Test Ride #17 | Gants Bluegrass, tige de selle PRO 170mm & gilet Van Rysel

Tech
2 mai 2020 — Christophe Bortels

Gilet coupe-vent Van Rysel Ultralight : petit prix, grande polyvalence

Van Rysel est synonyme de produits pour les cyclosportifs chez Decathlon, mais ça vaut parfois la peine de voir plus loin que ces segmentations. C’est notamment le cas pour ce gilet coupe-vent Ultralight proposé à un prix particulièrement intéressant. Decathlon aurait-il une fois de plus frappé fort, avec un produit aussi très pertinent pour le VTT ?

Depuis début 2019, Van Rysel (littéralement « de Lille » en néerlandais, ce qui s’explique car le bureau R&D de la marque est situé dans cette ville du Nord) est le nom des produits vélo du géant Decathlon destinés aux cyclosportifs, que ce soient les vélos eux-mêmes, les équipements ou le textile, à l’instar de Rockrider pour le VTT ou Triban pour le cyclotourisme. Mais comme on le verra un peu plus loin, l’appellation ne fait pas tout et ce coupe-vent sans manches ne se limite pas à un usage route puisqu’il est parfaitement adapté au tout-terrain.

Une fois de plus, c’est au niveau du tarif que Decathlon frappe fort d’emblée avec un produit affiché à 25€, alors qu’il faut souvent débourser au moins le double, le triple voire plus encore chez la concurrence spécialisée dans les vêtements techniques pour le vélo. Pour autant, ce prix très doux ne se ressent pas vraiment une fois la veste en main avec une qualité perçue plus que correcte. L’ensemble est certes très léger et très fin, mais c’est par définition ce qu’on attend de ce genre de produit minimaliste généralement destiné à être rangé dans une poche. Ni tout à fait mat, ni vraiment brillant, le tissu permet en tout cas d’éviter l’effet “sac poubelle” esthétiquement très discutable.

A l’avant, on retrouve ce qui fait le cœur même d’une veste coupe-vent : le panneau en matériau technique qui a pour but de… couper le vent, évidemment, un tissu très fin que Decathlon appelle Degree et qu’on retrouve également au niveau du col et du bas du dos. La partie supérieure du dos est quant à elle composée de mesh pour assurer la respirabilité. Entre les deux, une ouverture permet d’accéder aux poches arrière du maillot, tandis qu’on retrouve sur les flancs du vêtement de longs et fins panneaux en stretch pour le confort et la liberté de mouvement. D’élasticité, il est également question au niveau des ouvertures pour les bras ainsi qu’au bas de la veste, ce qui permet d’éviter les courants d’air. La fermeture éclair est quant à elle signée YKK (un grand nom du secteur) et le curseur vient se loger dans un « garage à zip » au niveau du cou.

Le noir, c’est sobre, plutôt classe et ça va à peu près avec tout, mais on aurait aimé des déclinaisons en jaune fluo pour la visibilité, voire en d’autres couleurs pour ceux qui préfèrent. Chose étonnante, la Van Rysel Ultralight avec manches longues est pourtant bien proposée en 4 coloris, elle. Sur notre version sans manches noire, la seule disponible donc, trois éléments sont réfléchissants : le logo Van Rysel sur la poitrine, celui au-dessus des fesses ainsi qu’une petite bande à l’arrière du col. Il ne faudra donc pas trop compter sur ce coupe-vent pour être vu…

Petite astuce pas si anodine : un petit compartiment intérieur permet de retourner la veste sur elle-même et de la compacter en forme de boudin d’à peu près 13cm sur 7cm (pour un poids de 98 g en taille M), ce qui permet de la ranger assez facilement dans une poche de maillot ou de protection dorsale. Étonnamment, la version pour femme (affichée au même tarif) ne dispose pas de cette petite poche pourtant bien pratique.

Gilet coupe-vent Van Rysel Ultralight : le test terrain

L’utilisation type de ce genre de gilet coupe-vent, c’est la descente de col, histoire de ne pas se refroidir après avoir transpiré dans la montée. Mais ça ne serait pas faire honneur à sa polyvalence de limiter l’usage du Van Rysel Ultralight à ce cas de figure. Pour notre part, nous l’avons utilisé tout au long de l’année dans une multitude de circonstances, typiquement quand il fait trop frais pour rouler uniquement en maillot manches longues, mais trop chaud pour rouler avec une veste complète, autrement dit avec manches. On peut ainsi se protéger de la petite fraîcheur de fond de vallée quand on commence sa sortie, ou de celle d’altitude lors d’une journée de navettes voire même de bikepark. Sa compacité lui permet d’être rangée facilement dans une poche si les températures remontent en cours de journée, mais l’arrière bien aéré n’empêche pas de la garder toute une sortie en évitant l’effet cocotte-minute. La coupe est bonne, ajustée mais pas trop, et le gilet se fait complètement oublier à l’usage, même lors de sorties enduro où on est parfois très mobile sur le vélo.

Niveau protection, difficile de dire si le tissu Degree de Decathlon est aussi efficace que le célèbre Windstopper de Gore. Le Van Rysel Ultralight fait en tout cas le job sans problème et coupe effectivement l’air frais qui pourrait refroidir le buste. Le gilet coupe-vent à toutefois ses limites, et ce n’est pas propre à ce modèle : si au coeur de l’hiver il pourra être porté en sortie VTT nerveuse où on se tient chaud, oubliez-le sur la route, c’est la garantie de prendre froid en l’absence de protection sur les bras. Oui, c’est du vécu…

Rien à signaler en ce qui concerne la durabilité, nous n’avons pas abimé le gilet malgré plusieurs chutes à VTT. Bien entendu, sa conception sans manches limite les possibilités de dégâts puisque c’est généralement au niveau des coudes que les vestes souffrent le plus. Seule la fermeture éclair un peu fine et pas très fluide n’inspire pas totalement confiance, mais elle ne nous a pas fait défaut en un an d’utilisation.

Pour terminer, un petit mot sur la taille. Notre morphologie nous oblige la plupart du temps à porter du Small. Pour ce gilet, nous avons pourtant opté pour du Medium, qui restait toutefois relativement près du corps tout en permettant un port au-dessus d’un maillot et/ou d’une dorsale. Que ce soit pour des vêtements, des chaussures ou des protections, nous vous recommandons toujours de tester en magasin avant l’achat si c’est possible.

Verdict

Le gilet coupe-vent, c’est le genre de produit qu’on regrette de ne pas avoir découvert plus tôt tant il s’avère utile tout au long de l’année. Si en plus il se montre agréable à porter, plutôt joli et vraiment pas cher comme ce Van Rysel Ultralight, il n’y a vraiment plus aucune raison de s’en priver ! Dommage que Decathlon ne le décline pas dans d’autres couleurs, histoire notamment d’augmenter la visibilité un peu négligée sur cette version noire (la seule disponible), et que la déclinaison pour femme fasse l’impasse sur la poche de rangement.

Gilet coupe-vent Van Rysel Ultralight

  • Efficace
  • Léger et compact
  • Coupe et look réussis
  • Polyvalence
  • Dispo uniquement en noir
  • Version femme sans poche de rangement
  • RAS
Note générale
Évaluation du testeur
Prix d'excellence
Coup de coeur
Rapport qualité / prix
Usage recommandé
  • XC
  • TR
  • EN
  • DH
Prix : 25€
Poids : 98 g

Plus d’informations : decathlon.fr