Visite | Forestal : le futur du VAE ?

Tech
28 novembre 2021 — Léo Kervran

Forestal, tournée vers l’avenir

Avec Forestal, cela faisait un moment que cette visite était prévue. Il faut dire que la marque intrigue, entre ses revendications presque audacieuses quant aux performances de ses vélos, son lancement très rapide et sa technologie inédite, sur un segment aussi complexe que celui de l’e-bike. Finalement, c’est juste après le dernier Roc d’Azur que nous avons pris la direction de l’Andorre pour une visite singulière et plus qu’intéressante. On vous raconte :

Pour qui n’est pas habitué, l’arrivée sur Andorre-la-Vieille depuis la France est saisissante. Quelques minutes plus tôt, on était à plus de 2 400 m d’altitude sur le plus haut col routier des Pyrénées, le port d’Envalira, et nous voici maintenant face à une véritable ville coincée entre les montagnes, encore à plus de 1 000 m au-dessus du niveau de la mer.

C’est dans ce dédale de rues étroites, de petites échoppes et de gigantesques centres commerciaux que se cache Forestal. Si le voisin Commencal a fait le choix de s’installer à l’écart de cette “ruche”, plus haut vers les montagnes, les installations de Forestal se situent en pleine ville, dans ce qui était avant une ancienne concession automobile.

Des projets sont en cours pour retravailler l’image et la devanture mais aujourd’hui, on passe devant presque sans s’en apercevoir, sans réaliser qu’une part de l’avenir du vélo électrique se joue peut-être dans ce bâtiment. D’autant que l’accès se fait par l’arrière, dans une petite rue parallèle et via une simple porte de garage peinte avec le logo de la marque.

Dans la rue, on ne prend pas réellement la mesure des lieux mais à l’intérieur, c’est autre chose. Un peu moins de 50 personnes travaillent pour Forestal en Andorre alors que 8 niveaux de 1000 m² chacun composent l’édifice. Il y a de la place ! Seulement 6 de ces niveaux sont utilisés aujourd’hui mais le plan est bien de tous les exploiter d’ici quelques années, car la marque vise un maximum d’autonomie et compte produire ses cadres carbone en Andorre.

Cela, ce sont Damien Nosella et Mickaël Walch qui nous l’expliquent. Tous deux anciens de Production Privée, la petite marque qui s’est fait connaître pour ses belles réalisations en acier, ils ont rejoint Forestal au lancement du projet et s’occupent de la conception des vélos pour les deux marques, désormais sœurs.

D’ailleurs, Production Privée va évoluer dans les années à venir : sans dire adieu aux petites productions en acier, elle va se tourner de plus en plus vers les projets de recherche et développement, pour défricher de nouvelles manières de construire un vélo en jouant avec les matériaux.

C’est dans cet esprit qu’est né le vélo de descente en aluminium présenté en début d’année mais les choses iront encore plus loin sous peu. On a pu en avoir un petit aperçu et sans trop vous en dévoiler, on peut tout de même vous dire que les prochains modèles de la marque seront (très) intéressants…

Fait maison

Retour au carbone et à Forestal. Pour produire des cadres en carbone en Andorre et malgré tout se montrer (relativement) compétitif face aux autres marques, Forestal mise sur un autre procédé de fabrication (ci-dessus, les diverses machines de test des cadres), où un thermoplastique doit remplacer l’habituelle résine époxy.

Avantage, l’automatisation puisqu’à terme, lorsque tout sera mis en place dans le bâtiment d’Andorre-la-Vieille, la marque table sur une production de 8 000 cadres par an avec seulement 8 personnes pour s’en occuper (sans parler de la peinture ou de l’assemblage, faits par d’autres personnes à d’autres étages).

8 000 vélos par an, ce n’est pas énorme face aux autres marques mais Forestal ne souhaite pas s’engager sur ce terrain comme nous l’explique Rafael Gil-Perez, le brand manager de Forestal. Un homme expérimenté et fin connaisseur du milieu, déjà passé par plusieurs grandes marques de vélo avant de se lancer dans ce nouveau défi.

“Nous ne visons pas la grosse production” développe-t-il, “nous avons une exclusivité à maintenir. C’est comme comparer Lamborghini à Porsche, les deux font du haut de gamme mais Porsche est devenu presque courant aujourd’hui donc cela fait moins rêver que Lamborghini.”

Pour l’instant toutefois, Forestal n’en est pas encore là et l’étage qui sera dévolu à cette production est aujourd’hui utilisé pour les bureaux, les tests ou encore les labos de recherche et développement. Nous passons notamment par la salle dédiée à l’électronique, où est conçu le cœur de l’assistance Forestal.

Baptisé EonDrive, le moteur est co-développé avec Bafang pour la partie transmission mais toute l’électronique a été imaginée et développée par Forestal en Andorre. Vu les outils qui traînent dans la pièce, on imagine que tout n’a pas toujours été facile…

L’électronique, c’est un des éléments-clé des vélos Forestal. En effet, contrairement aux autres e-bikes du marché, l’unité centrale intègre ici une carte SIM, qui permet à la marque de communiquer à distance avec les vélos. Damien fait le parallèle avec les Tesla : on utilise le vélo normalement mais lorsqu’il est rangé dans le garage, il se met à jour automatiquement suivant les dernières données envoyées par l’usine.

Bien sûr, Forestal veut faire des vélos performants mais la marque a aussi pour objectif, surtout même, d’amener l’expérience utilisateur à un niveau encore jamais atteint dans le monde du vélo.

“VTT à pédalage assisté”

Pour en discuter, on retourne voir Rafael. Aux prémices du projet, c’est entre autres lui qui a insisté auprès de l’investisseur à l’origine de l’histoire pour que Forestal s’implique dès le début dans l’e-bike.

“Je me sens forcé d’utiliser le terme e-bike pour parler de nos vélos”. Rafael Gil-Perez, Brand Manager de Forestal

En effet, nous explique-t-il, “être une marque e-bike « native », c’est très fort pour l’image et la crédibilité sur le long terme”. Auprès de clients peu familiers du marché du vélo, une marque qui a toujours fait de l’assistance peut apparaître plus fiable, plus performante qu’une marque qui est arrivée sur le segment “sur le tard”, ou qui fait cohabiter les deux gammes.

D’ailleurs, on parle d’e-bike mais ce terme n’est pas vraiment au goût de Rafael pour désigner les Forestal : “Je préfère qu’on parle de VTT à pédalage assisté [“pedal assisted MTB” en anglais] plutôt que d’e-bike, ça décrit mieux nos vélos. Nos machines offrent des sensations plus proches d’un VTT classique que d’un gros e-bike. Je me sens forcé par le marché d’utiliser le terme e-bike pour parler de nos vélos mais ce n’est pas celui qui convient le mieux.” Intéressant.

Il divise les pratiquants en deux familles : celles et ceux qui cherchent un vélo avec assistance d’un côté ou la puissance et l’autonomie de l’autre. Pour lui, les premiers sont proches de l’activité VTT en elle-même tandis qu’il “ne sait pas comment cataloguer [les seconds] mais ce n’est pas du VTT au sens classique du terme”. On comprend vite lesquels vise Forestal…

Selon lui, “les gens n’achètent plus des vélos ou des composants aujourd’hui, ils achètent des  marques ou des expériences”. Pour Rafael, l’image et l’identité de la marque sont ainsi les premières questions à se poser au début d’un projet, avant même de parler produit ou cible visée. C’est la condition de base pour assurer le futur de la marque.

“On doit utiliser un langage que nos clients peuvent comprendre”

Il faut donc “penser au client dans sa vie de tous les jours, pas seulement sur le vélo” pour concevoir ladite expérience. De même, le choix du langage utilisé est important : “Même si nous sommes une marque high-tech, on doit utiliser un langage que nos clients peuvent comprendre.” Pour illustrer son propos, il prend l’exemple d’Apple et de la sortie de l’Iphone 11 avec ses 3 objectifs pour l’appareil photo. Pas d’infos techniques pointues peu claires et qui ne restent pas dans les esprits mais une phrase simple et qui parle à tout le monde : “Désormais, vous ne raterez plus jamais une photo.”

Avec ces éléments, on comprend aussi mieux la notion de marque “e-bike native”. C’est encore dans cette optique qu’a été fait le choix de développer son propre système d’assistance : “On est la seule marque avec cette assistance, donc on est complètement différent des autres. En termes de valeur ajoutée, c’est énorme. Choisir Bosch, cela aurait bien sûr été plus facile mais aujourd’hui, les marques qui font cela perdent leur identité (à quelques exceptions près).”

“Les gens qui achètent un vélo électrique n’achètent plus une marque de vélo, ils achètent un moteur. Le concepteur du cadre, du châssis, n’existe plus.” Pas sûr que tout le monde soit d’accord avec ça dans le milieu mais il faut reconnaître une certaine part de vérité dans ce constat, les magasins pourront en témoigner. Ce mode de réflexion bien particulier est propre au monde du vélo puisque comme il le souligne, “regardez le monde de la moto : cela n’a rien à voir, chaque marque a son moteur et joue là-dessus”.

Des ambitions élevées

Sur le papier, cela peut sembler fou de se dresser ainsi face aux mastodontes du marché mais sur le terrain, cela fonctionne (très) bien comme nous avons pu le constater. Heureusement d’ailleurs, car les ambitions de la marque sont élevées. Nouvel exemple, nouvelle marque connue de tous avec cette fois un parallèle surprenant mais très efficace avec Tipex.

Il faudrait parler d’un correcteur mais beaucoup d’entre nous désignent ce petit outil comme un Tipex, peu importe sa véritable marque. Dans le vélo, cela fonctionne aussi avec Garmin vis-à-vis des compteurs de manière générale. Pour Rafael, “si Forestal accède au même stade un jour ce sera génial, on aura plus que réussi notre pari”.

Il faut dire que la marque se donne les moyens de ses ambitions : 4 cadres et 5 modèles présentés dès sa première année d’existence, un positionnement résolument haut de gamme, bientôt une production sur place… Voir si gros dès le début, cela peut surprendre mais selon Rafael, c’est la voie à suivre :“Si vous vous lancez dans un marché très compétitif, voir grand réduit les chances d’échouer.”

D’autant que Forestal a le temps de son côté : aucun objectif de rentabilité à court terme n’est fixé. “On doit penser à long terme” explique Rafael, qui ajoute qu’un retour sur investissement n’est attendu que dans les 7 à 8 ans à venir.

En attendant, la marque cultive son image et continue de travailler sur de nouveaux projets. Parmi eux, la synchronisation de l’assistance avec un cardiofréquencemètre, pour un mode “automatique” qui répondrait parfaitement à l’effort fourni par le ou la pilote… “Nous conserverons le design des vélos et le hardware (les composants physiques de l’assistance) pour au moins 3 ans sur chaque modèle, peut-être plus.”

“On préfère travailler sur les mises à jour du logiciel, cela nous permet de réellement proposer un nouveau produit en gardant le même cadre.” Forcément, c’est intéressant pour la marque qui n’a pas à ouvrir de nouveaux moules mais cela profite aussi aux pratiquants, qui gardent un vélo à la pointe sans avoir à changer quoi que ce soit.

Tout beau tout rose chez Forestal, vraiment ? Il faut reconnaître à la marque et à Rafael un certain talent pour voir les bons côtés des situations difficiles, jusqu’à la pandémie de Covid-19 : si cela a ralenti leur développement et retardé leur production comme partout ailleurs, cela leur a aussi permis d’avancer leurs développements pendant que le reste de l’industrie présentait moins de nouveautés, était “en pause”. Autre intérêt, plus indirect, l’engouement qui en a découlé pour le vélo de manière générale crée plus de clients potentiels pour Forestal, donc probablement de nouveaux clients à moyens terme.

“Les problèmes d’approvisionnement sur les composants vélo, c’est un jeu d’enfant par rapport aux semi-conducteurs.”

Néanmoins, la marque reste réaliste et confrontée à certaines contraintes. A ce sujet, Rafael évoque notamment le marché des semi-conducteurs : “Les problèmes d’approvisionnement sur les suspensions, les transmissions, c’est un jeu d’enfant par rapport à ce qui se passe avec les semi-conducteurs. Notre chance, d’une certaine façon, c’est qu’on ne commande que de petites quantités donc on est moins affectés que d’autres mais tout de même : pour certains composants, les prix sont passés de 5 $ à 130 $ !”

Et ce n’est pas tout : “L’autre problème, c’est qu’il y a beaucoup de fournisseurs et pas de « marque » de composant, juste des références. Conséquence, il n’y a pas de qualité constante, moins de fiabilité, tout dépend du fournisseur.”

Une fiabilité aléatoire qui peut entraîner des problèmes sur les vélos pas toujours évidents à détecter avant que ce ne soit “trop tard”. Ainsi, Forestal doit actuellement faire face à des soucis d’écrans qui s’éteignent en pleine sortie, heureusement sans que cela n’affecte le reste du système (l’assistance reste allumée et tout fonctionne toujours).

Toutefois, la transparence est un autre pilier de l’image de la marque et Forestal ne cherche pas à cacher ce problème. Si un client en est victime, la marque offre ainsi de reprendre le vélo plutôt que de remplacer simplement la pièce défectueuse, si le client le souhaite et en attendant une solution définitive. Aujourd’hui, personne n’a encore choisi cette option.

Belle découverte que cette visite chez Forestal. Avant de venir, on ne savait pas trop à quoi s’attendre mais la marque a quand même réussi à nous surprendre. D’abord par le lieu, gigantesque pour si peu de personnes, à la fois entrepôt, laboratoire, usine et bureaux. Un véritable “éco-système” industriel comme aime le dire Damien Nosella, amené à se développer de manière significative dans les mois et années à venir. Ensuite par sa vision des choses, forte mais pleinement assumée. Toutefois, avec autant de personnes expérimentées à la barre, nous n’avons aucun doute sur le fait que Forestal sait où elle va.

Comme nous l’a glissé Rafael au cours de notre discussion, l’idée est de “faire quelque chose de nouveau mais pas avec des gens nouveaux”. La marque n’en est qu’au début de son histoire mais elle pourrait bien marquer rapidement et durablement le monde du vélo à assistance électrique. Reste à savoir ce que ses produits valent sur les sentiers et pour ça, on vous invite à passer à la page suivante !

Plus d’informations : forestal.com