Test gamme | Freins Sram Level TL, TLM & Ultimate

Tech
16 mai 2018 — Olivier Béart

Sram Level ULT : luxe et légèreté

Comme leur nom l’indique, avec les Sram Level ULT (pour Ultimate), on ne se refuse plus rien. Et qu’importe si l’addition explose ! Leviers carbone montés sur roulements, visserie titane, disques flottants : rien n’est trop beau. Mais mis à part pour la beauté du geste, le jeu en vaut-il la chandelle ? Réponse avec notre test :

Tout se joue dans le détail, mais les différences entre les freins Sram Level ULT et les TLM sont très nombreuses. Au niveau des commandes, la modification la plus visible concerne l’adoption de leviers en carbone. Outre le côté luxe et le (petit) gain de poids, ils offrent aussi une surface de contact un peu plus importante que leurs homologues en alu et on peut ressentir une petite différence de toucher car ils semblent un poil plus souples. Ceux qui aiment les freins très progressifs et qui aiment doser finement le contact des plaquettes avec le disque apprécieront.

On constate aussi que le levier carbone est relié au maître-cylindre par un pivot monté sur roulements. Cela peut sembler gadget, mais en pratique ça ne l’est pas tant que cela. Au début, la différence est minime, mais c’est au fil des mois et des kilomètres qu’on apprécie la présence de ces petites billes, puisque les leviers ne prennent aucun jeu (contrairement aux TLM) et la même fluidité demeure avec le temps.

Les étriers sont bien entendu les nouveaux ensembles monobloc, qui ajoutent juste des vis en titane avec empreinte Torx. La peinture des Sram Level ULT s’est avérée bien plus solide que sur les TLM. Brillante, elle semble plus profonde que la version matte.

Sur la balance, le gain de poids est faible par rapport aux TLM : à peine 12g si on ne prend en compte qu’un ensemble avant. Mais il faut aller voir plus loin !

Si on additionne les disques avec étoile en aluminium et la visserie complète en titane, on arrive à 45g de différence par frein. Sur un XC haut de gamme, ça commence à compter ! Les Sram Level ne battent pas de record et sont un peu plus lourds que des Magura MT8 ou des Shimano XTR, mais on reste sur des freins très légers malgré tout, et qui ont bien leur place sur un beau montage haut de gamme. Heureusement, car tous ces petits détails font grimper l’addition à 324€ par frein.

Sram level ULT : le test terrain

Les freins Sram Level ULT sont sans aucun doute ceux avec lesquels nous avons le plus roulé dans la gamme. Nous avons passé plus d’un an en leur compagnie sur le Scott Spark avec lequel nous avons roulé le Cape Epic 2017 et encore bien d’autres beaux événements ensuite. Ils ont accumulé largement plus de 2000km, ce qui nous permet d’avoir un bon recul également au niveau usure et fiabilité.

Au niveau du fonctionnement et de la puissance, on est sur les mêmes bases qu’avec le TLM, c’est-à-dire très bonnes. Les freins Sram Level ULT ne sont pas les plus puissants du marché, mais pour un usage XC, il y a très largement ce qu’il faut. Plus encore que les TLM, c’est par la qualité du toucher des leviers qu’ils se distinguent. Pour nous, ont atteint la perfection. On sent parfaitement les freins sous les doigts, on dose la puissance avec précision, et les leviers carbone un peu plus larges rendent les choses encore un poil plus agréables.

Pendant quasiment toute la durée du test, nous avons filé un amour parfait avec nos freins Sram Level ULT et nous n’y avons pas touché pendant un an. Les plaquettes, même utilisées en hiver, se sont montrées très résistantes à l’usure tout en restant mordantes et efficaces. Mais il n’y a pas de miracle, au bout d’un moment, il faut changer. Normal, mais quelques sorties après ce changement, qui a nécessité de repousser les pistons au niveau de l’étrier, nous avons récupéré les freins bloqués, sans aucune garde, en reprenant le vélo dans le garage après l’avoir laissé au repos une bonne quinzaine de jours pour cause d’autres vélos à tester.

Il semble que nous ayons été victimes d’un souci connu sur les Guide, mais bien plus rare sur les Level. En fait, le piston (blanc, en nylon) situé à l’intérieur du levier a tendance à s’user et à ne plus coulisser correctement dans le maître-cylindre. A la longue, le DOT peut aussi détériorer les joints. Renseignements pris auprès de Sram, voici ce qu’Altino Lourenco nous a expliqué : “C’est un souci que nous avons eu sur certaines séries de Guide, mais qui est aujourd’hui solutionné et qui est aussi très rare sur les Level. Dans tous les cas, nous recommandons de faire deux purges par an, car des impuretés peuvent se glisser dans le DOT à la longue et causer ce phénomène (NDLR : nous le reconnaissons, nous n’avons fait aucune purge lors du test). Les freins testés par Vojo disposaient aussi d’un ancien kit de connexion Durit/levier avec une olive dorée, que nous recommandons de changer par une rouge dès que possible pour tous les possesseurs de freins Sram. Quoi qu’il en soit, si ce type de problème arrive, il faut confier vos freins au SAV Sram par l’intermédiaire d’un revendeur et, sauf si nous constatons un problème lié à l’utilisation, ce type de souci est pris en charge sous garantie.”

Des tutoriels existent également sur le Web pour démonter et “poncer” légèrement le piston, mais Sram le déconseille fermement : “C’est du bricolage et le risque est grand d’introduire encore plus d’impuretés dans le système et de l’endommager de façon irrémédiable. On va aussi se retrouver avec un piston qui n’a plus le diamètre exact qu’il devrait avoir, avec les risques de fuites que cela engendre”, avertit Altino. Si un changement complet du levier n’est pas possible, que le frein est hors garantie ou qu’on se sent l’âme d’un mécano qui aime se sortir des galères en solo, le piston seul est aussi disponible en pièces détachées pour une dizaine d’euros et son changement est très simple. Autant alors ne pas jouer avec le feu et opter pour cette solution. Un démontage et un petit coup de graisse DOT sur les jointsà chaque purge ou toutes les deux purges n’est pas non plus superflu.

Aujourd’hui, après réparation, nos freins Sram Level ULT sont repartis comme au premier jour. Nous saurons simplement qu’il faut être un peu plus consciencieux au niveau de l’entretien que nous l’avons été. Nous n’en déduirons pas non plus hâtivement que nos freins Level ULT ne sont “pas fiables” car même si nous avons changé les leviers par de nouveaux fournis sous garantie par le SAV Sram, nous avons aussi testé la réparation des anciens avec un nouveau piston et une olive rouge, et ça marche. On peut donc repartir avec des freins en parfait état de fonctionnement sans faire de dépenses folles (une vingtaine d’euros), même sans avoir recours à une prise en charge sous garantie et cela peut rentrer dans le cadre d’un entretien annuel des freins. Néanmoins, autant le savoir et être un peu bricoleur, même si toutes ces opérations et la purge sont d’une grande facilité.

Verdict

Avec les freins Sram Level ULT, on est proche la perfection au niveau du toucher et des sensations de freinage, avec un spectre d’utilisation qui va du XC au marathon, y compris avec du gros dénivelé. Chers et pas les plus légers, mais très raffinés, les Level ULT sont séduisants si on aime les belles pièces et qu’on ne compte pas pour équiper sa machine de ce qui se fait de mieux. Seuls les petits soucis rencontrés en fin de test viennent faire ombrage à ce tableau idyllique. Si on veut les garder longtemps, notre expérience avec les Ultimate nous a montré que les freins Sram Level demandent un peu d’attention et d’entretien : purge tous les 6 mois même si on ne note pas de souci au niveau du frein, démontage/nettoyage/graissage à la graisse DOT des pistons sont des opérations à prévoir pour profiter pleinement de ces excellents freins.