World Cup XC #4 - Les Gets | Inébranlables champions

Sport
14 juillet 2019 — Léo Kervran

Sur un parcours éprouvant, les organismes ont été mis à rude épreuve. Dans la chaleur et la poussière des Gets, des français montent sur le podium ! Ce sont cependant les deux champions du Monde qui terminent sur la plus haute marche et si Kate Courtney s’impose après un long raid solitaire, Nino Schurter a dû faire preuve d’autorité pour remporter sa deuxième coupe du Monde de la saison.

 

 

Dames

Comme à son habitude, c’est Elisabeth Brandau qui prend le meilleur départ. La pilote Allemande est très forte sur les efforts courts et violents, en témoigne sa troisième place sur le Short Track vendredi mais elle à souvent du mal à tenir le rythme au-delà des premiers tours.

Derrière elle, on retrouve Kate Courtney, Pauline Ferrand-Prévot, Eva Lechner, Sina Frei, Anne Terpstra ou encore Jenny Rissveds.

 

 

Parmi les autres prétendantes au podium, Anne Tauber est tombée quelques centaines de mètres après le départ et a perdu un certain temps. Jolanda Neff a pris un départ prudent et pointe un peu plus loin, aux alentours de la 10e place. Dans les bois, les lignes sont nombreuses et le terrain fuyant.

Le petit groupe ne va pas rester compact bien longtemps et très vite, Kate Courtney s’isole seule en tête. Elle boucle le 1er tour avec une quinzaine de secondes d’avance sur ses poursuivantes.

Derrière, c’est Jenny Rissveds qui prend la direction des opérations ! La pilote Suédoise, impressionnante, lâche facilement ses adversaires et rattrape rapidement Kate Courtney. Cependant, la championne olympique est peut-être partie un peu vite et elle ne peut tenir très longtemps le rythme de la championne du monde.

Le petit groupe s’est bien réduit et à mi-course, c’est Sina Frei et Pauline Ferrand-Prévot qui occupent les 3e et 4e places, suivies à quelques dizaines de mètres par Elisabeth Brandau.

La pilote du team Ghost Factory Racing, encore en catégorie Espoirs (elle a demandé à être surclassée en coupe du Monde) est souvent très performante en début de course mais elle a parfois un peu de mal à tenir jusqu’au bout.

 

 

Alors qu’on pensait que le podium commençait à se dessiner, Jolanda Neff fait son apparition aux avant-postes ! La Suissesse nous avait plutôt accoutumé à des départs canon mais aux Gets comme à Vallnord, c’est un tout nouveau schéma de course qu’elle a mis en place. Après des premiers tours en retrait, elle remonte une à une ses adversaires et on se demande bien où elle va s’arrêter.

Elisabeth Brandau, après avoir reculé un peu en milieu de course, se relance aussi dans les derniers tours et revient sur Sina Frei et Pauline Ferrand-Prévot.

 

 

Tout cela semble bien loin pour Kate Courtney qui gère sa course seule en tête, avec une trentaine de secondes d’avances.

Elle remporte cette étape française de la coupe du Monde en signant un week-end parfait avec la victoire sur le XCC et sur le XCO.

Derrière elle, après deux derniers tours haletants, c’est Jolanda Neff qui vient prendre la 2e place, suivie par Elisabeth Brandau ! Les deux pilotes en ont intelligemment gardé sous la pédale en début et milieu de course pour finir en trombe et monter sur le podium.

A la 4e place, on retrouve Sina Frei qui joue déjà les premiers rôles alors qu’elle n’est même pas censée courir dans cette catégorie.

 

 

Elle devance Pauline Ferrand-Prévot qui a joué de malchance dans le dernier tour avec une chute, une crevaison de la roue avant et la casse du système de serrage d’une de ses chaussures.

La championne de France termine néanmoins sur le podium pour la première fois de la saison sur un XCO, après avoir terminé 9e à Nove Mesto et 12e à Vallnord.

 

 

Jenny Rissveds termine quant à elle 9e après avoir reculé en fin de course. Si la gestion de course était perfectible, on peut tout de même applaudir la pilote Suédoise qui termine à nouveau dans le top 10 après sa 5e place à Vallnord. C’est un beau retour en coupe du Monde pour la championne Olympique après plusieurs années très difficiles.

Githa Michiels termine 14e après un petit passage à vide à mi-course. C’était visiblement une épreuve difficile pour la championne de Belgique qui est restée de longues minutes allongées dans l’aire d’arrivée, très marquée.

Ce n’était pas non plus le jour de Julie Bresset qui a souffert du dos pendant toute la course. Elle finit à la 38e place, loin de ce qu’elle attendait après sa 14e place lors du Short Track.

Belle course de Lucie Urruty en revanche, qui termine à la 28e place sur ce circuit difficile : “C’était dur et ça ne faisait que monter. Les descentes ne sont pas techniques mais tu arrives dedans tellement dans le dur que j’étais à la limite de me sortir à chaque tour. Ça glissait tellement, c’était chaud. Je suis contente parce que côté sensations, ce n’était pas totalement ça. Ça allait pour faire une bonne course mais ce n’était pas les jambes de Vallnord.

 

 

Parmi les autres Françaises, Lena Gerault est 40e, Camille Devi 52e, Anaïs Grimault 55e, Perrine Clauzel 56° et Sabrina Enaux 63°.

Download (PDF, Inconnu)

Hommes

Sur ce parcours rapide, tout le monde s’attendait à un duel Van der Poel – Schurter, en espérant que des Français comme Victor Koretzky ou Jordan Sarrou pourraient venir jouer les troubles fêtes. Finalement, rien ne s’est passé comme prévu !

Si Victor Koretzky a réalisé un très bon départ en compagnie de Titouan Carod, les deux pilotes se sont vite rendus compte qu’ils n’avaient pas les jambes pour jouer aux avant-postes aujourd’hui.

 

 

Ce sont donc Jordan Sarrou et Stéphane Tempier qui ont pris la relève ! Si on commence à avoir l’habitude de voir le premier avec les meilleurs cette année, c’est une première pour le Gapençais qui a connu un début de saison difficile.

Devenu papa il y a quelques jours, le pilote du team Bianchi est véritablement en feu sur le parcours des Gets. Il a d’autant plus de raison de bien figurer que son équipe s’arrêtera à la fin de la saison (Bianchi a décidé de recentrer ses activités autour du cyclisme sur route) et qu’il va donc devoir chercher une nouvelle équipe.

Les deux Français se retrouvent rapidement dans un groupe de 7 en tête de course en compagnie de Nino Schurter, Henrique Avancini, Ondrej Cink, Gerhard Kerschbaumer et Peter Disera, l’étonnant Canadien du Norco Factory Team.
Quid de Mathieu Van der Poel ? De manière très surprenante après sa victoire sur le Short Track, le champion des Pays-Bas est en retrait dans un troisième groupe, derrière celui de Victor Koretzky. Ce n’est pas un coup de bluff car il ne fera que perdre du temps et des places lors des 5 premiers tours, reculant jusqu’à la 42e place.

 

 

Devant, le groupe reste compact et collabore bien. Il n’y a pas d’attaques et chacun à son tour, tous les pilotes passent devant pour emmener le groupe.

Dans le groupe de chasse, on retrouve Jens Schuermans ! Après sa 5e place au Short Track, le champion de Belgique continue son excellent week-end et roule ici en compagnie de Matthias Flüeckiger et David Valero.

On retourne sur la tête de course, où les choses commencent à se décanter doucement. Gerhard Kerschbaumer a accéléré un peu et les premiers à en faire les frais sont Peter Disera et Jordan Sarrou, pour qui le rythme devient trop élevé. Un peu plus loin, c’est Ondrej Cink et Stéphane Tempier qui doivent à leur tour lever le pied.

De son côté, Mathieu Van der Poel semble s’être réveillé et a remis le moteur en route. Ses temps au tour s’accélèrent subitement et il commence à remonter les autres concurrents.

Avant le finish, on passe derrière la cabine des commentateurs, qui font vivre, à distance, la course.

A l’inverse, Maxime Marotte et Titouan Carod n’ont pas trouvé la clef pour sortir de leur mauvaise journée et continuent à perdre des places.

 

 

Seuls trois pilotes occupent désormais les avant-postes avec Nino Schurter, Gerhard Kerschbaumer et Henrique Avancini. Le champion du Monde ne souhaite cependant pas arriver au sprint et à deux tours de la fin, il accélère au sommet de la deuxième montée. Henrique Avancini est immédiatement distancé mais le champion d’Italie s’accroche et revient juste avant l’entame du dernier tour.

Tout est à refaire mais aucun des deux pilotes ne souhaite partir trop tôt, conscients qu’ils n’auront droit qu’à une seule cartouche sur ce parcours où les temps de récupération sont presque inexistants. Finalement, c’est Nino Schurter qui attaque le premier, au même endroit qu’au tour précédent. Plus de questions à se poser, le pilote Scott file gaz en grand vers la ligne d’arrivée en relançant sur chaque petit faux-plat.

 

 

Il remporte donc aux Gets sa deuxième victoire de la saison, après celle acquise à Vallnord la semaine passée.

Gerhard Kerschbaumer est 2e, devant Henrique Avancini qui monte sur la 3e marche du podium pour la deuxième fois d’affilée.

 

 

Derrière, Stéphane Tempier est parvenu à rentrer sur Ondrej Cink dans le dernier tour ! Les deux pilotes abordent le passage en ville roue dans roue mais c’est Stéphane Tempier qui passe en premier les petits escaliers à 150 m de l’arrivée. Moins bien placé pour le sprint, Ondrej Cink ne peut remonter et doit s’incliner face au Français pour la 4e place.

Après Peter Disera, 6e, on s’attendait à voir Jordan Sarrou mais c’est Jens Schuermans qui apparaît dans la ligne droite d’arrivée ! Le pilote du team Scott Creuse Oxygène signe ici le meilleur résultat de sa carrière en coupe du Monde et gardera probablement un très bon souvenir des Gets.

 

 

On le retrouve juste après la ligne : “C’est mon meilleur résultat ! Déjà vendredi, au short track, j’ai réussi à faire la course que je voulais et aujourd’hui, j’ai décidé de rouler à mon rythme. J’aurais pu aller jouer devant pendant la course mais j’ai choisi de rester derrière Valero qui roule vraiment comme moi, dans le bon rythme, et j’ai pu accélérer dans les deux ou trois derniers tours !

 

 

Jordan Sarrou est finalement 8e après avoir coincé un peu en fin de course. Mitigé, il rend hommage au public qui a porté les coureurs pendant toute la course : “Le public c’était vraiment magique, tu ne sentais plus tes jambes mais tu y allais quand même. Les sensations n’étaient pas top mais au final je sors quand même un top 8, je suis plutôt content. Je voyais le top 5 mais je n’arrivais pas à rentrer, c’était vraiment intense, très peu de moments de récup.”

Victor Koretzky prend la 11e place, après avoir levé le pied en fin de course en prévision des championnats de France la semaine prochaine, son objectif de la saison.

 

 

Mathieu Van der Poel est quant à lui 16e. Après des premiers tours très difficiles, il a remonté 26 places sur les 4 derniers tours pour terminer dans le top 20. Inespéré, au vu des premiers tours.

Maxime Marotte et Titouan Carod termine respectivement 26e et 49e, de mauvais augure avant les championnats de France. Espérons que ce n’était qu’une mauvaise journée pour les deux pilotes.

Download (PDF, Inconnu)

Rendez-vous très vite avec notre portfolio des courses U23.