Test Ride #17 | Gants Bluegrass, tige de selle PRO 170mm & gilet Van Rysel

Tech
2 mai 2020 — Christophe Bortels

Tige de selle PRO Koryak 170mm : des qualités et un gros bémol

Avec désormais davantage de déclinaisons, la tige de selle téléscopique proposée par Shimano / PRO ne manque a priori pas d’arguments face à la concurrence, à commencer par celui du tarif. Mais une fois mise à l’épreuve du terrain, et malgré des premières impressions prometteuses, tout ne s’est pas passé aussi bien qu’on pouvait l’espérer…

En 2016, Shimano se lançait – via sa marque de périphériques PRO – sur le marché de la tige de selle téléscopique, avec une petite déception : la Koryak n’était alors disponible qu’en 120mm de course. Une valeur un peu juste pour une pratique enduro où on ne crache généralement pas sur du 150mm, voire plus si le cadre le permet. PRO a depuis complété son offre et décline désormais sa Koryak en trois autres débattements : 70mm en 27.2 pour le XC et gravel (avec routage du câble en externe uniquement), 150mm (30.9 ou 31.6, routage interne ou externe) et 170mm (30.9 ou 31.6, routage interne uniquement). C’est cette dernière version que nous avons testée.

Comme pour la 120mm, on retrouve toujours un système à cartouche d’air sur les trois nouvelles déclinaisons, ainsi qu’un chariot de selle sans recul composé de deux coupelles et une unique vis de serrage. Une conception a priori simple mais qui, on le verra un peu plus loin, n’est pas sans conséquence une fois sur le terrain…

Lors d’une visite chez Shimano France, nous avons pu passer les 70mm (27.2), 150mm (31.6) et 170mm (31.6) sur notre balance. Si la plus petite n’est pas vraiment légère avec 605g, les 150 et 170 se défendent plutôt bien avec un poids de respectivement 530g et 561g. Pour la plus longue, c’est même 76g de moins qu’une Fox Transfer 175mm 31.6 (637g) que nous avons testée au même moment. Au niveau des mensurations, PRO et Fox font jeu égal ou presque en ce qui concerne la sortie de selle avec 231mm entre le bas du collier et les rails de selle pour la Koryak, contre 233mm pour la Transfer malgré ses 5mm de course de plus, et même 10mm puisque la PRO développe en réalité 165mm, et pas 170 comme annoncé. Fox fait un peu mieux au niveau de la hauteur du collier de selle (23mm vs 27mm), mais PRO reprend la main et gagne finalement le match de la longueur grâce à une partie inférieure – celle à insérer dans le cadre (mesurée à partir du bas du collier) – 2cm plus courte que la Fox (278mm vs 298mm).

Enfin, PRO frappe fort niveau prix avec des tarifs officiels allant de 214,99€ pour la Koryak 70mm/27.2 à 269,99€ pour la Koryak 170mm. Comme souvent, il est possible de trouver encore moins cher sur Internet et même de passer sous la barre des… 200€, y compris pour la 170 ! Mais le tarif ne fait évidemment pas tout, reste à voir ce que cette tige de selle vaut sur le terrain…

Mais avant ça, un petit mot sur la commande, ou plutôt les commandes, puisque PRO propose une version universelle à levier vertical (au centre sur la photo) – compatible avec un shifter de dérailleur avant -, une version plus moderne 1X “façon shifter” à levier horizontal (à droite sur la photo) avec fixation à collier ou iSpec II, ainsi qu’une commande du même type mais plus haut de gamme et montée sur roulement (à gauche sur la photo), appartenant au groupe XTR et qui se monte en I-Spec EV uniquement. C’est cette dernière que nous avons testée, mais la Koryak 170mm est de base fournie avec la commande 1X, tout comme la 150mm à routage interne, tandis que les autres déclinaisons sont livrées avec la commande universelle.

Tige de selle PRO Koryak : le test terrain

Le montage ne pose pas vraiment de problème en soi. Le plomb du câble se trouve côté tige de selle, une bonne chose tant pour la mise en place que le réglage final, mais ce plomb a tendance à se déloger facilement de son emplacement tant que le câble n’est pas en tension. Une fois la gaîne passée dans le cadre, on vous conseille donc de déjà mettre le système légèrement en tension en fixant le câble à la commande, histoire que le plomb ne sorte pas de son logement quand on enfonce la tige de selle dans le cadre…

A l’usage, la Koryak fait ce qu’on attend d’une tige de selle téléscopique moderne. Elle est fluide à la descente, malgré un creux étrange en toute fin de course auquel on s’habitue toutefois assez rapidement, tandis que la remontée, sans être la plus foudroyante du marché, se fait plutôt rapidement et se conclut par un “klonk !” bien audible qui nous confirme que la tige de selle s’est bien déployée totalement. La course de 170mm (165mm en réalité comme indiqué plus haut) est impressionnnante et offre un dégagement très appréciable, mais une telle sortie de selle et une telle longueur d’insertion ne sont pas compatibles avec tous les cadres, autant s’en assurer avant l’achat. En statique, un léger jeu est perceptible en rotation, mais il ne se sent absolument pas une fois en selle et il n’a pas empiré au fil du temps. La Koryak ne nous a d’ailleurs pour l’instant posé aucun problème de fiabilité après plusieurs mois de test dans des conditions variables. Toutefois, en cas de souci, la cartouche est remplaçable, il n’est par contre pas possible de l’entretenir ou de la régler (pour modifier la vitesse de remontée par exemple).

Pas chère, fluide, a priori fiable : jusque là, PRO a semble-t-il frappé très fort avec une tige de selle irréprochable ! Vraiment ? Peut-être pas tant que ça finalement… Une sortie enduro, une réception un peu hasardeuse, les fesses qui tapent fort sur l’arrière de la selle, et c’est un gros “CRAC !” qui retentit. Inquiets, on se demande ce qu’on a bien pu casser. C’est en réalité le chariot de selle qui a bougé, le bec de selle pointant désormais vers le haut. On avait pourtant mis la vis de serrage au couple recommandé, à savoir 15Nm. Hélas, malgré le respect du couple – et même en serrant plus encore -, le problème se répétera lors de chocs divers, que ce soit au pédalage sur un trou qu’on n’a pas vu arriver ou en revenant sur la selle après un stoppie par exemple. Et ce, toujours accompagné d’un gros craquement inquiétant.

C’est d’autant plus handicapant qu’il est alors généralement impossible de remettre la selle à l’horizontale à la main. Il faut désserrer la vis – fort serrée de base donc -, puis la resserrer tout aussi fort, ce qui n’est pas toujours faisable avec un multi-outils… Voilà un souci particulièrement rédhibitoire, qui découle en réalité d’un problème de conception : si sur certains chariots de selle de ce type des canelures empêchent la selle de basculer une fois la ou les vis serrées, ce n’est pas le cas ici où on retrouve simplement des surfaces lisses contre d’autres surfaces lisses. Un choix qui, on le voit, a ses limites, et que Shimano devrait absolument reconsidérer…

La commande XTR ne nous a pas totalement convaincus non plus. Sa qualité de fabrication et sa finition sont pourtant irréprochables et son montage sur roulement présageait d’une bonne souplesse sous le pouce. Hélas, c’est surtout une sensation de dureté qu’on retrouve, la faute à sa taille très compacte qui donne un bras de levier particulièrement court, imposant un gros effort au niveau du pouce pour l’actionner. Ce sentiment est renforcé par la présence d’un petit ressort qui ramène le levier dans sa position initiale. Ce ressort n’est pourtant pas nécessaire puisque le mécanisme au bas de la tige de selle “tire” déjà sur le câble une fois la commande relâchée. Et malgré la fixation I-Spec EV sur le levier de frein – qui permet une bonne latitude de réglage tant en hauteur que latéralement -, nous ne sommes jamais vraiment arrivés à positionner la commande pour qu’elle tombe sous le pouce comme on le souhaitait. En cause, un levier trop proche du cintre par rapport à un shifter Shimano par exemple, mais aussi à sa forme et à son orientation… Nous avons aussi eu l’occasion de tester brièvement la commande 1X, fournie avec certaines références. Résultat, plus de souplesse et une meilleure ergonomie, mais un manque de rigidité quand on actionne le levier. Pour l’instant, notre référence dans ce domaine reste la commande proposée par Wolf Tooth, compatible avec la plupart des tiges de selle à commande par câble du marché, dont la Koryak testée ici.

Verdict

Cette Koryak avait tout pour être un best seller sur le marché de la tige de selle téléscopique, que ce soit au niveau de sa qualité de fonctionnement global, de son poids et bien sûr de son tarif particulièrement agressif. Mais Shimano a hélas gâché ce joli tableau avec un chariot de selle simple sur le papier, mais qui se révèle très mal conçu une fois soumis aux contraintes du terrain. En attendant que la marque revoie sa copie, il nous est difficile de recommander ce produit.

Plus d’informations : www.pro-bikegear.com

Tige de selle PRO Koryak 170mm

  • Fonctionnement global
  • Prix
  • Creux en fin de course
  • Commande XTR perfectible
  • Conception du chariot à revoir absolument
Note générale
Évaluation du testeur
Prix d'excellence
Coup de coeur
Rapport qualité / prix
Usage recommandé
  • XC
  • TR
  • EN
  • DH
Prix : 269,99€
Poids : 561 g