"L'affaire marmotte" : non, ce n'est pas drôle.

29 juin 2017 — Olivier Béart

Hier, nous avons été parmi les premiers médias à dénicher une vidéo a priori sympathique d’une course-poursuite entre une marmotte et un vttiste. Nous avons aujourd’hui décidé de la retirer, après que plusieurs lecteurs nous aient interpellés quant au stress occasionné et au caractère dangereux pour l’animal. Voici nos explications, ainsi que nos excuses :

A priori, la scène est anodine et sympathique. Quand nous avons décidé de la partager, nous n’avons vu que le côté fun et insolite de la scène. C’était une erreur, nous le reconnaissons, et nous avons décidé aujourd’hui de retirer cette vidéo de notre site.

Plusieurs lecteurs nous ont averti sur Facebook du caractère dangereux pour l’animal, ainsi que du comportement cruel du vttiste. Au début, nous pensions qu’ils exagéraient, mais nous avions tort. Renseignement pris, ce type de comportement a bien mis la marmotte en danger de mort : “La bête s’est clairement crue poursuivie par un gros prédateur. Elle a dû courir pour sa vie tout simplement. Son taux de corticostérone a été au plafond et elle aurait pu en mourir : les crises cardiaques existent aussi chez les animaux“, nous explique Julie Bakker, directrice de recherche FNRS à Liège dans le domaine des neurosciences.

Ce n’est pas du tout le genre de comportement à avoir dans de pareille situation

Elle en a réchappé et elle ne devrait pas garder de séquelles même si elle a sans doute mis un petit temps à s’en remettre et à retrouver le reste de son groupe, poursuit un vétérinaire que nous avons également interrogé, mais ce n’est pas du tout le genre de comportement à avoir dans de pareille situation”. Vous savez donc désormais quoi faire si cela vous arrive : vous arrêter pour laisser l’animal s’échapper et se mettre à l’abri au plus vite, sans chercher à le poursuivre ou à “jouer” avec lui.

De notre côté nous tenons à présenter nos excuses à nos lecteurs et à remercier ceux qui nous ont alerté. Non, cette vidéo n’est pas drôle. Oui, nous aurions dû réfléchir plus avant de la partager et nous y penserons à deux reprises la prochaine fois qu’une scène impliquant des animaux nous tombe sous les yeux.