Ultra Raid de la Meije : toucher l’âme de la montagne

Sport
17 août 2019 — Olivier Béart

Alors que septembre annonce en montagne les premières gelées et les couleurs roussies des alpages et des mélèzes, à La Grave, petit village lové au pied de la Meije, l’heure n’est pas à la contemplation et à cette douce torpeur d’un automne naissant : c’est l’heure de s’élancer sur l’Ultra-Raid de la Meije ! Il est encore temps de s’inscrire, alors jetons un œil au programme :

Dans moins d’un mois, l’Ultra Raid de la Meije (URLM) a rendez-vous avec le domaine de la haute montagne. Un raid qui atteint des sommets. Un sommet physique avec un dénivelé positif de 5400 m sur 124 km, un sommet d’émotion avec les paysages traversés, parmi les plus beaux des Alpes. L’URLM va en effet côtoyer le Parc National des Ecrins et le massif des Rochille et du Mont Thabor.

Un goût d’aventure

L’altitude moyenne de l’épreuve ne laisse place à aucun doute. Les concurrents devront aborder la haute montagne et faire preuve d’abnégation et de courage. Ils affronteront des cols à plus de 2600 m d’altitude, loin de tout village. A l’URLM, on touche la haute altitude, en semi autonomie. Comme tout bon montagnard qui se respecte, les marathoniens glisseront dans leur sac une veste et des gants chauds, une couverture de survie, un sifflet, des jambières et autres coudières pour affronter le froid. Ce samedi 14 septembre, l’aventure débutera…

L’an dernier, nous avons eu la chance de rouler sur les traces du raid  (voir à ce propos le reportage dans cette rubrique nature) : cette reconnaissance confirme son exigence, tant physique que technique. Aux 5400 m de dénivelé positifs qui peuvent être bouclés en un jour (Elite Ultra) ou en deux, s’ajoutent les descentes techniques, toutes s’effectuant sur des sentiers de type GR. L’an dernier, le meilleur finisher boucla l’URLM en 8h35. Yoann Sert ne dépassera pas les 13 km/h de moyenne…

Vers la haute montagne

Le samedi 14 septembre, dans la nuit, une longue procession de points lumineux éclairera les pentes du Galibier, côté chemin, le plus dur. Les raiders entreront dès lors dans le massif du Grand Galibier où l’on flirte les 2679 m d’altitude.

L’ascension vers le mythique Galibier mènera les marathoniens vers les 2670 m d’altitude…

Après une descente qui les mènera au pied du Plan Lachat, le parcours entrera dans une montagne sauvage où l’on roule dans un univers de rocs et de pierriers.

Au col de la Ponsonnière, cette ouverture vers le Sud présagera une magnifique dégringolade vers les lacs et l’Alpe du Lauzet, un ancien hameau d’estive.

Le col de la Ponsonnière est sans nul doute l’un des plus beaux passages du raid.

La petite incursion dans le briançonnais se clôturera au col du Lautaret où les raiders basculeront, via un tunnel tenu secret, dans le Parc National des Ecrins.

Petit détour dans le Briançonnais sur le célèbre Chemin du Roy.

Sur les alpages du Plan de l’Alpe, on toucherait presque la Meije (3982 m) ou la Grande Ruine (3668 m), tant elles paraissent proches. La longue descente vers Villar-d’Arène pourrait laisser entrevoir une belle fin pour cette première étape.

Ce sera sans compter sur la dernière bosse vers le lac du Pontet et la plongée vers La Grave qui clôturera cette première journée dantesque.

Les singles au Plan de l’Alpe sont merveilleux : l’Ultra Raid de la Meije emprunte un maximum de sentiers. Le bitume n’a droit qu’à 3% du parcours…

Le panorama le plus beau des Alpes

Le dimanche, les rescapés affronteront le plateau d’Emparis, ce plateau infini qui s’ouvre vers le panorama grandiose de la Meije. Il offrira aux concurrents des singles d’anthologie, rapides et filant à travers l’alpage. La descente vers Besse est un modèle du genre où s’enchaineront des épingles serrées sur 700 m de dénivelé.

Des longues et sinueuses descentes caractérisent l’URLM. Celles vers Villar-d’Arène comme celle vers Bessse régaleront les concurrents.

La plus dure ascension, celle provenant de Besse et menant au col du Souchet, achèvera sans doute les organismes. Mais il faudra garder suffisamment de lucidité pour s’engager dans la descente vers le Chazelet puis celle de La Grave. Les rescapés du dimanche soir auront vécu deux jours d’anthologie. Pour celles et ceux qui osent et aiment se frotter à la haute montagne, l’Ultra Raid de la Meije sera sans doute leur plus beau défi.

  • Carnet pratique
  • Le raid
  • L’Ultra Raid de la Meije se déroulera du 14 au 15 septembre. La distance de 124 km se boucle en une journée. Mais il est possible de bifurquer en cours de route et de repartir le lendemain sur le 52 km (étape Emparis-Besse) pour être classé. 7 barrières horaires seront imposées tout au long du parcours.
  • Randonnées
  • Outre l’URLM, vous pourrez effectuer la totalité du raid en formule randonnée, non chronométrée.
  • Le samedi
  • 3 possibilités
  • 72 km : 3000 m de dénivelé positif
  • 57 km : 1800 m de dénivelé positif
  • 47 km : 1600 m de dénivelé positif
  • Le dimanche
  • 4 possibilités
  • 52 km : 2400 m de dénivelé positif
  • 45 km : 2000 m de dénivelé positif
  • 35 km : 1700 m de dénivelé positif
  • 30 km : 1200 m de dénivelé positif
  • A noter que l’E-VTT est interdit pour les épreuves reines mais est autorisé pour les formules randos
  • Plus d’infos et inscription : www.ultraraidlameije.fr