Objectif Cape Epic: le stress de l'inscription

Sport
9 décembre 2014 — Olivier Béart

Participer au Cape Epic est un rêve. Mais au-delà de la difficulté de l’épreuve elle-même, il y en a d’autres dont on ne vous parle jamais : inscriptions vendues en un éclair, gros budget à réunir,… nos blogueurs du Bikers Team 21 partagent leur expérience avec vous.

Rider2015-Option2

Aux yeux de tous bikers passionnés de grands espaces et de découverte, le nom du ABSA CAPE EPIC sonne comme une légende. Cette épreuve par étapes, créée en 2004, propose chaque année aux participants un cocktail épicé de sentiers tortueux et techniques entrecoupés de passages dans des propriétés vinicoles de la région. A force de travail, d’investissements et de persévérance, cette course est parvenue à attirer les plus grands noms de la discipline et à devenir en quelque sorte l’équivalent du Tour de France en version crampons.

10393995_354113261431577_3133387946729341077_nMais avant de pouvoir goûter à tout cela, il faut pouvoir s’inscrire … et ce n’est pas une mince affaire pour les amateurs que nous sommes ! L’attrait et l’engouement phénoménal de cette course attirent en effet chaque année de plus en plus de candidats potentiels et on se presse au portillon pour obtenir le précieux sésame. A tel point que les inscriptions ouvrent au lendemain du dernier jour de course de l’année précédente.

C’est donc fin mars 2014 que nous nous sommes retrouvés tous les quatre à l’affût derrière notre PC, tels des groupies voulant absolument décrocher des places pour le dernier concert de leur chanteur favori. On clique, on charge la page, on la recharge, le serveur surcharge, on recommence : la tension est insoutenable.Capture d’écran 2014-12-08 à 21.15.41Dix secondes plus tard, la messe est dite ! Les 100 premières équipes sont inscrites, nouveau record de rapidité ! Le couperet tombe : LaurentT et Benoit ne sont pas passés, long silence du côté de l’autre équipe … qui n’ose y croire ! Mais c’est bien confirmé pour eux après quelques démarches administratives, ils font bien partie des premiers chanceux ! C’est un énorme soulagement pour Jérôme et LaurentG alors que c’est le passage par la case loterie pour les autres …

Alors que les professionnels et amateurs confirmés attestant d’un palmarès bénéficient de wild card pour leur inscription, l’organisation propose aux amateurs de s’inscrire à une loterie pour attribuer les places restantes. Un système équitable qui laisse à chacun la possibilité de s’inscrire.Vallée_Sure_Luxembourg_EpicBikersTeam21_Copyright_OBeart_VojoMag-1Benoit et Laurent patientent ainsi plusieurs semaines. Après deux tirages de loterie infructueux, les chances de rejoindre la première équipe s’amenuisent au fur et à mesure que la liste des participants s’allonge. LaurentG ne désespère pas et poste un message sur le forum de l’organisation: qui ne tente rien n’a rien ! Mais le temps s’écoule encore, sans nouvelles.

Quoi de mieux que quelques vacances pour se changer les idées et profiter du bon temps ? Nous voilà à la mi-août 2014 et survient le coup de pouce que nous n’attendions plus ! Une concurrente d’Equateur vient de nous contacter via le forum de l’organisation et nous propose de racheter sa place car, inscrite seule, elle ne trouve pas d’équipier pour l’accompagner. En plein dans leurs valises, avec presque les enfants patientant déjà sur la banquette arrière de la voiture en vue du départ vers le soleil, LaurentT et Benoit doivent se décider sous 24h !10616669_10152767621328319_4408157319973529330_nIl faut faire vite, et même si l’envie est toujours là, le côté inattendu de la nouvelle nous prend de court. “Vis tes rêves, au lieu de rêver ta vie”, résonne si fort dans notre tête que, finalement, on fonce effectuer le paiement afin de sceller notre engagement. Quelques nouvelles formalités plus tard (changement de nom d’équipe, de partenaires, etc.), LaurentT et Benoit sont officiellement participants au Cape Epic 2015 !

Une très chère aventure
A peine cette première étape compliquée franchie par nos deux équipes, une autre pointe le bout de son nez: le budget ! Au-delà de l’entraînement sportif, il faut mettre au point tout le dossier financement de cette aventure car, soyons honnêtes, ces deux semaines en Afrique du Sud représentent un coût non négligeable pour les amateurs que nous sommes !Cape_Epic_2015-7En comptant les frais d’inscription (2.000 €) et options telles que massages (200 €), les vols en avion (800 €), le matériel d’entretien et de rechange (500 €), les équipements du coureur (maillots, cuissards, casque, … : 500 €), les frais de coaching pour certains (400 €), les logements sur place avant et après la course et frais divers (400 €), nous avons beau retourner les choses de tous les sens, nous devons compter sur un budget de 4.500 Euros par personne pour vivre cette course dans des conditions optimales. Sans compter l’achat éventuel d’une nouvelle monture pour certains, car ce serait bête de rencontrer un souci sur une machine qui commence à montrer quelques signes de faiblesse …Cape_Epic_2015-13Très vite, nous décidons donc de nous atteler à la réalisation d’un solide dossier de sponsoring pour partir à la recherche de partenaires potentiels. Ce qui, il faut bien l’avouer, n’est pas évident en ces temps économiques difficiles. Nous montons également un site Web et nous créons directement une page Facebook afin de nous faire connaître, de permettre à nos connaissances de nous suivre, mais nous nous rendons vite compte c’est aussi un bel outil de conviction pour les sponsors.

Finalement, à force de fidélité, de persuasion, de confiance, de relations, nous parvenons assez rapidement à convaincre quelques premiers soutiens : S-Cape Redange (notre magasin de vélo), LeasePlan (leasing automobile), Bat-Iso (bâtiment), G-Skin (tenues sportives personnalisables), le garage Bouzendorff (concessionnaire auto) sans oublier bien sûr votre nouveau magazine favori, Vojo Mag !Capture d’écran 2014-12-08 à 23.42.35

L’envie de donner du sens
Au-delà du côté sportif, nous avons également souhaité mettre à profit cette aventure pour aider une association locale (NDLR: luxembourgeoise) qui s’occupe depuis de nombreuses années d’améliorer le quotidien d’enfants orphelins au Népal. Dans ce but, nous avons décidé d’associer nos équipes à JAYANDRA. Créée en 2001 par plusieurs jeunes du village de Post (près d’Attert, province du Luxembourg), cette association dynamique s’investit pour aider et soutenir le peuple népalais aux travers de plusieurs projets éducatifs et sociaux tels que la création d’un orphelinat, mise en place de réseaux de distribution d’eau potable, prise en charge des salaires d’instituteurs et éducateurs, etc. Nous nous sommes fixés l’objectif de réunir 5.000 Euros avant notre départ en Afrique du Sud. Si nous réussissons, nous pourrons ainsi donner encore plus de sens à notre aventure humaine et sportive lors du Cape Epic 2015. Si le coeur vous en dit : https://www.lepotcommun.fr/pot/46b7e3kl

D’avance merci et à très bientôt pour la suite de nos aventures: préparation physique, choix de nos montures, petites histoires de l’Histoire du Cape Epic,… les sujets ne manquerons pas d’ici au 15 mars !

Texte: Epic Bikers Team 21 / Photos: Cape Epic et VojoMag

Epic Bikers Team 21Le “Bikers Team 21” est un club de passionnés basé au Sud-Luxembourg. Parmi ses membres, certains ont déjà goûté aux joies des plus grandes courses (Cape Epic, Crocodile Trophy,…). Mais, bien qu’étant des bikers expérimentés, Laurent Gouverneur, Jérôme Graces (à gauche), Laurent Tesch et Benoît Cailteux (à droite) sont novices en la matière. Avec leur regard neuf, ces bikers vont vous faire vivre leurs aventures jusqu’à leur grand départ pour le Cape Epic 2015, ainsi qu’un journal de bord qui vous permettra de vivre l’épreuve au jour le jour. 
Pour les suivre entre deux billets publiés sur VojoMag, rendez-vous sur leur site Web et leur page Facebook.