Présentation | Shimano XTR M9100 : 12 vitesses pour le XC/Marathon, 11 pour l’enduro !

Tech
25 mai 2018 — Olivier Béart

Shimano XTR M9100 Race – mono-plateau et 12 vitesses

Comme son nom l’indique, le Shimano XTR Race M9100 est la version dédiée au XC olympique. Chaque composant a été ici optimisé dans une optique de gain de poids et d’adaptation aux demandes des compétiteurs de haut niveau, notamment sur le circuit mondial.

La première évolution, la plus attendue et la plus visible, concerne le passage au 12 vitesses. Shimano était jusque là resté sur 11 pignons, avec un groupe développé à la base pour être utilisé en double plateau, mais qui avait ensuite évolué tant bien que mal vers du mono, à la demande des compétiteurs et du marché. 

Ici, il s’agit d’un vrai groupe pensé pour le mono-plateau, avec une cassette dont les dentures vont de 10 à 51 dents. Oui, vous avez bien lu, juste une de plus que le rival Sram et 510% de plage de développements contre 500 ! Mais Shimano se défend d’avoir voulu faire cela juste pour dépasser l’ennemi juré et met en avant un étagement avec des paliers plus constants entre toutes les dentures, et surtout les trois derniers : 10-12-14-16-18-21-24-28-33-39-45-51. Une version 10/45 à l’étagement plus serré sera aussi proposée.

La construction fait appel à trois matériaux : acier pour les 5 plus petits pignons, titane pour les 3 intermédiaires et aluminium pour les 3 plus grands. Cela permet à la cassette Shimano XTR 10_51 d’afficher un poids très contenu de 331g, soit une trentaine de grammes de mois que la Sram XX1 Eagle.

Vu son pignon de départ en 10 dents, impossible de le monter sur le bon vieux corps de roue-libre classique. Vu qu’il était présent depuis des décennies, on ne va pas reprocher à Shimano de changer de standard sans arrêt. Mais là, ce n’était tout simplement plus possible techniquement. On passe donc à une interface à cannelures très fines, un peu comme sur un axe de manivelle Shimano. Son nom : Micro Spline.

De nombreuses marques de roues et de moyeux devraient proposer des pièces compatibles très rapidement, et Shimano annonce que ce nouveau corps devrait pouvoir se monter sur la plupart des roues sans devoir changer le moyeu complet. Ouf !

Fidèle à son habitudes, même s’ils ne sont plus aussi populaires que par le passé, Shimano proposera aussi ses propres moyeux. Ils seront disponibles en Boost (110 et 148) et classique (100 et 142mm), pour rayons droits ou coudés. Une nouvelle roue-libre à rachet fait son apparition avec un engagement de 7,6°.

Le nouveau corps de roue-libre et l’interface Micro Spline permettent aussi d’élargir les flasques pour plus de rigidité, surtout sur la version 11 vitesses qui prend moins de place (oui oui, vous avez bien lu, il y a bien aussi un nouvel XTR11 vitesses, on vous explique tout un peu plus loin).

Le dérailleur arrière change aussi radicalement de design et de conception. La fixation du dérailleur se fait en direct sur la patte de cadre, sans pièce intermédiaire comme par le passé, pour plus de compacité et de rigidité. La chape est proposée en version GS (longue) et SGS (extra longue), toujours avec la technologie Shadow+ permettant de limiter les mouvements de chaîne.

Les galets passent aussi de 11 à 13 dents.

Le shifter est aussi nouveau, mais il n’y a là rien de bien révolutionnaire.

Juste une mise à jour des boutons de commande et un design un peu modifié.

Le pédalier adopte de nouvelles manivelles et un plateau direct mount (une solution déjà utilisée par le passé par Shimano, qui a été précurseur en la matière). Le Q-Factor a été réduit au maximum et il est de 162mm pour la version la plus étroite… qui ne sera d’ailleurs pas compatible avec tous les cadres.

Une autre version plus classique sera aussi proposée en 168mm. Les dentures proposées vont de 30 à 38 dents avec un système de rétention de la chaîne (type narrow-wide) revu pour une efficacité optimale même sans guide-chaîne.

Shimano annonce un gain de poids de 80g par rapport à la précédente génération.

On remarque aussi avec bonheur que la face externe des manivelles est à nouveau polie (comme sur la série 970), ce qui devrait résoudre les problèmes de détérioration de la finition qui nuisaient à l’image du précédent XTR.

Une nouvelle chaîne 12 vitesses fait aussi bien sûr son apparition, avec un maillon rapide Switchlink, qui va d’ailleurs se généraliser sur l’ensemble des chaînes Shimano à l’avenir.

Les freins Shimano XTR M9100 sont aussi modifiés en profondeur. Sur cette version XC, on retrouve un étrier à deux pistons en magnésium sur lequel la Durit vient en prise directe, mais aussi et surtout un tout nouveau levier.

Celui-ci met l’accent sur la rigidité pour un meilleur toucher et plus de puissance, avec un collier de fixation sur le cintre bien plus large et un maître cylindre doté d’un petit tampon en caoutchouc, prévu pour venir au contact du cintre. Cet appui va, lui aussi, rigidifier le levier. 

Vu la place occupée sur le cintre par ce nouveau levier, cela risque de compliquer la compatibilité avec d’autres commandes au cintre, comme pour un blocage de fourche ou une tige de selle télescopique (mais pour cela, Shimano a une solution comme nous le verrons un peu plus loin avec le groupe XTR M9120 d’Enduro). Ils seront compatibles iSpec EV, nouvelle déclinaison du système permettant de monter la commande de vitesses sur le levier de frein qui offre des possibilités d’ajustement plus étendues (+5mm en latéral et +30° en angle).

De nouveaux disques de frein voient aussi le jour, avec une technologie de refroidissement Ice Tec optimisée et inspirée du Dura-Ace de route. Ils sont disponibles de 140 à 203mm.

De nouvelles pédales, un peu plus fines et avec une surface d’appui légèrement augmentée, voient aussi le jour.

Un tableau reprenant les poids de tous les composants se trouve à la dernière page de l’article !

Une version spécifique pour le Marathon arrive dans la gamme. Passez à la page suivante >>>