Il ne ressemble à aucun autre et ses lignes uniques ont traversé les années sans prendre une ride. Le Look 989 est un ovni dans la production actuelle avec sa tige de selle et sa potence faisant partie intégrante du cadre. Pionnier lors de sa sortie en 26”, il s’est depuis mis au goût du jour du côté des formats de roues 27,5 et 29″. Mais rivalise-t-il encore avec les nouvelles références XC du marché ? C’est ce que nous avons voulu savoir avec ce test !

Lorsqu’il est apparu au catalogue 2008 de la marque française, le Look 986 était une véritable révolution. Déjà, son design ne pouvait laisser personne indifférent avec sa tige de selle intégrée, mais ceux qui l’ont roulé (dont votre serviteur) se souviendront qu’à l’époque il s’agissait d’un des premiers hardtails pensés pour apporté du confort au pilote, avec non seulement des inserts en élastomère entre le cadre et le chariot de selle, mais aussi des fibres choisies et tressées pour dissiper les vibrations.

Pour compléter l’histoire de ce modèle, signalons que c’est en 2012 qu’a été ajoutée la potence intégrée A-Stem, alors que les Look 989 (29″) et 987 (27,5″) sont apparus au catalogue en 2015. C’est la dernière mouture du 989 à grandes roues que nous avons choisi de tester ici, dans son montage haut de gamme ProTeam.

Le cadre du Look 989 profite de toute l’expertise de la marque en matière de carbone, un matériau qu’elle fut parmi les premières à utiliser sur ses vélos de route et pour lequel elle dispose d’une usine propre. La construction est de type monobloc et les fibres utilisées de type 1.5 et 3k avec un aspect tressé plus si courant mais toujours aussi impressionnant quand il est magnifiquement mis en oeuvre, comme c’est le cas ici et comme on peut l’apercevoir par endroits à travers le vernis foncé qui recouvre l’ossature.

Pour poursuivre sur le chapitre esthétique, qu’on aime ou pas, la déco “Mondrian” ne peut pas non plus laisser indifférent. Faisant référence aux racines de la marque et au célèbre peintre, elle magnifie les lignes du Look 989. Ajoutez une finition superbe et une peinture profonde ainsi qu’une déco personnalisée sur la fourche RockShox RS-1 et vous obtenez, selon nous, une réussite totale.

L’intégration fait partie… intégrante de ce cadre. La tige de selle e-post n’est pas là que pour l’esthétique. Le poids n’est pas spécialement gagnant, puisqu’on parle de 1300g en taille M pour le cadre. Certes, la tige intégrée est comprise dans cette mesure, mais le “stubby” qui supporte les rails n’est pas particulièrement léger (entre 195 et 216g selon les versions), on n’y gagne donc pas vraiment.

Entre le cadre et le support du chariot de selle, de petits élastomères prennent place pour filtrer les vibrations

Par contre, c’est au niveau du confort qu’il faut chercher la réelle utilité du E-Post. En effet, entre le cadre et le support du chariot de selle, de petits élastomères prennent place pour filtrer les vibrations. Trois duretés d’inserts sont disponibles et nous avons choisi la version Medium (rouge). A l’heure où tous les cadres hardtail carbone (ou presque) mettent en avant leur confort et leur capacité de filtrage des petits impacts, nous sommes impatients de voir si cette solution reste d’actualité.

Autre composant que Look a cherché à intégrer sur ses VTT : la potence. Outre l’esthétique, le but est ici clairement d’avoir la plus grande rigidité possible tant au niveau de la douille que de la potence elle-même. Même si son aspect pourrait laisser penser qu’elle est en carbone, la potence A-Stem est en aluminium forgé. Elle existe en deux inclinaisons (+/- 5 et 15°) et dans des longueurs allant de 80 à 120mm. A l’heure où les cadres s’allongent et où les potences se raccourcissent, voilà un élément qui trahit l’âge de la conception de ce vélo…

Avant d’en finir avec le cadre, signalons le grand souci du détail de Look, qui a placé des protections solides aux endroits stratégiques, qui a doté sa potence d’un système de butée empêchant que le cintre ou les leviers de freins viennent au contact du tube supérieur, sans oublier le passage des câbles en interne très bien pensé (la durit de frein reste en extérieur, mais de façon discrète).

Géométrie

Les longueurs de potences nous avaient mis sur la voie et cela se confirme en regardant le tableau des géométries : on est loin des valeurs des dernières nouveautés. 70° d’angle devant, un tube de selle relativement couché, un reach de “seulement” 415mm en M alors qu’on navigue plus souvent dans les 430 maintenant,… : le Look 989 a du mal à cacher une conception qui commence doucement à dater ainsi que l’orientation route/performance de l’enseigne. Cela dit, le Specialized Epic HT nous a prouvé que la simple lecture des chiffres n’est pas très représentative car lui aussi est proche de ces chiffres et il a pourtant été un gros coup de coeur pour nous.

Equipements

De ce côté là par contre, on sent que Look a tenu à être au goût du jour et que les “specs” ont fait l’objet d’un soin tout particulier pour le millésime 2017, avec une sélection de composants en vue et plus originaux mais bien adaptés au programme XC/Marathon de l’engin. L’ensemble s’affiche à 9,610kg pour… 8599€ ! Une version en Shimano XT est proposée à 4999€ et l’entrée de gamme 979 (sans tige ni potence intégrée) est affiché dès 3399€. On le voit, les tarifs restent élevés sur le marché de l’art !

La nouveauté la plus visible c’est évidemment le fameux groupe Sram XX1 Eagle en 12 vitesses, que nous avons récemment testé. Il nous a d’ailleurs semblé ici particulièrement précis et bien réglé, et la rigidité de la patte ainsi que son bon alignement d’origine n’y sont sans doute pas étrangers. Côté freinage, Look fait confiance aux très puissants Magura MT8.

Enfin, la fourche est la toujours très impressionnante RockShox RS-1 dont la qualité d’amortissement est très appréciable malgré quelques points perfectibles comme nous l’avions détaillé dans notre dossier fourches XC. Elle est couplée ici à des roues American Classic Carbonator avec axe avant compatible avec la fameuse fourche inversée. Nous en reparlerons mais nous avons particulièrement apprécié leur comportement dynamique et leurs jantes carbone assez larges (26mm). Par contre, le mariage avec les pneus Continental Race Sport aux flancs très fins ne nous a pas semblé optimal car nous avons ressenti du flottement sur les gros appuis. Le choix d’un Race King roulant à l’arrière et d’un X-King plus polyvalent et cramponné devant est par contre appréciable.

Look 989 ProTeam : le test terrain

Contrairement à un tableau ou à une sculpture, le Look 989 est bel et bien fait pour rouler. Allez, zou, c’est parti ! Look ayant coupé la tige de selle pour nous, il ne restait plus qu’à faire les derniers ajustements. Et c’est très facile grâce aux entretoises de différentes tailles fournies et au système de serrage intégré au E-Post bien pensé. Par contre à l’avant, la potence est fort longue et nous avons eu plus de mal à bien poser nos appuis sur l’avant du vélo. Par la suite, nous avons essayé un modèle plus court (c’est moins joli mais une potence classique s’adapte sans souci) et aussi en relevant le poste de pilotage, mais sans réussir à trouver parfaitement nos marques malgré tout.

Immédiatement, on sent que le vélo est rigide. Très rigide. Le boîtier de pédalier énorme est particulièrement bridé et le vélo ne bouge pas d’un millimètre quand on met de grands coups de jarrets. C’est sûr, côté rendement, il assure, et les excellentes roues American Classic Carbonator ajoutent leur grain de sel en se montrant particulièrement vivantes et dynamiques.

Dans les côtes raides et les relances, le vélo répond sans le moindre temps d’arrêt. Il explose entre les jambes… mais il faut avoir la puissance nécessaire pour lui permettre de s’exprimer et si les gros mollets seront comblés, les coureurs plus véloces y trouveront moins leur compte. Au global, il est très performant, mais les nouvelles références du segment semblent encore faire un poil mieux (Canyon Exceed et Specialized Epic HT surtout, mais aussi le BH Ultimate) L’adhérence est aussi parfois précaire et on sent que ce paramètre repose uniquement sur les pneus et les roues car le cadre se montre raide comme la justice. L’exact opposé d’un certain Specialized Epic HT qui nous avait bluffés sur ce chapitre.

Dans les portions roulantes abordées à haute vitesse, oui, la tige de selle E-Post filtre légèrement les vibrations, mais c’est vraiment léger. On est loin du confort apporté par les tiges de selles très flexibles comme celle qui équipe le Canyon Exceed. Clairement, si le 986 semblait confortable en 2008, le Look 989 est aujourd’hui à classer dans la catégorie des vélos durs et exigeants au regard de ce qui se fait en 2017 et des nouveaux compromis trouvés sur des vélos de conception plus récente.

Même s’il est présenté par Look comme un vélo convenant pour un usage marathon, nous sommes plutôt réservés par rapport à cet usage avec un vélo qui nous a paru exigeant quand il s’agit de faire du vrai vtt technique pendant plus de 3h. Nous avons essayé et à chaque fois nous avons fini bien rincé…

Quand on cherche à jouer la carte de la nervosité et qu’on l’emmène sur des tracés de XC contemporains, en se disant que les efforts courts sont davantage sa tasse de thé, on se retrouve confronté à un autre problème : son caractère turbulent en descente et sa géométrie qui ne met absolument pas en confiance quand il s’agit d’enchaîner des descentes raides, des rock-gardens et autre petits drops qu’on rencontre désormais sur tous les parcours de XC dignes de ce nom.

Le verdict est dur mais clair : cela faisait longtemps que nous n’avions plus été dans des situations aussi délicates dans des descentes certes typées enduro, mais que nous connaissons pourtant bien et que nous prenons avec tous les vélos de XC qui nous passent entre les mains. La rigidité du vélo le rend sautillant et incontrôlable par moments, alors que la direction fermée et extrêmement rigide et précise achève de faire de ces passages des moments assez mouvementés.

Nous avons essayé plusieurs changements de position mais avec un cintre plus haut, on perd en capacité à charger l’avant, alors qu’avec une potence plus courte, on se sentait les genoux dans le guidon et le vélo n’était plus à notre taille car le cadre en lui-même n’est pas vraiment long. Heureusement, le Look 989 est plaisant dans les petites enchaînements de virages et les singles tortueux mais sans trop de pente, à condition de ne pas trop baisser le rythme car c’est à haute vitesse qu’il s’exprime pleinement.

Verdict

Vous l’aurez compris à la lecture de ce qui précède, nous n’avons pas vraiment été convaincus par le Look 989. C’est très dommage car son esthétique époustouflante et sa qualité de finition magique nous avaient embarqués au premier coup d’oeil, et nous aurions beaucoup aimé filer le parfait amour avec lui sur les sentiers. Nous aurions même pu lui pardonner son tarif indécent. Hélas, notre relation s’est très vite compliquée. Trop inconfortable à nos yeux pour les longues distances, il n’est pas non plus assez à l’aise dans le technique pour briller en cross court. Bref, une remise à plat complète s’impose et nous espérons que la marque nivernaise, qui reste au top sur la route, réinvestira rapidement dans le développement d’une nouvelle plateforme innovante et actualisée capable de lui rendre la place qui fut la sienne du temps du 986.

Lien utile : www.lookcycle.com/fr/velo/989