World Cup #1 Croatie - Le track walk !

Sport
19 avril 2018 — Bérengère Boes

Lošinj ! Après des mois de d’attente, la coupe du Monde de descente redémarre ! Nous découvrons une nouvelle destination et une nouvelle piste, ce qui n’est plus arrivé depuis Lourdes en 2015. C’est frais, c’est neuf et ça fait du bien ! Cette petite île croate est magnifique et jusqu’à dimanche, nous allons vous faire partager ce qu’on y voit et ce qu’il s’y passe. Aujourd’hui c’était l’inévitable Track Walk, la reconnaissance à pied, et nous prenons l’ambiance : 

Arriver en Croatie, au bord de la mer turquoise, en t-shirt, il y a pire comme rentrée des classes ! En tant que média, nous sommes de suite conquis. Les paysages sont magnifiques, la météo s’annonce parfaite et tous les vélos dans les paddocks sont flambants neufs, on adore !

Pour les pilotes, on savait qu’il y avait quelques réticences… Les vidéos embarquées de la piste publiées depuis quelques mois sur la toile montraient un terrain plutôt plat et indomptable. On y voyait que des pierres dans tous les sens, des sauts plus qu’engagés et une fin dans les ruelles de la ville façon ‘Urban Race’ qui n’apporterait pas grand chose d’un point de vue technique.

Sceptique ? Oui c’était le mot qui définissait leur approche. Sauf que, une fois sur place, le charme des environs, l’envie de commencer la saison et de déjouer les chronos semble avoir pris le dessus !

Florent Payet : “Je suis agréablement surpris ! Il y a 2/3 virages un peu carrés et avec mon vélo XXL ça va être un peu compliqué mais je ferai 2/3 manoeuvres et ce sera bon ! (rires). Pour gagner ici il faut des roues solides, ne pas crever et être bien en forme car il y a un bon pédalage en haut et un bon pédalage en bas. Enfin, il faudra être bien fin sur les lignes car il y a plein de pierres à éviter ! Dans l’ensemble je trouve que ce n’est pas très rapide. Donc pour résumer je dirais que cet endroit est beau et que la piste est belle !”

Loris Vergier : “Avant d’arriver ici j’avais peur qu’on ait un sprint géant à la fin alors je me suis entraîné pour ça afin de ne pas être trop mal ! En fait, je suis agréablement surpris car malgré toutes ces pierres partout ils ont quand même fait du bon boulot ! La piste reste assez courte, il y a quelques drops un peu bizarres mais c’est une vraie piste de Coupe du Monde ! Je pense que pour gagner ici, il va falloir faire attention à ne pas tomber dans les cailloux qui peuvent te faire vraiment mal, ne pas crever tout en étant très propre et garder la vitesse ! Va falloir rester intelligent !

Gaëtan Vigé : “C’est pas mal, franchement je suis content car j’aime rouler dans les cailloux et ça change de ce que l’on a d’habitude ! Je pense que c’est mieux que ce qu’on s’imaginait tous, la fin est plus courte que l’on pensait, le sprint sera réduit, ce qui est bien même si dans tous les cas, la différence ne se fait pas là, non ? Après, on ne peut pas se plaindre, ici c’est comme être en vacances au moment de la rentrée des classes !”

 Myriam Nicole : “Je résumerais cette piste en disant que c’est méditerranéen, atypique et qu’un champion sait gagner partout. Je ne suis pas une grande fan, ce n’est pas ici où j’irais rouler par plaisir, mais ça va aller ! J’ai maintenant hâte de commencer les entraînements pour prendre mes marques. Ici, c’est magnifique et c’est vraiment sympa de découvrir un nouveau spot !”

Rudy Cabirou : “J’étais venu ici il y a plusieurs semaines pour découvrir et effectuer des premiers réglages. Je suis épaté de voir à quel point ils ont encore travaillé la piste. Je pense que ça ira, il va falloir gérer le matériel et la vitesse pour arriver à faire un bon temps !”

Côté mécanique, nous avons discuté avec Jack Roure, le mécano de Loïc Bruni, et il nous a donné une analyse particulièrement intéressante : “Je pense que ce tracé sera très compliqué et difficile à rouler car il te faut parfois de la vitesse et il y a aussi de grosses coupures où ça ne va pas passer rapidement. Puis d’un côté, c’est dur d’aller vite car c’est dangereux et il ne faut pas tomber sinon tu te fais mal avec toutes ces caillasses. D’un point de vue mécanique, cela va être également difficile de combiner les réglages vélo car il y a beaucoup d’endroits avec des marches où le vélo devra rester en haut. D’un autre côté, il y a plein de tapis de pierres où il ne faut pas que le vélo se verrouille. Cela va être chaud de trouver un mixte car il n’y a rien de trop dur techniquement mais tu as pas mal de contraintes de terrain. Les cailloux, les crevaisons, ça fait mal… le pilote va devoir être souple et le vélo va devoir être dynamique ! En fait, cela va être un bon petit casse-tête chinois à tout marier.”

Les entraînements commencent dès demain et on a hâte de les voir rouler ! Rendez-vous très vite pour la présentation des nouveautés matos sur cette coupe du Monde et les premières images des riders sur la piste !