vous à la liste des revendeurs sur le site de la marque) !

Géométrie et cinématique

Côté géométrie, le vélo est dans la tendance avec un reach relativement long (445mm en taille M), ses bases affichent 435mm et son angle de direction est de 66 degrés. Avec ses 75 degrés d’angle, le tube de selle est relativement droit. L’ensemble est cohérent, pas radical mais présageant une grande polyvalence au vélo.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-45La machine est construites de solides tubes d’aluminium 6069 T6 et s’articule autour d’une cinématique à point de pivot virtuel de type four bar linkage. Baptisée VR-LR (virtual rotation – leverage ration) par la marque, la cinématique veut offrir grip, sensibilité en début de course et efficacité au pédalage. On devrait également y retrouver un bon maintien en fin de course et, au milieu, le grip est annoncé comme excellent.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-41On remarque que le point d’ancrage bas de l’amortisseur est positionné sur l’axe reliant le triangle avant au triangle arrière.

Equipement

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-19Côté suspension, Sunn s’est tourné vers Rock Shox avec la Pike RC à l’avant et le Monarch RT à l’arrière. Sans token, la fourche a tendance à être un peu trop linéaire mais on contre rapidement cela et l’ensemble a fonctionné harmonieusement sur la machine.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-39La lecture du terrain de l’amortisseur est excellente même si on ressent quelques limites quand le vélo va vraiment vite dans les portions défoncées. Le grip est lui incontestablement au rendez-vous.

Les trains roulants sont confiés à Mavic avec ses Crossmax XL et à Hutchinson avec le Squale à l’avant et le Toro à l’arrière (les deux sont en section 2.25). Les pneumatiques se sont révélés très polyvalents et particulièrement efficaces sur les terrains meubles. Un Toro à l’avant pourra encore améliorer la chose si vous roulez sur ce genre de terrain.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-38Les roues ont fait preuve d’un bon dynamisme tout en assurant une bonne lecture de terrain et un grand confort. Nous y reviendrons plus loin, mais le compromis du confort et du grip face à la vivacité est au coeur de l’identité du vélo. Il vous adviendra de juger de la pertinence de ce montage après avoir évalué vos attentes.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-36La transmission est confiée à Sram et son groupe X1 11 vitesses. Il est combiné à un pédalier RaceFace Atlas et à une couronne de 30 dents. Cette denture assure une belle polyvalence même si les grosses cuisses et les compétiteurs passeront à plus grand pour des impératifs de performance.

Le freinage s’est avéré bon tout au long du test avec les Guide RSC de chez Sram et leurs disques de 180mm de diamètre.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-43On retrouve l’inévitable Rock Shox Reverb et une selle maison très confortable.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-33Le poste de pilotage est bien proportionné avec son cintre RaceFace Atlas de 785mm de large et légèrement relevé. Il s’accompagne d’une potence Atlas de 50mm et de poignées Half Nelson de la même marque.

Sunn Kern LT Finest : Le test terrain

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-11Direction la forêt ! Et avec le Sunn Kern LT, c’est assez facile. La position est vraiment bonne, droite, et on se sent vite pousser des ailes sur cette monture.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-2La montée n’est pas un exercice difficile, bien au contraire. Il est toutefois nécessaire de mettre ça en perspective. Il s’agit d’un vélo d’enduro à plus de 13 kilos. Ceux qui chercheront le chrono en montée tireront forcément la langue à la longue mais le Sunn est dans la moyenne haute de la catégorie en matière de rendement au pédalage.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-9Le super feeling que nous avons avec le vélo se confirme dès les premières courbes. Le vélo est très facile à prendre en main, stable et sain.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-21La suspension offre une superbe lecture du terrain. Hasard de notre prise en main, nous avons commencé notre test sur des pentes très fortes. Là, le vélo excelle. La facilité de placer le vélo où on le souhaite à basse vitesse est déconcertante et on se sent en sécurité sans avoir le sentiment de passer au dessus du vélo. On hausse le rythme sans aucun mal.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-13Le second gros point fort du vélo est son grip. La lecture du terrain est parfaite et le vélo a un triangle arrière très souple. On reste au contact du terrain et nous ne sommes jamais surpris par les réactions du Kern LT.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-4Quand les sentiers s’ouvrent et qu’on prend de la vitesse, on ne perd pas le contact avec le vélo mais ce dernier se revèle un petit peu moins performant qu’à basse vitesse. On est un petit peu plus secoué et le sentiment de confiance diminue quand le vélo devient un petit peu moins précis.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-5Le Sunn Kern LT Finest est toutefois un excellent couteau suisse. Il faudra néanmoins le brusquer pour rester dans le rythme ou pour réellement chercher le chrono à son guidon. Le confort, le grip et la souplesse ont un travers : le vélo est un petit peu pataud pour un pilote exigeant.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-12C’est sur ce dernier point que Sunn donne réelle une identité à son vélo et prend position. En construisant un vélo « souple », Sunn colle bien mieux aux attentes de la masse des enduristes (même si ces derniers ne veulent pas se l’avouer). De nombreux pilotes préfèreront plus de confort et de grip qu’une rigidité à toute épreuve. Le Kern LT Finest est facile à prendre en main, bien pensé et facile à rouler, même pour un pilote exigeant. On s’amuse et on ne se fait pas peur en permanence mais le revers de la médaille est simple : il faudra y mettre du sien pour accrocher les meilleurs chronos. Mais, au fond, combien d’entre nous ont réellement cette ambition tout au long de la saison ?

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-15Le vélo fait preuve d’une vraie polyvalence dans son domaine mais il reste un vélo d’enduro ! Ceux qui verront dans cette facilité d’accès une alternative à un gros All-mountain font fausse route. Le Kern LT est taillé pour la discipline et ses tracés.

sunn-kern-lt-2016-vojo-paul-humbert-20Verdict

À l’heure où la majorité des grandes marques nous proposent des vélos tout en carbone et des armes de performances pour tout les enduristes, Sunn va à l’encontre de cette logique. La marque française tire profit d’un cadre en aluminium, d’une géométrie et d’une cinématique bien pensées pour offrir un jouet capable de s’adapter aux réels besoins des VTTistes. Tout le monde n’est pas capable d’exploiter et de se faire plaisir sur un vélo de compétition en carbone. Les choix faits par la marque n’excluent pas pour autant, et loin de là, une utilisation du Sunn Kern LT en compétition. Il faudra simplement s’adapter en conséquence et garder les caractéristiques de son vélo en tête, tout en tirant profit de ses qualités. Avant de vous laisser, on nous glisse dans l’oreillette que le modèle 2017 du Sunn Kern LT est équipé d’une base en carbone, apportant un petit peu plus de rigidité au vélo. Cette dernière nouvelle nous laisse croire que la marque a anticipé nos remarques et qu’elle améliore encore une excellente machine.

WebLiens utiles : Le site de Sunn – les nouvelles bases en carbone présentées par Isabeau Courdurier sur son vélo lors de la Passportes