Coupe du Monde XC 2021 #2 - Nove Mesto | XCO : entre félicité et désillusions

Sport
17 mai 2021 — Léo Kervran

Une semaine après l’ouverture de la coupe du Monde à Albstadt, en Allemagne, les pilotes se retrouvaient déjà ce week-end pour la deuxième manche, sur le célèbre circuit de Nove Mesto. Chez les femmes, bien qu’elle réfute cette étiquette, Loana Lecomte fait presque figure de favorite avec sa victoire ici l’an passé et celle acquise à Albstadt il y a 7 jours. Chez les hommes en revanche, c’est très ouvert et une bonne dizaine de coureurs peuvent légitimement prétendre à la victoire, sans compter les potentielles surprises. On vous raconte :

Apprécié tant des pilotes que des suiveurs, le parcours tchèque est devenu au fil des ans un grand classique du calendrier et n’a pas manqué une saison depuis sa première apparition, en 2011. Renommé pour son tracé rythmé, ses pierriers et ses sous-bois où les racines sont parfois plus nombreuses que la terre, le site se distingue aussi habituellement par la qualité de son public.

Toujours présent en nombre quelle que soit la météo, les spectateurs tchèques savent se faire entendre et apportent, de l’aveu même des coureurs, une dimension supplémentaire à la course. Cependant, cette année et pour la deuxième saison consécutive, l’épreuve doit se tenir à huis clos, crise sanitaire oblige.

Heureusement, on peut toujours compter sur la météo pour apporter son grain de sel et comme en octobre 2020, ce sont des véritables trombes d’eau qui se sont abattues sur le circuit toute la semaine. Il ne pleut pas ce dimanche au moment du départ des femmes et le tracé commence doucement à sécher, mais cela le rend presque encore plus traître et glissant que sous une averse. Et comme en octobre 2020, cela va jouer un rôle non négligeable dans le déroulement des courses et le choix des vainqueurs.

Femmes : qui arrêtera Loana Lecomte ?

Si la plupart des pilotes avaient opté pour un semi-rigide la semaine passée à Albstadt, le tout-suspendu est de retour en force dans le peloton ce dimanche. A Nove Mesto, ce choix est incontournable pour négocier sereinement les descentes et les pierriers, mais aussi les montées pleines de racines. Encore plus quand tout est recouvert d’une belle couche de boue comme c’est le cas ce week-end.

Autre changement, le maillot de leader du classement général est désormais sur les épaules de Loana Lecomte, suite à sa deuxième place sur le XCC vendredi soir et l’abandon de Pauline-Ferrand Prévot. Toutefois, ce n’est pas cela qui va la déstabiliser : ” Je n’ai pas plus de pression, on n’en a jamais parlé avec mon entraîneur, [le classement général] n’a jamais été un objectif. J’ai mis le maillot comme j’ai mis un maillot du team, ça me fait juste bizarre de me voir en blanc sur les photos !”

Enfin, une absence importante est à signaler : celle de Yana Belomoina. L’Ukrainienne, 5e la semaine dernière et vainqueur du classement général de la coupe du Monde en 2017, a décidé de ne pas courir pour se remettre de calculs rénaux diagnostiqués juste après Albstadt, suite à d’importantes douleurs qui l’handicapaient depuis plusieurs jours.

Pas de chute ou de problème de pédale au départ cette fois, tout se passe bien et c’est d’abord Laura Stigger puis Annie Last qui emmènent le peloton dans la start-loop.

Toutefois, comme à Albstadt, il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour voir Loana Lecomte prendre les devants. La pilote Massi se place en tête pour l’entrée sur les chemins et fait le rythme dans la montée, devant Kate Courtney, Haley Batten, Evie Richards et Pauline Ferrand-Prévot.

Derrière, un petit trou s’est déjà formé et c’est Linda Indergand qui fait l’effort pour essayer de ramener un peloton bien étiré sur les fuyardes, suivie par Rebecca Mcconnell, Sina Frei, Anne Terpstra…

Une descente et une montée difficile dans les racines (où presque tout le monde doit passer à pieds) plus loin, Loana Lecomte a commencé à creuser un écart sur ses poursuivantes et seule Kate Courtney est en mesure de s’accrocher à sa roue. Cela fait à peine 5 minutes que la course est lancée !

Suite à une glissade de l’avant de l’Américaine dans la dernière chicane avant le goudron de la zone départ / arrivée, la jeune Française se retrouve même seule en tête au moment d’entamer le premier tour complet. C’en est fini pour ses concurrentes, qui ne la reverront plus de la course. En parfaite gestionnaire et bien informée par son équipe de ce qui se passe à l’arrière, Lecomte fera régulièrement augmenter son avance, avec des temps au tour souvent 15 à 25 secondes plus rapides que ses adversaires.

On se rabat donc sur la lutte pour les places sur le podium et dans le top 10 pour trouver un peu d’action. Kate Courtney, Haley Batten et Pauline Ferrand-Prévot roulent encore ensemble mais cela ne va pas durer longtemps. Suite à une crevaison de l’arrière, la championne du Monde perd le contact avec les deux Américaines puis c’est au tour du circuit d’entrer en scène.

Peu avant un pierrier, dans une petite descente en apparence anodine (mais aucune descente n’est vraiment anodine à Nove Mesto), Kate Courtney perd la roue avant sur une racine et va violemment au sol. Elle se relève rapidement et visiblement sans trop de soucis physiques, mais son vélo ne peut pas en dire autant : le mécanisme du levier de frein arrière est cassé et le levier est plié dans le mauvais sens, loin de la poignée et hors de portée.

Le temps de rejoindre tant bien que mal une zone technique, puis de changer tout le maître cylindre (au passage, félicitations à son mécanicien Brad Copeland pour l’opération, probablement une des choses les plus risquées à faire sur le bord d’un parcours), la voilà qui repart à la 63e place, engluée dans le peloton.

C’est le début d’une journée noire pour la pilote Scott-Sram, qui sera également victime d’une crevaison de l’arrière un tour plus loin, au pire endroit sur le circuit. Elle terminera finalement à la 41e position, ce qui lui fait perdre gros au classement général.

Pendant ce temps, Haley Batten s’accroche à sa 2e position mais après Pauline Ferrand-Prévot, la voici désormais sous la menace de Rebecca Mcconnell. Après un départ poussif, l’Australienne a signé un deuxième tour en boulet de canon, ce qui lui a permis de revenir puis de déposer la Française pour la 3e place. Elle réussit même à rentrer sur Batten avant la fin de boucle, puis à la distancer pour entamer le troisième tour en deuxième position, à seulement 47 s de Loana Lecomte.

On se dit alors qu’à ce rythme, elle pourrait peut-être rejoindre la pilote Massi en tête de course, mais dès le premier intermédiaire, cela apparaît compliqué : elle vient de perdre 20 s d’un coup et pointe maintenant à 1’08. Les temps au tour montreront plus tard que ce n’est pas Lecomte qui a accéléré mais bien McConnell qui a ralenti d’un coup, ayant vraisemblablement besoin de récupérer un peu après sa remontée.

Si Loana Lecomte est bien installée en tête, Pauline Ferrand-Prévot est en revanche sous la pression d’Evie Richards. Double vainqueur en short-track ici l’an passé, la Britannique court toujours après son premier podium sur un XCO chez les Elites et tant qu’à faire, pourquoi se contenter de la 5e place si la 4e n’est pas loin ?

Dans le troisième tour, elle revient sur la Française et les deux finissent la boucle presque roue dans roue. L’effort était toutefois trop important pour la pilote Trek et petit à petit, l’écart se creuse à nouveau avec Ferrand-Prévot. Dans le tour suivant, elle manquera même de chuter dans un des deux pierriers du parcours, signe que la lucidité commence à faire défaut.

On arrive au cinquième et dernier tour sans changement dans le top 10 et vu les écarts qui n’évoluent plus vraiment, on se dit que plus rien ne devrait changer jusqu’à l’arrivée. C’était sans compter sur les ressources d’Haley Batten, qui en avait visiblement gardé sous la pédale pour finir très fort.

En moins d’un tour, elle bouche le trou d’une vingtaine de secondes qui la séparait de Rebecca McConnell puis la dépasse aussitôt et ne relâche pas son effort pour sécuriser la deuxième place. Elle signe au passage le meilleur temps du tour et reprend ainsi 10 s à Loana Lecomte, anecdotique compte tenu de l’avance avec laquelle la Française franchit la ligne d’arrivée.

Après 2 victoires en autant de manches de coupe du Monde, et même 3 victoires en 4 courses si on compte la saison 2020, cette dernière domine nettement le XC mondial en cette période pré-olympique, mais comme à son habitude, elle en est la première surprise : “Nove Mesto c’est un de mes parcours préférés, là avec les conditions c’était vraiment une course de guerrier. Sachant que j’avais gagné puis fait 3e l’année dernière, je l’abordais sereinement et j’avais vraiment envie de me faire plaisir sur ce circuit parce qu’il est top à rouler ! Je visais le podium, mais cette victoire, je ne m’y attendais pas et c’est un peu incroyable surtout avec ce maillot de leader.”

Haley Batten prend donc la deuxième place et confirme son excellente performance d’Albstadt. Entre Kate Courtney, même si elle fut malchanceuse aujourd’hui, et Batten, les USA ont un bel avenir dans le XC féminin !

Très régulière depuis 2019, Rebecca McConnell monte sur la troisième marche du podium. L’Australienne confiait à l’arrivée ne pas être une grande habituée de la boue et avoir fait un choix de pneus probablement plus “conservateur” que ses concurrentes pour assurer dans les descentes, sans aucun regrets vu le résultat.

En quatrième position, on retrouve Pauline Ferrand-Prévot, à peine ralentie par sa chute du vendredi et sa crevaison, suivie par Evie Richards qui monte donc sur son premier podium Elites de XCO.

En chasse toute la course derrière le top 5, Linda Indergand prend la sixième place devant ses compatriotes Sina Frei et Jolanda Neff. Pour la dernière citée, il s’agit de son premier top 10 en coupe du Monde depuis sa grave blessure de décembre 2019, qui l’a empêchée de s’entraîner normalement pendant plus d’un an. Après sa 13e place à Albstadt, elle semble revenir petit à petit à son meilleur niveau et il est impossible de ne pas s’en réjouir !

Un duo néerlandais clôt le top 10, avec Anne Terpstra un peu en retrait aujourd’hui qui devance une Anne Tauber qui semble elle aussi remonter la pente après deux années difficiles. On notera les abandons de Laura Stigger, touchée par des vertiges, et de Jenny Rissveds, qui expliquait sur ses réseaux sociaux avoir été victime de violentes crampes à cause de ses règles.

Côté Française, Lena Gerault termine à la 19e place après avoir notamment été ralentie par des erreurs de pilotage et quelques soucis mécaniques. un résultat en deçà de ses attentes et elle aura a coeur de faire mieux dans un mois à Leogang. Bonne performance en revanche pour Hélène Clauzel, avec une 28e place pour sa deuxième manche de coupe du Monde Elite. Voilà qui devrait effacer la déception de sa 73e position de la semaine dernière.

Sa soeur Perrine se classe 54e, Lucie Urruty 59e, Margot Moschetti 74e et Constance Valentin 84e. Côté Belges, la journée fut difficile pour Githa Michiels, affectée par des douleurs dans les bras et les épaules depuis deux semaines. Pas l’idéal sur le circuit de Nove Mesto, surtout dans ces conditions qui rendaient les choses encore plus techniques, et le résultat final, 33e, est logiquement loin de ses meilleurs performances, même si la remontée depuis la 70e position au départ mérite d’être signalée.

Résumé

  1. Loana Lecomte (FRA / Massi)
  2. Haley Batten (USA / Trinity Racing), + 1:39
  3. Rebecca Mcconnell (AUS /Primaflor Mondraker XSauce), + 1:51
  4. Pauline Ferrand-Prévot (FRA / Absolute Absalon – BMC), + 2:10
  5. Evie Richards (GBR / Trek Factory Racing), + 2:27

Classement complet

Classement général

Download (PDF, 228KB)

Loana Lecomte s’envole seule en tête avec 145 points d’avance sur Haley Batten. Malgré son abandon sur le XCC, Pauline Ferrand-Prévot limite bien la casse et ne perd qu’une place. Linda Indergand est 4e, devant Anne Terpstra, Sina Frei, Rebecca McConnell et Kate Courtney. Enfin Evie Richards puis Annie Last clôturent le top 10.

Hommes : Pidcock déjà au sommet

Du côté des hommes, les enjeux sont plus ou moins les mêmes qu’à Albstadt : la course à la sélection olympique pour de nombreux pilotes ou nations, le duel Van der Poel vs Pidcock (maintenant que ce dernier part en 1ère ligne) et une 33e victoire en coup du Monde pour Nino Schurter, ce qui lui permettrait d’égaler le record de Julien Absalon.

D’un côté, le Suisse est dans son jardin en République Tchèque (6 victoires depuis 2011, la dernière en 2018) mais de l’autre, il n’a pas levé les bras en coupe du Monde depuis les Gets en 2019 et on sait qu’il n’aime pas vraiment la boue… On se rappelle aussi que c’est à Nove Mesto que Mathieu van der Poel a signé sa première victoire en coupe du Monde, lors de l’édition 2019. Les paris sont ouverts !

Bien sûr, la course à la victoire est déjà largement suffisante pour motiver la plupart de ces pilotes, tous ceux qui étaient en forme à Albstadt voudront continuer sur leur lancée tandis que d’autres auront à cœur de se rattraper après une contre-performance.

Avec le maillot de leader de la coupe du Monde sur les épaules, Victor Koretzky prend le meilleur départ. Il est suivi par Mathieu van der Poel et c’est d’ailleurs le Néerlandais qui prend les commandes dans la montée en goudron qui emmène les coureurs en direction des sous-bois.

Dans sa roue, on retrouve Nino Schurter, Mathias Flückiger, Ondrej Cink, Anton Cooper ou encore Tom Pidcock. On ne sait pas encore si le duel entre Pidcock et Van der Poel aura lieu, mais en attendant, le Néerlandais marque des points de style ! Bien placés dans le début de la montée, Jordan Sarrou et Victor Koretzky ont un peu reculé.

Comme à Albstadt, Mathieu van der Poel part très fort et peu de coureurs sont en mesure de le suivre. Sa stratégie rappelle celle qu’il applique bien souvent en cyclo-cross, avec un début de course ultra-rapide pour opérer tout de suite une grosse sélection puis une gestion des quelques adversaires dans sa roue s’il en reste ou de son avance dans le cas contraire.

En XC, le rythme est généralement élevé après le départ, mais pas aussi violent, et l’allure imposée par Van der Poel fait son effet : à la fin de la start-loop, il n’a plus que Nino Schurter et Mathias Flückiger dans sa roue. Tom Pidcock est à 8 secondes, Ondrej Cink à 15 secondes et le gros du peloton, très étiré, arrive ensuite avec au moins 25 à 30 secondes de retard.

Lui aussi excellent crossman (2e des championnats du Monde 2020 derrière Van der Poel) Pidcock connaît bien la stratégie du Néerlandais et produit rapidement l’effort nécessaire pour revenir dans la roue du trio. Un peu plus loin, c’est au tour d’Ondrej Cink de faire la jonction à la faveur d’un passage sur le vélo de la redoutable montée “Shimano Expert Climb”, où la plupart des pilotes étaient à pied ce dimanche.

Ce ne sont toutefois pas quelques mètres de course à pied qui vont ralentir Mathieu van der Poel et, rapidement, le pilote Alpecin-Fenix creuse un petit écart devant Nino Schurter et le reste du groupe. Tom Pidcock sent le danger et prend aussitôt la chasse à son compte.

Mieux que la prendre à son compte, il bouche seul le trou sur le Néerlandais. Un bref coup d’oeil en arrière lui permet de se rendre compte que personne n’a suivi et c’est donc un duo qu’on retrouve désormais en tête de cette coupe du Monde. Le duel tant annoncé va avoir lieu !

Derrière, on s’organise comme on peut. A la fin de cette première boucle complète, les deux hommes de tête disposent de 23 s d’avance sur Flückiger et Cink. Schurter est à 31 s, Sarrou et Hatherly à 52 s, Marotte, Carod et Blevins à 57 s…

Dans le deuxième tour, Mathias Flückiger distance Cink pour la troisième place puis part seul en chasse de Pidcock et Van der Poel. Quelques positions plus loin, Jordan Sarrou et Alan Hatherly se rapprochent fortement de Nino Schurter pour la bataille autour de la 5e place, la dernière marche du podium.

Est-ce la pression installée par Flückiger ? Dans le troisième tour, Pidcock, qui collaborait jusque-là tranquillement avec Van der Poel, accélère fort à la fin de la première longue montée. A la surprise générale, le Néerlandais ne peut pas suivre et le Britannique crée tout de suite un écart. Il ne relâche pas son effort et au passage suivant sur la ligne d’arrivée, pile à la mi-course, son avance affiche déjà 30 secondes.

On entame la quatrième boucle et Van der Poel semble accuser le coup après son départ rapide. L’écart continue de grandir sans qu’il puisse limiter la casse et il voit maintenant l’insatiable Flückiger revenir dans sa roue. Le Suisse ne s’arrête pas et le double dans la foulée mais Van der Poel repasse devant dans la montée suivante, en faisant quelques mètres de plus sur le vélo avant de mettre pied à terre.

Au même endroit quelques dizaines de secondes plus tard, Nino Schurter perd la roue avant sur une racine et chute. Pas de bobo et aucun problème mécanique contrairement à sa coéquipière Kate Courtney plus tôt dans la journée, mais cela fait les affaires de Sarrou et Hatherly, qui se débarrassent ainsi d’un encombrant adversaire pour la 5e place.

On arrive dans le cinquième tour et les pilotes commencent à sentir la fin de course approcher. En tête, Tom Pidcock gère tranquillement avec plus d’une minute d’avance mais derrière lui, c’est un peu désorganisé. Flückiger attaque Van der Poel mais ce dernier revient en deux temps puis passe devant pour ralentir le Suisse dans une descente. Il finit par creuser le trou et boucle le tour avec une petite dizaine de secondes. Même chose deux échelons plus loin, avec Hatherly qui parvient à distancer d’une vingtaine de mètres Jordan Sarrou.

Dans la dernière boucle, le seul changement sur le podium intervient à la 5e place. Revenu rapidement sur Hatherly, Jordan Sarrou (ici en photo deux tours plus tôt) double puis se détache en passant sur le vélo dans la Shimano Expert Climb. Le Sud-Africain donne tout ce qui lui reste pour rentrer, mais ce n’est pas suffisant et il doit laisser partir le champion du Monde.

A l’arrivée, on retrouve un Tom Pidcock qui a levé un peu le pied dans ce dernier tour pour savourer et célébrer sa première victoire en coupe du Monde Elites. Au passage, on rappellera qu’il n’a que 21 ans et qu’il devrait lui aussi courir chez les Espoirs cette année…

S’il roule aujourd’hui pour l’une des plus grosses équipes de cyclisme sur route au Monde, le VTT reste visiblement son sport de coeur et il ne manque pas de le rappeler au micro de nos confrères de Redbull TV avec un grand sourire : “Je pense que je suis né pour faire du VTT, pour être honnête. Ça peut paraître stupide mais c’est ce que je fais depuis que je suis petit et c’est ce que j’aime le plus. Remporter une coupe du Monde dès mon deuxième essai, le premier à armes égales… C’est assez fou, vraiment.”

Mathieu van der Poel prend la 2e place à une minute, l’un des plus gros écarts jamais enregistrés chez les hommes à Nove Mesto. Comme la semaine dernière, le Néerlandais est tombé sur plus fort que lui mais sa stratégie a bien failli fonctionner et les spécialistes du XCO vont devoir se poser quelques questions s’ils veulent être capables de réagir la prochaine fois.

Mathias Flückiger termine encore une fois à la 3e place. Avec un Nino Schurter de plus en plus souvent mis en difficulté, le pilote Thömus pourrait bien prendre le rôle de chef de file de la délégation suisse dans les semaines à venir. Sur ses terres, Ondrej Cink se classe 4e. Un podium qui aura un goût doux-amer, partagé entre la joie du résultat et l’impossibilité de le partager avec la foule et ses supporters.

Enfin, Jordan Sarrou monte sur la dernière marche du podium au prix d’une course régulière et d’une belle bataille avec Alan Hatherly. De quoi faire oublier un peu sa déception d’Albstadt (11e) et se rassurer en vue de la prochaine manche, à Leogang, sur le circuit où il a acquis son titre mondial il y a quelques mois.

Nino Schurter ne termine qu’à la 7e place, un résultat qui le déçoit forcément d’autant qu’il n’avait jamais terminé en dehors du podium à Nove Mesto (oui, depuis 2011) ! La fin d’une ère ?

Le top 10 est complété par Anton Cooper, Titouan Carod (qui se rassure lui aussi après sa 76e place d’Albstadt) et Thomas Griot, de plus en plus régulier dans les 10 premières positions.

Parmi les autres belles performances françaises, on peut citer celles de Joshua Dubau, 16e, et d’Antoine Philipp, 21e. Ce fut en revanche plus compliqué pour Victor Koretzky qui n’a su faire mieux que 24e, victime entre autres de soucis mécaniques. Même chose pour Maxime Marotte, seulement 32e, et Stéphane Tempier, loin de son meilleur niveau avec une 48e position.

En ce qui concerne les Belges, la très belle performance du jour est pour Pierre de Froidmont : le jeune pilote de l’équipe BH-Wallonie se classe 25e ! Au-delà du résultat brut, c’est également un modèle de gestion de course puisque après un départ en 86e position sur la grille, il n’a cessé de gagner des places jusque dans le dernier tour. De quoi prétendre à une sélection olympique ? Rien n’est impossible, d’autant que Jens Schuermans ne s’est classé que 34e comme à Albstadt. Les classements des nations pour les JO devraient être actualisés sous peu, on vous en reparle très vite !

Résumé

  1. Tom Pidcock (GBR / Ineos Grenadiers)
  2. Mathieu van der Poel (NED / Alpecin – Fenix), + 1:00
  3. Mathias Flückiger (SUI / Thömus RN Swiss Bike Team), + 1:15
  4. Ondrej Cink (CZE / Kross Orlen Cycling Team), + 2:00
  5. Jordan Sarrou (FRA / Specialized Racing), + 2:21

Classement complet

Classement général

Download (PDF, 97KB)

C’est désormais Mathieu van der Poel qui mène la danse avec 80 points d’avance sur Tom Pidcock. Ce dernier est toutefois talonné par Victor Koretzky, et Nino Schurter ainsi que Mathias Flückiger ne sont pas très loin non plus. Viennent ensuite Jordan Sarrou, Ondrej Cink, Anton Cooper, Alan Hatherly et Henrique Avancini, qui reste dans le top 10 malgré un week-end difficile.

C’est fini pour ces deux très denses semaines de coupe du Monde ! Le circuit prend une petite pause pour mieux revenir en forme dans quelques semaines. On vous donne rendez-vous du 11 au 13 juin à Leogang, pour ce qui sera la troisième manche du calendrier de XC mais aussi l’ouverture de celui de DH !