Test nouveauté | Rockrider XC900S : un full carbone en 120mm à moins de 2000€ !

Tech
11 juin 2019 — Olivier Béart

Une nouvelle fois, Décathlon frappe fort avec son tout nouveau Rockrider XC900S, un full suspendu en carbone proposé à moins de 2000€. Disposant de 120mm de débattement, il se destine à une pratique XC/marathon. Vojo a eu l’occasion de l’essayer en Espagne lors de la présentation. Voici ce qu’il faut retenir et nos premières impressions.

Depuis le Rafal 900S, qui avait été un des tout premiers vélos testés par Vojo en 2014, la division VTT du géant Décathlon n’avait plus sorti de grosses nouveautés en matière de full suspendu XC haut de gamme. Après avoir (bien) modernisé ses semi-rigides XC500 en alu (voir notre test ici) et XC900 en carbone (voir notre prise en main ici), voici que le voile se lève sur le très attendu Rockrider XC900S !

Destiné à une pratique XC/Marathon, il dispose d’un triangle avant et d’une biellette en carbone. Le triangle arrière, repris du XC100S, reste en alu, mais Rockrider annonce un poids de 2200g pour son cadre sans amortisseur, ce qui reste un joli score… surtout au vu du tarif ! La marque reste en effet fidèle à son habitude de rapport qualité/prix très agressif en proposant le vélo complet tel que montré ici à 1899€ !

Côté suspension, exit la cinématique NEUF, on retrouve ici un plus classique 4 bar linkage, comme sur le XC100S alu sorti l’an dernier et avec qui il partage son bras arrière en alu comme dit un peu plus haut. Mais la biellette est différente et la cinématique a été optimisée pour un usage plus sportif et orienté compétition/performance.

Au niveau de l’amortisseur, Rockrider reste fidèle à Manitou avec le Radium équipé d’un blocage au guidon à 3 positions. Il s’agit toujours de la fameuse poignée tournante développée par Rockrider, mais c’est une nouvelle version plus ergonomique qui équipera les versions de série (nos modèles d’essai pour la présentation étaient encore équipés de l’ancienne commande dont nous avons déjà à plusieurs reprise critiqué la forme et la prise en main).

Cette nouvelle commande, toujours sous forme de poignée tournante mais plus large, actionne simultanément le blocage de l’amortisseur et de la fourche en mode ouvert/plateforme de pédalage (compression plus ferme mais pas bloquée)/blocage complet. Pour ceux qui connaissent, il s’agit d’un système très proche de celui lancé par RockShox il y a déjà deux saisons… mais dont Rockrider aurait la primeur et la paternité au niveau du brevet.

Soigné et racé, le triangle avant en carbone intègre un passage interne de câble uniquement pour le dérailleur arrière. Une trappe au niveau du boîtier de pédalier permet de passer facilement cette zone souvent difficile et de diriger le câble vers le bras arrière sans difficulté. La Durit de frein arrière reste en externe avec un passage discret sous le tube diagonal, ce qui est une bonne idée pour l’accessibilité. Idem pour le câble du lockout de l’amortisseur, qui est cependant moins discret.

Pour le reste, l’axe arrière est en Boost 148 et, même si Rockrider n’en fait pas vraiment la promotion vu l’usage plus typé performance de ce modèle et les roues 29″ montées d’origine, le XC900S est compatible avec des roues de 27,5+ (concept Swith&Ride). Le boîtier de pédalier est en Pressfit BB92 et le tube de selle en diamètre 31,6 pour recevoir une tige de selle télescopique facilement (un passage est aussi prévu dans le cadre pour la commande). Il n’est compatible qu’avec les pédaliers mono-plateau et il ne peut recevoir qu’un seul bidon.

Géométrie

La marque a montré de belle choses en matière de géométrie sur ses semi-rigides et le nouveau Rockrider XC900S full suspendu, proposé en 4 tailles, s’inscrit dans la même veine. Il n’y a rien d’avant-gardiste, mais on est dans les bonnes valeurs des vélos contemporains dans le segment, avec notamment un angle de direction de 68°.

Le reach (profondeur du cadre) reste assez court avec 420mm en taille M. Pour nos 178cm, nous nous sommes d’ailleurs dirigés vers la taille L en changeant la potence par celle d’un M (70mm contre 80mm) afin de trouver une position parfaite. On remarque aussi que l’angle de selle est moins redressé que sur beaucoup de productions récentes, et que les bases restent assez longues (446mm), ce qui dénote une certaine volonté de polyvalence, d’accessibilité et de confort de la part de Rockrider, plutôt qu’une recherche de la performance pure à tout prix.

Equipement

Malgré un tarif serré de 1899€, le Rockrider XC900S reçoit un équipement assez homogène et paré pour un usage intensif. C’est le cas notamment au niveau de la transmission Sram GX Eagle 12 vitesses, avec cassette 10-50 et plateau de 34 dents qui permettent de retrouver une plage de développements proche du double plateau et qui pourra convenir à un large spectre de pratiquants.

La fourche RockShox Reba RL est en 120mm et équipée d’un blocage au guidon à 3 positions, qui s’actionne simultanément avec l’amortisseur. Les freins proviennent également du groupe Sram, avec les Level T, basiques et pas hyper puissants, mais qui seront néanmoins suffisants pour beaucoup et qui permettent déjà de disposer de leviers avec une bonne ergonomie. Ils pourront néanmoins faire l’objet d’un upgrade par la suite.

Les roues jouent aussi la carte du compromis. Pour le prix, c’est déjà bien de disposer de Mavic CrossMax avec des jantes de 25mm de large adaptées au programme. Elles ne sont cependant pas légères et à 1930g la paire, on a là une belle piste d’allègement de la machine. Les pneus Hutchinson Skeleton en 2.1, légers, plutôt solides et au rendement excellent, rattrapent bien le coup au niveau de l’inertie et donnent un petit coup de boost aux performances.

Le reste des équipements est maison, avec un cintre alu en 720mm très classique, une belle potence en 70mm sur les vélos en taille S et M, 80mm en L et 90mm en XL. La tige de selle en alu avec recul pourra être (comme le cintre) avantageusement remplacée par un modèle en carbone dans le cadre d’upgrades futurs sur la machine. Ou alors on peut opter pour une tige de selle télescopique, qui peut s’avérer être un très bon choix pour le plaisir de pilotage, la sécurité et l’efficacité. A noter que la selle d’origine, développée par Rockrider, se montre plutôt très agréable pour le fessier, avec un beau compromis performance/confort.

L’ensemble est annoncé à 12kg en taille M et est disponible dès à présent en ligne et dans les principaux magasins Décathlon. Enfourchons maintenant l’engin pour voir ce qu’il vaut sur le terrain !

Rockrider XC900S : le test terrain

Comme pour les semi-rigides carbone XC900 et XC920, notre première prise en main a eu lieu en début d’année dans la région d’Altea, en Espagne, sur des chemins secs, poussiéreux et très rocailleux. Nous avons été accueillis par la petite équipe d’une dizaine de personnes en charge de la marque et du développement de ce modèle. Même si cette première prise en main a été brève (une demi-journée et une trentaine de kilomètres), nous avons déjà eu l’occasion d’en tirer quelques premiers enseignements.

Tout d’abord, même si ce n’est pas un poids plume avec ses 12kg, le Rockrider XC900S a déjà un excellent rendement dans sa configuration strictement d’origine. Il répond bien à l’accélération et donne une belle impression de dynamisme, même s’il faut bien prendre soin de placer les suspensions au moins dans la position intermédiaire pour limiter leurs mouvements.

A allure stabilisée, le XC900S roule sans effort et, suspensions ouvertes, on jouit d’un excellent confort qui permet d’envisager sans retenue un usage sur de longues distances. Quand on veut “placer une mine”, on sent que le bras arrière n’est pas hyper rigide et il est difficile de cacher qu’il a été repris d’un vélo plus orienté rando (le XC100S), mais l’ensemble reste performant et cohérent.

En montée technique, le grip est très bon et, si on place l’amortisseur en mode intermédiaire, cela permet d’éviter un affaissement de l’arrière. On aurait aimé un angle de selle plus redressé et une tige de selle sans recul pour pouvoir charger plus l’avant et basculer le bassin dans une position davantage propice aux passages en force sur le bec de selle, mais il n’y a rien de rédhibitoire et il est probable que beaucoup de bikers intéressés par ce modèle s’en accommoderont très bien.

Même s’il a tendance à rentrer fort vite dans son débattement et à s’enfoncer trop en côte pour le rouler en position ouverte dans ces circonstances, l’amortisseur Manitou nous a agréablement surpris en descente et dans les portions cassantes. Il n’a pas le raffinement d’un Fox ou d’un RockShox haut de gamme, mais quand on se souvient du prix auquel le Rockrider XC900S est vendu, on se dit que ce petit Manitou Radium n’a rien de ridicule.


Dans les portions descendantes et les petits singles sinueux de notre parcours, le vélo s’est montré sain et rassurant, avec un petit côté joueur bien agréable. On peut ressentir une certaine souplesse de l’arrière, mais bien moindre que sur le XC100S grâce aux connexions renforcées avec le triangle avant en carbone, lui aussi bien plus rigide. Ce petit reste de souplesse est même un atout dans les portions chaotiques ou les dévers, où on sent le cadre accompagner les reliefs du terrain et se donner légèrement pour faciliter la vie du pilote.

Le choix d’un débattement de 120mm nous semble aussi très pertinent car il ne fait perdre que très peu en rendement pur, un domaine où le XC900S aura de toute façon du mal à rivaliser avec les stars du segment (Scott Spark RC, Specialized Epic, etc. – tous affiché à des tarifs bien plus élevés), mais il ouvre de belles perspectives en matière de confort et de performance/facilité dans le technique.

Verdict

Avec son XC900S, Rockrider fait un retour gagnant dans le segment très porteur des fulls de XC/marathon. Il ne s’agit pas du plus performant de sa catégorie, mais c’est un vélo homogène, performant, confortable et accessible qui est proposé à un tarif quasiment sans aucune concurrence. Pour un prix bien inférieur à celui d’un cadre seul chez la plupart des grandes marques, on dispose d’un vélo complet qui sera une excellente base pour débuter et qu’on pourra faire évoluer par la suite selon ses envies et son budget. C’est bien là où on attendait la marque vtt du groupe Décathlon et pour cela le contrat est parfaitement rempli.

Plus d’infos : https://www.decathlon.fr/vtt-xc-900-s-29-id_8545706.html

(NB : le site de la marque était encore en cours de mise à jour au moment de la mise en ligne de cet article, en indiquant le Rockrider XC900S comme étant en rupture de stock mais il nous a été confirmé que cela serait rapidement réglé car le vélo est bel et bien disponible)