Nouveauté | Transition Sentinel : ceci n'est pas un Scout

Tech
28 avril 2020 — Léo Kervran

Quelques semaines après avoir présenté son nouveau Scout, Transition poursuit le renouvellement de sa gamme et s’attaque au Sentinel, son enduro 29″. Ne vous fiez pas à ses airs de Scout à grandes roues, c’est avant tout un vélo fait pour rouler vite, très vite et de manière efficace, et Transition met encore un peu plus l’accent sur ce point avec cette nouvelle version.

Aussi bien esthétiquement que techniquement, ce nouveau Sentinel rappelle beaucoup le Scout (voir notre essai). Il adopte les mêmes lignes droites et agressives qui contrastent avec l’ancienne génération du modèle, tout en courbes.

On retrouve les mêmes astuces et technologies sur le cadre, avec un support d’accessoires sous le tube supérieur, un protège-base généreux et bien dessiné ou un passage de Durit de frein arrière en externe pour faciliter l’entretien. Si les passages de câble de dérailleur et de tige de selle se font en interne, ils sont entièrement guidés de la douille de direction jusqu’à leur point de sortie, là encore pour simplifier la maintenance mais également pour réduire les bruits dans le cadre.

Côté suspension, l’architecture de type 4 bar linkage a été retravaillée pour offrir plus de sensibilité au début et une meilleure fin de course, tout en étant compatible avec des ressorts air ou hélicoïdal. Au final, on se retrouve avec des valeurs très proches de celles du Scout et on devrait donc avoir un comportement similaire.

Le vélo utilise un amortisseur en 205 mm d’entraxe, ce qui permet d’avoir 140 mm ou 150 mm de débattement à l’arrière selon la course choisie (57,5 mm ou 62,5 mm). D’origine, le Sentinel est livré avec un amortisseur en 205 x 62,5 et développe donc 150 mm de débattement, soit 10 mm de plus que sur l’ancien modèle. En revanche, le débattement ne change pas à l’avant et reste à 160 mm.

C’est sur la géométrie que le Sentinel se différence réellement du Scout. Elle est légèrement revue cette année mais ce sont plus des petites touches subtiles qu’une refonte complète. Transition a notamment allongé les bases de 5 mm pour améliorer l’équilibre général du vélo et on remarque que l’angle de direction perd encore 0,4° et affiche désormais 63,6°. Pour vous situer, c’est plus couché qu’un Specialized Enduro (63,9°) ou qu’un Commençal Supreme DH 29 (63,8°)… Conséquence logique, l’empattement s’allonge et prend entre 6 et 20 mm selon la taille.

L’ancien Sentinel avait déjà une réputation de vélo très efficace à haute vitesse mais difficile à faire tourner dans les épingles ou les sentiers étroits, et même si Transition dit avoir travaillé sur l’équilibre du vélo, les données laissent penser que ça ne s’est pas vraiment amélioré côté maniabilité.

Parmi les autres informations intéressantes, on notera que le cadre du Sentinel peut accepter des pneus jusqu’à 2,6″ de section et dispose d’un tube de selle très court et très droit pour accueillir des tiges de selle à long débattement : 150 mm en taille S, 180 mm en M et 210 mm de L à XXL.

Le nouveau Sentinel n’est pour l’instant disponible qu’en carbone (mais garanti à vie), dans 3 montages ou en kit cadre. Les prix vont de 3 399 € pour le cadre avec amortisseur Fox Float X2 à 7 399 € pour le vélo complet avec transmission Sram XO1 Eagle, suspensions Fox Float X2 / 36 Performance Elite, freins Sram Code RSC et roues DT Swiss M1700. Sur la balance, le kit cadre est annoncé à 3,2 kg avec amortisseur et le vélo complet à 13,94 kg en version XO1.

Plus d’informations : transitionbikes.com

Notre test de la version précédente : Test | Transition Sentinel Carbon : l’artillerie lourde !