Rémi Thirion : « J’ai totalement repensé mon alimentation »

1 avril 2016 — Paul Humbert

Quand il s ‘agit d’aller chercher les dixièmes de secondes qui vous séparent d’une victoire internationale, plus aucun aspect de votre préparation n’est à négliger. En descente, Rémi Thirion a déjà goûté à la victoire et la saison dernière, il était à un cheveu d’y prendre un abonnement. Cet hiver, le Vosgiens a pu profiter de bonnes conditions pour s’entraîner. À quelques jours de l’ouverture de la Coupe du Monde, il nous en dit un peu plus sur un aspect de sa préparation qui lui posait encore problème jusqu’à cette année : la diététique.

sans titre-3-2« Heureusement, ou malheureusement, c’est un problème que nous partageons presque tous dans le team Commencal-Vallnord ». Rien de bien grave, rassurez-vous mais Rémi a décidé de ne plus rien laisser au hasard cette saison. En stage de préparation au Portugal, sur la piste de Lousã, ils ont profité d’être enfin tous ensembles après des longs mois d’hiver pour discuter du problème : le repas de veille de course.

sans titre-3« Nous avons réalisé qu’après une journée de reconnaissance à pied, une autre sur le vélo et une manche de qualification, la pression monte très rapidement la veille au soir. Nous sommes dans notre bulle et nous avons l’habitude de ça mais nous cherchons cependant tous les moyens de nous reposer et de nous mettre dans les meilleures conditions. »

sans titre-257-2« J’étais en Junior 2 quand j’ai réalisé que manger un burger la veille de la course me permettait de me sentir mieux dans ma tête. Je sais que c’est mauvais mais cette mauvaise habitude a fait son chemin. Le soir, avec le reste de l’équipe, nous sommes parfois sous tension. Et, après plusieurs tests, nous nous sommes rendus compte qu’il y a d’un côté ceux qui mangent des burgers, spécialement les fish burgers, puis qui, le ventre bien plein, dorment comme des bébés. Puis, il y a les autres qui mangent sainement mais qui n’arrivent pas à récupérer des trois journées précédentes. »

Sans titreE« Personnellement, j’étais plutôt dans le premier groupe. Ça m’a tiraillé pendant longtemps mais cet hiver j’ai décidé de repenser totalement mon alimentation de veille de course. Nous nous sommes tournés vers une spécialiste qui nous a donné des conseils pratiques et des recettes pour combiner une alimentation saine et le plaisir d’un bon gros burger. »

sans titre-2-2« Je ne vais pas dévoiler notre recette, mais je peux déjà vous dire qu’aujourd’hui que je vais pouvoir aborder les prochains grands rendez-vous bien plus serein. Je n’ai pas la prétention de dire que je vais rouler plus vite mais je serai mieux dans mon corps, ma tête et j’espère que cela se sentira sur mon vélo. »

sans titre-4Le Vosgien de l’équipe Commencal-Vallnord nous a également avoué qu’après quelques semaines de modification de son alimentation, il a procédé à des petits ajustements sur son vélo et particulièrement sur ses suspensions. Nous serons présent à Lourdes pour voir si cette modification dans la préparation de Rémi Thirion le fera accéder au podium et nous tenterons de glisser discrètement notre appareil photo sous la tente de l’équipe au moment du repas.

Pour retrouver notre grande interview de Rémi Thirion : mag.vojomag.com/interview-remi-thirion

Sa page Facebook : www.facebook.com/remi.thirion.12

UPDATE : Vous l’aurez bien évidemment deviné, cette interview est totalement fausse. Poisson d’Avril !