Roc 2018 : Porro remporte
un Roc Marathon dantesque

Sport
12 octobre 2018 — Christophe Bortels

Malgré les pluies diluviennes des derniers jours qui ont contraint les organisateurs à annuler toutes les épreuves du jeudi, le Roc Marathon a bien eu lieu ce vendredi matin, moyennant quelques aménagements de parcours. Ce dernier n’en était pas moins très difficile avec de sacrés passages à gué et des bourbiers comme on en a rarement vus sur le Roc ! Récit et photos d’une belle course à suspense :

On n’y croyait pas vraiment, et pourtant l’organisation du Roc d’Azur a pu maintenir l’une de ses épreuves phares, le Roc Marathon, au programme de cette édition 2018. Pas de miracle par contre au niveau du terrain, détrempé et même encore bien inondé par endroits…

Les concurrents étaient directement mis dans le bain avec, dès les premiers mètres, un avant-goût de ce qui les attendra tout au long des 85km de l’épreuve !

La mythique descente du Fournel ne semblait pas vraiment poser de problème…

…mais on ne peut pas en dire autant de cet impressionnant passage à gué au pied du Fournel, transformé en petit torrent par les pluies des derniers jours !

Certains essaient de passer à vélo… et réussissent, ou presque.

D’autres, plus malchanceux, ont failli laisser filer leur chère monture.

Au 30e kilomètre, c’est l’Italien Michele Casagrande qui mène la course.

Le Russe Aleksei Medvedev n’est que quelques secondes derrière.

Samuele Porro, vainqueur de l’épreuve en 2015 et champion d’Italie en titre, pointe quant à lui à la 3e place.

Derrière les trois Italiens, un quatuor s’est formé, dans lequel on retrouve notamment le Belge Sébastien Carabin.

Le soleil était enfin de retour ce vendredi, nous offrant une superbe atmosphère donc le Roc d’Azur a le secret !

Mais l’eau est véritablement partout et mettra sans doute un bon moment à disparaître. Le Roc d’Azur de dimanche sera sans doute moins dantesque, il ne faudra pourtant pas s’attendre au traditionnel festival de poussière.

A gauche, le ruisseau du Fournel, au milieu la trace habituellement empruntée par le parcours mais inondée et impraticable, et à droite une nouvelle petite descente créée pour l’occasion.

Qui dit pluie dit hélas boue et bourbiers, présents en nombre et mettant à l’épreuve machines comme organismes…

A l’approche du Bougnon, au 60e kilomètre, il y a eu du changement aux avant-postes : plus de trace de Medvedev, c’est un duo Casagrande / Porro que l’on retrouve à présent seul en tête.

Sébastien Carabin a quant à lui poursuivi sa remontée et est alors virtuellement sur le podium, à moins de 2 minutes des Italiens, alors qu’il reste 25km de course !

Mais attention, le petit groupe qu’il a distancé n’est pas bien loin…

Il y a déjà du public dans le Col du Bougnon pour le Marathon, mais dimanche pour le Roc il seront bien plus nombreux encore !

Sans grande surprise, c’est un Italien qui remporte la course : Samuele Porro ajoute un deuxième Roc Marathon à son palmarès après sa victoire il y a trois ans !

Michele Casagrande n’a pas réussi à contrer Porro, il est par contre parvenu à maintenir Sébastien Carabin à distance pour préserver sa 2e place.

Sébastien Carabin monte donc sur la 3e marche du podium.

Les visages à l’arrivée en disaient long sur les conditions de course…

La course a démarré vraiment super vite“, expliquait Sébastien Carabin après l’arrivée. “Je n’ai pas su accrocher le groupe des dix premiers et j’ai préféré gérer. Le parcours était assez chaotique mais mes jambes étaient bonnes et je suis remonté petit à petit. Finalement j’ai réussi à m’isoler et arriver jusqu’en troisième position. On avait le soleil avec nous donc ça aurait pu être pire, mais c’est vrai qu’il y avait des passages de rivières dans lesquels je me suis retrouvé avec les genoux dans l’eau et j’ai dû descendre du vélo. Je n’avais jamais vu ça au Roc !