Roc d'Azur 2018 :
le Gravel Roc s'est fait sa place

Sport
13 octobre 2018 — Christophe Bortels

Entre le Roc Marathon de ce vendredi et le Roc d’Azur de dimanche, les deux épreuves phares de l’évènement, c’était plus calme ce samedi niveau compétitions. L’occasion pour nous d’aller se balader sur le parcours du Gravel Roc, apparu au programme en 2016 et qui vivait donc cette année sa 3e édition. Reportage sur cette épreuve atypique :

En 2016, nous étions tombés un peu par hasard sur le parcours du Gravel Roc et en avions ramené quelques images. L’épreuve nous paraissait plutôt insolite et confidentielle à l’époque. Depuis, elle s’est fait une belle petite place dans le programme des épreuves du Roc, avec pratiquement 200 engagés cette année. Pas mal pour une pratique “de niche” ! Cette année, le Roc inaugurait aussi une randonnée gravel longue distance en deux jours, le Gravel Origins 83, que nous n’avons hélas pas pu aller suivre.

Au niveau des concurrents, la variété des profils impressionne, notamment au niveau de l’âge (désolé monsieur)…

… de la technique…

… mais aussi du look !

On notait aussi la présence de plusieurs femmes sur ce Gravel Roc.

Pour le deuxième jour de suite, le soleil brillait généreusement sur Fréjus et ses alentours. Voilà qui fait du bien après les pluies diluviennes du milieu de semaine !

Le terrain n’en reste pas moins bien humide, de quoi mettre en évidence les traces de pneus plus fines que de coutume.

Le parcours de 67km est bien évidemment adapté aux machines et à leurs petits boudins, avec notamment pas mal de portions de route…

… mais aussi de la terre et même du sable, de quoi donner des petits airs de cyclo-cross par endroits !

Les concurrents avaient pourtant droit au mythique Chemin des Douaniers, par où passent les grosses épreuves VTT comme le Marathon et le Roc d’Azur.

Charmant, certes, mais pas vraiment “gravel friendly”…

Du coup, chacun sa technique, comme le lancer de vélo…

… ou le portage sur l’épaule, façon cyclo-cross.

La cohabitation Gravel/VTT (qui participaient à d’autres épreuves) ne facilitait pas les choses par endroits, avec les premiers ralentissant parfois les seconds, même si à VTT ça ne passait pas systématiquement sur le vélo non plus…

Ça frotte, ça se pousse, ça crie même des fois, mais ce n’est finalement pas fort différent de ce qu’on retrouve au sein même des épreuves VTT passant par là !

Niveau résultats, la compétition a été remportée pour la deuxième fois par Steve Chainel, qui emmenait déjà le groupe de tête en première partie d’épreuve avant de s’isoler et de s’imposer avec plus de 5 minutes d’avance.

Sonke Wagner (photo) prend la 2e place, tandis que Johann Rigoulay complète le podium.

Chez les dames enfin, c’est Valentine Segrestan, 60e, qui l’emporte devant Maria Elena Matrolia et Apolline Guillemin.