ROSE 2016 - Protos et mise à niveau

Tech
29 juillet 2015 — Paul Humbert

En 2015, la firme de Bocholt est repartie d’une feuille blanche et a dévoilé une toute nouvelle architecture de cadres utilisée sur la majorité des modèles tout suspendus. Un an plus tard, les ventes de la marque en France ont doublé, deux nouveaux prototypes sont annoncés et trois vélos sont retravaillés. Retrouvez les grandes nouveautés et notre prise en main du Pikes Peak en fin d’article.

 Le Pikes Peak : l’enduro race

ROSE-2016-Vojo-26Pour reprendre les mots de la marque, le Pikes Peak viendra construire un “pont“ entre l’All-Mountain et l’Enduro. Ce nouveau vélo sera conçu totalement en carbone et deux versions seront disponibles : un modèle de 160mm et un modèle de 150mm de débattement.

ROSE-2016-Vojo-16Il adoptera une géométrie “Race“ afin de combler ce trou dans la gamme Rose. Le reach s’allonge, le triangle arrière se raccourcit et une potence de 35mm vient rapprocher le poste de pilotage (ce qui n’est pas sans rappeler certains modèles Mondraker ou Canyon).

ROSE-2016-Vojo-18Le cœur du vélo réside dans la technologie “ProGeo“ développée par la marque. En un simple tour de clé (sans retirer l’axe), on modifie la géométrie et la progressivité du vélo. Deux positions sont disponibles afin d’adapter la géométrie et deux positions modifient la progressivité du vélo. Le vélo ne sera disponible qu’au courant du mois de mai, juste après l’annonce d’un futur amortisseur RockShox qui l’équipera. Plus volumineux et plus court, il permettra au vélo de rendre le changement entre les différentes positions plus évident.

sans titre-3En actionnant ce système, on abaisse le boitier de pédalier et on ouvre l’angle de direction de 1 degré.

sans titre-2-2Le vélo adoptera le nouveau standard boost et des roulements très larges viendront rigidifier le Pikes Peak. Ce nouvel enduro a été conçu pour une utilisation en mono-plateau.

sans titre-6-2Retrouvez en fin d’article nos premières impressions au guidon de ce proto alu du futur Pikes Peak.

L’Uprising : Le 29“ sportif et confortable

ROSE-2016-Vojo-24Les connaisseurs reconnaîtront ce nom. L’Uprising a droit à un petit coup de frais pour 2016. La géométrie de ce hardtail en aluminium est revue afin de le rendre plus sportif. Il n’en devient pas pour autant un vélo de course et une grande importance est apportée au confort à son guidon.

Photo: Irmo Keizer / RoseSon reach est allongé, ses bases sont raccourcies et son angle de direction passe à 69,5°. L’axe rapide est remplacé par son grand frère en 142x12mm et la fixation postmount est retravaillée. Les câbles des dérailleurs traversent le vélo en interne mais la durit de frein passe, elle, à l’extérieur du vélo afin de faciliter l’entretien de ce dernier. L’Uprising est compatible avec le Shimano SideSwing.

Photo: Irmo Keizer / Rose

Nous avons pu effectuer quelques tours de roues à son guidon et l’Uprising version 2016 nous a semblé très confortable, sécurisant et fun à piloter. Nous vous donnerons rendez-vous dans les prochains mois pour un test approfondi de ce vélo qui nous a laissé une très bonne impression.

sans titre-8

Le Count Solo : Le hardtail polyvalent

Photo: Irmo Keizer / RoseLe Count Solo est retravaillé pour ses petites tailles. Cet aluminium en 27,5 pouces perd 5mm au niveau du boitier de pédalier dans ses tailles S et XS. La taille XS gagne également 1 degré d’angle de chasse. Le vélo bénéficie comme l’Uprising d’un nouvel axe 142x12mm, d’une nouvelle gestion des câbles et de la compatibilité avec le Shimano sideswing.

L’E-Mountain Bike : De l’électrique chez Rose

ROSE-2016-Vojo-6En 2016, Rose se lance dans l’électrique avec un tout nouveau hardtail. Son nom n’a rien de bien original, l’E-Mountain bike offrira 120mm de débattement.

ROSE-2016-Vojo-13Il est compatible avec les roues de 27,5 plus ou de 29 pouces et son angle de chasse sera de 68 degrés. Les bases sont soudées sur la cage du moteur et le format boost est adopté de même que les pneus “Plus” en 27,5×3.0”.

ROSE-2016-Vojo-10C’est un moteur Continental qui l’équipera. Ce dernier développe une puissance maximum de 250W et un couple de 50Nm. La batterie sera intégrée au cadre. Seul un modèle en plastique du vélo nous a été présenté, il est donc difficile de poser un jugement définitif.

ROSE-2016-Vojo-8La commande sera intégrée dans une poignée Ergon et un écran de contrôle trouvera sa place sur le poste de pilotage.

sans titre-13

 Le Soulfire : Le freeride version 2016

sans titre-4-2Le Soulfire est entré en gamme il y a deux années, pile au moment de la transition du 26 vers le 27,5pouces. Il était temps pour lui de passer le cap et d’adopter des “grandes roues“. Et quitte à se mettre au goût du jour, autant adopter les derniers standards. Il n’est donc pas étonnant de retrouver le Soulfire au format boost. La géométrie est également revue. L’angle de chasse augmente et son top tube s’allonge. Exit le dérailleur avant et bonjour le mono-plateau, cela permettra d’utiliser des roulements bien plus larges.

sans titre-8Le débattement est modifiable de 180 à 190mm en changeant l’ancrage de l’amortisseur sur la biellette. Les câbles sont guidés le long du tube inférieur et une protection de cadre s’ajoute à cette arme de freeride.

Les passages de gaines en interne

sans titre-10Afin de pallier l’usure prématurée des câbles et des gaines, un nouveau clip en plastique vient les fixer à l’entrée dans le cadre. Ce petit insert est maintenu par une vis et empêche tout mouvement ou bruit intempestif lors de l’utilisation. Ces nouvelles entrées équiperont le Root Miller, L’Uncle Jimbo, le Granite Chief et le nouveau Pikes Peak.

Le Pikes Peak : Première prise en main.

Photo: Irmo Keizer / RoseC’est à Kirchberg, en Autriche que notre prise en main a eu lieu. Les plus observateurs d’entre vous se souviendront que c’est dans cette station qu’ont eu lieu les premiers championnats d’Europe d’enduro. Jerome Clementz est sorti vainqueur de cette course après avoir dévalé les 7,7km et près de 1000 mètres de dénivelé négatif du Fleckalm Trail.

Photo: Irmo Keizer / RoseC’est donc sur un terrain de jeu parfaitement adapté que nous avons pu prendre en main ce premier prototype alu du futur Pikes Peak en carbone.

Photo: Irmo Keizer / RoseBricolé de toutes parts, ce proto valide pourtant la géométrie finale. Max Sistenich, l’ingénieur en charge du développement, nous présente son dernier protégé. Il a lui même mis au point la technologie Progeo qui permet de modifier la géométrie et la progressivité de l’amortisseur.

ROSE-2016-Vojo-1Sur la version finale, un coup de clé allen de 6mm suffit à débloquer le mécanisme. Un ressort le pousse vers l’extérieur et il ne reste plus qu’à sélectionner une des quatre positions. On nous souffle que le vélo ne sera pas disponible avant Mai car un nouvel amortisseur Rockshox l’équipera. Accueillant plus d’air, ce dernier sera plus court de 5mm que le Monarch monté sur le proto et il permettra de rendre les changements de positions bien plus évidents pour le commun des riders.

Photo: Irmo Keizer / RoseNous interrogeons Max sur la future cohabitation entre le Pikes Peak et l’Uncle Jimbo. Ce dernier est l’enduro de 165mm présenté l’année passée. L’ingénieur nous répond que le Jimbo en aluminium restera en gamme et sa géométrie bien moins agressive le rend plus accessible et polyvalent, notamment pour de longues sorties en montagne.

ROSE-2016-Vojo-4Nous prenons le départ de la spéciale avec le Pikes Peak en position enduro et avec la géométrie la plus agressive. Sur ce taille M, l’angle de direction est ouvert à 65,5° et le top tube mesure 619mm. Alors qu’habituellement nous aurions sélectionné une taille L, ce Pikes Peak taille M est adapté à notre taille (1m83).

Photo: Irmo Keizer / RoseLe vélo va vite. Dans les premières traversées de pistes de ski à haute vitesse, on reste en confiance sur le Pikes Peak. Le vélo s’assied bien dans les virages et ses bases courtes le rendent très joueur et dynamique dans les portions serrées et techniques. Il est dommage que ce prototype ne soit pas encore équipé des larges roulements et de l’interface boost.

Photo: Irmo Keizer / RoseSur ce tracé que nous avons repéré la veille avec l’Uncle Jimbo, on passe sensiblement plus vite. Mais piloter ce Pikes Peak n’est pas anodin car le vélo est exigeant, il faut charger l’avant et attaquer en permanence. Quand le corps et l’attention se relâche, nous avons une tendance naturelle à glisser vers l’arrière. Dans cette situation, le Pikes Peak continue sans nous et dévoile son tempérament de racer. Le vélo peut aller vite, très vite, mais il faut être en mesure de l’emmener !

Photo: Irmo Keizer / RoseIl faut attaquer, pousser et malmener sa monture. L’utilisation du carbone, rigide, dynamique et précis est en adéquation totale avec cette géométrie.

Photo: Irmo Keizer / RoseSur une portion plus plane, nous basculons le vélo en configuration moins agressive. Le vélo se redresse légèrement et son naturel dynamique est amplifié. On prend du plaisir à jouer sur les petits jumps de la piste. Sur cette première prise en main, ce basculement n’est pas révolutionnaire, mais nous attendons avec impatience la version carbone équipée du nouvel amortisseur RockShox.

Photo: Irmo Keizer / RoseNous revenons à la position « engagée » pour la dernière section raide et technique dans les racines du sous bois. Sur les passages tortueux à basse vitesse, le vélo se place de manière très précise si il est emmené par un pilote au bon bagage technique. Sur les racines, il ne s’enfonce pas et conserve sa vitesse et il est facile de faire décoller le Pikes Peak.

ROSE-2016-Vojo-12Avec ce prototype en aluminium, les ingénieurs de chez Rose nous donnent un avant goût du futur Pikes Peak en carbone. Le vélo prendra une toute nouvelle place dans la gamme et n’empiètera pas sur le terrain de l’Uncle Jimbo. À l’attention des racers et des pilotes expérimentés, il permettra à ces derniers de s’aligner sur les compétitions les plus exigeantes et agressives. La géométrie est totalement au goût du jour et la technologie ProGeo ouvre de belles perspectives. Nous attendons désormais la version finale afin d’évoluer entre les différentes positions et de juger de la pertinence de ces dernières. Deux cadres seront commercialisés et il nous tarde de pouvoir grimper sur le modèle All Mountain. Au fil de nos discussions, nous apprenons qu’une compatibilité avec le nouveau format + est sérieusement envisagée. Sur ces deux plateformes, beaucoup de projets sont encore en cours de développement. Il faudra attendre le mois de Mai pour voir arriver les versions carbone qui, aux premières estimations, devraient être commercialisées à un tarif plus élevé de 600€ que pour un Uncle Jimbo à équipement équivalent. Les prix des modèles seront révélés au moment de l’Eurobike. Affaire à suivre.

Retrouvez la gamme 2015 sur le site http://www.rosebikes.fr/ . Photos d’action: Irmo Keizer/Rose