Présentation | Les nouveaux Canyon Lux CF SL et SLX enfin en vente libre !

Tech
26 juin 2018 — Olivier Béart

Cela fait plusieurs mois qu’on peut l’apercevoir entre les jambes de Pauline Ferrand-Prevot, Mathieu van der Poel ou encore Alban Lakata… mais le nouveau Canyon Lux n’était pas encore sorti officiellement. Dès aujourd’hui, il est disponible en vente libre, et c’est l’occasion d’en faire une présentation plus détaillée :

Le précédent Canyon Lux commençait à dater un peu. Excellent marathonien, joueur, léger et confortable, il n’arrivait par contre pas vraiment à convaincre les purs crosseurs et il commençait à marquer le pas par rapport à la concurrence, où il y a eu pas mal de renouvellement ces derniers temps. Canyon a donc complètement revu sa copie, avec un tout nouveau châssis s’inspirant de l’Exceed semi-rigide, combiné à une nouvelle cinématique de suspension qui voit l’amortisseur migrer du boîtier de pédalier vers le tube supérieur.

Quatre grands principes ont guidé le développement, afin d’avoir une machine aussi à l’aise en marathon qu’en XC olympique :

  • Avoir un cadre à moins de 2kg avec amortisseur, évidemment 100% carbone.
  • Etre très proche de l’Exceed semi-rigide au niveau de la géométrie pour que les coureurs puissent facilement passer de l’un à l’autre.
  • Etre efficace, au pédalage bien sûr, avec une suspension ayant une action anti-pompage prononcée, mais aussi dans les parties techniques, en offrant de la traction et de l’amorti dans les portions cassantes.
  • Moderniser la géométrie pour le rendre plus performant en descente et donner confiance au pilote pour attaquer.

Esthétiquement, on voit aussi qu’il s’inspire et se rapproche des grandes lignes du design initié avec le Sender de DH puis décliné sur les Torque et Spectral.

Suspension Flat Shock

La différence la plus marquante par rapport à la précédente génération du Canyon Lux concerne la migration de l’amortisseur sous le tube supérieur. Canyon appelle cela “Flat Shock”, puisque l’amortisseur se confond presque avec le tube, fortement aplati à cet endroit. La suspension offre toujours 100mm de débattement.

Cette solution permet d’avoir moins de pièces que sur le précédent Canyon Lux, donc de gagner du poids, et d’avoir un bras de levier moins important, ce qui permet d’utiliser des pressions moins élevées dans l’amortisseur. La course de ce dernier est aussi plus grande et Canyon utilise des amortisseurs longs, ce qui a aussi un impact. Il est conçu pour travailler avec un SAG entre 20 et 25%.

Cela permet aussi de garder de l’espace pour un deuxième porte-bidon (vital en marathon, et Canyon a développé ses propres porte-bidons et bidons d’une contenance pouvant aller jusque 800ml !) et d’avoir un routage très direct du câble de la commande de blocage au guidon. Tiens tiens, voilà qui rappelle un certain Orbea Oiz, dont la nouvelle version a été présentée 24h plus avant le Lux. Mais ici, Canyon utilise des amortisseurs standards et la molette du rebond se trouve difficilement accessible.

On constate aussi que le triangle arrière est en une pièce, sans point de pivot, et qu’un petit “yoke” en carbone assure la jonction entre les haubans et l’amortisseur.

Cayon décrit le fonctionnement de sa suspension en trois phases : sensible, stable et enfin progressive en fin de course. C’est une philosophie de développement issue des derniers vélos gravity, comme le Sender, le Torque et le Spectral.

Canyon Lux CF SL et CF SLX : léger et très léger

Canyon annonce un gain important sur le cadre, avec une réduction de 63% sur la biellette de suspension (de 112 à 42g), et de 38% sur l’ensemble de la suspension (239g contre 383g). La construction du cadre, inspirée de l’Exceed, permet aussi de gratter quelques grammes en plus. Au final, le Canyon Lux CF SLX est annoncé à 1662g en taille M, sans amortisseur.

Il est aussi décliné dans une version plus accessible, le Canyon Lux CF SL, qui utilise d’autres fibres et qui est annoncé à 1852g.

Géométrie

Au niveau de la géométrie, la marque s’inscrit dans la tendance actuelle sans viser les extrêmes. Mais le nouveau Canyon Lux est tout de même radicalement différent de son prédécesseur avec un reach allongé de 20mm sur chaque taille (et des potences de 80mm du S au XL) et des bases qui passent de 450 à 435mm.

On reste par contre sur un angle de direction assez droit, de 70° sur le SLX et 69,5° sur le SL. Une différence qui s’explique par la monte de fourches en 110mm sur le SL et en 100mm sur le SLX plus orienté XC pur et dur.

Dans le détail

On remarque que Canyon a, comme a son habitude, soigné les détails. On retrouve toujours le jeu de direction “Impact Protection Unit” pour empêcher le cintre de venir au contact du tube supérieur…

… un protège base intégré qui ne pèse que 8,2g…

… ou encore un guide chaîne ultra minimaliste de seulement 4,6g !

Le passage interne de la câblerie a aussi été très soigné afin d’être le plus direct possible, mais la construction du cadre joue aussi le rôle de guide afin que le changement se passe sans douleur, avec un câble assuré de sortir souplement à l’autre extrémité.

Autre détail très intéressant, le “Quixle”, un petit levier qui se rétracte à l’intérieur de l’axe de façon très discrète mais qui permet de retirer sa roue sans outil.

Tant qu’on est au niveau des bases arrière, on note la présence d’une fixation de type Flatmount pour l’étrier de frein. Il s’agit du standard utilisé sur la route et que le Cannondale Scalpel utilise déjà en VTT notamment. Ce montage permet de ne pas avoir d’insert fileté dans le cadre et les trous sont plus rapprochés que sur un montage Postmount, ce qui permet de gagner en espace à cet endroit. Des étriers spécifiques seront montés d’origine (on devrait d’ailleurs en voir de plus en plus à l’avenir aussi en VTT), mais un simple adaptateur permet de monter un étrier classique (à condition qu’il ne soit pas trop volumineux).

Prix et versions

Le Canyon Lux sera proposé en deux grandes familles : SL pour les 4 premiers modèles, dont les prix vont de 2599 à 4599€ et les poids oscillent entre 11,8 et 11,3kg…

…et SLX pour les deux version qui chapeautent la gamme, l’un en montage Sram Eagle et l’autre en Shimano XTR, à 5599 et 5999€, pour un poids annoncé de 10kg dans les deux montages. Le SLX est aussi disponible en cadre seul à 2499€.

On constate que les modèles SL sont équipés de fourches en 110mm de débattement, SID ou F34 StepCast, et que les tiges de selle télescopiques (KS Lev Si) sont présentes sur tous les modèles de la gamme, sauf le premier prix. Une excellente initiative qui mérite d’être saluée et Canyon est une des premières marques à sauter le pas de manière aussi claire sur une gamme de vélos XC.

Rendez-vous très bientôt pour un essai complet !

Les vélos sont disponibles dès à présent sur : www.canyon.com